RSS

Archives du 19 avril 2012

La France, championne du monde des défaillances d’entreprises

 

Selon une étude de l’OCDE, le nombre de faillites enregistré dans l’Hexagone est quasiment identique à celui observé…aux États-Unis. Et il est bien plus faible au Royaume-Uni et en Italie. En cause, la faible capacité d’autofinancement des entreprises tricolores.

 

Copyright Reuters

 

Deux ans après le pic de la crise économique et financière qui a secoué la plupart des économies industrialisés, l’OCDE dresse un bilan plutôt intéressant, au-delà des commentaires classiques sur le resserrement de l’accès au crédit des PME pendant cette période tourmentée. Ainsi, selon la publication intitulée « Le Financement des PME et de l’entrepreneuriat : tableau de bord de l’OCDE » publiée ce jeudi, 115.813 entreprises, essentiellement des TPE et des PME, ont mis la clé sous la porte en France en 2009 et en 2010, soit un tout petit moins qu’aux Etats-Unis (117.119), pays qui compte qui près de 7 millions de sociétés employant des salariés, contre un peu moins de 2,5 millions en France.

Les taux de marge sont trop faibles en France

Si l’on compare la France avec des économies qui lui ressemblent davantage, l’écart est également flagrant. De l’autre de la Manche, « seules » 35.122 ont disparu. En Italie, le nombre de défaillances s’élève à 20.718. Si le nombre de faillites est assez comparable en Allemagne, il faut rappeler que l’on y recense 3,5 millions d’entreprises.

Comment expliquer ces différences ? Par l’efficacité des plans de relance nationaux ? Peut-être, mais la comparaison est assez délicate.
Le niveau de l’autofinancement est une autre piste. Selon une étude du cabinet Altares, l’autofinancement des entreprises britanniques et allemandes est double de celui des entreprises françaises, ce qui représente un écart de trésorerie d’environ 110 milliards d’euros par an.

Un autofinancement qui s’explique essentiellement par des taux de marge supérieurs à ceux observés en France. « En 2012, le taux de marge dans l’industrie européenne a quasiment retrouvé son niveau de 2007, mais reste encore inférieur de 5 points en France », explique l’institut COE-Rexecode. Il s’élevait à 38,3% en 2011 en zone euro, à 34,4% en Allemagne et 29,9% en France

La tribune

 

 

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Suéde : une oeuvre de « mauvais goût »

 

 

Il y a certaines images qui laissent sans voix. C’est le cas des récentes photos et vidéos montrant la ministre suédoise de la Culture, Lena Adelsohn Liljeroth, ainsi que d’autres invités, coupant des parts de gâteau au niveau du sexe d’une sorte de caricature raciste de femme africaine.

La scène a eu lieu au Moderna Muséet de Stockholm le 15 avril dans le cadre de l’inauguration d’une installation signée par l’artiste Makode Linde lors de la Journée mondiale de l’art. Dans la vidéo ci-dessous, l’artiste qui s’est peint le visage en noir, a placé sa tête au-dessus d’un énorme gâteau représentant le corps d’une femme noire. On l’entend gémir dès que le couteau de cuisine tranche dans les « parties génitales » du personnage.

 

 

Ces images ont provoqué une véritable vague d’indignations en Suède, où l’on réclame la démission de la ministre, comme à l’étranger. L’association nationale afro-suédoise a qualifié la scène de « spectacle raciste ».

L’artiste a, quant à lui, posté un certain nombre de photos et de vidéo de la performance sur sa page Facebook qu’il décrit comme des images de sa « performance de mutilation génitale féminine en tant que gâteau au musée d’art moderne de Stockholm. Après que la ministre de la Culture Lena Adelsohn Liljeroth eut mutilé mon vagin ». Avant de couper, elle aurait murmuré à son oreille « Ta vie sera bien mieux après ».

 
La ministre affirme n’avoir rien fait de mal, tout en admettant que l’œuvre de Linde abordant le thème de la mutilation génitale des femmes en Afrique pouvait être mal comprise : « L’artiste dit avoir voulu défier la vision occidentale romantique et exotique d’une réalité aussi violente que raciste ». « L’art doit être provocateur » a-t-elle conclu.
 
 
 
 
1 commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nigel Farage : « Des effondrements bancaires graves vont avoir lieu »

 Avec l’escalade des craintes concernant la stabilité de la zone euro, King World News a interviewé l’ancien courtier de la London Bullion Market Association et l’actuel député européen Nigel Farage, afin d’obtenir son point de vue sur la situation. Farage a fait quelques commentaires très intéressants concernant des italiens déplaçant de grandes quantités d’or vers la Suisse.

 

 

 

Lorsque King World News a posé ses questions sur le chaos en Europe, Nigel Farage a déclaré :
« D’après des personnalités officielles en Europe et la nouvelle branche du FMI de la succursale de Washington, nous avons eu l’unanimité sur le fait qu’il n’y avait pas de perspective, et qu’à tout moment, l’euro était sous la menace. «
Nigel Farage continue avec ceci :
 
« Une déclaration choquante du FMI dit que:
« Il y a un réel problème, et il peut y avoir une rupture de la zone euro. Cela pourrait arriver plus vite que vous ne le pensez. » Je vois cela comme une sorte de fissure dans le barrage. Ils ont toujours utilisé l’argument que l’euro devait continuer à exister, et un individu du FMI vient complètement démolir cette croyance.
La rupture pourrait être désordonnée parce qu’il n’y a pas de plans d’urgence.
 
C’est ce qui me rend tellement en colère.
 
J’ai pourtant suggéré à M. Barroso, et à M.Van Rumpuy que nous devions mettre en place un plan B.
 
Nous devons effectivement nous préparer au cas où cela irait dans l’autre sens.
 
Le fait est que le fonctionnaire du FMI estime qu’il n’y a aucun plan d’urgence que ce soit….
 
« Par conséquent, ce qui est probable, c’est qu’à un certain point, les marchés submergeront et engloutiront tout et à court terme, ce qui conduira au chaos : l’ensemble des banques centrales internationales, les fonds du système bancaire.
Nous commençons à entrevoir le plus grand schéma de Ponzi que nous n’ayons jamais vu sur terre ! »
Il est certain que des effondrements bancaires graves auront lieu et l’impact sur certains États souverains sera grave. Je crains que nous sommes arrivés au point où nous ne pouvons pas vraiment arrêter ce processus maintenant. Nous commençons à atteindre un stade où beaucoup de fausse monnaie a été créé, le problème devient plus grand que la possibilité pour les gens de le résoudre.
 
Nous sommes très proches de ce point.
 
Lorsque je parle des menaces et du risque que cette chose pourrait se retrouver dans une sorte de rébellion, une sorte de cataclysme social terrible, ils (les autres politiciens européens) sont aujourd’hui très inquiets.
 
Ils vous en parleront en privé, mais en public, personne n’ose prononcer un mot.
 
Je pense que la détérioration, des deux ou trois dernières semaines dans la zone euro, est très grave : observez les spreads obligataires en Italie et en Espagne. C’est le fait que le chômage des jeunes est maintenant à plus de 50% dans certains de ces pays méditerranéens.
 
Farage a également ajouté ceci sur les mouvements d’or des italiens:
« Le mois dernier, il a été intéressant d’observer des mouvements massifs en lingots, des banques italiennes vers des banques suisses. Donc, les gens qui ont acheté l’or dans un but de protection sont ceux qui ont gardé l’or dans les coffres des banques italiennes. Maintenant leur confiance dans les banques italiennes est si mauvaise qu’ils ont déplacé physiquement les lingots vers la Suisse. Je suis encore convaincu qu’il faut acheter de l’or pendant qu’il baisse. »

Source GOLD-UP via Les moutons enragés

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Elections: des poursuites en cas de diffusion anticipée des résultats…!

 

 

 

Le parquet de Paris a menacé jeudi d’engager des poursuites judiciaires en cas de diffusion dimanche d’estimation de résultats ou de sondages à la sortie des urnes avant la fermeture des derniers bureaux de vote en métropole. Ces menaces concernent notamment les médias suisses et belges.

Le procureur de la République de Paris François Molins rappelle que toute forme de publication, de diffusion, de commentaire de sondages, « par quelque mode que ce soit », y compris à partir de l’étranger ou de l’Outre-Mer, est interdite la veille et le jour du scrutin, jusqu’à la fermeture des derniers bureaux de vote en métropole. La violation de cette interdiction est passible d’une amende de 75’000 euros (environ 90’000 francs).

Médias suisses dans le viseur

Les bureaux de vote en France ferment à 18H00 dans la plupart des localités mais à 20H00 dans les plus importantes. Des médias reçoivent peu après 18H30 des premières estimations des résultats effectuées par les instituts de sondage.

Des dirigeants de médias suisses et belges, notamment, ont dénoncé ces derniers jours « l’absurde menace de la France » et affirmé qu’ils feraient leur « boulot de journalistes en faisant circuler l’information et en donnant les résultats dès qu’ils seront disponibles ».

En France, le quotidien « Libération » a indiqué qu’il « se réserve le droit » de publier sur son site Internet les estimations de résultats dès 18H30, « si l’écart est net et les sources fiables ».

Sarkozy « pas choqué »

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a affirmé jeudi qu’il ne serait « pas choqué » par une publication anticipée des résultats. Une porte-parole du socialiste François Hollande a en revanche estimé que la loi devait être « respectée », car elle permet de ne « pas influencer les électeurs jusqu’à la fermeture des bureaux de vote ».

La commission des sondages avait annoncé mercredi qu’elle signalerait à la justice toute infraction. Pour constater les infractions des médias, mais aussi d’internautes qui pourraient diffuser des estimations sur leur compte Twitter ou Facebook, elle s’est dotée d’un dispositif de veille Internet. Elle a également l’intention de poursuivre les médias suisses et belges qui violeraient la loi.

AFP

Tout ça pour  pouvoir frauder en toute tranquillité,en cas de résultat sérré cela prend tout son sens,on peut faire basculer les scores,ni vu ni connu ch’t’embrouille…!

 

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Pays-Bas:Le triple A néerlandais menacé

L’agence de notation internationale Fitch a lancé le 19 avril un avertissement très clair aux Pays-Bas, handicapés par leur dette privée, la plus forte de la zone euro, mais aussi par leur situation politique complexe.

 

 

 

L’une des économies les plus performantes de la zone euro pourrait perdre sa note AAA, « si le gouvernement ne pratique pas un plan d’austérité ou s’il laisse le conflit politique faire ingérence dans la gestion économique », selon l’agence Fitch. Dès juin, La Haye pourrait avoir une mention négative sur ses perspectives, même si le triple A est maintenu.

Dette privée immense

Au coeur du problème économique du pays : la dette privée des Pays-Bas, passée de 190 % à 223 % du PIB entre 2000 et 2010, selon une lettre du ministère des Finances adressée en octobre au Parlement néerlandais. La dette publique est elle aussi élevée, excédant, à 64 % du PIB, le seuil de 60 % fixé par le pacte de stabilité dans la zone euro. »Cette dette privée bloque l’efficacité de l’économie néerlandaise, estime Chris Buijink, le secrétaire général du ministère de l’Economie. Cet argent n’est pas disponible pour les entreprises ».

Débat sur les mesures à prendre

Les débats sont vifs sur les mesures à prendre. A commencer par la suppression d’une particularité néerlandaise : le remboursement par le fisc des intérêts sur les emprunts immobiliers de long terme (jusqu’à 30 ans) contractés par les ménages pour acheter leur résidence principale. La seule dette privée sur les emprunts immobiliers s’élève à 128 % du PIB. Voilà plusieurs années que la Commission européenne demande aux Pays-Bas de supprimer cette mesure. Du coup, l’incertitude plane sur les réformes que pourrait prendre la coalition de droite menée par le Premier ministre libéral Mark Rutte. Le marché de l’immobilier se trouve en pleine récession. Les prix baissent, et le nombre de logements à vendre dépasse largement la demande.

« Mauvaise posture »
« Les Pays-Bas sont en mauvaise posture, note un éditorial du quotidien économique Financieele Dagblad. Après avoir donné des leçons de gestion à la Grèce, ils doivent maintenant balayer devant leur porte ». Bernard Wientjes, le patron des patrons, estime que le gouvernement doit endiguer le deficit budgétaire, en le maintenant inférieur à la norme de 3 % fixée pour la zone euro, afin de garder son triple A. En 2011, le déficit s’est situé au-dessus de 4 % du PIB. « Nous devons prendre des mesures draconiennes », estime-t-il. Seul problème: des coupes de 18 milliards d’euros ont déjà été faites dans le budget 2012, ce qui met à mal le pouvoir d’achat et l’emploi. Le chômage s’élève à 5,9 % en mars. L’un des plus bas niveaux de la zone euro, certes, mais un chiffre à relativiser, compte tenu du nombre croissant de travailleurs précaires et indépendants.

Débats politiques

Les partenaires de la coalition au pouvoir négocient des coupes suplémentaires de 9 millions d’euros cette année. La donne est compliquée par la présence des populistes de droite au sein de cette coalition, qu’ils soutiennent depuis le Parlement. Le Parti de la liberté (PVV) de Geert Wilders fait peser le risque d’une chute de la coalition et de législatives anticipées, si le gouvernement ne tient pas compte de ses exigences. Pour Wilders, il n’est pas question de toucher à la déductibilité des intérêts sur les emprunts immobiliers.

La tribune

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch va cesser de noter 27 obligations grecques….

L’agence de notation dégrade de «C» à «D» 13 des titres obligataires apportés à l’échange proposé par Athènes le 11 avril dernier. Pour les 14 titres restants, Fitch n’exclut pas un défaut. L’agence cessera d’évaluer tous les titres grecs le 20 avril.

 

 

 

L’agence de notation Fitch Ratings, qui évalue au total 27 obligations souveraines grecques, a dégradé, la note de 13 d’entre elles de «C» à «D». Ceci, après qu’Athènes a confirmé que ces séries ont bien été apportées par leurs détenteurs le 11 avril dernier dans le cadre de son échange de dette. Ces titres seront retirés de la cote le 20 avril. Parallèlement, Fitch précise qu’elle «retirera également la note ‘C’ dont bénéficiaient les obligations qui n’ont pas été apportées à l’échange».

Les notes de Fitch concernant les instruments de couverture à long terme pour les devises étrangères et locales (IDRs), ainsi que les instruments de couverture pour les obligations nouvellement émises ne sont pas affectées par cette dégradation et restent notées «B». Avec perspective stable.

Fitch note qu’à l’intention des détenteurs de titres admissibles encore existants, les autorités grecques ont prolongé la date limite pour apporter leurs obligations à l’échange jusqu’au 20 avril. La conversion de ces titres sera achevée le 25 avril.

Pour ce qui concerne les 14 titres notés «C» par Fitch et qui n’ont pas été entièrement soumis à l’échange, la notation reste la même. Toutefois, l’agence pense que ces titres sont voués à faire défaut. En conséquence, elle cessera l’évaluation de tous les titres grecs -ceux notés «C» et «D» -à compter du 20 avril.

LES ECHOS

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Bourse Espagnole, IBEX-35 : -22% en ligne droite 10 semaines.

 

 

La bourse espagnole est victime d’un krach rampant avec une chute abyssale de -22% en ligne droite 10 semaines (entrecoupées de 2 semaines de rebond).

L’Ibex-35 aligne 5 semaines de repli consécutif et passe dans l’intervalle de 8.625Pts à 6.950Pts: l’indice se retrouve pour la 1ère fois sous les 7.000Pts depuis la mi-mars 2009.
L’IBEX rejoint ainsi la droite unissant les planchers de juin 2010 et novembre 2011: sous les 6.950Pts (-38,2% depuis le zénith des 11.150Pts du 18 février 2011), il devient de déterminer une zone de rebond dans un tel contexte de spirale baissière.

Le cours de l’Ibex ici:

http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=FF55-IBEX

 

 

 
6 Commentaires

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

le CAC 40 passe dans le rouge, rumeur de dégradation de la France ….

 

 

La Bourse de Paris passait dans le rouge jeudi après-midi, à l’instar d’autres marchés européens, sur des rumeurs de dégradation de la France, qui ont mis un terme à un début de séance favorable.

Il est 15h20 et le Cac perd  0.82%.

Dans la foulée, les taux d’emprunt de la France bondissait sur le marché obligataire à 3,097% (contre 3,005%), alors que jusqu’ici, ils étaient stables depuis l’ouverture.

A trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, « la seule explication au repli est une rumeur de dégradation de la France », explique un vendeur d’actions parisien sous couvert d’anonymat.

Cette hypothèse était jugée infondée par l’analyste alors qu’aucune des trois grandes agence de notation n’a menacé récemment d’une dégradation imminente de la France. Paris a déjà perdu son triple A auprès de Standard and Poor’s.

Lundi, l’agence Moody’s a dit ne pas prévoir de changement imminent de la note de la France, notée « Aaa », assortie d’une perspective négative.

Du fait de la rumeur de dégradation, le marché parisien effaçait un début de séance lors duquel il avait pris plus de 1%, en ayant plutôt bien accueilli des emprunts de l’Espagne et de la France.

Les valeurs bancaires faisaient les frais de ce retournement du marché, à l’image de BNP Paribas (-1,45% à 29,57 euros), Crédit Agricole (-2.44% à 3,728 euros) et Société Générale (-3.35% à 17,110 euros).

Afp

 
2 Commentaires

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

La course folle de la dépense militaire

 

 

Pendant le temps que vous mettrez à lire cet article, on aura dépensé dans le monde 10 millions de dollars de plus en armes, armées et guerre. La dépense militaire mondiale se monte en effet à 3,3 millions de dollars à la minute. Soit 198 millions par heure, 4,7 milliards chaque jour. Ce qui équivaut à 1.738 milliards de dollars en une année. Ces données sont celles de 2011, publiées hier par le Sipri, le fameux institut international dont le siège est à Stockholm.

Les Etats-Unis sont toujours la locomotive de la dépense militaire, avec 711 milliards de dollars, équivalents à 41% du total mondial. La coupe annoncée de 45 milliards annuels dans la prochaine décennie reste encore à voir. Les économies devraient être effectuées en réduisant les forces terrestres et en restreignant les pensions (assistance médicale comprise) des anciens combattants.

 Objectif du Pentagone : rendre les forces étasuniennes plus agiles, plus flexibles et prêtes à être déployées encore plus rapidement. La réduction des forces terrestres prend place dans la nouvelle stratégie, testée avec la guerre en Libye : utiliser l’écrasante supériorité aérienne et navale étasunienne et en faire assumer la plus grosse charge par les alliés. Mais les guerres n’en coûtent pas moins pour autant : les fonds nécessaires, comme cela s’est passé pour la guerre contre la Libye, sont autorisées par le Congrès à chaque fois, en les ajoutant au budget du Pentagone. Et s’ajoutent aussi à cela d’autres postes à caractère militaire, parmi lesquels environ 125 milliards annuels pour les militaires au repos et 50 pour le Département de la sécurité de la patrie, portant la dépense étasunienne à environ la moitié de celle mondiale.

Dans les estimations du Sipri, la Chine reste au deuxième rang par rapport à 2010, avec une dépense estimée à 143 milliards de dollars, équivalents à 8% de la dépense mondiale. Mais son rythme de croissance (170% en termes réels en 2002-2011) est plus grand que celui de la dépense étasunienne (59% pour la même période). Cette accélération est due fondamentalement au fait que les USA sont en train d’opérer une politique de « containment » de la Chine, déplaçant de plus en plus le centre focal de leur stratégie dans la région Asie/Pacifique. En rapide augmentation aussi la dépense de la Russie, qui passe, avec 72 milliards de dollars en 2011, du cinquième au troisième poste parmi les pays ayant les plus grandes dépenses militaires.

Suivent la Grande-Bretagne, la France, le Japon, l’Arabie saoudite, l’Inde, l’Allemagne, le Brésil et l’Italie. La dépense militaire italienne est estimée par le Sipri, pour 2011, à 34,5 milliards de dollars, équivalents à environ 26 milliards d’euros annuels. L’équivalent d’une grosse loi de Finances.

Dans la répartition régionale, l’Amérique du Nord, l’Europe et le Japon totalisent environ 70% de la dépense militaire mondiale : c’est donc la triade, qui jusqu’à présent a constitué le « centre » de l’économie mondiale, qui investit les plus grandes ressources dans le domaine militaire. Ceci a un effet de répercussion sur les régions économiquement moins développées : par exemple, l’Afrique compte à peine 2% de la dépense militaire mondiale, mais l’Afrique du Nord a enregistré la croissance la plus rapide de la dépense militaire dans les sous-régions (109% en termes réels en 2002-2011) et celle du Nigeria aussi est en croissance rapide.

La dépense militaire continue ainsi à augmenter en termes réels. Selon les estimations du Sipri, elle a grimpé à 250 dollars annuels pour chacun des 7 milliards d’habitants de la planète. Un chiffre apparemment négligeable pour un citoyen moyen d’un pays comme l’Italie. Mais qui, additionné aux autres, devient un fleuve d’argent public qui se perd dans un puit sans fond. Avant même de tuer quand elle est convertie en armes et armées, la dépense militaire tue en soustrayant des ressources vitales à des milliards d’êtres humains.

 

Edition de mercredi 18 avril 2012 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120418/manip2pg/01/manip2pz/321318/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Manlio Dinucci est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca. Articles de Manlio Dinucci publiés par Mondialisation.ca
 
1 commentaire

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le plan de bataille des financiers….

 

Un sujet de François Ruffin, réalisé par Olivier Azam – Les Mutins de Pangée – Avril 2012 – Avec Fakir et la-bas.org. lesmutins.org

 

 

 

 

http://vimeo.com/40577072

 

 
3 Commentaires

Publié par le 19 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :