RSS

Des mal logés en colère occupent un service du Premier ministre

29 Fév

 

 

Une petite centaine de demandeurs de logement social ont occupé mercredi le Centre d’analyse stratégique (CAS), un service du Premier ministre, à Paris pour dénoncer les conclusions d’un récent rapport de l’organisme sur les aides publiques au logement, a constaté une journaliste de l’AFP.

Ces manifestants –en majorité des femmes avec poussettes et enfants qui appartiennent au Collectif des mal logés en colère– se sont introduits en fin de matinée dans le bâtiment, 18 de la rue de Martignac (VIIe).

Ils ont quitté le bâtiment vers 13H30 sans incident et ont été raccompagnés jusqu’au métro par les forces de l’ordre.

« Nous sommes ici pour dénoncer les conclusions d’un rapport du CAS qui prône de réduire la part d’aide publique accordée au logement social », a expliqué a l’AFP Eric Simon, membres du collectif, joint au téléphone.

Selon lui, 37 milliards d’euros d’aides publiques sont accordées au logement chaque année, dont 12 milliards au logement social. « C’est dans ces 12 milliards que le CAS préconise de rogner », a-t-il insisté.

Une délégation du collectif a été reçue par le directeur général du CAS Vincent Chriqui et le chargé des questions sociales de ce service, a-t-il ajouté. Un nouveau rendez-vous a été pris d’ici une quinzaine de jours.

« Ce rapport vise à réduire le nombre de personnes pouvant accéder au logement social », a par ailleurs dénoncé une militante du collectif, Fatima Lali, en sortant du CAS.

« On aurait aimé que ses auteurs nous écoutent et écoutent les mouvements de demandeurs de logements sociaux avant de l’écrire ! », s’est-elle exclamée.

Le collectif souhaite également obtenir un rendez-vous avec les services du Premier ministre, dont dépend le CAS et qui est chargé des questions de logement depuis la démission de Nathalie Kosciusko-Morizet, a précisé M. Simon.

Dans un rapport rendu public le 15 février, le CAS affirme notamment que « les aides au logement en faveur des ménages modestes pourraient nettement gagner en efficacité » et suggère de mieux évaluer « le rapport coût-efficacité des interventions publiques » afin de s’assurer que « les sommes dépensées correspondent bien a des réductions effectives de loyers ».

Le mouvement HLM avait dénoncé « un travail scientifiquement biaisé » du CAS.

Cbanque

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :