RSS

Archives du 14 mars 2012

US : survivre à une invasion de zombies…..

 

 

 

Nos amis américains ont toujours quelques idées saugrenues, mais tellement délicieuses. En l’occurrence, voilà qu’ils dispensent des cours de préparation à une invasion de Zombies.

Si la nouvelle a l’air amusant exposée ainsi, il s’agit pourtant d’une initiative des plus sérieuses. La simulation d’invasion zombie est le scénario idéal pour enseigner les techniques classiques permettant de survivre aux catastrophes naturelles, attaques terroristes ou autres pandémies.

Outre la popularité incontestable de nos morts vivants, ils restent effectivement une parfaite métaphore de drames plus réalistes. Aussi, la prestigieuse université du Michigan a décrété qu’elle dispenserait des cours d’un genre nouveau et morbide :

« Survivre à l’attaque imminente de zombies, catastrophes et comportements humains ; du 14 mai au 26 juin 2012, par Glenn Stutzky »

Autant dire que les jeunes étudiants se précipiteront sur cette nouvelle option, il n’y a qu’à voir le succès de Walking dead. Le fond du programme reste cela dit très sérieux, un des débats soulevés est notamment l’étude du comportement des individus suite à une catastrophe. Entraide ou chacun pour sa peau en somme.

Comme le précise le Figaro, ces programmes aux allures zombiesques commencent à faire légion chez l’Oncle Sam. Ils sont agrégateurs et stimulent le grand public et à fortiori les plus jeunes. Dans les précurseurs de cette approche originale, on note par exemple les Centres de Contrôle et Prévention des Maladies, donc le directeur résume extrêmement bien leur concept :

«Si vous êtes bien équipés pour faire face à une invasion de zombies, alors vous serez aussi préparés en cas de cyclone, de pandémie, de tremblement de terre ou d’attentat terroriste»

Au-delà des conseils techniques, les participants se sont vus remettre un kit de survie (eau, nourriture, couteau, radio, trousse de premiers secours …)

Original, motivant et instructif … espérons que cela inspire nos politiques français !

Figaro

 

 
4 Commentaires

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Quand on vous dit que tout va bien…!:Le budget de l’UE au bord du défaut (Parlement européen)

 

 

 

Le budget de l’Union européenne est « au bord du défaut », les grands contributeurs -fortement mis à contribution pour sauver l’euro- rechignant à augmenter leur participation, a averti mercredi Alain Lamassoure, président de la commission des Budgets du Parlement européen.

La Commission européenne doit présenter le 26 avril sa proposition pour le budget 2013, mais il est « peu probable » que les Etats acceptent une augmentation, a estimé M. Lamassoure au cours d’un point de presse au Parlement européen à Strasbourg avec le commissaire au Budget Janusz Lewandowski.

Les Etats ont imposé un budget d’austérité pour 2012 avec des dépenses limitées à 129,1 milliards d’euros, loin des 133,1 milliards demandés par le Parlement.

Le commissaire Lewandowski a confirmé avoir des difficultés pour trouver 11 milliards d’euros afin de rembourser aux Etats les factures présentées fin 2011 et il a annoncé travailler à un projet rectificatif nécessaire pour au moins la moitié de cette somme.

« Le budget européen n’a pas un euro de déficit, mais il est au bord du défaut », a lancé Alain Lamassoure.

« Nous sommes face à un problème politique. La France, l’Allemagne, les Pays Bas, la Finlande, l’Autriche, qui sont les pays contributeurs nets, refusent toute augmentation de leur contribution nationale, car ils sont les principaux supports du fonds de sauvetage de l’euro et ne veulent pas payer deux fois », a-t-il expliqué.

L’exercice pour le budget 2013 va consister à « orienter les crédits de paiements là où ils sont nécessaires », a-t-il souligné. « Pour le moyen et le long terme, il faudra doter le budget européen de ressources propres », a-t-il ajouté.

Un groupe de travail planche sur une taxe sur les transactions financières, a-t-il rappelé. « Mais il est clair que ce ne sera pas pour 2013 », a-t-il insisté.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

(Vidéo) Jérôme Cazes : Votre banquier met en danger votre argent

 

 

555, jeudi rouge

 

Ancien directeur général de la COFACE, Jérôme Cazes se fait évincer du groupe par l’actionnaire majoritaire Natixis en 2010 après plusieurs années de bons et loyaux services pour les raisons que vous découvrirez dans cette vidéo. Après avoir vécu au cœur du système bancaire pendant des années, il fait partie des « indignés de la spéculation financière » et dénonce les abus de de la banque-casino sous couvert de la banque-réseau à travers son livre « fiction » 555, jeudi rouge

Il est aujourd’hui consultant et enseigne à HEC…

 
« J’ai vu comment le système dérapait »

« En ce moment, si vous travaillez dans une banque, vous vous faîtes engueuler par votre patron si vous vendez du crédit. Pour en faire, il faut avoir vendu 50 produits à forte marge à côté, sinon on est au mauvais banquier »

« Ils jouent avec notre argent, le fonds de garantie des dépôts est incapable de faire face à la faillite d’une grande banque« 

« Nous avons des techniques de gestion des problèmes qui sont celles de l’âge des cavernes »

 

 

Pour la vidéo,cliquez sur le bandeau

Gold-up

 

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Victime de l’austérité, un village italien se constitue en principauté….

 

 

 

Filettino, village du Latium, refusait la perte de son statut de commune à la suite de la simplification administrative décidée par le gouvernement Berlusconi pour des raisons budgétaires. Les habitants se sont constitués en principauté et désigné un Prince bien décidé à en découdre avec Rome sur des dossiers très sérieux.

Samedi soir, l’heure était solennelle à Filettino. Anneau d’or au doigt, les députés de cette nouvelle principauté du Latium ont prêté serment en écoutant, la main sur le coeur, l’hymne national tout juste composé ainsi que le discours-programme de leur nouveau souverain: le Prince Taormina.

Tout a commencé en août dernier. C’est pour éviter sa disparition administrative que le village de Filettino, 500 habitants, situé à 150 kilomètres de Rome, décide, au coeur de l’été dernier, de proclamer son indépendance ! Il faut dire que le gouvernement italien, encore dirigé par Silvio Berlusconi, vient d’annoncer la couleur: pour économiser les deniers de l’état, l’exécutif du Cavaliere décide tout de go la suppression des communes de moins de 1000 habitants.

Refusant le mariage forcé avec Trevi, une commune située à une dizaine de kilomètres, les autorités locales de Filettino mettent en place un plan de bataille digne d’une comédie à l’italienne. Mesure phare: l’érection de la petite communauté du Latium en principauté, alors même que l’Italie vient de fêter le cent cinquantième anniversaire de son unité.

Un prince et une nouvelle monnaie

En décembre dernier, le maire Luca Selleri consulte ses concitoyens à l’occasion d’un référendum. « Tope là » répondent les habitants qui acceptent également d’abandonner l’euro au profit du « fiorito », (le fleuri), dont la valeur est fixée à 50 centimes d’euros. Depuis l’automne, quelques 20.000 coupures de billets ont déjà été imprimées.

Restait toutefois la question délicate du choix du prince régent. Plusieurs candidats pressentis ayant élégamment refusé le fauteuil de velours, Luca Selleri trouve finalement la perle rare en la personne de l’avocat Carlo Taormina. Ce proche de Silvio Berlusconi, vedette des tribunaux italiens – il a notamment défendu l’ex capitaine des SS Eich Priebke -, accepte de se revêtir du manteau d’hermine tant il est amusé par le côté farfelu de l’aventure.

Disposant d’un carnet d’adresses épais comme l’Ancien Testament, Carlo Taormina a rapidement formé son cabinet. Certes, la défection de l’urologue du pape, le professeur Augusto Mosca, qui devait prendre les commandes du ministère de la Santé, a constitué une sévère déconvenue. Mais cette perte a été compensée par l’arrivée d’autres personnalités. A commencer par le mari de Claudia Cardinale, le réalisateur Pasquale Squitieri, nommé premier ministre. Ou encore de l’entrepreneur Guglielmo Cialone. Pour former son parlement composé de trente députés, le prince Taormina a recruté des résidents.

Priorité à la gestion des eaux

Samedi soir, le Prince a lancé sa première offensive contre Rome à propos de l’exploitation des ressources hydriques locales. Objectif : réunir les représentants de la région du Latium, le gouvernement de Filettino et la société italienne des Eaux Acea autour d’une table pour revoir le plan de production et de distribution. Selon le souverain,

La société des Eaux devrait verser une cotisation annuelle qui pourrait être réinvestie dans le développement du territoire, à commencer par la construction d’un réseau hydrique dans la station hivernale de Campo Staffi.

Durant le courant de la semaine, le grand Conseil se réunira pour fixer la date des prochaines rencontres et rédiger la liste des dossiers primordiaux. Reste à voir comment réagira la République, à savoir le gouvernement de Mario Monti. En remettant en question l’unité du pays dont l’Italie est si fière, la petite commune de Filettino a-t-elle créé un précédent qui pourrait faire boule de neige ?

myeurop.info

 
2 Commentaires

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un dirigeant de Goldman Sachs claque la porte et dénonce un climat toxique

 

 

 

Un cadre supérieur de Goldman Sachs, claquant la porte au bout de 12 ans, a dénoncé mercredi dans une tribune au New York Times la culture d’entreprise toxique de la grande banque d’affaires, qui privilégierait ses profits au détriment de ceux de ses clients.

Greg Smith, qui indique démissionner mercredi de son poste de directeur exécutif et responsable des produits dérivés américains en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, affirme que les intérêts des clients continuent à passer au second plan dans la façon dont la banque fonctionne et pense à gagner de l’argent.

Quand les livres d’histoire seront écrits sur Goldman Sachs, ils pourraient bien montrer que le PDG actuel Lloyd Blankfein et le président Gary Cohn ont laissé tomber la culture de la firme quand ils en tenaient les rênes. Je crois réellement que ce déclin de la fibre morale de l’entreprise représente la menace la plus sérieuse pour sa survie à long terme, écrit M. Smith.

Selon lui, la banque en est au point où celui qui gagne assez d’argent pour la banque, à condition qu’il ne soit pas un assassin, sera promu à un poste influent de Goldman Sachs.

Goldman Sachs a rejeté les accusations de cette lettre ouverte assassine pour son image de grande banque d’affaires.

Nous sommes en désaccord avec l’opinion exprimée, qui selon nous n’illustre pas notre façon de gérer nos affaires, a indiqué un porte-parole de la banque. A notre avis, nous ne pourrons réussir que si nos clients réussissent. Cette vérité fondamentale est au coeur de notre comportement.

Mais M. Smith, ancien membre de l’équipe de recrutement de la banque, chargé de repérer dans les universités les étudiants les plus prometteurs pour les convaincre de la rejoindre, cite plusieurs anecdotes à l’appui de ses accusations.

Ca me rend malade de voir comment les gens parlent de façon ignoble d’arnaquer leurs clients, écrit-il.

Depuis 12 mois j’ai vu cinq différents directeurs généraux parler de leurs propres clients comme de ‘pantins, parfois dans des courriels internes, ajoute-t-il, alors même que ce genre de comportements a été abondamment dénoncé ces dernières années dans des enquêtes judiciaires et parlementaires, comme l’affaire de Fabulous Fab, alias Fabrice Tourre.

M. Tourre est un cadre français de la banque poursuivi pour avoir trompé des investisseurs en leur vendant des produits financiers complexes et très risqués adossés au marché immobilier américain.

Je n’ai connaissance d’aucun comportement illégal, écrit encore M. Smith. Mais est-ce que les gens (de Goldman) poussent leurs clients à acheter des produits lucratifs et compliqués, même s’ils ne sont pas les plus simples ou s’ils ne correspondent pas à leurs besoins? Absolument. Tous les jours, en fait.
Afp

 

 
4 Commentaires

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les pays BRICS veulent abandonner le dollar….!

 

 

 

Les tentatives des pays BRICS à réduire l’utilisation du dollar sont tout à fait fondées et ne portent pas de risques importants, considèrent les experts russes. Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud ont l’intention non seulement de réduire la part de la monnaie américaine dans leurs transactions, mais ils veulent aussi passer à un système de crédits mutuels en monnaies nationales.
 
L’accord entre les membres du groupe pourrait être signé lors du prochain sommet à New Delhi, le 29 mars prochain. Les experts notent que le refus des transactions en dollars deviendra une étape importante du point de vue de développement des pays BRICS.

C’est la Chine qui est l’initiateur de ce genre de «retrait» de la monnaie américaine. Car Pékin qui est à l’heure actuelle le plus grand détenteur des réserves en dollars. Et l’Empire du Milieu tente de réduire les risques potentiels associés à la position de l’économie américaine. La dette nationale des Etats-Unis a déjà dépassé 15 trillions de dollars, et la monnaie en soi était émise de façon presque incontrôlable au cours de ces dernières années. Dans ce contexte, l’initiative de Pékin est tout à fait compréhensible et logique, explique l’économiste Alexandre Ossine dans un entretien à Voix de la Russie.

«En fait, la Chine, déclare que l’économie actuelle est inefficace, et crée des risques. Le pays possède actuellement 3 trillons de dollars de réserves. Et il ne veut pas les perdre instantanément, sans créer de «coussin de sécurité». La Chine crée un nouveau mécanisme, et notamment un système d’interaction avec des importateurs alternatifs de sa production, et les pays qui lui fournissent des matières premières. Pékin mène aussi des actions dans la sphère politique et économique, en tentant de renforcer les structures du monde économique multipolaire. Et c’est une situation tout à fait normale».

Il y a à peine un an, lors du sommet des pays BRICS dans la ville chinoise de Sanya, les participants ont signé un accord-cadre, qui prévoit le passage vers des paiements réciproques et des crédits en monnaies nationales des cinq pays. La Banque centrale de Chine a même affirmé qu’elle compte débloquer un fonds spécial de 10 milliards de yuans. La banque centrale de Russie a également accepté de financer ce projet. Le document, qui pourrait être signé à New Delhi à la fin de mars 2012, fera donc démarrer le processus, prédisent les experts. La seule question, ce sont les risques. Et là, les estimations divergent. Pour la Russie, les conséquences de cette mesure seront les plus difficiles à prévoir, estime le directeur de l’Institut de la stratégie nationale Nikita Kritchevski.

«Il y a une nécessité pour ces pays d’approfondir mutuellement les liens commerciaux et économiques. Mais en même temps, une grande partie des marchés des matières premières font traditionnellement leurs échanges en dollars. Et toutes les tentatives de refuser l’utilisation du dollar en tant que moyen de paiement universel pour un produit particulier seront infructueuses. Mais les exportations russes vers les pays BRICS ne se limitent pas uniquement aux matières premières. Lors des transactions pour d’autres catégories de marchandises, je n’exclue pas que Moscou puisse passer au règlement en monnaie nationale avec ses partenaires. Mais d’autre part, une question se pose: que faire avec ses monnaies par la suite?»

Car jusqu’à présent, les monnaies des BRICS n’étaient pas librement convertibles. Et d’ailleurs, le yuan chinois est relié au dollar. Cependant, Moscou et Pékin ont affirmé que la question de la convertibilité pourrait être résolue déjà dans un avenir proche. Et les pays travaillent activement dans ce sens. Pékin négocie avec ses voisins de l’Asie du Sud-est et leur fournit des crédits. Quant à la part des transactions en roubles russes dans la CEI, elle a déjà dépassé 50%. Et dans les zones frontalières, les deux pays mènent les transactions commerciales en yuans et en roubles.

«Le fait que les pays BRICS réduisent les volumes d’échange en dollars, c’est une étape logique, une décision qui permettra de stabiliser l’économie mondiale et les économies intérieures des pays», estime l’économiste Roman Andreev. «D’ailleurs, nous étions les premiers en Russie à introduire un panier à deux devises lors des calculs des transactions. Nos réserves internationales sont stockées avec les deux monnaies, ce qui est tout à fait avantageux. Car les réserves de change ne sont pas aussi affectées par les mouvements des taux de change de la paire euro-dollar».

Les experts sont d’accord qu’il est encore tôt de parler du passage intégral en monnaies nationales pour les échanges commerciaux et les crédits entre les pays BRICS. Car les structures d’exportation, et leurs orientations sont différentes selon les pays. Ce sont les Etats-Unis, qui restent pour l’instant le principal partenaire de Pékin, et pour Moscou – c’est toujours l’Union européenne. Toutefois, des mesures concrètes pour consolider les BRICS ont déjà été réalisées. Ainsi, la Russie est en train de promouvoir de plus en plus activement ses intérêts économiques dans la région Asie-Pacifique, et la Chine travaille avec l’Afrique depuis plusieurs années, collaborant notamment avec des compagnies sud-africaines.

 
 
 
 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag. 6.9 sur la côte Est de Honshu,risque de tsunami de 50 cm (màj)

 

Séisme de mag. 5.7 sur la côte,à l’Est de Tokyo

Le tremblement de terre a été ressenti dans tout l’est de Honshu, et particulièrement dans les préfectures de Chiba et Ibaraki (nord-est de Tokyo). La secousse a aussi fait trembler les immeubles de Tokyo.

Des trains à grande vitesse Shinkansen et des trains régionaux ont dû être stoppés en raison du séisme, a annoncé la télévision publique NHK, citant les compagnies ferroviaires.

MAP

5.7

2012/03/14 12:05:06

 

___________________________________________________

 

Répliques de mag. 6.1 et 5.7

MAP

6.1

2012/03/14 10:49:25

 

MAP

5.7

2012/03/14 10:57:42

 

MAP

5.4

2012/03/14 11:40:19

_____________________________________________________________________

Un séisme de magnitude 6,8 s’est produit mercredi au large des côtes septentrionales du Japon, provoquant un petit tsunami sur le littoral, sans faire de dégât.

L’Agence météorologique japonaise a indiqué que la secousse s’était produite à 18H09 (09H09 GMT) à 210 kilomètres des côtes et que son hypocentre était situé à une profondeur de 10 kilomètres seulement.

L’Agence avait déclenché une mise en garde contre un risque de tsunami modéré d’une hauteur maximale de 50 cm dans les préfectures d’Aomori, d’Iwate (nord-est) et du Hokkaïdo (extrême nord).

Mais moins d’une heure plus tard, des vagues allant de 10 à 20 cm ont touché les côtes du nord et du nord-est, sans provoquer de dommage. L’alerte anti-tsunami a été levée à 19H40 (10H40 GMT) par l’Agence.

Les autorités d’Aomori et d’Iwate avaient par précaution conseillé aux résidents de plusieurs localités situées en bord de mer de se mettre en sécurité.

La compagnie d’électricité Tohoku Electric Power a précisé qu’aucune anomalie n’avait été constatée dans les deux centrales nucléaires situées le plus près de l’épicentre, à Onagawa (préfecture de Miyagi) et Higashidori (préfecture d’Aomori).

Les quatre réacteurs de ces centrales n’étaient pas en opération au moment du séisme, comme la quasi totalité des unités nucléaires de l’archipel qui ont été suspendues dans les mois suivant la catastrophe de Fukushima.

_________________________________________________________________________

Ampleur  6.9 / 6.1 / 5.7 /5.4
Date-Time
Emplacement 40.899 ° N, 144.923 ° E
Profondeur 26.6 km (16,5 miles)
Région Sur la côte Est de Honshu, JAPON
Distances 235 km (146 miles) S de Kushiro, Hokkaido, Japon
265 km (164 miles) SSE de Obihiro, au Japon
293 km (182 miles) à l’E de Hachinohe, Honshu, Japon
734 km (456 miles) au NE de TOKYO, Japon
Incertitude Lieu horizontale + / – 14,5 km (9,0 miles), profondeur + / – 7,8 km (4,8 miles)
Paramètres NST = 228, Nph = 228, Dmin = 192.6 km, RMSS = 0,94 sec, Gp = 36 °,
de type M = moment ampleur télésismiques (Mw), Version = A

Risque de tsunami de 50 cm

TOKYO – Le Japon a mis en garde mercredi contre un risque de tsunami de 50 cm sur ses côtes du nord-est à la suite d’un séisme de magnitude 6,9 survenu au fond de l’océan Pacifique.

L’Agence météorologique japonaise a indiqué que l’épicentre était situé à 210 kilomètres des côtes du Hokkaïdo (extrême nord) et à une profondeur de 10 kilomètres seulement.

Elle a mis en garde contre un risque de tsunami d’une hauteur maximale de 50 cm pouvant toucher les côtes des préfectures d’Aomori, d’Iwate (nord-est) et du Hokkaïdo.   Afp

 
2 Commentaires

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s abaisse les notes de trois banques chypriotes

 

 

 

 
PARIS – L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a abaissé les notes de trois banques chypriotes dans la foulée de l’abaissement mardi d’un cran de la note de Chypre en raison de l’impact de crise dans la Grèce voisine sur son système bancaire.

L’agence indique dans un communiqué qu’elle a abaissé de deux crans la note de la Bank of Cyprus Public, qui passe de Ba2 à B1, et est assortie d’une perspective négative.

La note de la Marfin Popular Bank Public est abaissée d’un cran, de B2 à B3, de même que celle de la Hellenic Bank Public Company, qui passe de Ba2 à Ba3, avec perspective négative.

Moody’s avait abaissé mardi la note accordée à la dette long terme de Chypre, de Baa3 à Ba1, avec perspective négative, reléguant le pays dans la catégorie des emprunteurs spéculatifs.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

MODIFICATION DU CLIMAT FRANCE 2 DEBUNK 2012

 

 

 

Version revisitée d’un passage de l’émission télématin où les intervenants parlent de modification climatique.
Ils se demandent à la fin de l’extrait si tout ceci est vérifiable?! En nous laissant sur notre faim!
La réponse est oui , la deuxième partie est un screenshot sauvage d’un pdf de la WMO , les pages 62 à 65 concernent directement le sujet avec dans la partie 1. introduction le résumé sur les pluies radioactives …! Le graphique de fin peut nous indiquer l’atitude réelle des avions épandeurs.
Le dossier fait 400 pages et des conférences comme celle ci il y en à eu 10 au total.
Sommes nous mis à l’écart de certaines pratiques qui concernent ….Tout!

 

http://www.wmo.int/pages/prog/arep/wmp/documents/CD_WMP_44.pdf

En anglais mais très instructif et complet.
Certains présidentiables ne pourront pas dire que l’on manque de bases solides de discussion concernant les « chemtrails »!

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 14 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :