RSS

Archives du 22 février 2012

Espagne: des milliers de manifestants de nouveau dans les rues de Valence

 

Manifestation contre les coupes budgétaires et la violence policière à Valence, en Espagne, le 22 février 2012

 

Plusieurs milliers de manifestants ont de nouveau défilé mercredi dans les rues de Valence, dans l’est de l’Espagne, pour crier « non » aux coupes budgétaires et aux violences policières qui ont émaillé les rassemblements des derniers jours.

« Nous sommes le peuple, pas l’ennemi », affirmait une grande banderole déployée en tête de cortège, où étaient réunis lycéens, étudiants, parents d’élèves mais aussi syndicats et partis politiques opposés à la politique de rigueur menée par le gouvernement régional de droite.

« Coupes dans l’éducation pour mieux nous voler », proclamait une autre banderole.

Les manifestants réclamaient aussi le démission de la déléguée du gouvernement central dans la région, Paula Sanchez de Leon, en réponse aux violences policières qui avaient accompagné la manifestation de lundi soir.

Un rassemblement de lycéens avait alors dégénéré et les scènes montrant des policiers casqués, frappant à coups de matraque ou traînant à terre de jeunes manifestants, certains le visage en sang, ont provoqué de multiples protestations et des manifestations mardi dans tout le pays.

La région de Valence, la plus endettée d’Espagne, est soumise à un plan de rigueur annoncé le 5 janvier, qui prévoit cette année des augmentations d’impôts et des coupes dans les entreprises publiques, les dépenses sanitaires et le secteur de l’éducation, pour 1,1 milliard d’euros.

Illustration la plus criante des problèmes de liquidités qui frappent la région, une partie des écoles y connaissent des pénuries d’eau et de chauffage, les autorités locales n’étant plus en mesure de régler les factures auprès des fournisseurs.

Ces pénuries ainsi que les coupes budgétaires dans l’éducation ont provoqué une grogne sociale qui ne cesse de s’amplifier, avec des manifestations désormais quotidiennes à Valence. Les lycéens de la région ont appelé à une journée de protestation le 29 février dans toute l’Espagne.

Source

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un député grec ayant placé de l’argent à l’étranger dans le collimateur des autorités

 

 

Les autorités grecques se sont engagées vendredi à dévoiler le nom d’un député qui a sorti du pays la somme d’un million d’euros pour la placer sur des comptes étrangers alors que l’Etat exhorte la population à conserver son épargne dans les banques du pays en pleine tourmente financière.

La transparence sera totale a assuré au parlement le ministre de la Justice, Miltiades Papaioannou, après la révélation de cette affaire par l’autorité indépendante de lutte contre le blanchiment d’argent.

Cette dernière est liée par une obligation de confidentialité et ne peut révéler le nom du député concerné sans autorisation du parlement.

Le transfert d’argent opéré par le parlementaire en mai 2011 est légal mais les autorités considèrent qu’il s’agit d’une question de morale au moment où toute la classe politique grecque est frappée d’un discrédit croissant dans la population.

Il s’agit d’un acte inacceptable au moment où le pays est en danger. C’est le comportement d’un rat qui quitte le navire, a fustigé le porte-parole du groupe parlementaire socialiste, Christos Protopappas.

Selon le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos, la somme de 65 milliards d’euros a été retirée des banques en Grèce depuis 2009, dont 16 milliards ont été déposés à l’étranger.

Selon le ministre, 32% de ces 16 milliards d’euros ont été déposés dans des banques au Royaume-Uni et 10% dans des banques en Suisse.

La recapitalisation des banques grecques, qui détiennent massivement des obligations de l’Etat, est prévue dans le cadre du plan de renflouement et désendettement auquel la zone euro a donné son feu vert dans la nuit de lundi à mardi.

Afp

 

Lire aussi:

Grèce : des milliards d’euros partis à l’étranger

 
3 Commentaires

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Anonymous demande le retrait du FMI de Grèce et menace d’effacer les dettes des citoyens

 

 

, tout de suite, maintenant, 1h30 du matin GMT +1, ce 22 février. Le site du ministère de la justice grec a été détourné avec la manière. Anonymous a envoyé un message très clair que l’on pouvait trouver en se connectant au site de ce ministère avant qu’il ne soit « fixé ».

 

 

« Citoyens de la Grèce

Nous sommes Anonymous.
Nous regardons tous les jours votre gouvernement qui abolit la Constitution et les institutions du pays.
Nous les voyons qui vous conduisent de plus en plus à la pauvreté.
Nous les voyons passer des lois qui vous privent de tout droit à la dignité.
Nous les voyons et livrer le pays au FMI et les banquiers.
Nous savons que les soupes populaires dans les écoles, pour les personnes qui perdent leur emploi et maintenant attendent dans les files d’attente pour une assiette de nourriture.
Nous savons que votre pays a voté ACTA dans un but de garder le silence entre autres du peuple grecs.
Nous savons tout …

 


La République en Grèce est décédée.
Elle est morte dans un gouvernement qui n’a pas été élu par le peuple.
Et pour cette raison, le temps pour la discussion est venu puis parti.
Pas de négociation avec quoi que ce soit, aucun de ceux qui l’ont assassinée.
Vous pouvez nous chasser comme vous le souhaitez, vous pouvez même capturer certains d’entre nous, pour essayer de nous faire taire…
Mais pour tout le monde qui se permettra d’en saisir… 3 autres vont surgir. Il y en aura 5 ou 10 ou 100.
Maintenant, les Grecs sont tous anonymes.
Nous sommes des millions contre vous et les 300 dans cette guerre de gaz lacrymogènes ne vous aideront pas.

 


Gouvernement occupant de la Grèce
Ces jours-ci est voté un projet de loi qui sera le dernier clou dans le cercueil du grec.
Un projet de loi pour revenir au pays à un régime totalitaire.
Pour amener le pays et ses habitants dans la pauvreté absolue.
Nous n’allons pas permettre une autre misère au peuple grec.
Nous exigeons votre démission immédiatement et des élections.
Nous ne payerons pas un centime à vos amis usuriers.
Nous exigeons le retrait immédiat du FMI de la Grèce.
Le ministère de la Justice était seulement un petit échantillon de ce que nous sommes capables de faire.
Même si vous n’avez pas vu la colère d’Anonymous.
Pour chaque article d’un projet de loi qui ferait honte au vote, nous allons arrêter le système et supprimer une dette à l’intérieur du pays pour les citoyens grecs.
Les dettes qui obligent à payer des facistes.
Mais l’Internet est notre domaine. Et j’aime cette guerre.
Nous sommes nombreux et nous allons être bref.

 

Citoyens de Grèce, Anonymous se bat désormais à vos côtés…

 

Gouvernement de Grèce, laissez nous attendre…

 

E X P E C T U S !

 

J U S T I C E I S C O M I N G ! »

 

 Traduction

 

 Eh bien, le temps des vidéos est passé. Le temps des attaques DDoS à base de LOIC qui faisaient rire les informaticiens aussi.

 

Bienvenue sur la WorldWarWeb.Internet.Anticom

 

 We are Anonymous

We are Legion

We do not forget, we do not forgive

Expect Us

Source

 

Merci Chasouris  🙂

 

 
4 Commentaires

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch abaisse de deux crans la note à long terme de la Grèce à C

 

PARIS – L’agence de notation Fitch a abaissé de deux crans la note de la dette à long terme de la Grèce à C, contre CCC auparavant, à la suite de l’accord européen pour le déblocage d’un nouveau plan d’aide au pays et lui éviter ainsi un défaut de paiement en mars.

Après une réunion marathon de 13 heures, la zone euro avait donné le feu vert dans la nuit de lundi à mardi à la mise en oeuvre d’un plan de sauvetage inédit de 130 milliards d’euros combiné à l’effacement de 100 milliards d’euros de la dette détenue par les créanciers privés (banques, assurances, fonds d’investissement).
Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: Les syndicats appellent à manifester aujourd’hui contre la réduction des retraites

 

 

Au lendemain de difficiles négociations sur le plan de sauvetage octroyé par les Européens aux Grecs, les syndicats appellent à manifester à Athènes et Salonique, ce mercredi, contre des mesures d’austérité dévastatrices pour la population.

 

Les syndicats du privé et du public doivent de nouveau manifester mercredi après-midi à Athènes et Salonique (nord) contre les nouvelles coupes dans les retraites prévues dans le plan de sauvetage record octroyé à la Grèce par la zone euro.

Sous le mot d’ordre « Tous ensemble nous pouvons balayer les nouvelles coupes sur les retraites », la Confédération générale des travailleurs, GSEE (privé) et la Fédération des fonctionnaires, Adedy (public), ont appelé à des rassemblements sur la place Syntagma à 14H00 GMT, dans le centre-ville de la capitale grecque.

De son côté, le Front de lutte des travailleurs (Pame), syndicat pro-communiste, a appelé à un rassemblement à 16H00 GMT sur la place voisine d’Omonia puis à une marche vers Syntagma, où se trouve le parlement.

Ces manifestations succèdent à celles de dimanche à Athènes et Salonique ainsi qu’aux violents incidents, qui avaient eu lieu le 12 février en marge d’une manifestation de 80.000 personnes près de la place Syntagma, lors du vote au parlement du nouveau programme d’austérité qui était l’une des conditions au déblocage du plan européen de sauvetage du pays.

Après plusieurs vagues de réduction des salaires et des retraites depuis le début de la crise grecque en 2010, le nouveau paquet de rigueur prévoit des coupes de 12% dans les retraites principales supérieures à 1.300 euros par mois ainsi que des coupes dans les retraites complémentaires. Un projet de loi dans ce sens doit être voté au parlement dans les prochains jours en procédure d’urgence, selon le gouvernement.

Après une réunion marathon de 13 heures, la zone euro a donné le feu vert dans la nuit de lundi à mardi à la mise en oeuvre d’un plan de sauvetage inédit de 130 milliards d’euros combiné à l’effacement de 100 milliards d’euros de la dette détenue par les créanciers privés (banques, assurances, fonds d’investissement).

Cette aide vise à éviter un défaut de paiement de la Grèce en vue de l’échéance du 20 mars, date à laquelle le pays doit rembourser une obligation de 14,5 milliards d’euros.

Source

 

Certainement en direct ici:

http://www.livestream.com/stopcarteltvgr

 
3 Commentaires

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: la rue confrontée à un nouveau fléau, la sisa

 

Grèce: la rue confrontée à un nouveau fléau, la sisa

 

Cette nouvelle drogue s’appelle la sisa (prononcer Chicha) et se consomme fumée à la pipe. D’une texture comparable à la méthadone, traitement de substitution à l’héroïne, elle a été adoptée par de nombreux toxicomanes en Grèce. La crise grecque ayant fait bondir la dose d’héroïne de 3 à 20€, les toxicomanes sans-abris se sont rués sur cette nouvelle drogue aux origines et à la composition méconnues. Une enquête de Léa Lescure pour rue89.com révèle les ravages causés par cette drogue bon marché introuvable ailleurs en Europe.

 

Oui, la Grèce respire. Elle a obtenu son aide de l’UE, perfusion lui permettant d’éviter la faillite, mais déjà regrettée à demi-mot par certains à cause des efforts financiers qui vont encore être demandésà une population qui a déjà serré sa ceinture au dernier cran. Dans ce contexte social dramatique, l’argent manque pour la prévention anti-drogue d’un côté, et pour s’acheter de la drogue de l’autre.

 

99% des héroïnomanes consomment ce mélange de liquide de batterie et de détergent!

Face à l’explosion du prix de l’héroïne, une nouvelle drogue bien moins chère, mais bien plus dangereuse est apparue dans les rues : la sisa. Une dose est vendue entre 2 et 3 euros. Voilà pourquoi aujourd’hui, après 18 mois de présence de cette drogue à Athènes, « dans les rues dédiées, 99% des héroïnomanes consomment la sisa », explique Tanos Panopoulos, un chef de mission à l’Organisation anti-drogue, à rue89. La sisa est vite devenue populaire. Personne ne sait qui la produit, où elle est produite, qui l’achemine en Grèce et qui la vend. Une piste, l’Orient. Pakistan, Kurdistan, Iran, Afghanistan, Irak, … de nombreux pays et ressortissants sont soupçonnés. Il faut dire qu’elle est facile à fabriquer, puisqu’elle se compose principalement de liquide de batterie et de détergent ! Un mélange extrêmement dangereux pour la santé.

 

Insomnies de plusieurs semaines, délires de violence extrême… et hôpital

Réputée pire que le Krokodil, fameuse drogue abrasive venue de Russie qui rongerait les chairs, la sisa a été étudiée par l’Observatoire national grec des drogues. Trois mois de sa consommation provoquent les mêmes effets sur le corps humain qu’un an et demi de consommation intensive d’héroïne ! Ses effets directs sont un violent flash de quelques minutes et une accélération du rythme cardiaque. Plus proche de la cocaïne que de l’héroïne. Ensuite, les effets secondaires apparaissent. Insomnies pouvant durer des semaines, crises obsessionnelles et extrêmes pulsions de violence, cite notre confrère auteure de l’article. Elle a rencontré Amira, une toxicomane de 26 ans qui prend cette drogue. Elle sortait depuis peu de l’hôpital après avoir été trouvée dans la rue, où elle vit, à moitié consciente et souffrant d’une infection de la peau et d’une embolie pulmonaire.

 

Accentuation de l’insécurité et du racisme

La majorité des toxicomanes en Grèce étant de jeunes migrants, principalement venus d’Afghanistan, un sentiment de rejet et de stigmatisation de ces populations s’est répandu dans une société grecque qui doit déjà faire face à son propre drame économique.

Source

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 22 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :