RSS

Archives du 1 mars 2012

Le point sur le virus SCHMALLENBERG:Plus d’un millier d’exploitations touchées en Europe

 

 

Le virus Schmallenberg poursuit sa diffusion en Europe, selon les tout derniers bilans épidémiologiques des différents ministères des états européens. Au 1er février la France déclarait la présence de la maladie dans 29 exploitations ovines. Face à cette épidémie animale qui reste à ce jour confinée en Europe, au-delà les frontières se ferment. En revanche, au sein de l’UE, à ce jour, aucune mesure de restriction sur les échanges d’animaux d’élevage ou de produits dérivés n’a encore été mise en œuvre.

Ce nouveau virus provisoirement nommé Schmallenberg, identifié par l’Institut allemand Friedrich Loeffler fin 2011 a définitivement été associé aux symptômes observés chez les vaches laitières au cours de l’été 2011, dont la fièvre, l’anorexie et une production de lait réduite. Des cas suivis d’autres foyers aux Pays-Bas, avec la constatation, début décembre, d’un nombre élevé de malformations congénitales survenues chez des agneaux nouveau-nés, telles que le cou tordu, la courbure anormale de la colonne vertébrale, des contractures des membres. Beaucoup de ces agneaux étaient morts-nés. Les analyses biologiques ont permis de mieux identifier le virus de Schmallenberg, comme appartenant à la famille des Bunyaviridae, du genre Orthobunyavirus et du sérogroupe Simbu.

En Europe, le nombre d’exploitations touchées dépasse le millier :

 

 

Aux Pays-Bas (ci-dessus), plus de 350 exploitations ont déclaré des agneaux, veaux ou chevreaux malformés, dont 144 élevages ovins, 17 élevages de chèvres et 188 de bovins.

 

 

En Allemagne (ci-dessus) 10 régions comportent des exploitations affectées, soit 280 exploitations testées positives au virus Schmallenberg, dont 7 élevages de bovins, 263 élevages de moutons et 10 élevages de caprins.

 

 

En Belgique (ci-dessus), 349 exploitations ont été testées, et le virus a été mis en évidence dans 80 d’entre elles. 61 exploitations font état de malformations congénitales sur des agneaux.

 

– Le Royaume-Uni fait état de 11 exploitations touchées dans 5 régions.

La France, au 1er février, a confirmé la présence de la maladie dans 29 exploitations ovines de 10 départements au nord d’une ligne Caen-Besançon (Aisne, Calvados, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Oise, Pas-de-Calais, Seine-Maritime, Somme) dans lesquelles sont apparues des malformations natales et des mortinatalités.

 

 

 

Le reste du Monde ferme ses frontières : La Fédération de Russie a suspendu l’importation de moutons et de chèvres et de tous les produits dérivés venant d’Europe. Le Mexique a suspendu l’importation de sperme et d’embryons de moutons, de chèvres et de bovins. L’Argentine et la Chine s’inquiètent et ont demandé de plus amples renseignements sur le virus et la situation aux Pays-Bas.

 

Une réunion prochaine réunissant des experts de la Fédération de Russie, d’Allemagne, des Pays-Bas et de la Commission européenne devrait être organisée sous peu. L’organisme de surveillance européen, l’European Centre for Disease Control and Prevention (ECDC) et la Health Protection Agency (HPA) britannique indiquent que s’il est peu probable que le virus soit zoonotique, l’infection humaine ne peut pas encore être totalement exclue.

 

Sources : FLI (Friedrich-Loeffler-Institut), Ministère de l’Agriculture Néerlandais, AFSCA Belge…

Santelog

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Bilan du dernier exercice de crise nucléaire de la Hague: des élus inquiets !

 

 

Sirène parfois inaudible, maire pas informé, population indifférente: élus locaux et syndicalistes ont exprimé jeudi scepticisme et inquiétude lors d’une réunion bilan du dernier exercice de crise autour de l’usine Areva de la Hague, le site le plus radioactif d’Europe.

J’ai eu l’impression qu’il n’y avait pas eu du tout d’exercice le 8 décembre dernier, lance Jacques Hamelin, maire de Digulleville, qui jouxte l’usine de retraitement de déchets nucléaires de Beaumont-Hague (Manche).

Si l’Etat tire un bilan globalement positif du fonctionnement de ses services, les autres avis ont été plutôt mitigés pendant la réunion de la Commission locale d’information (CLI) du site, qui réunit élus locaux, syndicalistes, antinucléaires et industriels.

Même le directeur de cabinet du préfet de la Manche, Bruno Lemaire, concède que tous les maires ne sont pas forcément joignables facilement. On s’est aperçu lors de cet exercice que le réseau peut très bien ne pas passer. Il faut qu’on (y) réfléchisse, dit-il.

La perception de l’alarme semble également problématique. On s’aperçoit qu’aujourd’hui de plus en plus de gens ont du double vitrage. Certains peuvent ne pas entendre la sirène, reconnaît-il également.

La conseillère régionale Europe Ecologie Les Verts (EELV), Clara Osadtchy, elle, trouve très inquiétant qu’il ait fallu 40 minutes à l’Etat pour se connecter en audioconférence avec Areva et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) parce que les codes téléphoniques n’étaient pas les bons.

Au-delà, c’est l’indifférence des riverains qui la préoccupe car, selon elle, la population est dans le déni.

Valérie Lejuez, vice-présidente EELV de la CLI et professeur de musique à 20 km de Beaumont, estime que les autorités manquent de crédibilité. Alors que la consigne est de se confiner chez soi, un de mes élèves m’a dit +J’ai demandé à papa – qui travaille dans le nucléaire- ce qu’il fallait faire, il m’a répondu +Vous n’écoutez pas ce qu’on vous dit. Vous partez tout de suite++. Ce n’est pas rassurant non plus, déplore-t-elle.

Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires à Greenpeace France, va même jusqu’à se demander si les exercices ne sont pas contre-productifs. Au collège, les élèves en retard rentraient malgré les affiches (indiquant que l’établissement était confiné). On a entraîné les gamins à ne pas respecter le panneau, déplore-t-il.

Pour le délégué syndical FO du site Areva, Yann Perrotte, les décideurs eux-mêmes sont convaincus qu’il n’y aura pas d’accident. A partir de là, je ne vois pas comment on peut convaincre la population du bien-fondé des consignes de sécurité.

En dehors de cette question, pour beaucoup, c’est le périmètre de l’exercice qui est inapproprié. Il s’étend sur 5 km autour de l’usine, alors qu’au moment de l’accident de Fukushima le Japon a envisagé un temps d’évacuer Tokyo, 35 millions d’habitants, à 200 km de la centrale, souligne Mme Osadtchy.

Et quid des touristes ? Nous avons dans la Hague des lieux très prisés, avec aucune communication possible. On a 500 enfants en permanence sur la Hague l’été. On a une recrudescence des scouts, difficile de les prévenir également, relève Yveline Druez, le maire PS d’Urville-Nacqueville.

Et l’ancien eurodéputé Vert Didier Anger de soupçonner les autorités de craindre de faire du tort au tourisme en se focalisant sur ce point.

AREVA -AFP

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Terrorisme : tout le monde est désormais suspect

 

 

Source : Youtube/Hussarddelamort

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un astéroïde de 140 mètres pourrait frapper la Terre en 2040

 

Un astéroïde de 140 mètres pourrait frapper la Terre en 2040

 

L’un des bureaux de la Nasa estime qu’un astéroïde long de 140 mètres pourrait s’écraser sur Terre en février 2040. De plus amples observations effectuées en septembre 2013 pourront indiquer plus précisément si la Terre se situe ou non sur la trajectoire du rocher.

 

L’astéroïde 2011 AG5 retient l’attention de la Nasa. L’administration nationale de l’aéronautique et de l’espace avance un scénario selon lequel cet astéroïde pourrait toucher la Terre dans 28 ans. La Nasa indique que ce rocher est l’un des 8.744 objets découverts comme étant proche de la Terre. Il mesure approximativement 140 mètres et a été découvert en janvier 2011, indique le site de l’administration.

 

 Une chance sur 625

 

 La Nasa estime qu’en février 2040, il est possible que l’astéroïde s’écrase sur Terre. Pour ce faire, encore faut-il que la Terre se situe sur la trajectoire du rocher, ce qui pourrait se produire à cause de la force de gravité qu’exerce notre planète. Cependant, cette possibilité a une chance sur 625 de se produire. « Les observations que nous ferons l’an prochain nous en diront plus sur cette éventualité », a indiqué Don Yeomans, le directeur du bureau qui se charge d’observer les objets proches de la Terre (NASA’s Near-Earth Object Program Office, communément appelé « Spaceguard« ). A ce moment-là, l’astéroïde serait à 147 millions de kilomètres de la Terre, poursuit le site internet.
 
 
 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Lille : Surcouf placé en redressement judiciaire

 

 

Le paquebot de la rue du Molinel à Lille est il en train de prendre l’eau ? En tous cas, l’entreprise dirigée par le nordiste Hugues Mulliez a demandé son placement en redressement judiciaire hier au tribunal de commerce de Lille.

D’après un communiqué de la société, « cette démarche a été imposée par la rupture du crédit fournisseur » dont l’entreprise bénéficiait.

 

Selon nos confrères du site Channelnews.fr les pertes de Surcouf avoisineraient « les 34 millions d’euros (sur 170 M€ de CA) sur l’exercice 2010-2011 ». Un premier plan social avait eu lieu à l’été 2010 et avait concerné 174 personnes. Deux magasins ont ensuite été fermé à l’été 2011, entraînant le départ de 40 personnes supplémentaires.

« Le redressement judiciaire ouvre une période d’observation de six mois durant laquelle la société doit, avec l’assistance d’un administrateur judiciaire désigné par le Tribunal de Commerce, mettre en oeuvre les moyens permettant d’assurer la poursuite de son activité et préparer un plan de redressement qui sera soumis au Tribunal. La société SURCOUF sera ainsi en mesure de continuer à répondre aux demandes de ses clients. », précise le communiqué. « SURCOUF confirme à ses collaborateurs et à ses clients que, pendant cette période d’observation, son exploitation se poursuivra normalement. »

Reste que les nuages s’amoncellent sur l’immeuble emblématique de la rue du Molinel à Lille restauré pour y installer le siège de Surcouf en septembre 2010.

Longtemps dans le giron du groupe Pinaut-Printemps-La Redoute, Surcouf, leader de la vente de matériel elctronique, avait été racheté en 2009 par Youg’s, la société nordiste dirigée par Hugues Mulliez.

« Face à la situation à laquelle notre entreprise est confrontée, je fais le choix d’honorer mes engagements sociaux, et d’assurer la poursuite de l’activité pour satisfaire les demandes de nos clients. Je ne doute pas que nous trouverons des solutions avec nos fournisseurs partenaires afin d’approvisionner l’entreprise et de pouvoir honorer notre passif au plus tôt » a déclaré Hugues Mulliez, Président-directeur général de SURCOUF.

Nordeclair

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Après le gilet,l’éthylotest obligatoire en voiture au 1er juillet!

 

Les automobilistes devront obligatoirement avoir un éthylotest dans leur voiture à partir du 1er juillet 2012.

 

Cette mesure, annoncée par Nicolas Sarkozy fin novembre, devient obligatoire dès le 1er juillet prochain. A défaut, les automobilistes s’exposent à une amende de onze euros.

 Les automobilistes devront obligatoirement avoir un éthylotest dans leur voiture à partir du 1er juillet 2012 et le défaut de possession d’un tel équipement sera sanctionné à partir du 1er novembre 2012, selon un décret paru jeudi au Journal officiel.

Ceux qui ne possèderont pas le petit instrument devront s’acquitter d’une amende de onze euros, a précisé jeudi la Délégation interministérielle à la sécurité routière.

«Tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, doit justifier de la possession d’un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement» et «l’éthylotest mentionné au premier alinéa respecte les conditions de validité, notamment la date de péremption, prévues par son fabricant», indique le décret.

L’obligation de la détention d’un éthylotest pour tous les conducteurs avait été annoncée le 30 novembre 2011 par le président Nicolas Sarkozy afin de lutter contre l’alcool au volant (31% des accidents mortels), sans donner de date précise.

Les éthylotests sont obligatoirement mis à la disposition du public dans tous les bars de nuit et discothèques depuis novembre dernier.

Des éthylotests anti-démarrage équipent les autocars neufs depuis le 1er janvier 2010 et ils doivent être installés sur l’ensemble du parc pour la rentrée scolaire 2015.

Un total de 3 970 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2011, en baisse minime par rapport à 2010 (-0,55%, soit 22 vies sauvées). L’année 2011 est la 10e année de baisse consécutive de la mortalité routière.

En arrivant au pouvoir, Nicolas Sarkozy avait «assigné au gouvernement l’objectif ambitieux» de 3 000 tués par an sur la route en 2012.

Libération

 

Un outils répressif de plus…! Ils commence vraiment à nous emmerder!

Donc à titre indicatif et pour bien se sentir coupable,tu ne pourras plus dire « je ne savais pas à combien j’étais monsieur l’agent »,en d’autres termes en cas de pépin, la condamnation risque d’être plus lourde, car il sera considéré que tu conduisais en état d’ébriété de manière délibérée et en toute connaissance de cause….! Elle est pas belle la vie…!!!

 

 

 
13 Commentaires

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s abaisse la note de PSA Peugeot Citroën

 

 

L’agence de notation Moody’s abaisse la note du constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën à Ba1, perspective négative. Moody’s précise que cette dégradation fait suite à la mise sous revue annoncée le 15 février dernier après les résultats annuels, «bien inférieurs aux attentes de Moody’s».

L’agence met notamment en avant le cash flow négatif de plus de 1,6 milliard d’euros annoncé par PSA et la nette augmentation de son endettement net. La dégradation de la note, qui reste assortie d’une perspective négative, intervient au lendemain de l’annonce d’une alliance stratégique entre PSA et l’américain General Motors .

Si l’alliance annoncée avec GM devrait se traduire par des réductions de coûts notamment dans le domaine des achats et des dépenses de recherche-développement sur le moyen/long terme, Moody’s estime que «les dépenses immédiates auront un impact défavorable sur les résultats de PSA à court terme», précise l’agence. La dégradation de la note concerne 4,8 milliards d’euros de dette.

20minutes

 

Ils ne le diront pas mais qui dit alliance ou fusion apporte quasiment systématiquement un dégraissage à la clé,l’avenir nous le dira….

 

Bourse à 13h:

PEUGEOT 13.990 -7.17 %
 
1 commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Crise: un village espagnol opte pour la culture du cannabis

 

 

Un petit village espagnol a décidé de favoriser la location de ses terres pour la culture de cannabis afin de renflouer les caisses de la commune mises à mal par la crise, a expliqué mercredi à l’AFP un conseiller municipal de la localité.

 

Le « Plan d’action municipal anti-crise 2012 » de Rasquena, dans le nord-est du pays, prévoit de « créer une entreprise publique pour aider les propriétaires de terres agricoles à les louer » à une association légale de consommateurs de cannabis, a expliqué Josep Maria Insausti, conseiller municipal chargé des affaires économiques de la commune, gouvernée par les indépendantistes catalans d’Esquerra Republicana de Catalunya.

La consommation privée de drogue n’est pas un délit en Espagne, contrairement à sa commercialisation.

L’Association barcelonaise de consommation privée de cannabis (ABCDA), qui devrait faire affaire avec la commune, veut cultiver le chanvre indien pour ses quelque 5.000 membres. Il leur faudrait environ huit hectares, selon le conseiller municipal.

Comme beaucoup de communes espagnoles, ce village de 900 habitants est lourdement endetté, avec une dette de 1,3 million d’euros.

La commune « a beaucoup de difficulté avec la crise, beaucoup de gens au chômage. Maintenant, on nous demande de rembourser les dettes à un rythme impossible pour un petit village », a fait valoir M. Insausti.

Le prix de location des terres destinées au cannabis devrait être multiplié par plus de dix par rapport aux baux normaux, selon lui.

7 sur 7.be

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le Parlement ont adopté définitivement le texte créant la « TVA sociale »

 

 

Le Parlement français a adopté définitivement mercredi le projet de loi de finances rectificative pour 2012. Ce texte prévoit notamment la création d’une « TVA sociale ».

Les députés ont procédé à la lecture définitive de ce « collectif » budgétaire qui reprend les principales mesures annoncées le 29 janvier par Nicolas Sarkozy. Seuls les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté ce projet de loi. L’opposition de gauche est vivement hostile à ce texte et notamment à la création de la « TVA sociale ».

Ce projet de loi prévoit de supprimer, à compter du 1er octobre, les cotisations patronales affectées à la protection sociale – à hauteur de 13,6 milliards d’euros – et de les compenser par une hausse de 1,6 point de la TVA, à 21,2%, et d’augmenter de deux points la CSG sur les revenus du capital.

Il prévoit également la création d’une taxe d’un taux de 0,1% qui s’appliquera à partir du 1er août sur les transactions réalisées sur des actions de sociétés cotées dont le siège social est en France et dont la capitalisation est supérieure à un milliard d’euros.

Le « collectif » prévoit également des annulations de crédits à hauteur de 1,2 milliard d’euros, comporte une série de mesures destinées à mieux lutter contre la fraude fiscale et ramène de 1 à 0,5% l’hypothèse du taux de croissance pour 2012.

Il prévoit en outre un versement de 6,5 milliards d’euros au futur Mécanisme européen de stabilité (MES) destiné à se substituer en juillet au Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Ats

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Adecco veut supprimer 530 postes sur 6300 en France

 

 

Le numéro un mondial du travail intérimaire Adecco envisage de supprimer 530 postes en France, sur un total d’environ 6.300, dans le cadre de la réunion sous une seule marque annoncée jeudi de ses deux réseaux dans ce pays, Adecco et Adia.

Le projet de rapprochement a été présenté jeudi aux représentants du personnel et « 530 équivalents temps plein seraient concernés », selon un communiqué d’Adecco France.

Il s’agit d’un « plan de départs volontaires sans licenciements », a précisé à l’AFP Sarah-Pearl Bokobza, directrice relations médias d’Adecco France.

« Le groupe prend l’engagement de conduire cette transformation en recherchant les meilleures solutions par un véritable dialogue social », assure le groupe dans son communiqué.

Il n’y a pas de calendrier prévu pour l’instant, mais « on aimerait obtenir une réponse en septembre » des représentants du personnel, a encore indiqué Mme Bokobza.

Le groupe souhaite réunir ses deux réseaux en France, Adecco et Adia, sous la seule marque Adecco, afin de « préserver la compétitivité du groupe sur le marché de l’intérim et du recrutement généraliste, pour assurer durablement sa performance et sa qualité de service, dans un environnement économique instable », explique son communiqué.

Afp

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 1 mars 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :