RSS

Archives du 11 janvier 2012

L’interdiction des OGM, c’est maintenant ou jamais

badge_OGM.jpg

 

NotesUne centaine d’apiculteurs et de militants anti-OGM ont      occupé le 6 janvier un centre de recherche de la firme Monsanto à Monbéqui (Tarn-et-Garonne). Cette action, initiée par la Confédération      paysanne et l’Union      nationale des apiculteurs français, visait à obtenir l’interdiction immédiate de la vente et de la culture du maïs génétiquement modifié MON810 produit par Monsanto, de nouveau sur le      marché depuis que le Conseil d’État a annulé, en novembre 2011, les arrêtés du ministère de l’Agriculture suspendant la culture de maïs génétiquement modifié. Les apiculteurs ont levé le camp      en fin de journée, sans heurts, après avoir obtenu des rendez-vous aux ministères de l’Agriculture et de l’Écologie le 13 janvier prochain.

Ce qu’ils craignent, c’est la pollution du miel par tous les OGM produisant du nectar ou du pollen. Car depuis le jugement du 6      septembre 2011 de la Cour de justice de l’Union européenne, les pollens et les miels contenant du pollen de maïs MON810 sont interdits à la vente et doivent être détruits, ce maïs n’ayant pas      d’autorisation pour la consommation humaine. La situation est d’ores et déjà catastrophique pour les apiculteurs espagnols entourés de champs OGM [1]. Désormais, la même      menace pèse sur les apiculteurs français.

 

Il est encore temps d’agir

« C’est actuellement que les agriculteurs s’approvisionnent auprès des semenciers. Si l’interdiction du maïs MON810      intervient dans un mois, ce sera trop tard, d’autant que certains agriculteurs ont annoncé des semis précoces pour anticiper une éventuelle interdiction. Le gouvernement doit agir      immédiatement », a indiqué Guy Kastler, membre de la Commission OGM de la Confédération paysanne.

La ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annoncé que la France déposerait une nouvelle clause de sauvegarde sur      les OGM avant le printemps. « La solution n’est pas de reprendre le moratoire qui risque d’être de nouveau annulé par le Conseil d’État, mais d’interdire sa vente et sa culture      sur tout le sol français par rapport au risque que courent les abeilles », analyse Guy Kastler. La délégation reçue ce 13 janvier aux ministères plaidera donc pour un arrêté plutôt      que pour un moratoire. Sans une décision rapide du gouvernement, c’est le miel de nombreux apiculteurs français qui deviendra invendable.

Sophie Chapelle

 
5 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Première victime en France de cette arnaque planétaire qu’est le marché carbone!

 

PARIS – De lourdes peines, allant d’un an à cinq ans de prison ferme et un million d’euros d’amende, ont été prononcées mercredi par le tribunal correctionnel de Paris à l’encontre de cinq fraudeurs à la TVA sur le marché carbone.
Ils devront également rembourser solidairement à l’Etat français les 43 millions d’euros de TVA éludée.
Cette décision est la première rendue par la justice française concernant une escroquerie à la TVA sur le marché des droits carbone, une fraude d’un nouveau genre qui a profité de la création de la Bourse européenne du carbone.
Poursuivie pour ces mêmes faits, une sixième prévenue a été relaxée sur le volet taxe carbone, mais condamnée par ailleurs pour blanchiment à un an de prison avec sursis.
L’arnaque a consisté à acheter des quotas de CO2 hors taxe en passant par des sociétés basées à l’étranger. Les prévenus ont ensuite revendu ces quotas en France à un prix incluant la TVA, une TVA collectée mais jamais reversée à l’Etat français. C’est ce que l’on appelle un carousel de TVA.
Fabrice Sakoun, un grossiste en textile considéré comme le cerveau de cette escroquerie en bande organisée, a écopé de la peine la plus lourde : cinq ans de prison et un million d’euros d’amende. Avaient été requis sept ans de prison et cette même amende.
La 11e chambre a estimé qu’il avait été le centre d’un système économique parallèle, vivant en dehors de toutes les lois fiscales et sociales.
Il n’a absolument pas pris conscience de la gravité des conséquences de son comportement pour l’ordre public économique, dit le jugement, puisque, bien loin d’assumer réellement sa responsabilité, il la rejette constamment sur les autres, que ce soit l’Etat, la Caisse des dépôts et consignations (CDC), les sociétés BlueNext et Voltalia.
Les quatre complices de Fabrice Sakoun ont également été sanctionnés : Haroun Cohen, qui s’est réfugié en Israël, a ainsi été condamné à quatre ans de prison et un million d’euros d’amende, Elie Balouka à 30 mois de prison dont six mois avec sursis et 100.000 euros d’amende, David Illouz à trois ans de prison et 100.000 euros d’amende et Sid Foudil à un an de prison.
Par ailleurs, la justice a confisqué l’Aston Martin et le bateau de Fabrice Sakoun, ainsi que de nombreux immeubles appartenant à Haroun Cohen.
Elle a également confisqué les quelque 13 millions d’euros placés sur des comptes en Israël par les deux hommes, considérés par le tribunal comme les principaux concepteurs (…) et bénéficiaires des opérations frauduleuses.
Du côté des parties civiles, le courtier Voltalia, la bourse européenne du carbone BlueNext et la CDC, qui est actionnaire de BlueNext à 40%, recevront chacune un euro pour leur préjudice moral.
Les cinq prévenus devront enfin verser un total de 65.000 euros aux parties civiles pour les indemniser de leurs frais d’avocat.
Cette affaire est la première d’une longue série qui devrait envahir les tribunaux français. Des procédures similaires sont également en cours dans des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni.
Les transactions frauduleuses sur les droits d’émissions de CO2 dans l’Union européenne auraient fait perdre au trésor public français entre 1,5 et 1,8 milliard d’euros. Pour l’Europe, le chiffre atteindrait plus de 5 milliards.
Au cours de la procédure, Fabrice Sakoun n’avait pas hésité à déclarer aux enquêteurs que le CO2, c’était la Lady Gaga dans les affaires, en d’autres termes un lucratif jackpot.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’agence Fitch Ratings roule-t-elle pour Nicolas Sarkozy ?!

Marc Ladreit de Lacharrière, patron de Fitch Ratings élevé au grade de Grand Officier le 1er janvier 2011

Interrogé ce matin (11/01/12) sur BFM Business, Nicolas Doze, journaliste et présentateur de l’émission Les Experts,  dit s’interroger sur le report de l’abaissement de la notation  financière de la France par l’agence Fitch Ratings en comparaison avec  les analyses sévères des autres agences spécialisées.

Il déclare « C’est un précédent que de se retrouver dans  l’œil du viseur des agences de notation avec une menace de dégradation  même si Fitch (Ratings) est d’une clémence tout particulière vis-à-vis  de la France … ? »

Nicolas Doze justifie ses insinuations en précisant qu’il a  prévu d’interroger des invités dans son émission « je dis cela parce que  j’ai prévu de demander à mes invités dont certains connaissent bien le  sujet si le fait que Fimalac et Marc Ladreit de Lacharrière soient à la  tête de Fitch pourrait en partie expliquer une forme de clémence de  Fitch vis-à-vis de la note de la France comparée à Standards &  Poor’s et S&P qui ont un regard nettement plus sévère à l’égard de  notre notation avec une vraie menace de dégradation ! (…)

On a le droit de se poser ce genre de question ! »

 

http://www.lepost.fr/

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce : Panique bancaire en cours… de contagion en France

ZeroHedge révèle que la panique bancaire bat son plein en Grèce depuis Août 2011. Au rythme des retraits, les banques vont se retrouver avec des dépôts à ZERO sous 48 mois. Voilà une nouvelle qui va rassurer les actionnaires du Crédit Agricole qui ont fait un chèque (en bois) de 2 milliards pour renflouer leur filiale Empori-Toute-Rikiki.
L’année n’est pas encore terminée, et déjà les banques de la Grèce ont perdu 36,7 milliards d’euros de leur base de dépôts en 2011. Et 64,6 milliards depuis début 2010… .
En Octobre, environ 3,5 milliards d’euros ont été retiré des banques grecques et sont susceptibles d’avoir été déposé dans un coffre au cœur de la Suisse, ou convertis en divers métaux inertes et enterrés quelque part dans la cour arrière.
La bonne nouvelle:
les retraits sont juste d’un peu plus de la moitié de ceux enregistrés en Octobre, qui étaient de 6,8 milliards d’euros.
La mauvaise nouvelle:
A ce rythme de retraits, les banques grecques auront leurs dépôts à zéro dans environ 4 ans.
Est-ce que la troïka de Bruxelles pourra maintenir son économie indéfiniment ?…
Toute confiance envers les banques du pays est maintenant perdue et la Grèce est officiellement une économie zombie.
Le fait que le déficit du pays sur le PIB est en passe d’être re-re-revu encore plus élevé n’est même plus significatif : l’économie grecque et ses secteurs bancaires sont désormais officiellement morts.
Nous avons beaucoup de compassion envers ceux qui ont encore de l’argent dans les banques, tout comme l’or des années 30 en Amérique où toute trésorerie résiduelle pourrait être bientôt « séquestrée » à des fins de sécurité nationale. (Traduit du site ZeroHegde.com)
Note de Gold-Up
Mais Bruxelles et le FMI font pression pour un effacement supérieur… 60…80…90 % ?
Le Lehman-Crédit-Agricole-Brothers approche et pourrait survenir avant la fin-février…
Cette note de l’AFP est très clair, les clients-sociétaires de la banque verte devraient en tenir compte dans leur stratégie d’épargne:
« Les importants détenteurs d’obligations d’État grecques, les établissements bancaires du pays devraient ainsi essuyer, à cette occasion, de lourdes pertes pouvant, dans certains cas, mettre en péril leur survie et aboutir à leur nationalisation. »
Et ce papier sur 20minutes :

« Toutes les banques grecques sont en train de procéder à des opérations de recapitalisation, confrontées à de lourdes pertes ou même pour certaines à des perspectives de faillite ou nationalisation dans le cadre de l’énorme plan d’échange de dette en cours de négociation entre l’État et les institutions privées qui détiennent des titres souverains. »

Chers Lectrices, Chers Lecteurs, adoptez ce principe de précaution : videz vos comptes épargne avant qu’une fermeture bancaire pour cause de « panne de liquidités » de plusieurs jours vous empêche d’accéder à vos économies avant la première semaine de février.
 
12 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Inde: une vidéo de zoo humain avec des femmes tribales provoque la colère

 

NEW DELHI – Une vidéo montrant des femmes issues d’une tribu primitive protégée en train de danser pour des touristes en échange de nourriture sur les îles Andaman (Inde) a provoqué la colère de militants et déclenché l’ouverture d’une enquête.
Le quotidien britannique The Observer a diffusé sur son site internet une vidéo prise par un touriste montrant des femmes de la tribu Jarawa, certaines nues, en train d’exécuter des danses après des pots-de-vin qui auraient été versés à un policier pour qu’elles se donnent en spectacle.
La vidéo, prise par un touriste, montre des femmes s’enquérant de la nourriture promise après quelques pas de danse accompagnée de chants.
Selon la loi indienne destinée à protéger les groupes tribaux de l’influence extérieure et des maladies, il est interdit de les photographier ou d’entrer en contact avec eux.
Le ministre indien des Affaires tribales, V. Kishore Chandra Deo, a promis de prendre des mesures après l’incident, qu’il a qualifié mercredi de dégoûtant. Le ministère de l’Intérieur a pour sa part demandé un rapport.
Survival International, qui milite pour le droit des tribus dans le monde, a dénoncé la vidéo dans laquelle les touristes semblent apprécier les zoos humains.
Il est assez clair que l’attitude de certaines personnes envers les populations tribales n’a pas changé d’un iota. Les Jarawa ne sont pas des animaux de cirque que l’on fait danser sur commande, a commenté Stephen Corry, le directeur de l’organisation, cité dans un communiqué.
Un anthropologue indien, A. Justin, qui travaille sur les îles Andaman, a toutefois émis des doutes sur l’actualité de la scène.
Avant le tsunami de 2004, les gens auraient pu les forcer à danser (…). Depuis le tsunami, une politique de grande autonomie avec un minimum d’intervention a été mise en place. Les choses se sont un peu améliorées, il y a un grand soin (apporté à la sécurité) maintenant, a-t-il assuré.
La police des îles Andaman a de son côté jugé que c’était un vieil enregistrement.
La vidéo semble vieille de six ou sept ans, lorsque les Jarawa ne s’habillaient pas. Aujourd’hui, ils s’habillent en public, a relevé le directeur général de la police, Samsher Deol.
La police a ouvert une enquête pour connaître l’identité du vidéaste et de ceux qui ont payé et reçu le pot-de-vin.
En juin l’an dernier, Survival International avait accusé huit agences de voyage indiennes d’organiser des safaris humains pour que les touristes puissent photographier les Jarawa.
L’organisation avait appelé les touristes à ne pas emprunter la route utilisée pour entrer dans la réserve de cette tribu, qui compte 403 membres et est menacée d’extinction.
Les îles Andaman et Nicobar, perdues dans l’océan Indien, abritent quatre autres tribus dites primitives, dont chacune compte moins de 350 membres.
La vidéo peut être vue à l’adresse :

http://www.guardian.co.uk/world/video/2012/jan/07/andaman-islanders-human-safari-video

Afp

 
4 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Iran: la présidence de l’UE promet des sanctions pétrolières et financières

 

COPENHAGUE – La présidence danoise de l’Union européenne a assuré mercredi qu’un nouveau train de sanctions européennes musclées serait décidé le 23 janvier contre l’Iran en raison de son programme nucléaire, visant non seulement le secteur pétrolier mais aussi la banque centrale.
La question des nouvelles sanctions contre l’Iran sera abordée le 23 janvier lors de la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères, initialement prévue le 30 janvier mais qui a été avancée, a déclaré le chef de la diplomatie danoise, Villy Soevndal, lors d’une rencontre avec la presse étrangère.
Nous irons plus loin à la fois concernant les sanctions pétrolières et contre les structures financières du pays, a-t-il ajouté, en réponse à une question sur le fait de savoir si la banque centrale iranienne serait aussi visée.
Les récents développements du programme nucléaire iranien, avec le lancement controversé de la production d’uranium enrichi à 20% sur le site de Fordo – enfoui sous une montagne et difficile à attaquer – ajoutent à l’impression qu’ils ne veulent respecter les règles internationales, a jugé le ministre danois.
Nous devons accroître la pression pour qu’ils reviennent à la table des négociations, a-t-il dit.
Les pays de l’UE ont décidé sur le principe au début du mois d’instaurer un embargo pétrolier contre l’Iran. Mais de nombreux détails restent à régler. Les pays européens qui dépendent en partie des importations pétrolières iraniennes, comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne, recherchent des sources d’approvisionnement alternatives et souhaitent pour certains retarder au maximum l’entrée en vigueur des sanctions.
Le chef de la diplomatie danoise s’est montré rassurant toutefois sur les sources d’approvisionnement alternatives.
Des pays du Golfe, comme les Saoudien, le Koweït, auraient un grand intérêt dans une telle situation à augmenter leur production, a-t-il dit, nous savons aussi que la Libye est en voie d’accroître sa production pétrolière, ce qui pourrait fournir une source alternative supplémentaire, a ajouté le ministre.
La communauté internationale travaille avec intensité sur le sujet, a ajouté M. Soevndal.

Afp

 
3 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Iran: Un scientifique travaillant dans le site nucléaire de Natanz tué

 

TEHERAN – Un scientifique iranien travaillant dans le site d’enrichissement de Natanz (centre), a été tué mercredi matin dans un attentat à Téhéran, a rapporté l’agence de presse Mehr.
L’ingénieur Mostafa Ahmadi Roshan, qui a obtenu il y a neuf ans une licence en chimie à l’université Sharif était le vice-directeur pour les affaires commerciales du site de Natanz, a précisé l’agence.
Natanz est le principal site d’enrichissement de l’Iran et compte plus de 8.000 centrifugeuses.
L’université Sharif de Téhéran est la plus réputée université scientifique du pays.
Ahmadi Roshan a été tué lors de l’explosion d’une bombe magnétique placée sur une voiture à bord de laquelle il se trouvait en compagnie de deux autres passagers, selon les médias iraniens.
Ce matin, un motard a collé une bombe à une Peugeot 405 qui a ensuite explosé, a déclaré le vice-gouverneur de la province de Téhéran, Safar Ali Bratloo, cité par l’agencve ILNA.
Roshan a été tué et deux autres passagers ont été blessés et transportés dans un hôpital, selon ce responsable.
Selon l’agence Fars, citant un de ses collègues, Ahmadi Roshan travaillait sur un projet de membranes polymères utilisées pour la séparation de gaz.
Trois autres scientifiques iraniens ont été tués depuis janvier 2010, dont deux travaillaient pour le programme nucléaire du pays. Les trois ont été tués par l’explosion de bombes.
L’actuel chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Fereydoun Abbasi, a également été visé par un attentat similaire en 2010 auquel il a échappé. Il avait eu le réflexe de quitter sa voiture après qu’un homme en moto a collé une bombe contre la portière de sa voiture.
Massoud Ali Mohammadi, physicien nucléaire internationalement reconnu, avait été tué par l’explosion d’une moto piégée devant son domicile à Téhéran en janvier 2010, un attentat attribué par l’Iran à des mercenaires au service d’Israël et des Etats-Unis.
Un autre physicien nucléaire iranien, Majid Shahriari, a été tué par l’explosion d’une bombe dans sa voiture à Téhéran en novembre 2010.
En juillet 2011, un autre scientifique Dariush Rezainejad, avait été tué par l’explosion d’une bombe magnétique collée contre sa voiture.
Les dirigeants iraniens accusent Israël et les Etats-Unis d’être responsables de ces attentats, ainsi que d’une attaque informatique par le virus Stuxnet qui semble avoir notamment perturbé l’activité d’enrichissement d’uranium de l’Iran à l’automne 2010.
Afp

 
1 commentaire

Publié par le 11 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :