RSS

Qu’on leur coupe la dette….(vidéo)

14 Mai

« Faire des sacrifices » pour « rassurer les marchés ».
On se croirait dans la mythologie grecque, mais non, on est bien dans l’Europe du troisième millénaire – et c’est la seule voie que connaissent nos élites pour sortir de la crise.
Pourtant, dans l’histoire, bien d’autres solutions ont existé – et réussi.

 

 

 

 

La saignée

 

 

la confiscation

 

le fléchage

 

 

Ce Tchio Fakir (petit, en picard) résume le dossier paru dans le (gros) Fakir n°53 « Ces solutions qui leur font peur »de décembre 2011.

Pour diffuser largement ce quatre pages (dans les manifs, au bureau, dans les tournois de pétanque, etc.), pour lutter ensemble contre la fatalité ambiante, on s’est joints à ATTAC – une association d’éducation populaire, dont le but premier est la reconquête des espaces perdus par la démocratie au profit de la finance.

Voir le Tchio Fakir en pdf.
À retrouver sur notre boutique.

abonnez-vous !

Car on ne peut réaliser des enquêtes, des reportages, que parce qu’il est acheté.

 

 Panier de crabes

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 14 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

4 réponses à “Qu’on leur coupe la dette….(vidéo)

  1. njaisson

    14 mai 2012 at 20 h 06 min

    Comment comparer les dettes de la Monarchie avec celles de la République??! Les budgets sont sans commune mesure comme les moyens pour les rembourser.Avec la Révolution, ce sont les banquiers qui prennent le pouvoir, précisément pour empêcher le gouvernement d’avoir recours à la banqueroute. Depuis l’endettement de l’Etat n’a fait que croître et embellir avec l’extension de ses prérogatives et le développement de l’agiotage qui permet de trader la dette sur les marchés grâce aux innovations financières introduites au XVIIIème siècle par les Anglais. L’illusion est ici qu’il suffit de faire défaut pour rétablir la situation économique, en faisant abstraction que l’endettement faramineux des pays développés n’aurait pu avoir leu d’une part sans la globalisation et d’autre part sans les marchés financiers. Il est effectivement possible de tout remettre à plat mais ce n’est certainement pas pour recommencer à raser gratis comme essaie de nous le faire croire maints économistes peu scrupuleux. Privé de l’appui des marchés, l’Etat devra subvenir à ses propres besoins en pompant dans une économie nationale ou nationalisée. Le recours à la planche à billets en 1981 avait entraîné la dévaluation du Franc. Ici on aura une monnaie nationale dévaluée, un Etat pléthorique qu’il faudra de toute façon dégraisser et une économie paralysée par l’effondrement des échanges qui ne seraient plus financés par les banques. La solution serait que tout le monde fasse pareil, c’est-à-dire renonce à ses dettes en même temps. Une sorte de « grand pardon » à l’échelle planétaire. Les compteurs seraient ainsi remis à zéro et tout repartirait comme en 14. A cette différence près toutefois, que les opportunités de croissance ne seront plus les mêmes. Place à l’économie de la frugalité et de la solidarité. Le respect de l’environnement qui n’en peut mais, demande un effort collectif dans le sens de restrictions généralisées de la consommation et de la planification pour que tout le monde ait droit à la même part sur une Terre rétrécie à cause des territoires irradiés, bétonnés ou rendus à la Nature au nom de la préservation de la biodiversité. L’homme ne penserait plus simplement à lui-même, mais au bonheur des autres espèces vivantes qui réclament elles-aussi leur droit à un espace vital. Autant dire que la donne va devenir serrée, parce qu’il y en aura pas pour tout le monde et que les égoïsmes nationaux reprenant le dessus, il faudra bien recréer des autorités supranationales pour prévenir l’anarchie dégénérant en des guerres fratricides. Une monnaie commune pourrait peut-être aider l’humanité renouvelée, car plus consciente de la Nature et de ses responsabilités envers elle, à retrouver le chemin de la paix dans une juste répartition des moyens de production. L’osselet devrait réapparaître comme moyen naturel de réguler des échanges réduits à leur plus simple expression du fait de l’effondrement des besoins d’une humanité revenue à la raison. Des druides feraient office de Commissaires à la préservation des espèces comme au développement d’une économie solidaire des espèces menacées et au développement durable par la juste consommation des maigres ressources héritées de l’ère industrielle.

    J’aime

     
  2. alberte.v

    15 mai 2012 at 6 h 53 min

    Quelle horreur !

    Financer des services publics nationaux et européens de contrôles, des services militarisés de mort, des services sociaux totalement inutiles et parasites au service non pas du peuple mais d’autres crapules !

    Une france assistée, handicapée, une france des 32H, pour s’engraisser devant la télé !

    Tandis que les « élus », « socialistes », vont se repaître du pillage des outils de la Nation, du travail des salariés privés !

    Les banques spéculent, les ponctionnaires sont absents, sirotent leur mousse et attendent la retraite, l’on veut piller les industries comme on a déjà exterminé l’agriculture !

    Pauvre france !

    J’aime

     
  3. Djiga

    15 mai 2012 at 7 h 26 min

    Belle l’hymne au nouvel ordre mondial….

    J’aime

     
  4. Dominique de Genève

    18 mai 2012 at 8 h 03 min

    Il faut dire que tous les pays de la zone euro sont en danger.

    J’aime

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :