RSS

Archives du 15 février 2012

Crise grecque: «C’est la guerre….parce que tu survis…»

Le propriétaire d'un magasin incendié dimanche soir, constate l'ampleur des dégâts (mardi 14 février 2012 à Athènes)

La situation quotidienne de millions de Grecs est de plus en plus critique et la solidarité entre citoyens se met en place…

«C’est la guerre». Panagiotis Grigoriou n’y va pas par quatre chemins pour expliquer la situation en Grèce. Cet historien et ethnologue, qui tient un blog sur la crise actuelle, a lui-même tout perdu. Son contrat de recherche n’a pas été renouvelé faute de budget. Il est hébergé chez des amis. La dernière fois qu’il a fait le plein d’essence de sa vieille voiture, c’était le 26 décembre dernier. Il utilise dès qu’il le peut les transports en commun, c’est moins cher. Panagiotis fait partie du tiers de Grecs qui vivent sous le seuil de pauvreté actuellement, plus de trois millions de personnes, selon Eurostat. Il n’y a qu’en Europe de l’Est que la situation économique est pire. «C’est la guerre», reprend-il, «parce que tu survis.» Et cette survie passe par la solidarité.

Le salut passe par la débrouille

Comme lui, les gens apprennent à se débrouiller. Les initiatives alternatives poussent comme des champignons, quartier par quartier. Dans celui de Marianna Lavda, près de l’aéroport d’Athènes, dimanche, il y aura un nouveau troc d’affaires en tout genre. Des habitants ont aussi mis en place une monnaie d’échange local: un service contre un service. D’autres encore distribuent la soupe populaire. Même dans le lycée français où étudient les enfants de cette prof de philo, une collecte de vêtements a eu lieu pour les plus nécessiteux. «Et c’est pareil partout» confirme Marmatis Kostas. La classe moyenne, première touchée par la crise actuelle, «s’imagine plongée encore plus bas et n’a paradoxalement jamais été aussi solidaire», conclue-t-il. Lui a rejoint le mouvement «Je ne paie pas» à ses débuts, un collectif regroupant des avocats, des journalistes et des syndicalistes.

Les mouvements citoyens se multiplient

Ils refusent de payer les taxes sur l’électricité réclamées en octobre dernier par le gouvernement, des centaines d’euros à verser par les propriétaires en fonction de la superficie de leur bien foncier, sous peine de coupures d’électricité. Mais il n’y a jamais eu de coupures d’électricité car le syndicat d’électriciens de la compagnie DEI, l’équivalent d’EDF, a tout de suite refusé. D’une poignée de «résistants» gauchistes à l’impôt, le mouvement a grossi et ce sont désormais «plus de 500.000 foyers qui refusent de payer cet impôt à travers toute la Grèce, et cela devrait continuer parce que ceux qui paient voient qu’il n’arrive rien à ceux qui ne paient pas» affirme Marmatis. Une information difficile à vérifier, d’autant que certains consommateurs peuvent obtenir des délais pour s’acquitter de leur impôt.

Reste que ce type de mouvements impulsés par la détresse sociale commencent à transformer la société grecque. Comme en temps de guerre.

Source

Publicités
 
11 Commentaires

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le virus Schmallenberg frappe Saint-Juvin et Vandy dans les Ardennes

ARDENNES. Dans les cantons de Grandpré et Vouziers, le virus  de Schmallenberg a causé la mort de 24 agneaux, nés mal formés ou sans vie. Ceux qui n’étaient pas morts à la naissance ont dû être euthanasiés.  Un nouveau cas de suspicion est apparu hier.

AYANT appris l’existence du virus de Schmallenberg il y a seulement quelques jours, pour la plupart, en lisant l’union-L’Ardennais (nos éditions du 3 février), les éleveurs commencent à observer les dégâts causés par la maladie. Celle-ci touche essentiellement les moutons, mais aussi les bovins.

Sur les huit cas de suspicion relevés, la semaine passée, par la préfecture des Ardennes, les deux premiers concernaient d’ailleurs des veaux. Ils se sont avérés négatifs. Trois autres cas de suspicion, observés chez des ovins, ont eux aussi été déclarés négatifs par le laboratoire de référence de Maisons-Alfort (le seul en France habilité à faire ces analyses). Une dernière suspicion, signalée par un vétérinaire du Vouzinois dans un élevage de Saint-Etienne-à-Arnes, s’est, elle aussi, avérée négative.

Mal formés et prématurés


On attend d’ici une semaine les résultats d’un neuvième cas étrange, observé hier, toujours dans les environs de Vouziers (secteur de Pauvres). À ce jour, seuls deux cas se sont révélés positifs.

Comme annoncé samedi dans nos colonnes, il s’agit de deux élevages situés dans les cantons de Grandpré et Vouziers, exactement dans les villages de Saint-Juvin (aux confins de l’Argonne) et de Vandy (entre Vouziers et Le Chesne)

– un premier cas d’infection vient d’ailleurs d’être détecté dans un élevage de l’Argonne marnaise cette fois.

50 000 moutons dans les Ardennes


En pleine période d’agnelage, la maladie y a déjà causé une vingtaine de décès. Des chiffres difficiles à vérifier, car, à l’exception d’Hugues Soudant (lire par ailleurs), directement concerné à Saint-Juvin, des éleveurs ont tendance à taire ce virus, considéré, à tort, comme une « maladie honteuse » (l’expression est d’un vétérinaire).

Sans compter, bien sûr, la peur de ne pas réussir à vendre leurs agneaux, négociés entre 100 et 150 euros pièce (dont 40 à 50 % de marges). Retenons les chiffres officiels : selon la préfecture, le virus a déjà tué vingt-quatre agneaux, nés prématurés ou mal formés. « Dans les deux cas, les agneaux sont morts. Soit ils l’étaient déjà à la naissance, soit ils n’étaient pas viables, et ont été euthanasiés par injection », précise Arthur Tirado, vétérinaire à la tête de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Une autre précision importante s’impose : un cas confirmé ne signifie pas seulement un animal touché, mais tout un élevage. « Si un agneau est porteur du virus, cela signifie que tout l’élevage est touché », souligne Arthur Tirado.

Ainsi, le virus de Schmallenberg, qui frappe désormais une vingtaine de départements du nord de la France, et près d’une centaine d’élevages, touche, en théorie, des milliers de bêtes. Pour mémoire, les Ardennes comptent à ce jour près de 50 000 ovins, répartis sur 600 exploitations. Plus de 7 millions de moutons sont élevés en France. Guillaume LÉVY * Certains craignent d’avoir du mal à vendre leurs agneaux.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Acta se prend La Haye

 

Acta ne passera pas non plus pas les Pays-Bas. Après les rejets en Allemagne, Pologne, République tchèque, Lettonie, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie et Luxembourg, le Parlement hollandais a voté hier la suspension du processus de ratification de ce Traité international de lutte contre la contrefaçon accusé par ses détracteurs de menacer les libertés fondamentales sur la toile et l’accès aux médicaments génériques.

Les élus à la Chambre des Représentants, qui siègent à La Haye, ont soutenu une motion des membres du parti GroenLinks (les écologistes de gauche) qui demandait que les Pays-bas ne signent pas pour l’instant le traité, dans l’attente de clarifications sur les menaces qu’il ferait peser sur les droits et la vie privée des internautes.

Les élus pourront sur ce point appuyer leur réflexion sur une étude pointée par le site Torrentfreak et réalisée par deux chercheurs de Londres et Oxford à la demande du groupe d’eurodéputés verts, qui conclue que le texte d’Acta est « peu compatible avec la Charte européenne des droits fondamentaux et avec les attentes de la Cour européenne des droits de l’homme ».

« Que se passerait-il si Wikipédia, par les effets de cette politique sévère, devait adopter une attitude défensive contre ses utilisateurs ? Que faire s’il lui faut prévenir toute transgression [des droits d’auteur] avant qu’elle intervienne ? Valider toute modification avant qu’elle ne devienne publique ? De choisir systématiquement la solution la plus sûre afin de se protéger contre toute attaque ?

[…] Acta est le résultat d’une procédure qui n’a évolué que très tardivement en parodie de consultation publique et n’a intégré qu’une représentation très limitée des parties prenantes.

[…] Acta fait pencher la balance de la protection de la propriété intellectuelle bien trop nettement en faveur des ayants droit, et de façon injuste envers tous les autres. Le texte interfère avec la même disproportion avec une série d’autres droits fondamentaux et ne permet pas la prise en compte des différents intérêts concurrents, préférant concentrer tous les pouvoirs à une extrémité. Ceci rend l’ensemble du traité, selon notre opinion, incompatible avec les standards des droits humains fondamentaux déterminés en Europe. »

 

Hier, c’est la Bulgarie qui avait à son tour annoncé le gel de toute décision « tant que les positions des autres pays membres de l’Union européenne ne seront pas connues ». Entre 4000 et 8000 personnes avaient défilé contre le traité à Sofia samedi dernier.

Dans la foulée, le ministère de l’Économie et du Commerce extérieur luxembourgeois évacuait le texte en le jugeant inutile. « Le gouvernement tient à souligner que l’accord Acta ne va pas au-delà de l’acquis juridique actuel de l’Union européenne, a-t-il estimé. Le gouvernement n’apportera pas de changements à la législation nationale actuelle. Concernant en particulier le téléchargement illégal, le gouvernement n’adoptera pas de mesures répressives (de type Hadopi, Sopa/Pipa) allant au-delà des dispositions déjà en vigueur. »

L’accord Acta a été signé le 26 janvier à Tokyo par 22 des 27 gouvernements européens dont la France, où la procédure de ratification suit toujours son cours. Négocié entre l’Union européenne, les Etats-Unis, le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc, le Mexique et la Suisse, le texte est destiné à lutter contre la contrefaçon de manière très large, depuis les médicaments et autres marchandises, jusqu’au téléchargement illégal sur internet.

À ce jour, l’Australie, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, Singapour et les États-Unis ont ratifié le texte.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

ATHENES – Grèce: une salariée d’un organisme promis à fermeture menace de se suicider

ATHENES – Noyée dans les mesures de restrictions du nouveau plan d’austérité grec, la fermeture annoncée d’un organisme de logement social était presque passée inaperçue. Et mercredi, à Athènes, une employée a menacé de se jeter dans le vide.

« Voilà le résultat de toute cette politique malheureuse« , s’emporte un des nombreux badauds qui, à l’instar des caméras de télévision, est rivé à la scène.

Pendant plus de cinq heures, dans le froid hivernal d’une grande avenue d’Athènes, une jeune femme, dont on ne distingue que des mèches de chevelure auburn, est restée assise sur le bord d’une fenêtre, les jambes dans le vide, au troisième étage du bâtiment qui abrite l’OEK, un organisme grec de logement social.

Depuis la fin de la matinée, cette mère de famille d’une quarantaine d’années menace de se suicider « apparemment à bout » après l’annonce soudaine de la fermeture de l’organisme où elle travaille depuis plus de vingt ans comme ingénieur civil, explique Haris Gouvopoulos, représentant du personnel au conseil d’administration.

Dans le langage du nouveau mémorandum adopté dimanche par les députés grecs au milieu des manifestations populaires, l’OEK est une structure « engagée dans des dépenses sociales non prioritaires » dont la fermeture est une mesure « prioritaire » devant intervenir dans les six mois.

La description fait bondir Ilias Athanasiou, président d’un syndicat de salariés: « notre organisme a permis d’herberger plus de 50.000 familles » depuis sa création dans les années 50, fait-il valoir.

Parmi les missions principales de l’OEK figurent la construction de logements sociaux, l’octroi de prêt à taux préférentiels et d’allocations pour les salariés aux revenus les plus modestes.

« Que vont devenir les programmes en cours? Les 1.400 logements que nous avons en chantier dans toute la Grèce et qui ont déjà été adjugés, les prêts sur lesquels nous nous sommes engagés? », s’inquiète M. Gouvopoulos, architecte.

La décision de fermer l’OEK lui semble d’autant plus « injuste » et « absurde » qu’il ne s’agit pas, affirme-t-il d’un organisme public fonctionnant grâce aux crédits de l’Etat ».

« Nos ressources proviennent uniquement des cotisations salariales et patronales. Nous somme autonomes« , insiste-t-il.

Mais le gouvernement grec, sous pression de la « troika » des bailleurs de fonds du pays réunissant zone euro, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international, cherche à passer au rabot le plus de contributions patronales possible dans le but de rendre l’économie du pays plus compétitive.

Outre l’avenir de leurs missions et de la politique sociale du pays, c’est leur propre sort qui inquiète les 700 employés de l’OEK.

« Nous avons appris la fermeture, soudainement, la semaine dernière, et depuis nous n’avons aucune information sur ce qu’on va devenir« , affirme Vassilis Zois, qui travaille à l’OAK depuis 22 ans.

Avec un salaire réduit à 170 euros en décembre, 350 en janvier, cet analyste informatique de 50 ans a vu son horizon se réduire comme « peau de chagrin« , dit-il.

Pour sa collègue désespérée, transie au bord du vide, la situation apparaît sans issue: son mari travaille comme elle à l’OEK et tous deux sont parents d’un enfant dont les problèmes de santé avaient rendu nécessaire un déménagement de Prévéza, une ville de l’ouest de Grèce, vers Athènes.

Le mari était dans un premier temps sorti sur le bord de la fenêtre à ses côtés, avant de se laisser convaincre de rentrer. Après cinq heures à haute tension, la femme a fini par quitter sa fragile posture. Sur la façade de l’immeuble continuait à flotter une longue bannière jaune proclamant l’occupation des lieux.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

La webcam de Fukushima a encore tremblée…!

Cela fait 2 jours que les secousses sont plus importantes et plus fortes, voici  là dernière visible à 15h29 soit à 7 »07 ‘ .

 

 

5 séismes frappent le Japon ce Mercredi   

Ce ne sont pas moins de 5 séismes  de magnitude supérieure à 4 qui ont frappé le Japon ce mercredi.

4,9 , profondeur: 51 km 15/2/2012 15:28

4.2 , profondeur: 30 km 15/2/2012 07:55

 5,2,  profondeur: 19 km 15/2/2012 07:34

4,7,  profondeur: 36 km 15/2/2012 04:15

4,7,  profondeur: 15 km 15/2/2012 03:24

Cliquez sur le titre pour accéder à la carte et visualiser les impacts.

 

 

Petit retour sur l’augmentation de la température dans le réacteur n°2 avec des thermocouples soit disant H.S….

Ils me paraissent plutôt fonctionner très bien,voir même trop bien à en juger par la courbe qui sortirait du graphique si elle n’était pas limitée…!

 

 

Source

 
4 Commentaires

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’EUROGENDFOR est debarquée en Gréce!

 

Préparatifs secrets pour l’intervention de l’EUROGENDFOR, la force européennespéciale, en Grèce!

La crise économique accompagnée d’une agitation sociale donnera à Bruxelles l’occasion de tester la capacité de réponse du groupe secret qui a été créé pour lutter contre les troubles et les soulèvement  populaires en Europe.
L’EUROGENDFOR est un groupe secret avec son siège en Italie, et est prête à démarrer en Grèce, où elle a sa première opération d’envergure contre la population d’un Etat européen.

La Grèce est en ébullition. Les protestations deviennent de plus in plus violentes. Préparatifs secrets de l’opération de la force spéciale européenne en Grèce!

P.S. Excuses moi la traduction qui suit. Giuditta Un aéroport désaffecté à Larissa cache le gouvernament militaire étrangère
George Adalis, 24/10/2011 Il y a deux semaines, nous avons eu les premières informations qui a débarqué un contingent étranger militaro-policière à Igoumenitsa ! Depuis lors, nous avons contacté diverses sources et tenté de perser les nouvelles, mais en vain! Personne ne sait ou ne savait rien au sujet, comme si elles venaient en Grèce …  des hirondelles et non pas une puissance étrangère. Des sources indépendantes ont confirmé l’arrivée d’une puissance étrangère. Le problème est que ce contingent était littéralement (entre temps) … disparu!
Il semble que le gouvernement est totalement impliquée, car aujourd’hui, nous révèlent que le contingent que nous recherchons tous, s’est installé la semaine dernière, dans le camp de l’Aile de combat désaffecté 110 à Larissa!


Sous des informations exclusives d’ AegeanTimes.gr, sont 300 personnes appartenant à la NATO! La chose étrange est que lors de notre enquête, même si au début on ne savait rien, tout à coup, ils ont commencé à parler d’une petite unité qui est venu ici pour … aller au Kosovo! Ce qui est étrange, toutefois, que selon des témoins et des documents que nous avons à notre disposition, c’est une unité insolite …! Ni insignes, ni uniformes!  Au lieu de cela, portaient des vêtements civils, des costumes, avec tous un petit sac à dos! L’équipe est allé dans les petites pièces, comme s’ils voulaient se protéger des regards du monde! [ … ] Selon un responsable à Bruxelles, avec lesquel nous sommes entrés en contact, toute  l’Europe, sauf la Gréce, sait que cela est une unité hautement qualifiés, dont la mission est d’empêcher des mouvements de masse et de proteger des personnalités publiques (VIP).
  «À  Larissa sont seulement une petite partie d’entre eux, principalement des Tchèques, » at-il dit perplexe! «Ils sont arrivés ici, afin de protéger en première lieu, les responsables européens des réactions de colère de la foule et d’autre part, la protection des grandes entreprises européennes que sont susceptibles d’être ciblés par les insurgés! » Selon les mêmes sources, plusieurs souches de ce groupe ont été formés pour réprimer les mouvements dissidents dans l’armée nationale!

De toute façon, cependant, le secret de leur arrivée, mais plutôt le lieu, est un coup dur pour le prestige et l’indépendance de notre pays, et les informations arrivée de l’étranger et  pourquoi le gouvernement n’a pas explique aux gens quel est but d’avoir un une telle puissance militaire étrangère.

De plus, ternir la réputation des forces armées grecques, à un moment où tout le monde a tourné les yeux vers l’armée grecque! [ … ] Toutefois, la question va revenir très bientôt avec de nouvelles informations, parce que avec la situation en Grèce, le silence « des agneaux » doit cesser immédiatement, avant que il y a des conséquences pour notre démocratie elle-même.

Si, après la révélation d’aujourd’hui n’est pas donné une réponse convaincante, nous pensons qu’il y aura des développements politiques dramatiques. A l’heure actuelle, le ratio désormais appartient sans doute au ministre de la Défense et le Premier ministre!


Source: http://www.aegeantimes.gr/article.asp?id=37012&type=1&kata=0

Publié par Giuditta à l’adresse 10/24/2011

Source

 

 
10 Commentaires

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’Iran évoque l’interruption de ses exportations de pétrole vers l’Europe

 

 

 

TEHERAN – L’Iran a annoncé mercredi qu’il allait revoir à la baisse ses ventes de pétrole aux pays européens, sans les interrompre pour l’instant, rétorquant ainsi à l’embargo graduel sur le pétrole iranien décidé par l’Union européenne, qui a relativisé l’impact de cette décision..
Le directeur pour l’Europe occidentale du ministère des Affaires étrangères, Hassan Tajik a averti que l’Iran pouvait interrompre ses ventes de pétrole à l’Europe, selon la chaîne iranienne en langue arabe Al Alam.
Il a toutefois assuré que Téhéran ne le ferait pas pour l’instant pour des raisons humanitaires et à cause du froid.
Nous pouvons immédiatement remplacer nos clients (européens, NDLR). Si cela n’a pas encore été fait, c’est en raison de la politique humanitaire de l’Iran et de la situation actuelle en Europe, a-t-il insisté, selon des propos rapportés par la radio-télévision iranienne IRIB.
Les autorités iraniennes ont convoqué séparément les ambassadeurs de six pays européens: France, Italie, Espagne, Grèce, Portugal et Pays-Bas.
Il leur a été signifié que l’Iran allait revoir ses ventes de pétrole à ces pays, a rapporté le site de la télévision d’Etat.
Les prix du baril ont connu une brève envolée après cette annonce, qui renforce les inquiétudes sur les approvisionnements énergétiques européens, malgré les assurances de l’Arabie saoudite, premier exportateur, sur sa capacité à compenser l’absence de brut iranien.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril est monté jusqu’à 119,99 dollars à Londres vers 12H40 GMT, son plus haut niveau depuis plus de six mois, en hausse de 2,64 dollars par rapport à la clôture de mardi.
A New York, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars a atteint 102,54 dollars, un sommet depuis la mi-janvier, progressant de 1,80 dollar par rapport à la veille…..

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 15 février 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :