RSS

Archives du 17 mars 2012

Israël pourrait ne pas attendre les élections US pour attaquer l’Iran….!

 

 

 

 

Selon NRG Israël, dont le cabinet s’est réuni pour voter pour ou contre la guerre en Iran, Netanyaou a obtenu la majorité, 8 voix pour et 6 contre.

Israël vient aussi de prendre la terrible décision de ne pas attendre les élections américaines du mois de novembre.

Pour faire simple, Israël peut maintenant attaquer l’Iran à n’importe quel moment… L’essence va rapidement dépasser 2 Euros le litre…

http://www.zerohedge.com/news/brent-126-israel-cabinet-votes-8-6-attack-iran

Source

 

De plus:

 

Ultimatum US à l’Iran?

Moscou chargé d’informer l’Iran de sa dernière chance d’éviter la guerre

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a été chargé par Hillary Clinton d’informer l’Iran que les pourparlers avec les grandes puissances prévus en avril étaient la dernière chance de Téhéran d’éviter la guerre, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

Les négociations prévues en avril entre l’Iran et six médiateurs internationaux sont la dernière chance pour Téhéran d’éviter la guerre. Hillary Clinton a demandé à Sergueï Lavrov de faire passer le message aux autorités iraniennes, écrit le journal en citant un diplomate russe haut placé, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

La secrétaire d’Etat américaine et M. Lavrov se sont entretenus lundi à New York, après une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les pays du groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) envisagent une reprise des pourparlers, gelés depuis plus d’un an, sur le programme nucléaire iranien.

Selon le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, ces négociations pourraient avoir lieu début avril à Istanbul.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a reconnu que la situation autour de l’Iran s’aggravait, tout en refusant de parler de dernière chance.

On ne parle jamais de la dernière chance. Tout dépend de la volonté politique, et la Russie fait tout pour que cette volonté soit renforcée, a déclaré M. Riabkov à Kommersant.

Nous assistons à une indéniable escalade (…). Ceux qui veulent avoir recours aux armes doivent se retenir et oeuvrer pour trouver une solution diplomatique, a-t-il poursuivi.

Tout en appelant à la paix, la Russie se prépare toutefois à faire face à d’éventuelles frappes contre Téhéran, selon Kommersant.

Nous avons un plan de mobilisation pour faire face à une possible vague de réfugiés, a indiqué une source au sein du ministère russe de la Défense.

Selon une source au ministère des Affaires étrangères, un programme classé top secret a été mis en place pour protéger les citoyens russes en cas de guerre contre l’Iran.

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux ont imposé de nombreuses sanctions à l’Iran pour tenter de pousser le pays à renoncer à son programme nucléaire, qui cache selon eux un volet militaire, ce que Téhéran dément.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé la semaine dernière à Washington que ni la diplomatie ni les sanctions n’étaient parvenues à freiner le développement du programme nucléaire controversé de l’Iran, ajoutant: Aucun d’entre nous ne peut se permettre d’attendre beaucoup plus longtemps.

Le président américain, Barack Obama, qui a reçu M. Netanyahu, n’a pas exclu le recours à la force en dernier ressort, mais a privilégié la voie diplomatique et les sanctions pour dissuader l’Iran d’avancer vers l’arme nucléaire.

Afp du 14 Mars

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 17 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

VIRUS SCHMALLENBERG: 824 exploitations touchées en France, 1er cas en Espagne

Alors que la Commission européenne s’est donné comme priorité une réponse forte aux mesures restrictives des pays tiers concernant les exportations de bétail et de produits issus de l’élevage, le virus de Schmallenberg (SBV) poursuit sa propagation en Europe et particulièrement en France où désormais 824 exploitations sont touchées. Cette semaine, le Ministère de l’Agriculture déclare 154 nouvelles exploitations confirmées positives, vs 259 la semaine précédente. Le 13 mars 2012, le virus SBV a été identifié sur des petits moucherons (culicoïdes) au Danemark sans qu’aucun bétail n’ait à ce jour été contrôlé positif. Enfin, le 12 mars, un premier cas d’infection par SBV a été confirmé chez un agneau malformé, en Andalousie.

 

 

Le Ministère de l’Agriculture confirme ainsi, au 16 mars, la présence du virus de Schmallenberg dans 824 élevages dans 40 départements (01, 02, 03, 08, 10, 14, 16, 17, 18, 21, 23, 27, 36, 37, 41, 45, 49, 50, 51, 52, 54, 55, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 67, 68, 69, 70, 71, 76, 79, 80, 86, 87, 88, 89).Il s’agit essentiellement d’élevages ovins, mais on compte 26 élevages bovins, 8 élevages caprins et 2 élevage ovin/caprin.

 

 

Poursuite de l’épidémie:
· Au Royaume-Uni, ou le Département de l’Agriculture qui exerce une veille sur l’ensemble de l’Europe du Nord, prévoit la poursuite de l’épidémie ces prochaines semaines, désormais 176 (vs 121 au 4 mars) exploitations ont été contrôlées positives au SBV, dans maintenant 15 régions.
L’Allemagne, le pays le plus touché, compte désormais 980 exploitations testées positives au 16 mars vs 908 au 9 mars. 143 élevages bovins, 796 ovins et 41 caprins. Les nouveaux cas atteignent maintenant les régions du sud de l’Allemagne.
· La Belgique, au 12 mars fait état de 213 exploitations touchées vs 184 au 5 mars.
· Les Pays-Bas font état de 177 exploitations touchées, au 16 mars, vs 153 au 9 mars.

• 7 cas ont également été recensés au Luxembourg

• En Italie, l’Instituto G. Caporale rappelle que la présence du virus a pour la première fois été détectée le 16 Février à Trévise (Vénétie) à travers des malformations d’un fœtus de chèvre testé positif. Pas d’autre cas n’a été détecté à ce jour.

• En Espagne enfin, un premier cas a été détecté.

 

Aujourd’hui l’infection au virus est détectée par test PCR et les différents pays européens travaillent à la mise au point d’un test sérologique pour améliorer la détection du virus. Avec le développement d’un test « plus simple » on pourrait découvrir qu’un nombre bien plus important d’animaux et d’exploitations ont été touchés par le VSB. A ce jour, aucune mesure de protection n’a été mise en œuvre concernant les exportations d’animaux ou de produits dérivés en Europe. L’UE européenne a rappelé que le transport en Europe d’animaux infectés était interdit. En France, la surveillance a été mise en place par la Direction générale de l’alimentation (DGAL) dès le 04 janvier 2012. Il est considéré peu probable que le SBV soit pathogène pour l’homme (ECDC, 2011) mais le risque n’est pas exclu et de nouvelles études de risque doivent encore être menées.

Santelog

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un fertilisant naturel aux multiples vertus gagne du terrain en France

 

 

 

GRIOUDAS (Aveyron) – Secret de fabrication bien gardé, unité de transformation fermée à double-tour: l’éleveur Marcel Mezy commercialise depuis l’Aveyron un fertilisant naturel qui a déjà convaincu des milliers d’agriculteurs de se détourner des engrais chimiques classiques.

A ce jour, 5.000 exploitations sur 350.000 en France utilisent les granulés certifiés Agriculture biologique renfermant un cocktail de micro-organismes élaboré à partir de composts de matières végétales par ce chercheur-paysan dans sa ferme de Grioudas.

Les clients vont du producteur d’échalotes du Finistère à l’endivier du Pas-de-Calais, en passant par les chefs Sébastien et Michel Bras, trois étoiles au Guide Michelin à Laguiole (Aveyron).

Marcel Mezy, 70 ans, veut rendre aux agriculteurs fierté et dignité, eux qui sont régulièrement traités de pollueurs.

Pour la première fois, on a un produit naturel et efficace, supérieur en terme de rendement aux engrais classiques (…) C’est une innovation d’une grande portée, estime Marcel Mazoyer, professeur émérite à AgroParisTech.

Selon cet agronome, s’il est produit à grande échelle, on pourra dire que c’est un procédé de fertilisation qui est de nature, dans le siècle à venir, à changer radicalement la perspective en matière de fertilisation, sans toutefois éliminer l’usage des engrais classiques et pesticides, mais cela permettrait de les réduire, ce qui est nécessaire.

Les ventes de Bactériosol (à incorporer dans la terre) et de Bactériolit (à mélanger au fumier), par sac de 600 kg pour les agriculteurs ou en boîte de 1,2 kg pour les jardiniers amateurs, augmentent de 20% environ par an.

Le chiffre d’affaires de la Sobac, l’entreprise fondée en 1992 par Marcel Mezy et ses associés, a atteint 15 millions d’euros en 2010 et table sur 17 à 18 millions d’euros cette année, grâce également aux marchés européens. La production est passée de 7.000 tonnes en 2001 à 35.000 en 2011.

Résistances

L’eurodéputé écologiste José Bové loue l’efficacité de ce procédé d’avenir pouvant valoriser l’agriculture biologique et lui prédit un chemin semé d’embûches car il va à l’encontre de l’agrochimie.

Il y a des résistances, abonde M. Mazoyer. Les producteurs d’engrais classiques, les distributeurs n’ont pas intérêt de vendre un produit moins cher, dont ils vendront des quantités moindres.

Le secrétaire de la FNSEA, premier syndicat agricole, Dominique Barrau, dit ne pas connaître les fertilisants de la Sobac.

Philippe Eveillard, responsable agronomie à l’Union des industries de la fertilisation (Unifa), qui regroupe 95% de producteurs d’engrais français, estime que ces produits ne doivent pas remplacer un engrais car ils peuvent aider la plante à se nourrir, mais ne lui donnent pas d’éléments nutritifs.

Les frères Mathieu et Paul Causse, éleveurs de vaches à Merlet (Aveyron), témoignent de résultats exceptionnels: Ca nous a permis de tirer de meilleurs revenus. Ca revient moins cher à l’hectare (…) Et le cheptel est en meilleure santé.

A Marans (Charente-Maritime), dans une exploitation inondée d’eau de mer après la tempête Xynthia en 2010, Maryse et Yves Baudouin estiment être sortis de la catastrophe grâce au fertilisant aveyronnais.

Marcel Mezy regrette que les chambres d’agriculture et la FNSEA ne s’intéressent pas plus à ses fertilisants. L’agriculture est un long fleuve tranquille, dit-il. Des fois, il faut deux ou trois générations pour changer les choses établies.
afp

 

http://www.bacteriosol-jardin.fr/

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’hôpital de Longwy et ses 1 000 salariés vont sauter: La ville boycottera la Présidentielle

 

 

boycott.jpg

 

« C’ est un cri du cœur, un appel au secours. » Pour attirer l’attention de l’État, toujours aussi silencieux au sujet de l’hôpital de Mont-Saint-Martin, menacé, la municipalité de Longwy a décidé de frapper fort. « C’est illégal de ne pas organiser l’élection présidentielle ? Cela l’est tout autant de supprimer l’offre de soins dans le Pays-Haut ! » Le ton est donné, la mairie a bien décidé de boycotter l’organisation de l’élection présidentielle. Et elle appelle les autres municipalités du territoire concerné par Alpha Santé à faire de même. Placée à droite sur l’échiquier politique, la Ville de Longwy assure ne pas faire de surenchère. « Nous sommes dans un contexte électoral, mais nous appelons à la prudence sur les déclarations et décisions qui portent atteinte à l’intérêt de l’hôpital. C’est un drame humain ! », appuient les élus face aux couacs, annonces et contre-annonces, qui secouent l’avancée du dossier.

« Nous nous sentons délaissés par l’État autant que par les candidats à la présidentielle. Les engagements, dans trois mois, ce sera trop tard. Personne ne veut se prendre les pieds dans le tapis Alpha Santé. Aujourd’hui, François Fillon est à Nancy, il serait courageux de venir ici ! » Ça, c’est pour son propre camp. Mais le discours vaut également pour la gauche : « On mérite autant que Florange ! » Dans une lettre ouverte à toutes les forces vives du territoire, la municipalité expose sa démarche : « Longwy et son bassin ne méritent pas d’être laissés pour compte, délaissés, méprisés ! […] Il est de notre devoir de se mobiliser massivement et de se faire entendre beaucoup plus haut et beaucoup plus fort ! » Une colère que les élus de la ville n’espèrent donc pas se voir traduite par les urnes…

 

O. F.
 
Le Républicain Lorrain
 
2 Commentaires

Publié par le 17 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :