RSS

Archives du 21 février 2012

M.E.S : ces traîtres viennent de nous vendre aux banksters…!!!

Les députés ont adopté par 261 voix contre 44 le projet de loi relatif au MES et par 256 voix contre 44 celui ratifiant la décision du Conseil européen de modifier l’article 136 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne qui concerne le mécanisme de stabilité pour les Etats membres dont la monnaie est l’euro.

Seuls les groupes UMP et du Nouveau centre ont voté ces deux textes présentés par Jean Leonetti, ministre des Affaires européennes.

Le groupe socialiste s’est abstenu alors que celui du Front de gauche (PC et Parti de gauche) et les élus écologistes ont voté contre de même que Nicolas Dupont-Aignan (divers droite, « souverainiste »).

« Le MES est une étape, c’est un moyen mais comme il est conditionné dans son usage à la signature du traité, nous nous abstiendrons », avait indiqué Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS, dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

« Pour nous, ce qui est important, c’est que nous obtenions des garanties sur la manière de faire, sur l’orientation des politiques européennes, dans le sens de la croissance, du développement mais aussi de la solidarité », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, qui était devant le groupe UMP, a aussitôt critiqué cette abstention des socialistes.

« Le refus des socialistes de voter le MES est une faute grave qui démontre leur sectarisme », a-t-il déclaré, selon plusieurs députés UMP. « Ils préfèrent fragiliser la zone euro que de voter avec la majorité », a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement a répété ses critiques à l’adresse des socialistes un peu plus tard lors de la séance des questions au gouvernement.

« Ces traités sont de ceux qui font grandir la France et l’Europe. Ceux qui refuseraient ces avancées prendraient le risque de mettre en péril l’Europe et la France », a dit Jean Leonetti.

« Le mécanisme que vous nous proposez est une machine de guerre contre les peuples », a répondu Roland Muzeau (PC), le président du groupe du Front de gauche.

Les deux textes seront examinés par le Sénat, où la gauche est majoritaire, le 28 février. Ils seront définitivement adoptés par le Parlement français avant le 6 mars, date à laquelle députés et sénateurs suspendent leurs travaux pour cause de campagne électorale.

Reuters

Résultats  du vote de ces chiens galeux:

http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo0861.asp

Publicités
 
9 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les pesticides compromettent la fertilité masculine

 

 

Fertilité et pesticides : l’association Générations Futures demande au gouvernement d’appliquer le principe de précaution sur les perturbateurs endocriniens.

Le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire(1) qui est publié ce 21 février passe en revue les études existantes sur : la fertilité du couple, la qualité du sperme ; l’évolution des malformations de l’appareil génital, la fertilité en fonction des expositions professionnelles et le cancer des testicules. Un constat sans appel : le pourcentage de couples sans grossesse après un an sans contraception est actuellement de l’ordre de 15 à 25%, « Ce qui constitue un problème de santé non négligeable », selon le BEH.

A cela les scientifiques ajoutent le constat de la baisse de la concentration spermatique, d’une augmentation de malformations génitales chez le garçon (cryptorchidies et hypospadias), d’une augmentation des cas de cancers des testicules depuis 20 ans.

Les responsables ? Le BEH pointe également des responsabilités à tous ces problèmes de santé, mises en évidence par de nombreuses études.

  • Une méta-analyse de 91 études, publiées depuis 2000, montre que l’exposition à certains pesticides de type pyréthrénoïdes, carbamates et organophosphorés est liée à un allongement du délai nécessaire pour concevoir.
  • 10 études sur 12 étudiants l’exposition aux pesticides font un lien direct avec une anomalie du sperme.
  • Une étude associe le travail des parents comme agriculteur et le risque d’hypospadias…

« Ce travail de l’INVS confirme ce que Générations Futures dénonce depuis des années : les pesticides, et particulièrement ceux qui sont des perturbateurs endocriniens, constituent une
menace grave pour la fertilité humaine. » Déclare François Veillerette, Porte Parole de Générations Futures « On ne doit maintenant plus attendre d’avantage pour mettre en oeuvre une
vraie exclusion de ces pesticides ayant des effets perturbateurs endocriniens (PE), telle que prévue par l’Annexe II du nouveau Règlement sur les pesticides 1107/2009 CE (2). Le gouvernement français doit s’engager sans plus tarder à agir en ce sens en privilégiant la précaution et la santé humaine. Il ne doit pas laisser les lobbies de l’agrochimie user scandaleusement de leur influence pour dicter dans le secret des ‘comités d’experts’ les critères qui serviront à sélectionner les pesticides PE qui devront effectivement être exclus à partir de décembre 2013 ! » Ajoute t’il.

Notes

  1. Enjeux environnementaux pour la fertilité humaine ; BEH n°7-8-9/2012 – INVS
  2. le 3.6.5 de l’Annexe II du Reg 1107/2009 prévoit que « une substance active, un phytoprotecteur ou un synergiste n’est approuvé(e) que si, sur la base de l’évaluation d’essais fondés sur des lignes directrices adoptées au niveau communautaire ou international ou d’autres données et informations disponibles, notamment une analyse de la documentation scientifique examinée par l’Autorité, il/elle n’est pas considéré(e) comme ayant des effets perturbateurs endocriniens pouvant être néfastes pour l’homme,… » Malheureusement les lobbies de l’agrochimie essayent de vider cette disposition de son sens en usant de leur influence pour restreindre autant qu’elle le peut la liste des pesticides qui seront exclus au titre de cette disposition qui doit être arrêtée le 14 décembre 2013 au plus tard. (RÈGLEMENT (CE) No 1107/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et abrogeant les directives 79/117/CEE et 91/414/CEE du Conseil)

Auteur

Générations Futures

Source

 
1 commentaire

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

21/02/2012:Olivier Delamarche – Là où la troïka passe,l’économie trépasse…!!!

 

 
5 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Ca fume toujours à Fukushima !

 

Extrait d’une vidéo du 20 février où l’on voit nettement de la fumée ou de la vapeur entre l’unité 2 et 3 .

 

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche et Philippe Herlin sur Radio courtoisie à propos de la crise

 

 
3 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

USA : La Police Va Utiliser des Lasers Aveuglants Comme en Iraq

Laser-Grece-Police

 

Dans de très nombreux pays dits « démocratiques » l’armée n’a pas le droit d’intervenir contre les citoyens. C’est même ce qui fait la différence entre les démocraties et les dictatures militaires comme l’Egypte. Pour contourner ce principe, les USA militarisent de plus en plus leurs forces de police. Celles-ci sont déjà équipées de blindés et maintenant elles vont recevoir des lasers aveuglants. Ceux-ci ont été testés sur les populations en Iraq et en Afghanistan. [source]

 

Ces lasers ont une puissance leur permettant de rendre une personne temporairement aveugle à une distance de 300 à 500 mètres quand il fait jour. La nuit, les pupilles sont dilatées et l’œil reçoit plus de lumière augmentant l’efficacité du laser qui devient opérationnel jusqu’à 1 kilomètre. Par contre, utilisé de près, il  cause une cécité permanente en dénaturant l’intérieur du globe oculaire à la manière d’un œuf bouilli.

 

Ce laser est utilisé dans les check points en Iraq et Afghanistan depuis 2006. Il est donc tout prêt pour servir dans les rues des capitales occidentales.

 

Un truc tout de même pour les futurs manifestants : prenez des miroirs avec vous pour leur renvoyer leurs rayons. En Iraq, un soldat s’est fait aveugler par son propre rayon parce que celui-ci a été renvoyé par le rétroviseur d’un véhicule vers lequel il pointait.

 

La Croix Rouge se déclare « sceptique ». Cette nouvelle est à rapprocher d’une qui est tombée il y a peu : la police britannique va pouvoir utiliser des armes chimiques interdites aux militaires par les conventions internationales. En effet, comme toutes ces conventions, y compris celle de Genève, parlent de « conflit armé », elles ne couvrent pas le travail de la police pour réprimer des manifestants.

 

Tous les régimes occidentaux savent que l’insatisfaction de leurs peuples va en croissant, et il viendra le jour il sera nécessaire de broyer les civils pour se maintenir. Ca se passe tous les jours comme ça en Afrique.

Source

 

 
6 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’Eurogroupe offre un répit en trompe-l’œil à la Grèce

 

La Grèce a enfin obtenu ce qu’elle demandait depuis des semaines. Les ministres européens des Finances ont décidé, dans la nuit de lundi à mardi, à Bruxelles lors d’une réunion de l’Eurogroupe, de débloquer le deuxième plan d’aide internationale d’un montant de 130 milliards d’euros dont le principe avait été acté en juillet dernier.

Pour obtenir ce précieux soutien financier, le gouvernement grec a dû concocter, ces dernières semaines, un nouveau plan de rigueur drastique qui a engendré une grève générale les 10 et 11 février et de violents heurts entre manifestants et forces de l’ordre en début de semaine dernière. Athènes a pris le risque de la crise sociale car pour le gouvernement, cette aide financière internationale est vitale : sans elle, le pays n’aurait pas pu rembourser les dettes qui arrivent à échéance à la mi-mars.

Mais pour autant, la Grèce est loin d’être tirée d’affaire comme l’explique à FRANCE 24 Pascal de Lima, économiste à Sciences Po.

 

FRANCE 24 : Quelle est l’importance pour la Grèce de l’accord qui a permis mardi de débloquer le deuxième plan d’aide international ?

Pascal de Lima : C’est à la fois un accord de la dernière chance et une aide condamnée à être insuffisante. En effet, la Grèce qui est en grave récession ne peut faire autrement que de demander à la communauté internationale de la soutenir financièrement. Elle n’a aucune chance, vu l’état de ses finances publiques, de lever de l’argent sur les marchés financiers. Sa situation économique catastrophique justifie ce nouveau plan de soutien.

Mais même si l’aide est conséquente, elle ne fait que maintenir artificiellement la Grèce à flots. En effet, sans croissance, Athènes n’a pas les rentrées fiscales nécessaires pour espérer équilibrer ses comptes et la dette est donc condamnée à rester élevée.

F24 : Vous parlez de la nécessité de retrouver la croissance, mais les pays de la zone euro ont conditionné le nouveau plan d’aide à davantage d’austérité, n’est-ce pas contradictoire ?

P. de L. : La logique qui a entouré l’adoption de ce plan d’aide est fallacieuse car elle ne tient pas compte des circonstances économiques. Certes, il faut que la Grèce redresse ses comptes, mais les mesures d’austérité sont inefficaces en période de récession. C’est un cercle vicieux qui va simplement conduire à une augmentation des déficits. La question de l’éventuelle faillite grecque va de ce fait se poser de nouveau.

F24 : Pensez-vous que la Grèce peut encore éviter la faillite ?

P. de L. : Je pense que la zone euro devra reconnaître dans les six mois la réalité de la faillite grecque. Athènes est en fait déjà en défaut de paiement. N’oublions pas que les créanciers privés ont accepté d’effacer 100 milliards d’euros sur les 200 milliards d’euros de dettes qu’ils détiennent. Les responsables politiques ont beau utiliser à ce sujet le terme de “restructuration”, il s’agit bel et bien d’un défaut de paiement. Mais les États européens retardent autant que possible le moment où ils devront regarder la réalité de la faillite en face car ils devront alors se demander si une Grèce en faillite peut rester dans l’Union européenne.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :