RSS

Archives du 7 mars 2012

Plusieurs sites internet du Vatican bloqués par Anonymous

 

 

Plusieurs sites internet du Vatican et de médias qui lui sont liés ont été bloqués mercredi après-midi, une attaque revendiquée par les pirates informatiques militants d’Anonymous qui affirment vouloir punir l’Eglise apostolique romaine corrompue et toutes ses émanations.

Anonymous a décidé aujourd’hui d’assiéger votre site en réponse à la doctrine, aux liturgies et aux concepts absurdes et anachroniques que votre organisation à but lucratif (l’Eglise apostolique romaine) diffuse dans le monde entier, écrit le site italien d’Anonymous.

Cette attaque N’EST PAS dirigée contre la religion chrétienne ou les fidèles du monde entier mais contre l’Eglise apostolique romaine corrompue et toutes ses émanations, ajoute le communiqué.

Outre le site phare du Saint-Siège (www.vatican.va), l’attaque a aussi concerné celui de l’Etat de la Cité du Vatican (www.vaticanstate.va), celui du journal du Vatican L’Osservatore romano (www.osservatoreromano.va) et de nombreux ministères de la Curie romaine.

Le Vatican a officiellement confirmé l’attaque en disant avoir été informé par la police postale italienne et en soulignant que les responsables techniques du Saint-Siège s’efforçaient en début de soirée de résoudre le problème.

Anonymous, un groupe de pirates informatiques qui a revendiqué depuis plus d’un an des dizaines d’attaques contre des sites de grandes entreprises et des autorités, avait déjà tenté l’année dernière, mais sans succès, une attaque contre le site du Vatican.

Vous avez brûlé des textes d’une immense valeur historique et littéraire, vous avez tué de manière barbare vos détracteurs et critiques les plus virulents au cours des siècles (…), vous avez conduit des ingénus à payer pour obtenir l’accès au paradis avec la vente des indulgences, accuse le site d’Anonymous.

Les pirates informatiques accusent également l’Eglise catholique d’avoir réduit en esclavage des populations entières.

Dans des temps plus récents, vous avez eu un rôle significatif dans l’aide offerte aux criminels de guerre nazis pour leur permettre de trouver un refuge dans des pays étrangers et éviter la justice internationale, poursuit le communiqué.

Vous permettez quotidiennement que des représentants du clergé se rendent responsables de harcèlement envers des enfants et vous les couvrez si les faits sont révélés au public, ajoute Anonymous exprimant l’espoir que l’Eglise sera reléguée à ce qu’elle est … une relique des temps passés.

Afp

 
7 Commentaires

Publié par le 7 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Echange de dette grecque: jusqu’à Jeudi 21h pour faire le plein….(màj)

 

Jeudi 8 Mars 18h00


ATHENES – La participation des créanciers privés de la Grèce à l’opération d’effacement de dette du pays dépasse 75% depuis au moins mercredi soir, a indiqué une source gouvernementale grecque jeudi, peu après 16H00 GMT, ce qui semble assurer le pays de pouvoir mener à bien l’opération.

La Grèce avait prévenu qu’elle renoncerait à l’opération si le taux de réponse des créanciers ne représentait pas au moins 75% de la dette.

Les banquiers, assureurs ou gestionnaires de fonds du monde entier détenant des obligations souveraines grecques ont jusqu’à jeudi 20H00 GMT pour dire s’ils acceptent ou non d’échanger volontairement leurs titres de dette, effaçant au passage plus de 100 milliards d’euros de dette grecque.

Le directeur de l’Institut de la Finance Internationale (IIF) Charles Dallara qui a mené les négociations du côté des banques face au gouvernement grec pour fixer les modalités de l’échange, a indiqué dans l’après-midi depuis Rio de Janeiro qu’il était optimiste sur le fait de parvenir à un accord dans les prochaines heures.

A Belgrade, le Premier ministre italien Mario Monti a aussi fait part de son optimisme dans l’après-midi sur l’opération en cours, qui est la plus grosse opération d’effacement de dette d’un pays jamais réalisée de façon volontaire dans l’histoire financière.

La restructuration est vitale afin d’éviter au pays un défaut de paiement incontrôlé le 20 mars face à l’impossiblité de rembourser 14,4 milliards d’euros d’obligations arrivant à échéance à cette date.

La publication du taux de participation interviendra vendredi à 06H00 GMT, a indiqué à l’AFP une source ministérielle.

_______________________________________________________

Jeudi 8 Mars 17h20

 L’opération d’échange de la dette grecque est au-dessus de 60%, a déclaré jeudi à Belgrade le Premier ministre italien Mario Monti lors d’une visite en Serbie.

Je suis heureux de voir que, selon les informations dont je dispose, plus de 60% des créditeurs et détenteurs de parts ont fait preuve de leur intérêt pour l’opération d’échange de la dette grecque, a déclaré M. Monti à la presse.

Le secteur privé se dirige désormais vers le niveau des 65%, et cela suggère qu’une solution est très proche, a ajouté le Premier ministre italien.

Cet échange de titres est la plus importante restructuration de dette d’État jamais engagée. L’ardoise totale de la Grèce est de plus de 350 milliards d’euros, dont 206 milliards dus aux créanciers privés (grandes banques, assureurs et fonds d’investissement).

La Grèce a prévenu qu’elle renoncerait à l’opération si le taux de réponse des créanciers ne représentait pas au moins 75% de de la dette. La restructuration est pourtant vitale afin d’éviter au pays un défaut incontrôlé le 20 mars face à l’impossiblité de rembourser 14,4 milliards d’euros d’obligations arrivant à échéance à cette date.

La publication du taux de participation interviendra vendredi à 06H00 GMT, a indiqué à l’AFP une source ministérielle.

________________________________________________________________________

Les créanciers privés s’étant déjà prononcés en faveur de l’échange de titres de la dette grecque représentent 40,8% du montant total visé par cette opération, soit 84 milliards d’euros, a annoncé mercredi le comité des créanciers privés dans un communiqué.

Si l’on ajoute à ces 84 milliards près de 18 milliards de fonds gérés par la Banque de Grèce, 1,5 milliard géré par le réassureur allemand Munich Re, et 8,1 milliards gérés par la banque allemande HRE, on parvient à 111,6 milliards d’euros, soit 54,2% des 206 milliards concernés par l’échange d’obligations.

______________________________________________________________________________

Les créanciers du pays ont jusqu’à jeudi 21h pour donner leur accord au plan volontaire d’échanges d’obligations, faute de quoi le pays pourrait faire défaut…

«Le succès de l’opération d’échange de la dette grecque n’est pas assuré et un défaut désordonné de la Grèce aurait de graves conséquences pour la zone euro.» Cette déclaration de Jean Lemierre, représentant des créanciers privés d’Athènes, publiée mercredi dans Le Monde, résume assez bien le climat de fébrilité qui régne à la veille de la date butoir.

Un participation encore limitée à 39% des créanciers

Mercredi en début d’après-midi, seulement 39% des créanciers privés se disaient prêts à participer à l’échange de dette selonl’Institut de la finance internationale (IIF), qui menait les négociations. Parmi eux, des banques et des caisses de retraites grecques, mais aussi des banques étrangères comme UniCredit, principale banque italienne ou les banques françaises BNP Paribas et Société générale.

En revanche, plusieurs créanciers ont déjà fait part de leur refus d’y participer. Notamment cinq petits fonds de pension grecs représentant les journalistes, la police et les auto-entrepreneurs et qui détiennent environ 2 milliards d’euros d’obligations grecques, soit quelque 1% des titres du pays dans les mains des créanciers.

Pression maximale sur les fonds spéculatifs

A un peu plus de 24 heures de la date fatidique, le suspense reste donc entier et tous les regards sont tournés vers les «hedge funds» (fonds spéculatifs) qui détiennent environ un quart de la dette grecque aux mains d’investisseurs privés. La Grèce a donné à ses créanciers privés, assureurs, banques et fonds d’investissements, jusqu’au jeudi 8 mars 21h pour accepter l’offre d’échange d’obligations conclue le 20 février dernier.

L’accord prévoit un échange de titres «volontaires» qui doit permettre de réduire la dette du pays d’un montant de 107 milliards d’euros sans que cela soit considéré comme un défaut de paiement. Une offre qui contraint les investisseurs à perdre près de trois quarts de la valeur de leurs avoirs.

Les craintes d’un défaut désordonné toujours vives

La Grèce, qui exclut tout report de cette date limite, veut un taux d’acceptation de l’offre d’au moins 90%. En-deçà, entre 75% et 90%, le pays menace de déclencher des clauses d’action collective (CAC) pour forcer tous les détenteurs à prendre leurs pertes.

Un scénario catastrophe qui ouvrirait la voie à un défaut désordonné du pays et pourrait remettre en cause le déblocage du plan d’aide européen. En effet, Athènes et l’Union européenne «seraient susceptibles de revoir certains paramètres» de l’accord, explique Jean Lemierre dans son interview au Monde. «Cela pourrait dégrader l’offre pour les créanciers», prévient-il, en ajoutant qu’un défaut désordonné de la Grèce aurait des «conséquences (…) très graves pour la zone euro, avec une possible contagion aux pays fragiles».

20Minutes

 
1 commentaire

Publié par le 7 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima: Enquête sur une supercatastrophe nucléaire (Arte)

La catastrophe de Fukushima a ébranlé les croyances de citoyens japonais qui, jusqu’ici, se fiaient à leurs installations nucléaires. Le début de l’ère du soupçon ?

Il a fallu attendre plusieurs jours, après le 11 mars 2011, avant que les responsables japonais n’admettent qu’il y avait eu à Fukushima un accident nucléaire sans doute plus grave que celui de Tchernobyl. Puis les autorités – l’exploitant Tepco, le gouvernement, les services de surveillance – n’ont cessé de minimiser l’ampleur de la catastrophe. Le documentaire tente de faire la lumière sur ce qui s’est passé dans les réacteurs 1 à 4 de la centrale. Il analyse aussi la gestion de crise du lobby nucléaire japonais et international et montre que celui-ci met tout en oeuvre pour préserver un marché mondial lucratif.

 
4 Commentaires

Publié par le 7 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le réseau social Facebook victime de sa première panne d’ampleur

 

 

Le réseau social Facebook, qui revendique 850 millions de membres dans le monde, a été victime mercredi matin de sa première panne d’ampleur. Des utilisateurs dans de nombreux pays ont été privés simultanément de connexion pendant environ deux heures.

« Aujourd’hui nous avons dû faire face à des difficultés techniques, qui ont fait que le site était inaccessible pour un certain nombre d’utilisateurs en Europe », a indiqué un communiqué du groupe. La panne a concerné aussi bien le site Facebook.com que les applications pour téléphone mobile et tablette.

« Le problème a été résolu et tout le monde devrait avoir accès de nouveau à Facebook. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée », poursuit le communiqué.

Rupture

Facebook ne donne pas de détail sur les problèmes techniques rencontrés mais il pourrait s’agir d’une rupture du lien entre les serveurs contenant les données personnelles des utilisateurs et l’adresse Facebook.com.

Facebook revendique 845 millions d’utilisateurs actifs dans le monde, dont la moitié se connectent au moins une fois par jour. Et si Facebook était un pays, ce serait le troisième du monde après la Chine et l’Inde.

Plus de la moitié (55%) des internautes du monde utilisent Facebook et une minute sur sept passées en ligne dans le monde est consacrée à Facebook, selon des chiffres ComScore actualisés en octobre.

Ats

 
1 commentaire

Publié par le 7 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le niveau du pétrole pourrait compromettre la reprise boursière

 

 

Le prix du pétrole pourrait très vite remplacer la Grèce dans les préoccupations des investisseurs.

L’Iran reste le sujet qui pourrait beaucoup perturber les marchés au cours des prochaines semaines. Tous les stratégistes et spécialistes de la géopolitique ont leur scénario plus ou moins originaux. David Roche, le Président de Independant Strategy à Londres, dans une dernière étude, constate que l’attaque, si elle a lieu, se produirait à Fardo, qui se trouve près de Quom(1)

Le dispositif d’Israël Air Force est en place : Les F-15 et F-16 ont été modifiés, les Boeing 777 spécialement adaptés pour permettre aux avions de faire le plein de carburant en milieu hostile sont équipés de dispositifs de protection sophistiqués, les bombes GB-28 et GB-29 sont disponibles, les sous-marins Dolphin qui peuvent lancer 16 missiles susceptibles de toucher l’Iran sont également en position. Dans le domaine de la guerre électronique l’Unité 8200, spécialisée dans la « cyberwar » qui avait inoculé le virus Stuxnet aux installations nucléaires irakiennes se préparerai à de nouvelles opérations.

Le prix du pétrole pourrait très vite remplacer la Grèce dans les préoccupations des investisseurs. Selon Stephen King le Chef Economiste de HSBC, Le baril est à son plus haut niveau historique exprimé en Euro. L’histoire des marchés nous a appris que les marchés actions pouvaient monter un certain temps en même temps que le pétrole.

French.Irib

 
3 Commentaires

Publié par le 7 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :