RSS

Archives du 26 mai 2012

Drones, missiles et vaisseaux armés: bienvenue aux Jeux Olympiques de 2012!

 

 

48 000 forces de sécurité, 13 500 troupes, des missiles sol-air stationnés sur des immeubles résidentiels, une arme sonique qui disperse les foules en créant une douleur à la tête, des drones téléguidés, voici une partie de l’arsenal qui sera mis en place pendant les Jeux Olympiques de Londres. Sans oublier une zone de sécurité encerclée par une clôture électrifiée de 18 km, gardée par des agents formés et 55 équipes de chiens d’attaque!
 
On dirait les tactiques de contre-insurrection utilisées par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, mais ce sont des manoeuvres et effectifs qui seront déployés pour les Jeux Olympiques.
 
Un tel déploiement n’a jamais été vu auparavant. Des mesures de contrôle seront exercées à un niveau tel que seront utilisées des technologies biométriques comme des scanners, des cartes d’identité biométriques, la reconnaissance des plaques d’immatriculation et faciale, un système de suivi de maladies, tout cela sera effectué à des points de contrôle.
 
Une loi de 2006 permettra aux agents de mettre en état d’arrestation toute personne considérée comme suspecte.
 
Source:
 
 
4 Commentaires

Publié par le 26 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le Royaume Uni veut limiter l’immigration en prévision d’un effondrement dans la zone euro

Le Royaume Uni prévoit de limiter l’immigration en prévision d’un éventuel effondrement financier dans la zone euro, a indiqué la ministre britannique de l’Intérieur, Mme Theresa May.

 

 

 

 

 

«Le travail est en cours pour limiter la migration vers le Royaume-Uni dans le cas d’un effondrement financier dans la zone euro», a-t-elle déclaré au Daily Telegraph.

Des plans visant à restreindre la migration vers le Royaume-Uni si la crise se détériore en zone euro, ont été élaborés par le Home Office a-t-elle affirmé ajoutant qu’il n’y avait «aucun signe» pour le moment de l’augmentation de la migration mais le gouvernement examinait cette possibilité».

Selon le journal, Mme May faisait allusion à la sortie éventuelle de la Grèce de la zone euro, dont certains experts affirment qu’elle se produira dans les sept mois qui viennent.

La migration nette au Royaume-Uni a atteint 252.000 en un an, soit de septembre 2010 à septembre 2011, ont montré les chiffres publiés jeudi par l’Office national des statistiques (ONS).

L’ONS montre qu’il n’y a pas une grande différence avec l’année précédente (2009-2010) au cours de laquelle la migration nette avait culminé à 255 000. «C’est un coup dur pour le gouvernement dont l’objectif est de porter l’immigration à 100.000 d’ici à la prochaine élection générale de 2015, a souligné l’ONS.

Algérie1.com via un com chez LIESI

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 26 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Carte de paiement sans contact : ATTENTION DANGER

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 26 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

S&P abaisse la note de 5 banques espagnoles, dont Bankia et Bankinter

 

 

 L’agence d’évaluation financière Standard & Poor’s a annoncé vendredi avoir abaissé la note de cinq grandes banques espagnoles, dont celles de Bankia, Bankinter et Banco Popular Espanol.

Contrairement à son habitude, S&P ne précise pas dans son communiqué le détail des notes de chaque établissement. L’agence indique simplement qu’il fera l’objet d’une publication ultérieure, sans plus de précisions.

Cette décision intervient après la dégradation de deux crans de la note de l’Espagne, qui est désormais fixée à « BBB+ » par l’agence. Elle tient également compte de la dégradation de la position des banques, quand on exclut la probabilité de voir l’Etat voler à leur secours en cas de problème.

Bankia, qui devrait faire l’objet d’une recapitalisation massive du gouvernement, reste sous « surveillance négative », ce qui implique que l’agence pourrait dégrader de nouveau sa note à très court terme.

Les notes de neuf autres banques – non identifiées – ont été confirmées.

La perspective d’évolution de la note de six établissements, parmi lesquels BBVA, Banco Sabadell, Banco Popular et Bankinter est « négative ». Ces notes pourraient donc être abaissées à moyen terme, notamment si la dégradation de l’économie espagnole devait affaiblir davantage encore leurs bilans.

 

la banque Bankia demande 19 milliards à l’Etat

La situation financière des banques espagnoles suscite de plus en plus d’inquiétude: Bankia vient de demander à l’Etat 19 milliards d’euros alors que le gouvernement espagnol, qui a nationalisé de fait l’établissement au début du mois, a déjà injecté 4,5 milliards d’aide.

Samedi, le président de la banque José Ignacio Goirigolzarri, a présenté les plans de restructuration et de recapitalisation de Bankia, prévoyant le début de l’injection des fonds de l’Etat fin juin. Il a ajouté que l’une de ses priorités était de « renforcer la gouvernance du groupe » et assuré que les 19 milliards demandés assureraient la solidité de Bankia qui n’aurait plus besoin ensuite de nouvelle recapitalisation.

La banque a demandé ces 19 milliards vendredi soir, après que l’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé la dégradation de la note de Bankia et de quatre autres banques espagnoles au rang d’investissement spéculatif en raison des incertitudes sur leurs plans de restructurations et de recapitalisation.

La cotation des titres de Bankia avait été suspendue vendredi pendant que son conseil d’administration se réunissait pour déterminer le montant de la nouvelle aide nécessaire. Le cours des actions de la banque a connu des turbulences ces dernières semaines, les investisseurs craignant que la banque, qui a accumulé des prêts immobiliers risqués, ne soit pas capable d’éponger les pertes massives entraînées par l’explosion de la bulle immobilière en Espagne en 2008.

La quatrième banque du pays, qui détient 32 milliards d’actifs toxiques, a été créée pour réunir sept caisses d’épargne régionales, des « cajas » jugées trop faibles pour s’en sortir seules. Mais le titre a perdu presque la moitié de sa valeur depuis juillet dernier.

Le gouvernement espagnol tente de consolider le secteur bancaire espagnol et relancer le crédit nécessaire pour ranimer son économie en récession, alors que le chômage dépasse les 24%. Mais le coût du sauvetage des banques risque de déborder les finances publiques espagnoles déjà entamées par la crise. Depuis des mois, certains investisseurs craignent que l’Espagne, la quatrième économie de la zone euro, ne doive à son tour, après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, demander un plan de sauvetage.

Afp

 
3 Commentaires

Publié par le 26 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :