RSS

Une puce comestible pour bien prendre ses médicaments !

21 Jan

Les données captées par la puce et le patch sont transmises à un téléphone ou un ordinateur. Crédit photo: Protheus

Les données captées par la puce et le patch sont transmises à un téléphone ou un ordinateur.

Une société américaine a développé une micropuce électronique qui permet de surveiller si le patient suit bien son traitement et comment son corps y réagit. Elle devrait être en vente prochainement en Grande-Bretagne.

La mauvaise observance des traitements est un problème que les médecins connaissent bien et qui ne leur facilite pas le travail. Le phénomène concernerait un patient sur deux dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé. Pour tenter d’y remédier, une entreprise américaine a mis au point une micropuce comestible qui permet de surveiller si le patient prend bien ses médicaments et quels sont les effets sur son corps. L’enseigne pharmaceutique britannique Lloydspharmacy s’est dite intéressée pour sa commercialisation et prévoit de proposer ce produit à ses clients d’ici au mois de septembre prochain.

Développée par Proteus Biomedical, une société californienne, cette toute petite puce – plus petite qu’un grain de riz – fonctionne en duo avec un patch que le patient s’applique sur la peau. Chacun des deux éléments contient une petite quantité de magnésium et de cuivre. Quand la puce est ingérée, elle réagit aux sucs gastriques et crée un signal électrique qui est transmis par le corps jusqu’au patch. Ce dernier enregistre l’heure et la dose de médicament prise mais aussi l’activité cardiaque, la respiration, la qualité du sommeil et la température corporelle. Toutes ces données cryptées sont envoyées à un téléphone portable ou à un ordinateur pour lecture, qui pourra rappeler au patient l’heure de la prochaine prise. Le signal ne peut être détecté qu’en présence du patch, a affirmé au magazine Nature Andrew Thompson, l’un des dirigeants de la société, en réponse aux craintes sur la confidentialité des données.

Pour les traitements lourds

Les puces comestibles pourraient être ingérées seules dans une gélule placebo sucrée, ou intégrées à un médicament – au risque toutefois que le comprimé, volumineux, ne devienne plus dur à avaler. Le pack qui devrait être proposé en Grande-Bretagne dans quelques mois comprendra des gélules à absorber à chaque prise de médicament, un patch adhésif à changer chaque semaine, et un logiciel pour recueillir les données. Son prix devrait atteindre les 50 livres (60 euros) par mois, à la charge du patient.

Ce produit s’adresse en priorité aux personnes qui suivent des traitements compliqués et/ou de longue durée, et qui sont donc susceptibles de ne pas respecter les recommandations de leur médecin.

Protheus affirme avoir testé le système lors d’essais cliniques sur des patients souffrant de tuberculose, de troubles psychiatriques, de problèmes cardiaques, d’hypertension et de diabète. Selon le Financial Times, l’entreprise a aussi conclu un partenariat avec le laboratoire suisse Novartis pour adjoindre ses puces au Diovan, un médicament destiné à abaisser la pression artérielle.

Ce n’est pas la première fois qu’un capteur comestible est utilisé dans le domaine médical. Dès les années 1980, la NASA avait développé des thermomètres ingérables pour les astronautes. Des chercheurs ont également mis au point des caméras microscopiques et ingérables pour filmer le système digestif.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/01/20/17074-puce-comestible-pour-bien-prendre-ses-medicaments

Trouvé chez  Les moutons enragés

 

 
5 Commentaires

Publié par le 21 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

5 réponses à “Une puce comestible pour bien prendre ses médicaments !

  1. EVEIL

    21 janvier 2012 at 20 h 16 min

    Bonsoir à tous ,

    Quand à ma personne , je ne fais plus dutout confiance à tous ces savants sorçiers de leurs « vaccinations et de leurs médicaments  » .

    Si demain j’ ai un « cancer » , je me soignerais avec de l’ huile de cannabis et rien d’ autre .

    J'aime

     
  2. Cinok

    21 janvier 2012 at 21 h 32 min

    Et ben ça y est !! On l’a !!! La puce dans le … cul … et bien profond .. et localisé par satellite !

    J'aime

     
  3. luciole

    21 janvier 2012 at 21 h 43 min

    la mauvaise observance d’un traitement ne regarde que le patient; s’il est BIEN et CORRECTEMENT informé , non seulement des effets indésirables mais aussi des risque d’une non ou mauvaise observance il sait ce que c’st à ses risques et périls. Alors où est le problème? .
    Si non je n’y vois qu’un flicage de plus et surtout la suppression des remboursements SS er mutuelles ( si tant est que le trairement en question soit remboursé !!!)
    Et 60 euros /mois à la charge du patient : ils rigolent ???

    J'aime

     
  4. Bob

    21 janvier 2012 at 22 h 35 min

    Cela risque d’etre utilisé pour le opposant politique au Nouvel Ordre Mondial: on leur fait subir un « traitement psychiatrique » et on surveille qu’ils restent bien des zombis.

    J'aime

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :