RSS

Archives du 2 avril 2012

Séisme de mag. 6.3 région Guerrero,Mexique

 

 

globe showing location of 10-degree map

 

 

10-degree map showing recent earthquakes

Ampleur 6.3
Date-Time
  • Monday, 02 Avril 2012 à 17:36:43 UTC
  • Monday, 02 Avril 2012 à 12:36:43 à l’épicentre
Emplacement 16.477 ° N, 98,287 ° W
Profondeur 12.3 km (7.6 miles)
Région Oaxaca, Mexique
Distances 158 km (98 miles) SSW de Huajuapan de Leon, Oaxaca, au Mexique
174 km (108 miles) au SE de Chilpancingo, Guerrero, Mexique
175 km (108 miles) ESE de Acapulco, Guerrero, Mexique
338 km (210 miles) SSE de MEXIQUE VILLE, DF, Mexique
Incertitude Lieu horizontale + / – 15 km (9.3 miles), profondeur + / – 7.7 km (4.8 miles)
Paramètres NST = 379, Nph = 379, dmin = 329,5 km, RMSS = 1,01 sec, Gp = 47 °,
de type M = magnitude moment régional (Mw), Version = B
Source
  • Magnitude: USGS NEIC (WDCS-D) Lieu: USGS NEIC (WDCS-D)

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Virus H5N1 muté: les recherches seront publiées….

 

Les points de vue de la recherche scientifique et de la biosécurité semblent se rapprocher dans l’affaire du H5N1 muté: un nouvel avis favorable à la publication des travaux a été rendu aux Etats-Unis.

 

 

 

 

Détection du virus H5N1 dans des oeufs au laboratoire central vétérinaire de Budapest, en Hongrie, en janvier 2007, dans le cadre de la surveillance européenne de la grippe aviaire.<br />
(STR/AP/SIPA)

 

 

Les experts en biosécurité qui conseillent le gouvernement américain ont assoupli leur position sur la publication de deux articles décrivant comment le virus de la grippe aviaire (H5N1) pouvait devenir très facilement transmissible entre mammifères.

Pour la première fois depuis sa création en 2005, le bureau consultatif pour la biosécurité dans les sciences (NSABB) a demandé en décembre 2011 aux éditeurs des revues scientifiques à comité de lecture Science et Nature, de ne pas publier l’intégralité des travaux sur ce H5N1 muté, craignant que la recette tombe entre de mauvaises mains ou qu’une fuite hors du laboratoire provoque une épidémie.

Le nouvel avis rendu le 30 mars par le NSABB (National Science Advisory Board for Biosecurity), à l’issue de deux journées de travail, est favorable à la publication intégrale de l’un des articles, celui de Yoshihiro Kawaoka (Université du Wisconsin-Madison, Etats-Unis/Université de Tokyo, Japon), soumis à la revue Nature. Pour l’autre article, soumis à la revue Science par l’équipe de Ron Fouchier (Centre Erasmus de Rotterdam, Hollande), le NSABB approuve la publication des données, de la méthodologie et des conclusions.

Nouvelle version des articles

Entre décembre et mars, que s’est-il passé ? D’abord les scientifiques ont revu leur copie et c’est une version révisée des articles que le panel du NSABB a examiné la semaine dernière. Ensuite, Fouchier et Kawaoka, devant faire face à un vif débat sur le bien-fondé de leurs recherches, ont explicité leurs travaux et leurs résultats.

Ainsi en février dernier, lors d’une conférence de la société américaine de microbiologie (ASM), Ron Fouchier a précisé que le virus créé dans son laboratoire ne tue pas les furets lorsqu’ils sont contaminés par voie aérienne (gouttelettes de salive…). Et que ce H5N1 ne se transmettait pas aussi facilement qu’il l’avait décrit en septembre 2011 dans un congrès à Malte, selon les propos rapportés par la revue Science.

De plus, le virus muté ne se réplique pas aussi vite dans les cellules des furets qu’un virus de la grippe saisonnière, a ajouté le chercheur. Sur huit furets infectés par la voie nasale avec le virus muté, un seul développe un syndrome grippal sévère. Anthony Fauci, qui dirige les Instituts américains de recherche sur les maladies infectieuses et les allergies (NIAID, branche des NIH), a lui aussi tenté d’apaiser les esprits. L’institut qu’il dirige a financé les travaux de Fouchier et de Kawaoka.

Un groupe d’experts convoqués par l’OMS s’est prononcé mi-février en faveur de la poursuite de ces travaux sur le H5N1 (lire Moratoire prolongé sur les recherches). Cependant, les chercheurs avaient décidé de suspendre leurs travaux le temps que toutes ces discussions aient lieu.

Dans son avis du 30 mars, le NSABB estime qu’aucune information contenue dans les deux articles ne met en péril la sécurité nationale. Le bureau, dont l’avis est consultatif, s’appuie par ailleurs sur une toute nouvelle décision de l’administration américaine (2) concernant les recherches en biologie financées par les fonds fédéraux, visant à vérifier en amont, avant présentation des résultats, qu’elles ne risquent pas d’être détournées à des fins terroristes.

______________________________________________________________________________________ 

(1) Le H5N1 est un virus de grippe aviaire, qui se transmet facilement entre oiseaux. Il peut franchir la barrière des espèces et infecter l’être humain lors de contacts directs et prolongés avec des oiseaux. Il est très pathogène chez l’humain mais ne se transmet pas de personne à personne comme le virus de la grippe, qui voyage dans les fines gouttelettes que nous produisons en parlant ou en éternuant (aérosols). Le H5N1 est surveillé de près car s’il mute et acquiert cette capacité à se transmettre par voie aérienne, une grave pandémie grippale est à craindre.

(2) United States Government Policy for Oversight of Life Sciences Dual Use Research of Concern.

Science et avenir

 
3 Commentaires

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nous vous aimons – Message d’un israélien aux iraniens….

 

 

 

Faisons comme cet homme, diffusons ce message de paix. Faites circuler…….

 

 

 

 » Le peuple ne peut payer les erreurs de ses dirigeants…

Salut, mon prénom est Ronny, j’ai 41 ans, je suis père et professeur designer graphique. Je suis un citoyen Israélien et j’ai besoin de ton aide.
Récemment nous avons entendus aux informations qu’une grande guerre est proche.
Le gouvernement parle de destruction et d’autodéfense.

Cette guerre n’a rien à voir avec nous.
Le 15 mars j’ai posté un poster sur Facebook. Le message était simple: »Nous n’allons pas bombarder votre pays. Iraniens nous vous aimons » et avec le poster, j’ai écris quelques mots:
<>

Ainsi à 24 heures les gens commencèrent à partager le poster sur facebook et à 48 heures les Iraniens commencèrent à répondre aux posters avec amour pour nous. Des milliers de messages arrivèrent en provenance d’Iran nous disant qu’eux aussi nous aimaient. Le jour suivant nous étions à la télévisions et dans les journaux attestant de la rapidité avec laquelle le message avait « voyagé ».

Ok,maintenant nous voulons être certains que le message arrive à tous, non seulement à toute la communauté de Facebook , mais partout.
Ceci est un message pour les gens, pour les personnes. Ainsi s’il vous plait aidez nous à diffuser ce message. Merci « 

SOURCE via les Moutons Enragés

 

 
3 Commentaires

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Après MegaUpload, Hollywood menace cinq autres services

 

 

Depositfiles, FileServe, MediaFire, Putlocker, Wupload : trois mois après la fermeture de MegaUpload, la puissante Motion Picture Association of America (MPAA), le syndicat professionnel du film, vise cinq autres services de téléchargement direct et d’hébergement de fichiers.

Lors d’une conférence sur le droit d’auteur, vendredi, le responsable de la protection des contenus des studios Paramount a annoncé que les studios et la MPAA continuaient de lancer des procédures contre les services d’hébergement qu’elles jugent dédiés au téléchargement illégal.

C’est après une plainte de l’industrie du film qu’avait été lancée la procédure qui a abouti à l’arrestation du fondateur de MegaUpload, Kim « Dotcom » Schmitz, en Nouvelle-Zélande, et à la saisie des serveurs utilisés par le service. Les autorités américaines n’ont toutefois pas confirmé le lancement de procédures similaires.

Dans une lettre adressée au site CNet, le PDG de Mediafire, Tom Langridge, a défendu son service, estimant qu’il n’avait rien en commun avec les quatre autres sites cités par la Paramount. « Mediafire n’est pas géré par une bande de hors-la-loi », écrit-il. « Nous n’imposons pas des limites artificielles au téléchargement pour inciter les utilisateurs à souscrire un abonnement payant, et nous ne rémunérons pas les utilisateurs qui chargent des contenus. (…) Mediafire collabore pleinement avec la MPAA, la RIAA et d’autres organisations qui luttent contre la distribution illégale de contenus protégés. »

La semaine dernière, le service de téléchargement direct RapidShare avait obtenu une victoire judiciaire significative en Allemagne. Le tribunal a jugé que l’activité du doyen des services d’hébergement de fichiers est légale et ne nécessite pas de contrôle a priori des fichiers chargés sur ses serveurs, mais a également imposé à l’entreprise un contrôle des liens externes dirigeant vers des contenus contrefaits sur sa plateforme.

Le Monde

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

A Toulouse, un balcon bien encombré….!

 

 

 

 

Il suffisait de regarder davantage. La preuve du mensonge policier était devant mes yeux, là, dans… Paris-Match, qui a un intérêt à faire disparaître au plus vite l’exemplaire de la semaine s’il ne veut pas le transformer comme preuve à charge contre le pouvoir en place. Dedans, en effet, il y a une photo, qui prouve l’impossibilité de la thèse officielle énoncée par Claude Guéant, qui avait dû s’y reprendre à deux fois fois pour la divulguer aux journalistes, devant la forêt de micros que je vous avais montrée. La photo, c’est celle du balcon d’où est censé s’être jeté Mohamed Merah. Un balcon qui ne fait pas trois mètres de large, et où stationnaient en armes au minimum trois policiers. Juste sur le bord de ce balcon, les preuves de quatre tirs de sniper ayant raté leur cible. Toutes les vidéos montrant l’assaut, prises par des voisins, avaient été faites sous un angle où ce fameux balcon n’apparaissait pas. Il n’y avait aucune image de disponible, sauf, aujourd’hui, celle-là. Il y a cinq ans, j’avais écrit un article montrant une photo prise à la Gare du Nord démontrant que la police l’avait laissée se faire saccager: elle était en une du Figaro. La presse censée soutenir Nicolas Sarkozy, a force d’avoir trop voulu en faire, est celle qui le condamne le plus en montrant ses manipulations : étrange paradoxe. Place donc à ce cliché mémorable :

 

 

Cette vue rend impossible la thèse officielle d’un Merah traversant son salon en tirant pour aller se jeter, toujours en tirant, sur le sol en bas de ce même balcon. Impossible. Soit les policiers sont rentrés entre temps, ce qui semble impossible par la seule porte existante (imaginez la bousculade) soit ce sont eux qui se retrouvent obligés de sauter pour laisser le tueur toulousain faire son dernier saut de Lucifer (avec pirouette pour éviter les échelles). Impossible. Une seule photo, et tout s’écroule ; et c’est celle-là la bonne. Et je ne vous parle pas de la thèse du sniper, qui en ce cas, aurait vraimenr été adroit, pour éviter… ses collègues dans un espace aussi restreint. A voir les traces des quatres tirs sur le béton du balcon, on peut penser que l’initiative eût été aventureuse.

 

 

Je ne vous parle même pas de la précédente, qui remet en cause la phrase désormais célèbre d’Amaury de Hautecloque avec ces « armes non létales ». Visiblement, les policiers du raid n’ont pas en main des lance-pierres. Mais ont leurs HK, dont un modèle est siglé… »UMP«  (ici c’est un G-36C « Commando« ) à chargeur transparent de 30 cartouches. Et tous ceux qui escaladent les échelles en premier en sont munis. Il y en a même un muni d’un respirateur.

 

 

Paris-Match, avec sa volonté d’en faire trop, vient d’enterrer l’explication officielle donnée à l’assaut de l’appartement de Mohamed Merah. On a bien affaire à un mensonge, qui devient de facto, par cette seule photo, mensonge d’Etat.

Agoravox

 

 
12 Commentaires

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Projets du gouvernement britannique: surveiller en temps réel les emails et le surf des habitants

 

 

Les associations de défense des libertés publiques en Grande-Bretagne ont violemment critiqué les projets – révélés par le Sunday Times – du gouvernement d’accroître ses pouvoirs de surveiller des échanges de courriels et de consultations de sites web.

 

 

 

 

Selon ces projets de nouvelles réglementations qui devraient être révélés le mois prochain selon le journal, les entreprises de l’internet devraient installer des équipements permettant au service de renseignements électroniques d’avoir accès en temps réel aux données concernant chaque message ou courriel envoyé, les sites internet consultés et les appels téléphoniques composés.

 

« Comme en Chine ou en Iran »

Elles constituent « un pas sans précédent, où l’on verrait la Grande-Bretagne adopter le même type de surveillance que l’on voit en Chine et en Iran », a dénoncé pour Nick Pickles, directeur de l’assocation Big Brother Watch Campaign. De son côté Shami Chakrabarti, directeur du groupe des libertés civiles, a qualifié ce projet du gouvernement de « pas assez catastrophique contre la démocratie ».

 

Argument du gouvernement: protéger les habitants

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que le gouvernement se préparait à légiférer à ce sujet « aussitôt que les parlementaires en trouveraient le temps ». « Il est vital que la police et les services de sécurité soient en mesure d’obtenir des données sur les communications dans certains circonstances afin d’enquêter sur les crimes et les actes terroristes et de protéger le public », a déclaré un porte-parole du ministère. Dans le passé, des tentatives de prendre des mesures similaires avaient été faites sous le précédent gouvernement travailliste en 2006, mais elles avaient être abandonnées en raison d’une forte opposition.

RTL.BE

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

VIRUS SCHMALLENBERG: Près de 3.000 exploitations touchées en Europe

 

Le virus de Schmallenberg (SBV) poursuit sa propagation en Europe et particulièrement en France où désormais 1.048 exploitations sont touchées. Alors que l’épidémie avait débuté en Allemagne, le nombre d’exploitations touchées est maintenant sensiblement le même dans les 2 pays les plus touchés, en Allemagne et en France. Cette semaine encore, le Ministère de l’Agriculture déclare 154 nouvelles exploitations confirmées positives en France.

 

 

 

 

 

Le Ministère de l’Agriculture confirme ainsi, au 30 mars, la présence du virus de Schmallenberg dans 1048 élevages qui sont donc touchés dans 46 départements (01, 02, 03, 08, 10, 14, 16, 17, 18, 21, 23, 24, 27, 28, 33, 36, 37, 41, 45, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 67, 68, 69, 70, 71, 72, 76, 79, 80, 86, 87, 88, 89). Il s’agit essentiellement d’élevages ovins, mais on compte 76 élevages bovins, 12 élevages caprins et 2 élevages ovin/caprin.

 

 

Poursuite de l’épidémie: 

 

· Au Royaume-Uni, ou le Département de l’Agriculture qui exerce une veille sur l’ensemble de l’Europe du Nord, désormais 234 exploitations ont été contrôlées positives au SBV, dans maintenant 15 régions.

L’Allemagne, le pays le plus touché, compte désormais 1.120 exploitations testées positives au 30 mars. 243 élevages bovins, 832 ovins et 45 caprins. Les nouveaux cas atteignent maintenant les régions du sud de l’Allemagne.

· La Belgique, au 30 mars fait état de 284 exploitations soit 100 de plus qu’au 5 mars.

· Les Pays-Bas font état de 234 exploitations touchées, soit également 100 de plus en un mois.

• Le Luxembourg (7 cas), l’Italie (1 cas) et l’Espagne (1 cas) n’ont pas « bougé » depuis 1 mois environ.

 

 

Les différents pays européens travaillent toujours à la mise au point d’un test sérologique pour améliorer la détection du virus aujourd’hui détecté par PCR. A ce jour, aucune mesure de protection n’a été mise en œuvre concernant les exportations d’animaux ou de produits dérivés en Europe. L’UE européenne a rappelé que le transport en Europe d’animaux infectés était interdit. En France, la surveillance a été mise en place par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) dès le 04 janvier 2012. Il est considéré peu probable que le SBV soit pathogène pour l’homme (ECDC, 2011) mais le risque n’est pas exclu et de nouvelles études de risque doivent encore être menées.

 

Sources : FLI (Friedrich Loeffler Institute) «‘Schmallenberg-Virus’ (European Shamonda-like orthobunyavirus), updated February, 27th 2012 DEFRA (Département britannique de l’Agriculture), ECDC, Ministère de l’agriculture, Présentation DGAL – DDecPP02, Centre de Ressouces d’Epidémiosurveillance, FSA.

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :