RSS

Archives du 17 février 2012

Le FBI va-t-il couper l’Internet d’ici au 8 mars?

 

Le FBI pourrait couper l’accès Internet de millions de personnes à travers le monde le 8 mars afin de combattre le DNSChanger, un virus de type cheval de Troie repéré en 2006, explique Brian Krebs sur son blog Krebs on Security.

Le 9 novembre 2011, les six Estoniens à l’origine du virus avaient été arrêtés dans l’opération Ghost click, «la plus importante opération de cybercriminalité de l’histoire». Ils étaient soupçonnés d’avoir infecté 4 millions d’ordinateurs dans environ 100 pays, avec un virus qui leur aurait permis d’engranger 14 millions de dollars, raconte France 24.

Début février, un demi-million de machines étaient encore infectées par DNSchanger, dont plus de 10.000 en France selon certaines estimations. Aux Etats-Unis, comme le raconte Krebs, il a été repéré sur la moitié des ordinateurs des 500 plus grosses compagnies et de presque la moitié des agences gouvernementales américaines comme la Nasa, et évidemment des particuliers.

Grâce à une décision de justice, le FBI est autorisé à mettre hors ligne tous les serveurs corrompus, ce qui couperait d’Internet les ordinateurs reliés à ces serveurs. Et si elle n’est pas reconduite, cette décision de justice expirera le 8 mars… C’est donc la date limite à laquelle la grosse coupure devrait avoir lieu.

Le DNSChanger modifie les paramètres DNS de l’ordinateur (ce qui relie une adresse IP à un site Internet) pour faire afficher de la publicité non désirée, modifier les résultats des moteurs de recherche ou rediriger les utilisateurs vers des sites Internet malveillants. L’internaute à la machine infectée ne navigue donc plus vraiment sur le même web que les autres. Il s’agit en outre d’un virus particulièrement malicieux puisqu’il empêche de se rendre sur des sites de sécurité informatique qui pourraient permettre de diagnostiquer le problème et de le régler.

La bonne nouvelle, c’est que si vous soupçonnez votre ordinateur d’être infecté, il est possible de le nettoyer avant la grande coupure. Des sites d’information ont été mis en place.

Source

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch relève la note de l’Islande, qui redevient un emprunteur fiable

 

L’agence de notation Fitch Ratings a relevé vendredi d’un cran la note de dette long terme de l’Islande, pour la porter à BBB-, ce qui permet au pays, au bord du chaos à l’automne 2008, d’être désormais considéré comme un emprunteur fiable.
Le retour de la note de long terme en devise étrangère de l’Islande dans la catégorie +investissement+ traduit les progrès accomplis par le pays pour restaurer sa stabilité macroéconomique en menant à bien des réformes structurelles et en reconstruisant sa crédibilité financière, a souligné l’agence dans un communiqué.
Fitch était la dernière des trois grandes agences de notation à considérer encore la dette de l’Islande comme un placement spéculatif.
L’agence rappelle que l’Islande a été le premier pays frappé par la crise financière mondiale en 2008 et qu’elle a mené à bien le programme de sauvetage sous l’égide du FMI, achevé en août dernier.
Malgré quelques revers en chemin, le programme a jeté les bases d’un accès renouvelé aux marchés de capitaux internationaux à la mi-2011 et d’un rebond encourageant de la croissance économique de 3% sur l’ensemble de l’année 2011, note l’agence.
Elle relève également que le déficit primaire du pays (avant les intérêts de la dette) a été considérablement réduit, passant de 6,5% du PIB en 2009 à 0,5% en 2011, et que l’Islande est en bonne voie pour être en excédent primaire en 2012 et en excédent budgétaire en 2014.
Selon Fitch, la dette brute du pays a atteint un sommet à 100% du PIB en 2011, tandis que la dette nette n’est que de 65% en raison des dépôts conséquents auprès de la Banque centrale d’Islande.   Afp

 

Petit rappel sur la situation Islandaise

 
2 Commentaires

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

« Solutions locales pour un désordre global » en intégralité

Film de Coline Serreau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

La voix de la raison d’un genie du muet….

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les Guignols de l’info:Les esclaves du futur…..

 

 

 
6 Commentaires

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

PSA Vesoul : un mois de chômage technique, l’embargo sur l’Iran mis en cause

 

Sur le site de Vesoul, 180 salariés de PSA seront mis au chômage technique en mars en raison d’un ralentissement de l’activité économique en Iran, pays pour lequel ils produisent des pièces détachées.

Un embargo sur l’Iran, à PSA Vesoul (Haute-Saône) un atelier se retrouve au chômage technique jusqu’au 30 mars. C’est le lien qu’ont tissé les syndicats CFE-CGC, la CFDT, et la CGT, après l’annonce de la direction selon laquelle la période d’inactivité prévue du 20 février au 5 mars, serait prolongée pour 180 salariés qui travaillent quasi-exclusivement pour l’Iran : leur atelier envoie dans ce pays, des pièces détachées et des sous-ensembles de voitures, des Peugeot 206 essentiellement.

Fin janvier, les Etats Unis et l’Union européenne ont décidé de nouvelles sanctions financières et pétrolières, pour forcer Téhéran à renoncer à son programme nucléaire dit militaire. « La direction a dit que le chômage technique était dû au contexte économique difficile en Iran. Nous supposons que l’embargo de l’Union européenne sur l’Iran complique les relations avec PSA », a déclaré Jean-Paul Guy, délégué CFDT. « C’est l’embargo qui nous enlève notre travail » renchérit Christian Hergott, délégué CGT du site.

Dans cet atelier qui emploie au total 280 personnes, la soixantaine de salariés qui travaille dans les bureaux connaîtra aussi 15 jours de chômage technique en mars. Les salariés restants seront affectés à d’autres secteurs de ce site qui compte 3 200 personnes. « Certains salariés auront au total six semaines de chômage technique, pendant lesquelles ils toucheront 90 % de leur salaire net. La direction essaie de trouver une solution à ce problème qui devient récurrent », a indiqué Michel Noël secrétaire du comité d’entreprise et délégué CFE-CGC. Pour l’heure, l’a direction de PSA Vesoul n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Source

 
2 Commentaires

Publié par le 17 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :