RSS

Archives du 25 avril 2012

Vietnam : une maladie mystérieuse mortelle inquiète l’OMS….

Déjà constatée en 2011 mais redevenue discrète, une maladie mystérieuse refait son apparition au Vietnam, où 19 personnes, surtout des enfants, ont déjà succombé. Pour le moment, personne ne peut préciser son origine. Mais l’hypothèse des pesticides est envisagée.

 

 

 

Le ministère de la Santé vietnamien en appelle à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et aux Centres de contrôle et de prévention des maladies américains (CDC). Depuis un mois, le nombre de patients atteints d’une mystérieuse maladie de la peau remonte en flèche. Cette pathologie, précédemment recensée en avril et en décembre 2011, a déjà fait 19 victimes, principalement des enfants de moins de 10 ans, et a affecté plus de 170 personnes dans le district de Ba To (voir carte).

Elle se manifeste par différents symptômes : éruptions cutanées de type ulcère sur les mains et les pieds, mais aussi de la fièvre, une perte d’appétit, des atteintes au foie (10 % des malades) et au niveau d’autres organes internes. Elle tue en causant une défaillance généralisée. Cependant, elle ne semble pas contagieuse, et le ministère de la Santé du Vietnam prétend que les traitements sont efficaces si elle est soignée suffisamment tôt. Pour l’heure, on ne connaît pas son origine

Une maladie mystérieuse causée par des herbicides ?

Face à ces interrogations, les autorités locales et l’OMS ne cachent pas leur inquiétude. Thanh Long, ministre de la Santé du pays, s’interroge dans un article de la BBC : « Si ce n’est qu’une affection cutanée, pourquoi est-elle mortelle et touche-t-elle aussi les organes internes ? ».

Le Vietnam a placé quatre groupes d’étude afin d’étudier l’environnement, des prélèvements sanguins et capillaires et les symptômes de la maladie elle-même. Pour l’instant, aucun résultat. Mais l’analyse de l’eau a révélé la présence d’une substance chimique anormale, qui se trouve actuellement en cours d’analyse. Or, cette nouvelle vague de malades apparaît seulement quelque temps après la pulvérisation d’herbicides dans les champs de manioc. Les pesticides auraient-ils pollué l’eau de la rivière ? Des résultats préliminaires sont espérés par le ministre de la Santé d’ici une semaine.

 

 

Depuis le début de l’année 2012, 68 nouveaux cas de cette mystérieuse maladie de la peau ont été constatés, et 8 en sont morts. Une centaine de personnes sont hospitalisées dont 10 dans un état critique. Suspectés, des herbicides utilisés sur des champs de manioc (à l’image). Mais pas encore incriminés…..

Futura-science

 
5 Commentaires

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Rio frappée par une épidémie de dengue historique

Une épidémie de dengue sans précédent s’est déclarée dans la ville de Rio de Janeiro où plus de 50.000 cas de cette maladie virale propagée par un moustique ont été diagnostiqués cette année, et plus de 500 pour la seule semaine écoulée.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

« Un plan de surveillance de l’épidémie est en place et nous sommes toujours en état d’alerte », depuis le début de l’épidémie d’une ampleur historique a déclaré mardi soir le conseiller municipal à la Santé Hans Dohman, ajoutant que le nombre de cas déclarés avait dépassé les 300 pour 100.000 habitants par mois.

En février le ministre de la Santé Alexandre Padilla avait estimé que Rio était menacée cette année par la « pire épidémie de dengue de son histoire ».

L’agence Agencia Brasil a fait état de 517 cas déclarés la semaine dernière.

L’Etat de Rio de Janeiro a enregistré cette année un total de 64.423 cas confirmés, dont 12 morts dans la ville de Rio sur 13 au total.

L’an dernier les autorités ont enregistré 168.242 cas de dengue dont 140 mortels.

La dengue, propagée par l’un des quatre virus transmis par le moustique Aedes aegypti, provoque une forte fièvre, des maux de tête, des démangeaisons, et des douleurs articulaires. A un stade avancée elle peut devenir hémorragique et mortelle.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que la dengue frappe 50 à 100 millions personnes par an dans le monde.

 

Afp

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2 Commentaires

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

France: départ de feu à la centrale nucléaire de Fessenheim….

 

Un départ de feu a touché mercredi une salle des machines de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), dans sa partie non nucléaire. Il n’a pas fait faire de blessés, ni affecté l’environnement ou la production d’électricité, annonce EDF sur son site internet.

La début d’incendie a été rapidement éteint par les équipes d’intervention de la centrale, dit un communiqué. L’incident concernait un « matériel de refroidissement » de l’alternateur de l’unité de production numéro 2 de la centrale qui a redémarré le 6 mars dernier après avoir subi sa troisième visite décennale.

La question de l’avenir de la centrale de Fessenheim, voisine de la Suisse et la plus ancienne du parc électronucléaire français, est l’un des enjeux de l’élection présidentielle.

François Hollande a affiché son intention de la fermer, s’il était élu, dans le cadre d’un accord passé entre le Parti socialiste et les Verts. Nicolas Sarkozy y est en revanche fermement opposé.

Afp

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’UE envisage de remplacer Van Rompuy et Barroso par un ‘super président’

                            

 

 

Le site EUObserver rapporte qu’un officiel de l’UE lui a révélé que lors d’une réunion qui s’est tenue à Val Duchesse, un groupe de réflexion composé de quelques ministres des affaires étrangères européens dirigé par le ministre allemand Guido Westerwelle ont discuté de la possibilité de fusionner le rôle du Président du Conseil de l’Europe (tenu par Herman Van Rompuy) et celui du Président de la Commission européenne (tenu par José Manuel Barroso). Ce nouveau « super président » aurait plus de pouvoir que ces deux charges combinées, mais aussi plus de légitimité sur le plan démocratique, puisqu’il serait élu directement par les eurodéputés.

Le « super président » présiderait également les Conseils des Affaires Générales (GAC) qui se tiennent tous les mois avec les ministres des Affaires étrangères pour débattre de questions internes de l’UE.

L’idée de ce projet provient de la confusion qui règne parfois dans la structure actuelle, qui a été définie par le Traité de Lisbonne en 2009. Sur certains dossiers, par exemple, c’est Van Rompuy qui supervise les débats, tandis que Barroso agit comme une force de proposition, mais aussi comme le décisionnaire final.

L’introduction d’obligations en euros, ou euro-obligations, a également été discutée à cette occasion. Mais selon l’informateur de EUObserver, cette possibilité ne serait mise en œuvre que pour les nouveaux financements, mais pas pour les dettes du passé.

Source via Le panier de crabes

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Qui suis je ?

 

 

Mon père était un riche bourgeois (Médecin ORL, propriétaire de plusieurs cliniques) et il militait à l’extrême droite aux côtés de Maître Tixier-Vignancourt et pour l’OAS.

J’ai passé mon enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle (sur les hauteurs de Rouen) où habitent les plus riches normands.

Je fus élevé chez les « bourges du privé », que je critique constamment à « St Jean-Baptiste de la Salle à Rouen ».

Puis j’ai continué mes études dans la commune des aristocrates et des grands-bourgeois : à NEUILLY SUR SEINE où mes parents avaient acheté une superbe propriété.

Malgré ma fortune et mon patrimoine estimé à plus de 10 Millions d’Euros, je ne paie pas l’ISF car un montage ingénieux sous forme de plusieurs SCI me rend quasiment introuvable par le fisc français.

A la fin des années 70, sortant de l’ENA je sens que la droite va perdre et que Mitterrand est sur la pente ascendante, pour assurer mon avenir je choisis alors de rejoindre le PS.

Je n’ai jamais dirigé une grande ville.
Je n’ai jamais dirigé une grande région.
Je n’ai jamais été ministre ni secrétaire d’état.

Je dirige malgré tout le département de la Corrèze qui est devenu grâce à moi en 4 ans le plus endetté de France (+ 25% de dette soit 3 fois plus que la moyenne nationale) et le seul où le nombre de fonctionnaires a augmenté de 50% dans le même temps (de 831 à 1231).

Pour 2012 dans mon département, j’ai déjà fait voter une hausse de 6.5% de la taxe foncière, de 300% les taxes sur les permis de construire. J’ai supprimé : les bourses étudiantes, la gratuité des transports scolaires, les 1000 € de prime de garde d’enfants et diminué presque toutes les aides aux personnes âgées ou dépendantes.

Je ne déjeune pas au Fouquet’s, je vais dans un endroit plus discret mais encore plus chic où j’ai fêté ma récente victoire aux primaires socialistes et où dernièrement j’ai été l’invité d’un assez pauvre, Pierre Berge. Ma cantine, c’est chez LAURENT dans le 8ème.

J’envisage d’augmenter de 45 milliards d’euros les impôts et taxes en tout genre car c’est plus facile que de diminuer le nombre de fonctionnaires, je souhaite d’ailleurs en embaucher 65.000 de plus …
Ce qui coûtera 100 milliards à la FRANCE car un fonctionnaire est payé par l’état à vie, sécurité de l’emploi oblige!!!

Je n’aime pas les riches qui gagnent plus de 4000 euros par mois mais
j’en gagne 7,5 fois plus avec mes 30.387 € par mois !!!

Donc 63% de plus que le Président de la République (19 331 € par mois) que j’accuse d’être proche des riches …

Je m’appelle ….je m’appelle….

 

 

 

 

 

 

François HOLLANDE

 

 

 
8 Commentaires

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Néo Sécurité au bord de la faillite : 5000 emplois en jeu

 

 

 

 

Ce sont cette fois 5.000 emplois qui sont menacés d’un coup. La société Néo Sécurité, numéro deux français de la sécurité, s’est déclaré en cessation de paiement mardi après-midi auprès du tribunal de commerce de Paris. Si la faillite ne peut être évitée, «cela va être la plus grosse du quinquennat», souligne un porte-parole de l’entreprise, qui appelle l’Etat à limiter la casse sociale : «On ne demande pas le monde, on demande juste un prêt relais de 15 millions d’euros».

 

Le porte-parole a rappelé que les conséquences en termes d’emplois seraient beaucoup plus lourdes que dans les dossiers ayant jusqu’à présent mobilisé les pouvoirs publics, comme celui du transporteur Sernam (1.400 emplois) partiellement repris par une filiale de la SNCF Geodis, ce qui devrait sauver quelque 800 emplois. Le patron de l’entreprise de sécurité, Jean-Michel Houry, demande également à bénéficier de la suspension provisoire de sa dette fiscale et sociale (40 millions d’euros).

Une restructuration qui a pris du retard

En soirée, le ministère de l’Industrie a indiqué que l’Etat était «très attentif» à la situation de Neo Sécurité et prêt, via la Caisse des dépôts (CDC), à «apporter son soutien à tout investisseur sérieux et crédible permettant de conforter» le groupe. Le communiqué ministériel ajoute que, «sur le plan de la trésorerie, la société Neo Sécurité a bénéficié d’un moratoire public conséquent, qui lui a permis de fonctionner dans des conditions normales ces derniers mois». Le ministère souligne que le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) continuait à aider la société dans sa recherche d’investisseurs.

Néo Sécurité a été créée en mars 2009 lorsque Jean-Michel Houry, ancien dirigeant de la Brink’s, et d’autres cadres ont repris les activités françaises, très déficitaires, du groupe britannique G4S. La restructuration envisagée au moment de la reprise ayant pris du retard, Neo Sécurité avait été placé en procédure de sauvegarde en mars 2011. Les difficultés du groupe ont été aggravées par le renoncement du fonds d’investissement IPE, qui devait apporter 25 millions d’euros en deux étapes en échange de 70% du capital. Le repreneur a préféré jeter l’éponge début avril, après un examen approfondi des comptes, estimant que le besoin réel de financement de la société était en fait plus proche de 40 millions.

Peu avant la déclaration de cessation de paiement, le syndicat FO avait dénoncé mardi la menace qui pesait sur les 5.000 salariés. «Aujourd’hui, le poids de la dette est tel que l’on a pas mal de craintes quant à l’activité. Si l’entreprise dépose son bilan, cela risque d’entraîner une fuite des clients et des suppressions d’emplois», déclare Alain Bouteloux, secrétaire fédéral FO, chargé de la prévention et de la sécurité.

Afp

 

Certains n’auront pas attendu la fin de ces élections quand aux futures défaillances d’entreprises et plans sociaux,on se souvient que Xavier Bertrand, avait donné des instructions à plusieurs grandes entreprises afin qu’elles décalent leurs projets de licenciements,  voir le magasine Challenges .

le réveil risque d’être brutal et l’on peut s’attendre à une avalanche de licenciements dans les semaines qui viennent et je ne m’avancerais pas en disant que ceux qui ont voté UMPS  risquent malheureusement de le regretter s’ils pensent pouvoir être sauvés,le pire est assurément devant nous….!

 

 
1 commentaire

Publié par le 25 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :