RSS

Archives du 7 mai 2012

TV Lobotomie – La vérité scientifique sur les effets de la télévision

Pour les spécialistes, tel Michel Desmurget, il n’y a plus de doute : la télévision est un fléau. Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie.

 

 

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 7 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les oubliés du Jugement Dernier (livre)

Petit retour sur le livre de notre ami Roland Hammel qui est sorti depuis quelques semaines maintenant et qui nous dépeint un univers post apocalyptique engendré par une pluie de météorites….Comment les différents personnages ont vécu cette catastrophe venu du ciel et comment ils ont survécu,tout cela dans un univers en ruine où plus que jamais les valeurs humaines sont mises à rudes épreuves….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est-ce que Les oubliés du Jugement dernier serait prophétique ? Espérons que non. pourtant….

On doit faire un constat terrible pour cette seconde décennie du 21e siècle :

Promesse d’effondrement économique et sociale sans précédent
Appauvrissement grave de la population européenne
Destruction des systèmes sociaux et des réglementations du travail
48% des étasuniens sous le seuil de pauvreté
Exclusion des systèmes de santé,
Chômage gravissime des jeunes européens
Economie de Guerre mondiale et agressions des pays non alignés
Guerres économiques et néocoloniales en Afrique
Mensonge d’Etat généralisé et décomplexé
Impunité de la criminalité des hommes politiques
Prise de pouvoir sur les Etats par l’oligarchie financière (les anciens de Lehmans et Goldman, pyromanes de la crise, venus en pompiers en Grèce, en Italie, au Portugal, en Espagne….)
Répression policière de plus en plus féroce
Contrôle sur les citoyens démultiplié
Planification de la pauvreté mondiale
Usage détournés des mots « liberté » et « démocratie » pour justifier les agressions guerrières de l’occident
Recherche scientifique contrôlées, bâillonnée et instrumentalisée par la seule industrie marchande
Aliénation mentale de la jeunesse des pays occidentaux à grands coups d’évènement sportifs, de téléréalités,
de propagande, de sous-culture commerciale,
Glorification de la non-intelligence et de la médiocrité dans les fabrications de modèles pour les jeunes,
Chute drastique de qualité de l’enseignement dans le Monde
Privatisation de tous les secteurs publics dans les pays pauvres… ouvrant la voie à tous les esclavages
et toutes les discriminations,

et surtout….. rapide dégradation des écosystèmes terrestre, perte de biodiversité, extinction des espèces, asphyxie et mort lente des écosystèmes océaniques.

 
Bref…. Toute les conditions sont réunies pour que l’occident, et le Monde entier derrière lui, connaisse bientôt la triste réalité qui est décrite dans la genèse, premier chapitre de mon livre.
Cette période, les survivants l’appelle « le chaos », il a suivi « la grande dépression ».
 
 
Le décors est planté et pour ceux qui voudraient en apprendre d’avantage et par la même occasion pourquoi pas faire l’aquisition de ce trés bon livre,rendez-vous sur le site de Roland à cette adresse:
 
 
Bonne lecture à tous…..
 
 
 
1 commentaire

Publié par le 7 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Sortie du nucléaire au Japon, un plan secret pour arrêter 20 réacteurs en France….

 

 

 

 

Contraint et forcé, cédant aux pressions conjuguées des citoyens, des municipalités et des compagnies d’assurance qui ne veulent plus assumer le risque, le Japon est sorti vendredi du nucléaire. Plus un seul réacteur ne fonctionne tandis que ceux de Fukushima continuent à polluer la région, la contamination poursuivant son grignotage du pays. L’histoire et la pression de la population diront si cette sortie est définitive.

Une leçon pour les gouvernements et les citoyens qui hésitent encore. Même si le prix à payer, pour le Japon, est une augmentation des importations de gaz et de pétrole, voire, pour une petite part, du charbon. Mais la transition écologique implique deux choix qu’il faut regarder en face : d’une part puisque les pouvoirs en place ne veulent plus négocier sur ce sujet, il va falloir accepter ou affronter le risque climatique en attendant que soient mises au point les méthodes de capturer le CO 2 ; et d’autre part il est certain que pour inciter aux économies d’énergies, elles seront ou devront être de plus en plus chères quitte à prévoir des mécanismes pour protéger tous ceux, en France et ailleurs, qui pourraient se retrouver en état de précarité énergétique.

L’autre leçon de cette situation est que l’énergétivore Japon a réussi à ajouter en une seule année aux centrales le gisement des économies d’énergie. Sans allumer les bougies vantées par Nicolas Sarkozy, sans changer de mode de vie. Simplement « en éteignant les lumières inutiles » et en modifiant les méthodes de gestion et de production.

Et évidemment le pays frappé par la catastrophe nucléaire a lancé un plan sans précédent de développement du recours aux éoliennes et à l’énergie solaire. Un véritable pari industriel qui lance ce pays à la poursuite de la Chine dans ces domaines. Avec tout ce que cela comporte de créations d’emplois.

En France, dans le plus grand secret, sans que Nicolas Sarkozy et François Hollande en soient vraiment informés, EDF vient de finir la préparation d’un plan prévoyant la mise à l’arrêt avant la fin de la décennie, d’une vingtaine de réacteurs, dont ceux de Fessenheim, de Dampierre en Burly et de Civaux dans la Vienne. Tout simplement parce que les plus récentes études ont fait apparaître le coût pharamineux, des dizaines de milliards d’euros de la modification et de la mise aux normes de la plupart des 58 réacteurs en fonctionnement. 58…ce n’est que quatre de plus que le nombre de ceux qui viennent de « s’éteindre » au Japon.

La mise au point de de ce plan sera évidemment démentie, mais il existe et sera soumis dans les mois qui viennent, au gouvernement.
SOURCE

 

*J’ai demandé à mon beau-frère qui travaillait à l’EDF s’il peut me confirmer l’information.
Edit : Mon beau-frère étant à la retraite depuis un moment n’est pas au courant des plans d’EDF. Aussi ai-je demandé en commentaire à l’auteur de l’article de donner sa source. Voici sa réponse :

_________________________________
Hélios 6 mai à 10:43
Information très importante.
Pouvez-vous citer votre source ?
Merci.
_________________________________
 
 _________________________________
Claude-Marie Vadrot 6 mai à 12:15

Je ne pense pas que mon informateur, que je connais depuis une visite en commun de Tchernobyl, ingénieur des Mines d’une cinquantaine d’années, haut fonctionnaire d’EDF ait envie d’être viré. Je vous signale ou vous rappelle que la loi accorde au journaliste la protection de ses sources, y compris devant la justice.

_________________________________

Hélios du Bistrbarblog

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 7 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Greenpeace suscite la controverse en créant un site sur « le lobby de l’atome »

L’organisation antinucléaire Greenpeace a créé et mis en ligne « FaceNuke », le « réseau social » du lobby de l’atome en France.

 

 

 

 

 

facenuke4575044855861593712

 

Le 13 avril dernier, Greenpeace mettait en ligne un outil interactif baptisé « Facenuke ». L’idée ? Montrer – sur le modèle du réseau social Facebook – les interconnexions entre toutes les personnes – industriels, hauts fonctionnaires, scientifiques, politiques – censés représenter le « lobby nucléaire français ».

« Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, nous avons été frappés par la façon dont le système s’est défendu, assure Karine Gavand, à Greenpeace. En n’utilisant que des informations officielles et publiques, nous avons voulu rendre visibles les liens entre ces personnes, montrer que le monde du nucléaire est un État dans l’État ».

Résultat : une carte interactive faite de points noirs et de liens entre les points. Plus la personne est « connectée » et plus le point est gros. Sans surprise, on trouve donc dans les principaux acteurs de ce réseau : Nicolas Sarkozy, l’actuel PDG d’EDF Henri Proglio ou encore Marcel Boiteux, qui a dirigé EDF pendant vingt ans. Mais aussi des scientifiques du CEA, du CNRS ou des hauts fonctionnaires. « Tous ces gens se voient, échangent, sont très interconnectés », poursuit Karine Gavand.

 

« Un outil perfectible »

De là à en faire des membres d’un lobby, des personnes « de l’ombre »au « pouvoir immense »– selon la présentation qui en est faite sur FaceNuke – c’est franchir un pas qui suscite de vives réactions. D’abord sur la méthode. « On met des gens à l’index sous prétexte qu’ils n’ont pas les mêmes positions que Greenpeace sur le nucléaire, en décrédibilisant a priori leurs positions, s’insurge le physicien Frédéric Livet (anciennement CNRS). C’est non seulement contestable mais dangereux quand on parle de sujets aussi passionnels ».

Sur le fond ensuite. Tous les membres de l’association Sauvons le climat – dont Frédéric Livet – figurent dans FaceNuke. Or cette association – qui regroupe de nombreux scientifiques – affirme s’être créée autour de la question du réchauffement climatique. « C’est de ce point de vue que nous considérons le nucléaire comme une alternative possible aux énergies fossiles », précise Frédéric Livet.

Par ailleurs, certaines connexions sont pour le moins sujettes à caution. Ainsi Pierre-Franck Chevet, directeur général du climat et de l’énergie au ministère de l’écologie, apparaît-il comme l’un des principaux maillons du réseau Facenuke. Ce haut fonctionnaire, qui a longtemps travaillé au sein de l’autorité de sûreté du nucléaire, a en effet à connaître de toutes les questions tournant autour des choix énergétiques français. Dans l’outil de Greenpeace, il apparaît par ailleurs « connecté »à l’ensemble des membres du conseil d’administration de GDF Suez. Mais sans que soit précisé d’entrée de jeu qu’il y occupe ce siège ès qualités, en tant que représentant de l’État.

« Notre outil est perfectible, reconnaît Karine Gavand. Notamment s’il apparaît qu’il faut prendre les internautes par la main en leur fournissant davantage d’explications ».

La croix

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 7 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: les 2 partis pro-austérité sous la majorité absolue….

 Les deux partis pro-austérité, la Nouvelle-Démocratie (droite) et le Pasok (socialiste), ne rassemblent que 149 sièges sur les 300 du Parlement, sous la majorité absolue, après le dépouillement de 99% des bulletins, selon les chiffres publiés lundi par le ministère de l’Intérieur.

 

 

 

 

 

Selon ces résultats quasi définitifs, les deux partis, la ND avec 18,8% des suffrages (108 sièges) et le Pasok avec 13,2% (41 sièges), ne pourraient former un gouvernement de coalition qu’avec l’appui d’un troisième parti.

Ces deux partis, piliers du bipartisme en Grèce depuis 38 ans, et tenus responsables de la crise que traverse le pays, ont connu une débâcle historique lors des élections législatives de dimanche.

Les cinq autres partis ayant réussi à atteindre le seuil de 3% nécessaire pour entrer au parlement, sont tous hostiles, à des degrés divers, à la politique d’austérité draconienne infligée à la Grèce depuis deux ans.

Ils raflent 151 sièges dans la nouvelle assemblée, soit un peu plus de la moitié, et incluent la formation néo-nazie Chryssi Avghi (Aube dorée) qui obtient pour la première fois des députés.

Selon l’agence grecque Ana (semi-officielle), la publication des résultats définitifs sera proclamée à 13h00 par le président du parlement sortant. Dans la foulée, le chef de l’Etat Carolos Papoulias appellera Antonis Samaras, dirigeant de la droite Nouvelle-Démocratie, dont le parti est arrivé en tête du scrutin, pour lui confier la tâche de former un gouvernement qui jouisse de la confiance du parlement, selon la Constitution.

M. Samaras aura trois jours pour tenter de mettre en place son cabinet.

S’il échoue, M. Papoulias doit remettre ce mandat exploratoire pour la formation d’un gouvernement au dirigeant du deuxième parti, soit à Alexis Tspiras, chef de la gauche radicale du Syriza, qui a créé la surprise en obtenant un score de 16,5% des suffrages soit 52 sièges au parlement contre 4,6% aux législatives en 2009.

Les partis pro-austérité, alliés depuis novembre au sein d’un exécutif de transition, risquent d’avoir le plus grand mal à trouver un partenaire pour un gouvernement de coalition parmi les cinq autres partis anti-austérité du parlement qui ont déclaré être contre la poursuite de la rigueur, exigée par les créanciers du pays, UE et FMI.

Outre Chryssi Avghi, on trouve parmi eux le parti Grecs indépendants, constitué il y a quelques semaines par le dissident de la ND Panos Kammenos (10,6%), les communistes du KKE (8,4%) et le parti de la gauche démocratique (Dymar, 6,1%) pro-européen et peut-être le plus compatible avec les conservateurs et les socialistes.

Afp

 

Et comme prévu,les marchés ont la gueule de bois ce lundi :

La Bourse de Tokyo chute de 2,78% en clôture après les élections en Europe.

Parmi les grandes places financières du continent, Paris a ouvert en repli de 1,57% tandis que Francfort dévissait de 2,20% dans les tout premiers échanges. Milan perdait 2,03%, Madrid 1,66% et Lisbonne 0,70% vers 07H15 GMT. La Bourse d’Athènes chutait de 7,6%.

Londres était fermée pour un jour férié.

Les doutes entourant un éventuel changement d’orientation politique en Europe ont fait plonger l’euro à un plus bas en trois mois sur les marchés, avant de se redresser.

Vers 7H00 GMT (09H00 à Paris), il valait 1,3009 dollar, contre 1,3082 dollar vendredi vers 21H00 GMT.

 

 
2 Commentaires

Publié par le 7 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :