RSS

Archives du 5 avril 2012

Cholestérol ou la Grande Supercherie…?!

Dans son dernier ouvrage, le cardiologue et chercheur au CNRS Michel de Lorgeril jette un pavé dans la mare.Selon lui, faire baisser son cholestérol ne servirait à rien, bon et mauvais cholestérol n’auraient aucun sens et les statines seraient inutiles.En bref, le cholestérol permettrait surtout de faire de gros sous.

 

 

Cœur : le cholestérol accusé à tort ?

Propos recueillis par Cyril Dagois En provenance de MediSite.fr

Dans son dernier ouvrage, le cardiologue et chercheur au CNRS Michel de Lorgeril jette un pavé dans la mare. Selon lui, faire baisser son cholestérol ne servirait à rien, bon et mauvais cholestérol n’auraient aucun sens et les statines seraient inutiles. En bref, le cholestérol permettrait surtout de faire de gros sous.

1. Cholestérol : rentable pour les labos

Pourquoi le cholestérol est si souvent décrié ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Le cholestérol est devenu l’ennemi numéro 1 dans la prévention des maladies cardio-vasculaires car cela arrange tout le monde. Les enjeux économiques sont colossaux, en particulier depuis l’arrivée des statines.

Les laboratoires pharmaceutiques y trouvent largement leur compte. Les médicaments anti cholestérol représentent l’un des plus gros chiffres d’affaires du marché. Ils contribuent d’ailleurs pour 1 milliard d’euros au déficit de la Sécurité sociale. Les industriels de l’agroalimentaire en tirent également profit, avec leurs margarines et yaourts prétendument anti cholestérol. Cela arrange même certains médecins traitants, qui peuvent pratiquer une médecine systématique »

2.Bon et mauvais cholestérol : « à dormir debout »

Les termes de « bon » et « mauvais » cholestérol ou de « taux normal » ont-ils un sens ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Le ’bon’ et le ’mauvais’ cholestérol, ce sont des histoires à dormir debout, du pur Walt Disney avec la vilaine sorcière et la gentille fée, pour masquer les faiblesses de la théorie du cholestérol. Des essais cliniques comme Illuminate de 2007 montrent que l’augmentation du ’bon’ et la baisse du ’mauvais’ cholestérol ne protègent pas contre les maladies cardio-vasculaires !

Quant au taux normal de cholestérol, il s’agit plutôt d’une moyenne. Pour tous les paramètres biologiques ou physiologiques, il existe des moyennes et des écarts. Une personne peut sortir de la moyenne, vers le haut ou vers le bas, sans avoir pour autant un problème de santé. »

3. Les dangers du cholestérol, une croyance ?

Pourquoi vous opposez-vous à la théorie couramment admise sur les dangers du cholestérol ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Selon cette théorie, le cholestérol serait toxique pour les artères. Il représenterait la cause principale des infarctus, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des complications cardio-vasculaires. Et plus le cholestérol serait élevé, plus le risque augmenterait. Inversement, plus le taux baisserait, plus le danger diminuerait.

Certains adeptes de cette théorie recommandent même d’abaisser au maximum son taux de cholestérol. Mais il ne s’agit que d’une succession d’hypothèses sans validation scientifique. Des croyances relayées par les industries pharmaceutiques et agroalimentaires auprès des médecins. Et qui ne reposent sur aucune rationalité. »

4. Cholestérol et infarctus : aucun rapport ?

Un taux de cholestérol élevé n’est donc pas synonyme de maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« L’élévation du taux de cholestérol n’est pas en elle-même la cause des accidents cardio-vasculaires. Elle peut par contre traduire des altérations du mode de vie ou de nos paramètres biologiques qui sont les vraies causes des maladies cardio-vasculaires. En clair, le cholestérol est un mauvais indicateur de risque. De nombreuses études vont dans ce sens.

Dès les années 70, les données montrent que la mortalité cardiaque reste globalement la même, quel que soit le taux de cholestérol dans le sang. Notre mode de vie et nos conditions d’existence diminuent notre espérance de vie, pas le cholestérol. »

5. Faire baisser son taux de cholestérol ne servirait à rien

Une baisse du taux de cholestérol apporte-t-elle une protection ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Non, faire baisser son taux de cholestérol n’apporte rien. Tous les essais cliniques publiés après 2005 ont été négatifs sur la question. Le taux de cholestérol peut baisser par l’alimentation ou en prenant des médicaments. Mais si à côté, le mode de vie ne change pas, le risque reste le même. Si par exemple une personne continue à fumer en se disant qu’elle est protégée par sa statine, elle court droit à la catastrophe. »

6. Statines : pas d’intérêt en prévention

Les statines présentent-elles un intérêt pour se protéger des maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Non, elles n’apportent aucune protection. Elles entraînent une baisse de cholestérol qui n’a aucun effet sur la mortalité.

Beaucoup d’études sur ces médicaments restent très suspectes, à cause de l’implication de l’industrie pharmaceutique. Mais l’essai ALLHAT de 2002, le seul sponsorisé par des institutions publiques indépendantes, ne montre aucune protection malgré la baisse de cholestérol.

Toutes les études d’après 2005 révèlent également l’absence d’effet sur la mortalité, à part le récent essai Jupiter très controversé. Sur le risque d’AVC, aucune donnée scientifique ne prouve l’intérêt des statines. Idem avec l’insuffisance cardiaque. »

7. Les effets secondaires des statines

Existe-t-il des risques pour les patients prenant des statines ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Les statines présentent un certain nombre d’effets secondaires. Chez les gens actifs, elles semblent altérer la qualité de vie et entraîner douleurs musculaires et déprimes. A long terme, il existerait également une augmentation des risques de cancer, en particulier chez les plus de 60 ans. L’étude PROSPER de 2002 notamment montre davantage de cancers et de décès par cancer avec la Pravastatine que sans traitement.

Attention cependant, les patients ne doivent pas arrêter leur traitement sans en discuter avec leur médecin traitant. Mais la prescription de statines me semble pire que l’affaire du sang contaminé en terme de chiffres. 7 millions de Français prennent ces médicaments inutilement. »

8. Les vraies causes des accidents cardio-vasculaires

Si le cholestérol est innocent, qu’est-ce qui provoque l’infarctus ?

Dr Michel de Lorgeril :

« L’infarctus vient d’une artère coronaire entièrement bouchée. Dans l’immense majorité des cas, la cause est un caillot de sang.

« La formation de ce caillot dépend de trois facteurs : »

  • l’agrégation des plaquettes sanguines,
  • la coagulation et la fibrinolyse,
  • un mécanisme anti-caillot

Le cholestérol n’intervient dans aucun de ces phénomènes.

Quant aux lésions d’athérosclérose, elles bouchent en partie les artères mais jamais complètement. Le cholestérol représente au grand maximum 10 % des ces lésions. Donc 10 % d’une obstruction partielle, qui n’est pas responsable en elle-même de l’infarctus. »

9. Comment protéger son cœur et ses artères

Quelles mesures faut-il prendre pour se protéger des maladies cardio-vasculaires ?

Dr Michel de Lorgeril :

« Les maladies cardio-vasculaires sont des maladies du mode de vie. D’où l’importance d’agir notamment sur trois facteurs :

  • le tabac,
  • l’exercice physique,
  • l’alimentation

En clair, il ne faut pas fumer et essayer de respirer un air pur. Il faut aussi effectuer une activité physique adaptée.

Une masse musculaire importante est une réserve de protéines et d’acides aminés. Pour l’alimentation, la diète méditerranéenne a prouvé son efficacité clinique. En résumé, il s’agit d’une diète riche en céréales peu raffinées, en fruits et légumes frais, en légumes secs, en fruits à coque, en huile d’olive, en herbes aromatiques.

10. Pourquoi le monde médical reste silencieux

Pourquoi davantage de médecins ne font pas part de leurs doutes sur le cholestérol et les statines ?

Dr Michel de Lorgeril :

« D’abord, ils n’ont pas forcément accès aux médias. Mais si beaucoup de médecins se taisent, c’est aussi par crainte. Un des plus grands épidémiologistes mondiaux vient de relire mes travaux sur l’étude Jupiter, qui concerne l’utilisation préventive des statines. Il dit m’approuver et me soutenir. Mais il refuse de cosigner mon article. La raison : l’université pour laquelle il travaille a des contrats avec l’industrie pharmaceutique. »

Quant aux médecins généralistes, beaucoup n’osent pas exprimer leurs doutes aux patients de crainte de se le faire reprocher par le cardiologue du CHU voisin. »

Amessi.org

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Centrale nucléaire de Penly : deux départs de feu provoquent l’arrêt d’un réacteur

 

 

PENLY (Seine-Maritime) – Deux départs de feu dans un bâtiment réacteur de la centrale nucléaire de Penly (Seine-Maritime) ont provoqué l’arrêt automatique du réacteur jeudi en début d’après-midi, avant d’être éteints par les pompiers.

Il n’y a pas de blessé et l’événement n’a aucune conséquence sur l’environnement, a assuré EDF en milieu d’après-midi, soulignant que les incendies étaient éteints.

Nous faisons donc un diagnostic de l’état des installations pour établir les causes de cet événement et pouvoir redémarrer l’installation, a déclaré dans la soirée à France 3 le directeur délégué du site, Laurent Lacroix.

De son côté, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a précisé en fin d’après-midi que le réacteur était maintenu à l’arrêt.

Interrogée par l’AFP, l’ASN n’a pas pu indiquer à quel niveau se situait l’incident sur l’échelle internationale des événements nucléaires Ines, mais a précisé qu’elle irait faire une inspection sur le site dès vendredi.

Au total, une soixantaine de pompiers des centres de secours environnants ont été mobilisés avec une vingtaine de véhicules, ont indiqué les pompiers.

Selon les différents communiqués publiés par EDF, un dégagement de fumée a été signalé à 12H20 dans le bâtiment réacteur de l’unité de production n°2 de la centrale.

Les systèmes de sécurité se sont enclenchés normalement et le réacteur s’est arrêté automatiquement, a précisé EDF.

A 13H15, les pompiers sont intervenus dans le bâtiment réacteur (…) pour éteindre deux départs de feu, a ajouté le producteur d’électricité.

Selon les explications à la presse du directeur délégué du site, les pompiers ont constaté que le feu avait pris sur deux petites flaques d’huile, et les flammes ont été maîtrisées à l’aide d’extincteurs.

Des flaques qui faisaient quelques dizaines de cm2, a indiqué à l’AFP la responsable des relations presse de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) Evangelia Petit.

Le président de la Commission locale d’information (CLI) de Penly, Serge Boulanger, citant les informations données par EDF, a indiqué que l’incident s’était produit au niveau d’une pompe d’alimentation d’eau qui se serait mise à fumer suite à un manquement d’huile.

L’ASN a également évoqué un problème de pompe, en précisant que l’arrêt automatique (du réacteur) a été causé par l’arrêt d’une des pompes du circuit primaire.

L’association environnementale FNE a souhaité jeudi soir que l’incident de Penly soit réellement sans gravité. Nous espérons que l’incendie n’affectera pas le circuit de refroidissement de la centrale, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Pour que l’huile brûle il faut au moins un autre incident en l’occurrence une flamme. EDF doit répondre à cette question, a déclaré à l’AFP Claude Barbay, le président de FNE Haute-Normandie.

Par ailleurs on ne sait pas si l’incident est intervenu dans la partie nucléarisée ou autour, a déclaré M. Barbay, également membre de la CLI.

La centrale de Penly, située au bord de la mer entre Dieppe et Le Tréport, compte deux réacteurs nucléaires.

Le site a été retenu pour accueillir un nouveau réacteur EPR, après celui de Flamanville (Manche), mais le gouvernement a décidé en octobre 2011 de reporter le lancement de l’enquête publique sur ce projet controversé.

Un autre réacteur nucléaire s’est arrêté automatiquement jeudi à 13h30 à la centrale nucléaire EDF de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) suite à un problème mineur sur un capteur d’eau, a-t-on par ailleurs appris auprès de l’opérateur.

Selon EDF, le redémarrage est prévu vendredi en milieu de journée.

Selon le rapport 2010 de l’ASN il y a eu 49 arrêts automatiques de réacteurs en 2010.  Afp

 

 
2 Commentaires

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nouvelles manifestations prévues jeudi en Grèce après le suicide d’un retraité (màj)

 

De nouvelles manifestations sont prévues jeudi à Athènes pour protester contre les mesures d’austérité, au lendemain du suicide en public d’un retraité.

Plus de 1.500 personnes s’étaient rassemblées mercredi soir sur la place Syntagma, devant le Parlement, quelques heures après ce suicide. De nouveaux rassemblements sont prévus jeudi.

Le pharmacien à la retraite, âgé de 77 ans, s’est tiré une balle dans la tête mercredi matin, à l’heure de pointe, près d’une sortie du métro sur la place Syntagma. Dans un message publié par les médias locaux, il explique qu’il n’arrive pas à survivre avec sa retraite. Il appelle les Grecs à « pendre les traîtres » sur la place.  Afp

  

La population se rassemble place Syntagma (via @mkhalili)

 

La lettre laissée par le retraité qui s’est suicidé à Athènes

 

« Le gouvernement d’occupation de Tsolakoglou [1] a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans, (sans aucune contribution de l’État). Mon âge, ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que si un grec prenait une kalachnikov je n’aurais pas été le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne, ou sinon, faire les poubelles pour me nourrir. Je crois qu’un jour les jeunes sans avenir, prendront les armes et iront pendre les traîtres du peuple, sur la place Syntagma, comme l’ont fait en 1945 les Italiens pour Mussolini, sur la Piazzale Loreto, à Milan. »

Lettre manuscrite du pharmacien retraité âgé de 77 ans qui a mis fin à ses jours sur une pelouse de la place Syntagma, près du Parlement grec, le 4 avril 2012 (via le blog Greek Crisis).

 

 

Notes

[1] Le général Georgios Tsolakoglou, signataire de l’armistice avec les forces allemandes, fut le premier chef de gouvernement grec sous l’Occupation, nommé par les nazis (30/04/1941-02/12/1942). Son nom en Grèce est synonyme de « collaborateur »

Bastamag

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Automobilistes : AU TAPIN ! (A relayer)

 

 

 

Automobilistes : AU TAPIN !
( je viens de recevoir un courriel de la Ligue de défense des automobiliste)
… préparez la vaseline .

 

 

 

 » Cher ami,

Voilà un scandale qui, s’il était connu d’un grand nombre de Français, ferait sans doute une onde de choc à travers tout le pays…

Vous savez sans doute que le gouvernement a récemment publié un décret qui oblige chaque automobiliste à détenir dans sa voiture un éthylotest – enfin deux, l’un pour se tester en cas de doute, et l’autre à présenter aux gendarmes en cas de contrôle.

Officiellement, le but est de lutter contre l’alcoolisme au volant. Tout le monde aimerait voir moins de drames sur la route liés à l’alcool, c’est incontestable. Mais je vais vous montrer qu’il s’agit de bien autre chose ici…

L’affaire est tellement scandaleuse qu’il fallait absolument que je vous envoie un mail pour vous informer !

Alors, voilà ce qui se passe :

En juillet, une association, « I-Test » se crée pour militer en faveur d’éthylotests obligatoires dans toutes les voitures. Ils interpellent le Ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, et hop quelques mois plus tard le décret sort. La nouvelle infraction est créée, avec une amende de 17 euros à la clef.

Quand on sait qu’il faut des années d’habitude pour obtenir quoi que ce soit quand on est une association, nous avons été saisis par cette rapidité !

Vous le savez, ici à la Ligue de Défense des Conducteurs, nous enquêtons depuis plus de trois ans sur la répression routière – il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir le pot aux roses !

Qui sont les membres de cette « association » ? S’agit-il, comme on aurait pu le croire, d’un collectif de familles qui ont perdu un proche sur la route à cause d’un chauffard qui avait trop bu ?

Pas du tout : ce sont tout simplement… des fabricants d’ethylotests ! Le Président de « l’association » est chargé de mission chez Contralco, le plus grand fabricant d’éthylotests chimiques (les fameux « ballons »).

Et là, il vient de réussir un coup de maître : assurer à sa boîte un marché 100 % garanti sur 38 millions de voitures !

Le calcul est vite fait : 38 millions de voitures x 2 éthylotests à 1€ pièce = 76 millions d’euros garantis dès l’application du décret en juillet prochain.

Mieux : le décret comporte une obligation de norme NF pour les éthylotests… norme que cette entreprise est la seule à avoir !

Voilà : un marché juteux, 100 % garanti, qui va rapporter des millions à une grosse entreprise…

… Et nous, on vient nous dire que c’est pour notre sécurité ? Et que si l’éthylotest venait à manquer dans notre boîte à gants, ce serait tellement grave qu’on devrait payer une amende ?

Franchement, de qui se moque-t-on ?

C’était déjà la même chose avec les radars : au départ ils sont venus nous dire que c’était pour notre sécurité, et il n’y avait pas de raison de ne pas y croire. Enfin, au début…

Car vu les bénéfices colossaux que raflent maintenant, chaque année, les grandes entreprises qui installent et entretiennent les radars (plus de 200 millions d’euros par an, directement issus de vos PV), qui peut encore venir nous parler de sécurité ??

Année après année, les pouvoirs publics tirent un peu plus sur la corde, en se disant que ça va passer, que les Français ne vont rien dire… Alors depuis 2003 et la mise en place des premiers radars vitesse, on a eu les radars feu rouge, les radars tronçon, les radars discriminants, les radars « zones de chantier », les radars mobiles embarqués dans des véhicules en mouvement, etc… L’Etat fait rentrer de plus en plus d’argent, et la cagnotte des entreprises productrices de radars gonfle, gonfle…

Ces entreprises sont devenues tellement puissantes que, désormais, elles ne se cachent même plus pour faire leurs magouilles : le fameux lobbyiste qui vient d’obtenir le marché du siècle, avant de se lancer dans le business de l’éthylotest, dirigeait une société de radars ! C’est même lui qui a vendu les premiers radars feu-rouge au gouvernement !

Quelques entreprises bien placées veulent grossir facilement leur chiffre d’affaire sans prendre de risque, ils sollicitent les pouvoirs publics, lesquels nous jouent la carte de la sécurité routière, et hop le tour est joué, le business est installé, et vous êtes ses clients forcés.

Comment en est-on arrivés là ? Tout simplement parce qu’à chaque fois qu’ils tiraient un peu plus sur la corde, aucune voix ne s’élevait assez fort pour que ça fasse scandale et que ça s’arrête.

Mais tout cela n’a que trop duré : quel autre business vont-ils réussir à implanter demain ? L’éthylotest anti-démarrage obligatoire dans toutes les voitures (coût : 1000 euros par véhicule) ? Des boîtes noires comme dans les avions, ou la géolocalisation obligatoire ?

Ne vous en faites pas pour eux : ils trouveront toujours un prétexte de sécurité routière pour donner mauvaise conscience à ceux qui voudraient contester.

En vérité, c’est eux qui devraient avoir honte de leurs pratiques. Agiter sous le nez des gens des images horribles d’accidents, profiter du deuil des familles des victimes, pour engraisser un business juteux, ce sont des pratiques inqualifiables ! Mais tant que des millions de Français ne leur auront pas fait savoir à quel point ils sont indignés, rien ne les arrêtera.

Notre atout, en tant que simples citoyens, c’est que les élections approchent et qu’aucun candidat ne peut se permettre d’ignorer la colère de plusieurs millions de Français. Nous devons mettre, sur chacun des candidats en campagne, une pression telle que le Président qui sortira des urnes n’aura pas d’autre choix que de faire cesser ces pratiques honteuses.

Nous devons agir dès maintenant, c’est pourquoi je vous demande de faire deux choses simples mais essentielles :

— Signez la pétition aux candidats que vous trouverez sur ce lien. Dans quelques jours, je veux pouvoir amener à chaque candidat plusieurs centaines de milliers de signatures, puis le double la semaine prochaine, et encore plus la semaine suivante, pour leur coller une telle pression avant l’élection qu’ils ne pourront pas l’oublier une fois élus ;

— M’aider à faire connaître ce scandale au plus grand nombre de Français possible, en transférant ce message à tous vos amis, vos proches, ou vos collègues. Ne les laissez pas tomber dans le piège de la propagande des pouvoirs publics qui utilisent la sécurité routière comme un alibi pour engraisser un business juteux.

Je vous remercie.

Bien cordialement, « 

Christiane Bayard
Secrétaire Générale
Ligue de Défense des Conducteurs

LIGUE DE DEFENSE
DES CONDUCTEURS
Stop à la répression absurde
Oui à une conduite responsable
116, rue de Charenton 75012 PARIS

Vu ICI

Panier de crabes

 
10 Commentaires

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Russie: cauchemar de neige à Moscou en plein printemps

 

La capitale russe était prise jeudi dans une tempête de neige et plusieurs rues de Moscou se sont couvertes de verglas et les températures sont descendues jusqu’à -2°C en plein printemps, selon le Centre météorologique de Moscou.

 

 

Un cauchemar de neige est tombé sur Moscou, a constaté jeudi matin la chaîne de télévision NTV, alors que la presse russe se demande quand viendra le vrai printemps.

Les prévisions météo ne sont cependant guère rassurantes.

De fortes chutes de neige, du verglas et des rafales de vent jusqu’à 17 mètres/seconde sont attendus à Moscou jeudi, les températures devant baisser jusqu’à -4°C vendredi avec de nouvelles chutes de neige, a indiqué le Centre météorologique de Moscou sur son site.

Les congères (à Moscou) vont rester pratiquement jusqu’à la fin avril, a précisé de son côté le directeur du Centre météorologique russe, Roman Vilfand, cité par le quotidien populaire Komsomolskaïa pravda.

Par ailleurs, une tempête de neige, avec des rafales de vent atteignant 35 mètres/seconde, s’est abattue jeudi sur la péninsule du Kamtchatka (Extrême-Orient russe), où les écoles ont été fermées à cause des intempéries, selon le site de l’antenne locale du ministère des Situations d’urgence.

De fortes chutes de neige ont également eu lieu mercredi dans la presqu’île de Sakhaline (Extrême-Orient), affectant le trafic ferroviaire et le fonctionnement de l’aéroport de Ioujno-Sakhalinsk, capitale locale, qui a été brièvement fermé, a indiqué l’antenne locale du ministère des Situations d’urgence dans un communiqué.

Les lignes de haute tension ont été endommagées dans plusieurs districts de Sakhaline, et le trafic des transports publics était toujours perturbé jeudi matin à Ioujno-Sakhalinsk, selon la même source.

Afp

 

   

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: 1ère distribution d’aide alimentaire par le Secours populaire français

 

Paquets de madeleines sous un bras, conserves sous l’autre, des dizaines de Grecs en situation précaire ont pris livraison mercredi près d’Athènes des trente tonnes de produits alimentaires collectés par le Secours Populaire français (SPF) pour sa première mission dans le pays en crise.

 

 

Paquets de madeleines sous un bras, conserves sous l'autre, des dizaines de Grecs en situation précaire ont pris livraison mercredi près d'Athènes des trente tonnes de produits alimentaires collectés par le Secours Populaire français (SPF) pour sa première mission dans le pays en crise.

 

Un fonds d’urgence de 10.000 euros a été débloqué par le Secours populaire pour venir en aide à un millier de familles grecques.
« C’est un premier geste de solidarité matérielle (…) mais il ne s’agit pas d’une visite éclair, nous sommes également ici pour voir comment nous allons pouvoir amplifier cette solidarité », a expliqué Julien Lauprêtre, président du SPF, qui accompagnait une délégation de l’organisation.
Pour la distribution des produits, le Secours populaire et son partenaire grec du Comité grec pour la solidarité démocratique internationale ont choisi deux lieux symboliques du marasme économique et social dans lequel est plongé le pays.
Le chantier naval de Perama, près du port du Pirée, employait « 6.500 personnes en 2008 contre moins de 500 aujourd’hui », selon le président du syndicat local des métallurgistes Sotiris Poulikogiannis. Sur les quais, au pied des paquebots géants, une foule discrète d’hommes peu loquaces ont défilé pour recevoir leur colis.
A quelques kilomètres de là, dans l’une des usines du groupe Halyvourgia, principal sidérurgiste grec, les salariés sont en grève depuis plus de cinq mois en réaction à un plan de licenciements et des projets de diminution du temps de travail associé à de fortes baisses de salaires.
« Je n’ai pas touché de salaire depuis le mois de novembre (début de la grève, ndlr), nous tenons grâce à la solidarité de la population », explique Kostas, employé depuis 22 ans, pour 1.500 euros mensuel, dans ce complexe industriel de 400 salariés.
Né en 1945, le Secours populaire est l’une des principales associations françaises luttant contre la précarité et l’exclusion. Aujourd’hui, l’association est confrontée dans l’Hexagone à « un raz-de-marée de misère » qui l’a conduit à aider 3 millions de personnes en 2011, selon Julien Lauprêtre.
« Ce n’est pas une raison pour ne pas s’occuper de ce qui se passe ailleurs, au contraire », estime M. Lauprêtre, qui souhaite amplifier le mouvement en lançant notamment un appel « aux amis et vedettes grecs vivant en France ».
Il a rappelé que le Secours populaire est engagé de longue date aux côtés de la Grèce dont il a soutenu les « résistants communistes et démocrates » pendant la guerre civile puis les prisonniers politiques sous le régime des colonels.

Afp

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 5 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :