RSS

Archives du 9 janvier 2012

Canto à la présidentielle?

 

C’est ce qu’on pourrait appeler une surprise. Après le foot, le cinéma et l’art, « Canto » s’est semble-t-il lancé, en toute discrétion, dans la course à la présidentielle. Tout est parti d’une lettre, envoyée aux maires de France et reproduite hier soir sur le site Libération.fr, dans laquelle l’ancien footballeur explique requérir 500 signatures « dans le cadre du débat politique dans lequel le pays s’engage ». « Canto » y souligne que ces paraphes lui permettront « de porter un message simple mais clair », « un message attendu par notre pays et ces millions de familles dont on oublie les souffrances quotidiennes et desquelles la puissance publique s’est éloignée« .

Éric Cantona prévient déjà : « Si vous m’accordez votre paraphe, je saurai porter cette idée forte, avec bien d’autres aussi déterminés que moi, et je le ferai également en votre nom. » Ladite lettre renvoie également vers un site internet, www.ericantona.fr, où est simplement posté un message laconique. « Éric Cantona, citoyen engagé. Ce site est en construction. Rendez-vous très bientôt avec Éric Cantona et ses engagements. » On s’en souvient, en 2010, le « King » avait déjà créé le débat en demandant aux Français de retirer tout leur argent des banques. Cette fois, plus qu’un discours, cette lettre en forme de profession de foi semble engager l’ex-star de Manchester United dans le débat politique français. De quoi pimenter un peu plus la présidentielle qui se jouera dans un peu plus de 100 jours.

http://www.laprovence.com/

 
2 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Sept volcans en Indonésie sont en états d’alerte

INDONÉSIE

L’Agence nationale des catastrophes, a averti que 7 volcans situés à travers      l’archipel sont en états d’alerte.
L’agence a déclaré qu’elle a préparé des mesures pour le pire des scénarios et des      fonctionnaires se sont réunis le samedi pour discuter des mesures, a déclaré le porte-parole de l’agence Sutopo Purwo Nugrowo.
Les 7 volcans sont la Montagne Papandayan à Java-Ouest, et Karangetang Lokon en      Sulawesi du Nord, Ijen à Java Est, Gamalama Maluku en indonésie du Nord, Anak Krakatau à Lampung et Lewotolo à East Nusa Tenggara.
L’agence a prévu des voies d’évacuation, des sites pour les réfugiés, les fournitures de      logistique, de la machinerie et de la cartographie des bénévoles.
Le vendredi, Lokon Montagne a éclaté, crachant des cendres volcaniques jusqu’à 1500      mètres de haut, mais il s’est calmé samedi matin et les personnes vivant près de la montagne n’ont pas été évacuées.
Dans le nord de Maluku, quelque 296 personnes sont toujours dans des abris de réfugiés      dans Dufa-Dufa suite à la dernière éruption du Mont Gamalama début Décembre.
Source: Jakarta Globe,      the extinction protocol

http://ufoetnature.over-blog.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

SeaFrance: stupeur et colère à l’annonce de la liquidation

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1324331373.html

Un homme agite un fumigène devant le tribunal de commerce de Paris, où se joue le sort de SeaFrance, le 9 janvier 2012

 

PARIS – Les salariés de SeaFrance rassemblés devant le tribunal de commerce de Paris lundi ont laissé éclater leur colère, à la fois contre le gouvernement et la CFDT nationale, à l’annonce de la liquidation à venir de la compagnie transmanche de ferries.

Au silence pesant qui régnait dans l’attente de la décision du tribunal ont succédé les éclats de voix incriminant la CFDT nationale, « qui a coulé le truc depuis le début », ou encore le président Nicolas Sarkozy.

« C’est honteux, ce ne sont pas des syndicalistes! Qu’est-ce qu’ils ont fait pour nous? » ont demandé certains.

« Cela fait des années qu’on paie des timbres » de cotisations syndicales, « c’est pas joli-joli », commente avec amertume un salarié.

Une voix fuse: « Sarko, tu as sali la France. »

« Si Jeanne d’Arc a sauvé la France, pourquoi Sarkozy n’a-t-il pas sauvé SeaFrance », demandait une pancarte.

Pour Didier Capelle, responsable de la CFDT Maritime-Nord, les salariés auront « lutté jusqu’au bout ». « Il y a un énorme décalage entre les discours et la réalité », note-t-il. Il dit partager avec Eurotunnel la volonté de « lutter contre le dumping social », faisant allusion au groupe danois DFDS, qui avait fait une offre de reprise avec Louis Dreyfus Armateurs et qui emploie des salariés roumains et hongrois.

« Dans CFDT, il y a un D qui veut dire démocratique, pas DFDS », souligne-t-il.

D’autres salariés, parfois accompagnés de leurs enfants, qui ont fait le voyage depuis Calais (Pas-de-Calais) en car, sont abattus et ne souhaitent pas parler. Certains pleurent.

« On est écoeuré. Tout ça, c’est des grosses magouilles politiques (…) Il y a des crapules en face de nous », lance, le visage grave, Bruno Landy, un responsable CFDT de SeaFrance et l’un des promoteurs du projet de Scop repoussé par le tribunal de commerce.

Ce dernier a opté lundi pour la liquidation définitive avec cessation d’activité de SeaFrance, faute d’offre « valable », pas même celle de la coopérative ouvrière (Société coopérative et participative, Scop).

Bruno Landy a annoncé que les salariés allaient « rencontrer Eurotunnel », l’exploitant du tunnel sous la Manche, candidat au rachat des navires de SeaFrance dans le but de les mettre ensuite à la disposition de la Scop.

Dominique, 20 ans chez SeaFrance, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille, a pour sa part peu d’espoir: « On est arrivé au bout. C’est encore plus horrible car on a eu une dernière lueur d’espoir », souligne-t-il.

« On les a vu déconstruire la boîte petit à petit. C’est un scandale », ajoute-t-il les larmes aux yeux, en ajoutant: « On est crevé, on est sur les nerfs. »

« Et en plus, il va y avoir une chasse aux sorcières! » prédit ce cédétiste, tandis qu’autour de lui, les manifestants se préparent à regagner les autobus et prendre le chemin du retour, escortés par les forces de l’ordre.

Un de ses collègues, un quinquagénaire qui requiert l’anonymat, se demande « comment retrouver du boulot à (son) âge ».

Pour lui, « les reclassements de la SNCF c’est du bidon ». Il en veut pour preuve les licenciements de 2010: « La dernière fois sur 750 licenciés, il y a eu 11 reclassés, et en plus ils ont dû passer un concours. »

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Parkinson l’incroyable hypothèse !

 

Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°47  –  janvier 2012

Et si la maladie de Parkinson n’était pas une patho­logie du cerveau, mais … une maladie infec­tieuse, qu’un patho­gène déclen­che­rait dans les intes­tins ? Emise depuis une dizaine d’années, cette hypo­thèse « incroyable » commence à devenir crédible. Or, une infec­tion, ça se soigne !

[…] L’origine de cette maladie neuro­dé­gé­né­ra­tive – comme Alzheimer – reste en effet incer­taine, ce qui recule d’autant la possi­bi­lité d’en venir à bout. Pour­tant, il y a moins de dix ans, le cher­cheur Heiko Braak, anato­miste et profes­seur à l’université de Franc­fort, formu­lait une hypo­thèse litté­ra­le­ment « incroyable » telle­ment elle allait à l’encontre de la vision clas­sique de la maladie de parkinson… Selon lui, non seule­ment la maladie de Parkinson serait la consé­quence d’une banale infec­tion par une bactérie ou un virus; mais la dégé­né­res­cence des neurones du cerveau ne serait qu’une consé­quence ultime d’un long processus amorcé des années aupa­ra­vant dans les intestins…

Heiko Braak n’est pas un simple amateur. Au début des années 90, c’est lui qui décrivit l’évolution de la maladie d’Alzheimer au niveau cellu­laire. Anato­miste, son travail quoti­dien consiste à examiner des coupes cellu­laires de personnes autop­siées. Or, en 2003, il s’aperçoit que certaines personnes ont déve­loppé des lésions neuro­nales typiques de la maladie de Parkinson dans d’autres zones du cerveau que celle où ces lésions sont tradi­tion­nel­le­ment obser­vées (la « substance noire »), alors même que ces patients n’avaient pas été diag­nos­ti­qués malades…

L’idée se forme alors en lui que la maladie pour­rait peut-​​être appa­raître en dehors de la substance noire, où elle ne migre­rait qu’ensuite, à mesure de son évolu­tion. L’examen attentif d’autres coupes va peu à peu lui confirmer : d’autres neurones du corps humain, ceux situés au niveau des l’intestins, présentent des lésions typi­que­ment parkin­so­niennes alors que la substance noire, elle, est indemne. En clair : la maladie est apparue ailleurs que dans le cerveau et avant de frapper celui-​​ci ! Et voila qui change tout. Car, dès lors, c’est une toute nouvelle vision de la maladie qui surgit : elle pour­rait avoir une origine infec­tieuse, proba­ble­ment au niveau du tube digestif. La maladie ne serait donc pas une fata­lité liée à l’âge ou à la géné­tique. Et surtout, comme la plupart des infec­tions, il serait possible de la guérir !

[…] Ainsi va dans ce sens l’observation récente d’un cas de régres­sion des symp­tômes carac­té­ris­tiques de la maladie de Parkinson à la suite d’un trai­te­ment par des anti­bio­tiques visant la bactérie intes­ti­nale Clos­tri­dium diffi­cile : un homme de 73 ans, diag­nos­tiqué parkin­so­nien depuis 4 ans, venu se faire soigner pour une consti­pa­tion chro­nique dans une clinique spécia­lisée dans les troubles diges­tifs à Sydney. « Nous suppo­sions que sa consti­pa­tion était la consé­quence d’une infec­tion intes­ti­nale. Après quelques semaines sous anti­bio­tiques, son transit était rede­venu normal », raconte Thomas Borody, gastro-​​entérologue qui l’a soigné. « Mais surtout, la personne qui prenait soin de ce patient à domi­cile est venue me raconter à quel point les symp­tômes de sa maladie avaient régressé. L’homme pouvait à nouveau faire des gestes de la vie courante comme s’essuyer avec une serviette ou sortir de la douche ! » Après un an, le malade avait retrouvé une véri­table auto­nomie dans sa vie quotidienne.

Thomas Borody n’étant pas neuro­logue, il s’en est ouvert auprès de ses collègues spécia­listes qui ont confirmé l’amélioration spec­ta­cu­laire de l’état du malade. Quand d’autres patients se sont présentés avec les mêmes symp­tômes (la consti­pa­tion étant un des effets colla­té­raux les plus fréquents du Parkinson), il fut décidé de suivre au plus près ces malades. A ce jour, ils sont huit à avoir été ainsi traités. Un seul n’a pas répondu au trai­te­ment anti­bio­tique. Pour tous les autres, le retour à un transit digestif normal s’est accom­pagné d’une régres­sion des symp­tômes de la maladie de Parkinson.

L’observation clinique rejoint donc le postulat de Heiko Braak : quelque chose se trame au niveau des intes­tins des patients. Pour les neuro­logues, ce n’est pas absurde, car les intes­tins sont entourés d’un nombre si grand de neurones (il y en a autant que dans la moelle épinière), qu’ils ont été surnommés le « second cerveau ». Et plusieurs obser­va­tions récentes renforcent encore cette idée. En 2010, une équipe de méde­cins fran­çais a décou­vert, en étudiant des biop­sies de côlons de parkin­so­niens, que les lésions habi­tuel­le­ment obser­vées dans le cerveau des malades se retrouvent à l’identique dans les neurones qui entourent l’appareil digestif…

Plus trou­blant encore, « il semble que les neurones intes­ti­naux soient affectés des années avant le cerveau, et même bien avant les premiers symp­tômes de la maladie, explique Michael Gershon, le cher­cheur améri­cain de l’université Columbia à qui l’on doit l’expression de « second cerveau ». Certains font donc l’hypothèse que la maladie de Parkinson se déclare d’abord dans les intes­tins avant de remonter vers le cerveau » …

A quoi ressem­ble­rait le nouveau scénario de la maladie de Parkinson ?  « Le plus probable à mon sens est que tout cela commence par une infec­tion, sans doute d’origine alimen­taire » , avance Thomas Borody.  « Les bacté­ries produisent des millions de molé­cules. Certaines peuvent traverser la barrière intes­ti­nale et se retrouver dans le corps humain » . C’est ainsi qu’un composé toxique attein­drait et atta­que­rait les neurones de l’appareil digestif.

Quelle que soit l’origine de l’infection, la toxine bloque­rait la dégra­da­tion d’une protéine natu­rel­le­ment présente dans le corps humain, l’alphasynucléine. Chez les malades, cette protéine s’accumule jusqu’à former des struc­tures visibles au micro­scope, les corps de Loewy, qui seraient la cause de la mort des neurones. Peu à peu ces agré­gats de protéines se répan­draient dans le système nerveux. Le moteur de cette trans­mis­sion fait lui aussi l’objet de suppositions…

L’une des plus célèbres et des plus intri­gantes est « l’hypothèse prion ». Le décou­vreur  du prion, prix Nobel 1997, Stanley Prusiner, prend cette idée très au sérieux : « Il est possible que l’alphasynucléine soit une protéine prion qui forme des agré­gats et se transmet à des cellules saines, propa­geant la maladie » écrivait-​​il dès 2009.

L’idée serait donc que la protéine subit un chan­ge­ment, chimique ou de forme tridi­men­sion­nelle et que ce soit ce chan­ge­ment, peut-​​être direc­te­ment provoqué par l’infection, qui amorce la propa­ga­tion des agré­gats toxiques d’un neurone à l’autre. Lesquels agré­gats fini­raient par atteindre le cerveau, et notam­ment la « substance noire »… la perte des neurones entrai­nant les signes cliniques de la maladie. Le tout pour­rait prendre plusieurs dizaines d’années. Le scénario est sédui­sant mais les zones d’ombre demeurent nombreuses. L’idée d’une infec­tion sera diffi­cile à soutenir tant qu’on n’aura pas trouvé l’agent respon­sable (bactérie, virus, ou toxine quel­conque); le méca­nisme de diffu­sion demeure mysté­rieux; la séquence des évène­ments, diffé­rente chez certains patients, ne fait pas consensus, etc…

Cepen­dant « Si l’origine diges­tive se confir­mait, nous pour­rions détecter la maladie à un stade très précoce grâce aux biop­sies déjà prati­quées lors de colo­sco­pies » , estime Nicolas Bouvier, médecin-​​chercheur à Nantes.  « Ce qui permet­trait de tester à nouveau un grand nombre de molé­cules neuro­pro­tec­trices sur lesquelles repo­saient de grands espoirs, mais qui ont été tous déçus, peut-​​être parce que les trai­te­ments ont été admi­nis­trés à des stades trop, tardifs de la maladie ».

Dans la clinique de Thomas Borody, ont pense appli­quer une tech­nique qui a déjà fait ses preuves pour divers troubles intes­ti­naux : la trans­plan­ta­tion fécale. Il s’agit de trans­mettre la flore intes­ti­nale d’une personne saine à une personne malade. « C’est la seule solu­tion pour se débar­rasser de certaines bacté­ries patho­gènes, explique Thomas Borody. Avec les trai­te­ments anti­bio­tiques, il subsiste toujours des spores qui permettent aux bacté­ries patho­gènes de revenir lorsque l’on arrête le trai­te­ment ». Et si cela marchait, cela confir­me­rait qu’il s’agit bien d’une histoire de bactérie. Bien plus que la vali­da­tion d’une hypo­thèse auda­cieuse, ce serait un véri­table chan­ge­ment de para­digme, fertile en pers­pec­tives théra­peu­tiques. Car il auto­ri­se­rait de rêver à un trai­te­ment de la maladie de Parkinson avant même l’apparition des symp­tômes. Et quitte à rêver, pour­quoi ne pas rêver aussi de trans­poser le concept d’infection à d’autres mala­dies neuro­dé­gé­né­ra­tives (sclé­rose en plaque, Alzheimer, maladie de Huntington, syndrome de Guillain-​​Barré) …

Mathieu NOWAK, Sciences et Vie novembre 2011 Repris par Jean GRAVELEAU graveleau.jean2@orange.fr

http://gp29.net/?p=2252

 
3 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Au premier jours d’une guerre contre l’Iran, 20000 soldats Us tués!? (Global Research)

Au premier jours d'une guerre contre l'Iran, 20000 soldats Us tués!(Global Research)

 

 

 

 

Le site de recherche et d’information Global Research estime que l’Iran a la main haute sur le détroit d’Hormuz et qu’en cas de guerre, 20000 soldats US risquent de périr dès le premier jour. « Il va sans dire que l’Iran aura le dessus dans toute éventuelle confrontation vue sa situation géographique et sa puissance adaptée aux conditions de la région, affirme Globan Research.

 

Plus d’explications ici:

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=28516

 
2 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Regain d’activité à El Hierro (rectification)

Pour plus d’infos et le suivi voir ici:

http://earthquake-report.com/2011/09/25/el-hierro-canary-islands-spain

volcanic-risk-alert-increased-to-yellow/

http://www.02.ign.es/ign/resources/volcanologia/HIERRO.html

Merci à Roussel pour s’être rendu compte de l’erreur:

 

Il s’agit en fait d’une éruption volcanique au large de la côte Ouest du Yemen et la formation d’une nouvelle île:

Une nouvelle île est apparue au large de la côte ouest du Yémen suite à une éruption volcanique, la Nasa a annoncé.

Avant et après l’éruption du volcan – Une photographie montrant le groupe d’îles Zubair en Octobre 2007 et à droite une photographie montrant l’île le 23 Decemeber 2011 

 

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/yemen/8984897/New-island-appears-off-Yemen-after-volcanic-eruption.html

 
4 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Max Keiser: NADEX le marché des politiciens !

Complètement hallucinant ! Votez contre un politicien et détruisez sa  réputation en inventant une histoire le faisant passer pour un pédophile par  exemple. Sa valeur va chuter et comme vous avez voté contre lui, vous ramassez  le magot.

http://www.nadex.com/trade/markets-financial-events.html
Source:  http://eso-news.blogspot.com

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag 6.6 îles Santa Cruz

 

 

 

 

L’ampleur    6.6 selon l’échelle appliquée
Date-Heure
Lieu 10.557 ° S, 165.160 ° E
Profondeur 38.9 km (24,2 miles)
Région SANTA CRUZ ILES
Distances 75 km (46 miles) WNW de Lata, Santa Cruz Islands, Salomon Isl. 355 km (220 miles) E de Kira Kira, San Cristobal, Salomon Isl. 584 km (362 miles) ESE de Honiara, Guadalcanal, Iles Salomon 2266 km (1408 miles) au NE de Brisbane, Queensland, Australie
Incertitude Lieu horizontale + / – 13.9 km (8,6 miles), profondeur + / – 8,8 km (5,5 miles)
Paramètres NST = 195, NPH = 201, Dmin = 584.4 km, RMSS = 0,65 sec, Gp = 25 °, de type M = magnitude de moment régionaux (Mw), Version = B
Source
  • Magnitude: USGS NEIC (WDCS-D) Lieu: USGS NEIC (WDCS-D)
ID de l’événement usc0007hrv

 

 

 

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Emirats: un oléoduc contournant le détroit d’Ormuz prêt d’ici juin

ABOU DHABI – Un oléoduc construit par les Emirats arabes unis pour éviter d’emprunter le détroit d’Ormuz sera opérationnel d’ici juin, a annoncé lundi le ministre émirati de l’Energie Mohamed ben Dhaen al-Hamili.
L’oléoduc permettra de transporter le pétrole vers les ports des Emirats situés sur le Golfe d’Oman sur leur côte est, sans transiter par le détroit d’Ormuz que l’Iran a menacé de fermer en cas de nouvelles sanctions contre ses exportations pétrolières, liées au programme nucléaire controversé iranien.
L’oléoduc est presque terminé, il sera opérationnel dans six mois, en mai ou en juin, a déclaré le ministre à la presse, en marge d’une conférence pétrolière à Abou Dhabi.
Dans six mois, en juin ou en mai, il sera possible de commencer les exportations, a-t-il ajouté précisant que la capacité de l’oléoduc est de 1,5 million de barils par jour et peut atteindre 1,8 mbj.
La tension est montée d’un cran entre Téhéran et Washington à l’issue de manoeuvres militaires iraniennes avec les mises en garde émises par l’Iran contre la présence de la marine américaine dans le Golfe, suscitant des craintes sur l’éventuelle fermeture du détroit d’Ormuz, par lequel transite 35% du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde.
Le chef du Pentagone Leon Panetta a averti que les Etats-Unis répondront par la force si l’Iran cherche à bloquer le détroit d’Ormuz, évoquant une ligne rouge à ne pas franchir.

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 9 janvier 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :