RSS

Archives Mensuelles: décembre 2011

2 séismes de mag 5.8 frappent la ville de Christchurch dans le sud de la Nouvelle-Zélande

 

L’ampleur 5.8
Date-Heure
Lieu 43.489 ° S, 172.977 ° E
Profondeur 4.7 km (2,9 miles)
Région ÎLE DU SUD DE LA NOUVELLE-ZÉLANDE
Distances 26 km (16 miles) ENE de Christchurch, en Nouvelle-Zélande 223 km (138 miles) SSE de Westport, Nouvelle-Zélande 284 km (176 miles) SSW de WELLINGTON, Nouvelle-Zélande 329 km (204 miles) au NE de Dunedin, Nouvelle-Zélande
Incertitude Lieu horizontale + / – 13.5 km (8,4 miles), profondeur + / – 2 km (1,2 miles)
Paramètres NST = 74, NPH = 75, Dmin = 30,1 km, RMSS = 1 sec, Gp = 94 °, de type M = moment ampleur régionale (Mw), Version = 7
Source
  • Magnitude: USGS NEIC (WDCS-D) Lieu: USGS NEIC (WDCS-D)
ID de l’événement usc0007b7t

 

 

 

Wellington (awp/afp) – Deux puissants séismes de magnitude 5,8 ont frappé vendredi à une heure d’intervalle la ville de Christchurch, dans le sud de la Nouvelle-Zélande, partiellement détruite en février par un tremblement de terre majeur, ont annoncé les sismologues.

Des bâtiments se sont effondrés ou fissurés, l’aéroport international a été fermé, tandis que les communications téléphoniques et l’alimentation en électricité ont été coupées.

Une personne a été hospitalisée après avoir blessée dans un centre commercial dans des circonstances encore floues. Mais aucune victime n’a été signalée.

Une première secousse a été enregistrée à 13H58 (00H58 GMT) à une profondeur de 4 km, puis une deuxième à 15H18 locales, à la même profondeur. Leur épicentre se situait respectivement à 26 et 16 kilomètres de Christchurch, selon l’Institut de géophysique américain (USGS).

Le Premier ministre John key a évoqué un drame « effrayant et démoralisant ».

A la première secousse, les habitants paniqués ont fui les immeubles, les maisons et les centres commerciaux bondés à la veille de Noël, se précipitant dans la rue alors que quatre fortes répliques étaient ressenties.

Les innombrables secousses, d’intensité diverse, qui ont frappé Christchurch au cours des quinze derniers mois ont généré « un stress permanent » pour les citadins, selon le maire de la ville, Bob Parker.

Une habitante, Susan Holmes, envisageait vendredi matin de quitter définitivement la ville.

« Ca recommence, j’en ai ras-le-bol », a-t-elle dit à la télévision sur le seuil de sa maison ébranlée pour la quatrième fois en 16 mois.

Un séisme de magnitude 6,3 avait fait 181 morts le 22 février et détruit une grande partie du centre-ville, occasionnant des dégâts matériels évalués à 20 milliards de dollars néo-zélandais (11,5 milliards d’euros).

Les sismologues avaient averti le mois dernier de l’imminence d’un nouveau séisme à Christchurch, évaluant à 46% le risque d’une secousse de magnitude 5,5 à 5,9 dans l’année à venir.

Six mois auparavant, le 4 septembre, la cité avait été secouée par un premier tremblement de terre, de magnitude 7, qui n’avait pas fait de victimes, mais causé de gros dégâts matériels. De nombreuses répliques ont depuis été enregistrées. Une réplique plus forte survenue le 13 juin avait aggravé les dégâts du 22 février.

Les séismes des derniers mois se sont produits sur une faille que les scientifiques n’avaient pas détectée jusqu’à présent. L’institut de sismologie néo-zélandais GNS Science pense qu’elle a été inactive pendant 16.000 ans, jusqu’en septembre 2010.

La Nouvelle-Zélande, située sur la Ceinture du feu du Pacifique, à la frontière des plaques tectoniques australienne et du Pacifique, enregistre jusqu’à 15’000 secousses par an.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

L’Iran va mener dix jours de manoeuvres navales d’Ormuz au Golfe d’Aden

TEHERAN – L’Iran va mener à partir de samedi dix jours de manoeuvres navales à l’est du détroit d’Ormuz, dans la mer d’Oman et dans le Golfe d’Aden, a annoncé jeudi le commandant de la marine, l’amiral Habibollah Sayyari.

C’est la première fois que des manoeuvres navales iraniennes couvriront une aussi large zone, a souligné l’amiral Sayyari cité par l’agence Fars.

Ces exercices permettront de tester de nouvelles torpilles et d’entraîner la coordination entre navires de surface et sous-marins pour faire face à la piraterie, au terrorisme et aux menaces environnementales, a précisé l’amiral.

La marine iranienne est responsable de la défense de haute mer de l’Iran, à l’est du détroit d’Ormuz, alors que le contrôle des eaux peu profondes et confinées du Golfe est confié aux Gardiens de la révolution.

La marine, dont les forces de haute mer sont limitées à une demi-douzaine de petites frégates ou destroyers et à trois sous-marins russes de classe Kilo, a multiplié depuis deux ans les opérations en mer d’Oman et dans le Golfe d’Aden, en particulier pour protéger les navires iraniens contre les pirates somaliens opérant dans cette zone.

Elle y a escorté plus de 1.300 navires et a enregistré une centaine d’accrochages armés avec des pirates, selon l’amiral Sayyari.

Les prochaines manoeuvres ne prévoient pas la fermeture du détroit d’Ormuz, qui relie le Golfe à la mer d’Oman et par où transite 40% du trafic maritime pétrolier mondial, a-t-il précisé.

Des rumeurs sur la possibilité d’un tel exercice avaient provoqué une brève flambée des cours du brut début décembre, alors que les relations entre l’Iran et ses voisins arabes du Golfe traversent une période de crise.

L’amiral Sayyari a toutefois réaffirmé jeudi que les forces iraniennes avaient le contrôle total du détroit d’Ormuz, et pourraient le fermer si elles en recevaient l’ordre. L’Iran a souvent affirmé qu’il pourrait bloquer cette voie d’eau stratégique s’il était attaqué ou empêché d’exporter son pétrole.

Les Etats-Unis maintiennent eux-mêmes dans le Golfe persique une présence navale puissante, la Ve flotte basée à Bahreïn.

A Washington, Mark Toner, un porte-parole du département d’Etat, a jugé jeudi que l’Iran, comme toute nation maritime, a le droit d’entraîner sa marine. C’est certainement ce que nous allons faire avec la nôtre.

Afp

 
5 Commentaires

Publié par le 22 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch menace de dégrader les États-Unis

Standards&Poor's a déjà retiré à Washington son triple A, en août dernier

 

Après la sanction de Standard & Poor’s cet été, l’agence de notation Fitch pourrait dégrader à son tour la note des États-Unis. Elle attribue actuellement la meilleure note possible au pays, avec une perspective négative, mais menace de réviser cette note si des efforts massifs ne sont pas conduits rapidement pour endiguer le déficit. «Le niveau élevé, en augmentation, de la dette fédérale n’est pas compatible avec le maintien de la note des États-Unis au niveau AAA», a prévenu Fitch. L’agence donne néanmoins un répit à Washington puisqu’elle ne prendra pas de décision sur la note américaine avant 2013.

«La dette fédérale va augmenter en l’absence de réformes de dépenses et du budget susceptibles de faire face à la hausse de dépenses de santé et de protection sociale liée au vieillissement de la population», s’inquiète Fitch dans un communiqué. Dans le cadre d’une nouvelle évaluation budgétaire, l’agence de notation estime qu’il faudra au moins 3500 milliards de dollars de mesures de réduction du déficit supplémentaires pour stabiliser la dette fédérale à environ 90% du PIB au cours de la deuxième moitié de la décennie.

Ce chiffre constitue un nouvel avertissement pour les démocrates et les républicains, empêtrés dans une bataille au Congrès sur la façon de réduire la dette du pays. En novembre, l’échec du «super-comité» du Congrès, qui n’a pas pu s’accorder sur un plan de réduction du déficit budgétaire d’au moins 1200 milliards de dollars au cours des dix prochaines années, a conduit Fitch à abaisser la perspective de la note américaine de «stable» à «négative». Ce blocage a encore fait sortir le président Barack Obama de ses gonds, mardi. «Ne jouons pas au bord du précipice, les Américains en ont assez, ils sont fatigués de cela», a-t-il déclaré. La bataille de la dette s’annonce comme un thème central de la prochaine élection présidentielle.

http://www.lefigaro.fr/

 
5 Commentaires

Publié par le 22 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La fuite des Européens vers l’hémisphère sud

hemispheresud.gif

 

Irlandais, Grecs ou encore Portugais sont de plus en plus    nombreux à vouloir échapper à la morosité économique du Vieux continent.

     Alors que la crise est loin d’être terminée, que situation de la zone euro    ne cesse de s’empirer et que le chômage ne cesse d’augmenter, des dizaines de milliers d’Irlandais, Grecs et Portugaisquittent leur pays pour démarrer une nouvelle vie ailleurs, notamment dans l’hémisphère    sud, rapporte le Guardian.

Depuis sa création, l’Union européenne a toujours été un refuge pour ceux qui fuyaient la guerre, les persécutions et la pauvreté.  Mais la crise actuelle – qui fait connaître au Vieux continent ses heures les plus graves depuis la Seconde Guerre mondiale selon Angela Merkel – semble avoir définitivement inversé la  tendance

En 2011, près de 2 500 Grecs sont partis s’installer en Australie, et plus de 40 000 d’entre eux ont « exprimé  l’envie » de partir vivre dans l’hémisphère sud. Cette année, près de 10 000 Portugais ont émigré en Angola, une ancienne colonie très riche en pétrole. Le Brésil, pays lusophone, fait aussi  partie des destinations préférées des Portugais : alors qu’ils étaient 276 000 en 2010, ils sont maintenant près de 330 000.

Enfin en Espagne, un demi-million de citoyens émigrent chaque année pour échapper à la situation économique du pays.Un phénomène  démographique inquiétant, dont Le Monde avait déjà parlé.

Pour beaucoup de migrants, le manque de travail, la précarité, et l’absence de perspective d’avenir sont les causes principales de  leur exil.

The Guardian

Source: Atlantico

http://www.wikistrike.com/

 
3 Commentaires

Publié par le 22 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

S&P fait tomber la note de la Hongrie en catégorie spéculative

WASHINGTON – L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a abaissé mercredi d’un cran la note attribuée à la dette à long terme de la Hongrie, à BB+, la faisant tomber dans la catégorie spéculative.

S&P a invoqué dans un communiqué un cadre de politiques publiques imprévisible après des décisions du gouvernement qui soulèvent des questions sur l’indépendance des institutions de régulation et compliquent l’environnement dans lequel évoluent les investisseurs.

La perspective est négative, ce qui signifie que l’agence pense pouvoir encore abaisser cette note.

S&P s’est inquiétée du projet de révision constitutionnelle qui doit changer l’organisation de la banque centrale et la Cour constitutionnelle.

Dans le sillage de changements ayant eu lieu en 2010 dans le processus de nomination des membres du comité de politique monétaire de la banque centrale, les autorités ont très récemment présenté un projet de loi dont nous pensons qu’il pourrait compromettre encore davantage l’indépendance de la banque centrale, a rappelé S&P.

De plus, nous estimons que des mesures prises au cours de l’année, qui touchent plusieurs secteurs des services, pourraient entraver la croissance économique en réduisant la volonté des banques de prêter et l’envie des entreprises d’investir, a ajouté l’agence.

Le gouvernement conservateur de Hongrie a fait en novembre une volte-face en faisant appel à l’Union européenne et au Fonds monétaire international en vue d’un plan d’aide dont il rejetait jusque-là l’éventualité.

En décembre, une mission préliminaire de la Commission européenne et du FMI pour discuter de ce plan a été écourtée au vu des menaces pour l’indépendance de la banque centrale, considérée comme essentielle par ces deux institutions.

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Arrêté Algues vertes: contradiction totale entre scientifiques et ministère

RENNES – L’arrêté publié mercredi au Journal Officiel, visant à appuyer les programmes de lutte contre la prolifération des algues vertes, est en contradiction totale avec les préconisations des scientifiques, a affirmé mercredi le Cedapa, une association qui promeut le système herbager.
Non seulement on pénalise les systèmes herbagers mais il y a une contradiction totale entre les préconisations des scientifiques et l’arrêté du ministère, a déclaré Patrick Thomas, président du Cedapa (Centre d’études pour un développement agricole plus autonome).
Cette association regroupe plusieurs centaines d’agriculteurs qui nourrissent leurs vaches à l’herbe dans les prairies (système herbager).
Les scientifiques préconisent un système herbager sur les bassins versants concernés pour favoriser une reconquête de la qualité de l’eau, dans le cadre des plans de lutte contre les algues vertes, a-t-il expliqué.
Au lieu d’encourager ça, l’arrêté gouvernemental va inciter les agriculteurs, pour nourrir leurs bêtes, à cultiver davantage de maïs et à importer du soja, le plus souvent OGM. Alors que tous ceux qui s’intéressent à la question savent que l’herbe est le meilleurs couvert végétal pour piéger les nitrates à l’origine de la prolifération des algues vertes, a-t-il poursuivi.
Avec cet arrêté, on est dans une totale incohérence. On navigue en eaux très troubles (…). Il y a beaucoup de questions sans réponse, beaucoup d’incohérences dans les choix du ministère qui sont tout sauf pertinents, a affirmé M. Thomas.
L’arrêté contesté (DEV1134069A), en date du 19 décembre, est relatif au programme d’actions national à mettre en oeuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.
Créé il y a plusieurs dizaines d’années, le Cedapa prône une agriculture durable qui s’appuie sur un équilibre entre économie, nature et territoire.
Selon une étude mise en ligne par le ministère de l’Ecologie, quelque 88,7% des nitrates retrouvés dans les milieux aquatiques et marins proviennent de l’agriculture et de l’élevage.

Afp

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne: Luis de Guindos, ancien de Lehman Brothers, nommé ministre de l’Economie

MADRID – Luis de Guindos, ancien président de la banque Lehman Brothers pour l’Espagne et le Portugal, a été nommé mercredi ministre espagnol de l’Economie, a annoncé le nouveau chef du gouvernement, le conservateur Mariano Rajoy.

Jorge Fernandez Diaz a été nommé ministre de l’Intérieur et José Manuel Garcia Margallo sera chargé des Affaires étrangères.

Objectif principal: rassurer les marchés financiers, toujours sceptiques face à la santé financière de l’Espagne, en pleine crise de la dette.

Afp

 

 
2 Commentaires

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Il n’y a que dans la répression qu’on innove…!

APNÉE – Une nouvelle arme antiémeute pour gêner la respiration

Les policiers antiémeutes pourraient prochainement voir leur arsenal renforcé d’un nouveau bouclier aux propriétés technologiques    surprenantes. Le prototype, brevetépar l’entreprise de défense américaine Raytheon, produit en effet des ondes à basse fréquence qui interfèrent      directement avec la respiration humaine.L’appareil, « qui    d’aspect extérieur ressemble à tous les autres boucliers » note le New      Scientist , provoque ainsi, selon l’intensité avec laquelle on l’utilise, une sensation de gêne au niveau de la respiration, voire une « incapacité      temporaire » de respirer.

Le brevet évoque aussi la possibilité de créer un « mode    cohorte » qui pourrait permettre, « à    la manière des légionnaires romains », de faire fonctionner en réseau les boucliers. « Un    bouclier agirait comme un maître qui contrôle les autres boucliers, afin que les faisceaux acoustiques puissent se combiner efficacement », explique leNew    Scientist, repris par le site  spécialiste des innovations technologiques Gizmodo.

      « La police américaine utilise déjà des appareils fonctionnant sur le son pour contrôler la foule, mais ceux-ci émettent des bruits très forts et très désagréables » note le magazine      scientifique, mais un tel usage des ondes pulsées serait une première.

Quelle est la dangerosité d’un tel dispositif ? « Nous    n’avons pas de détails techniques suffisants pour savoir s’il existe des effets secondaires cachés, explique Steve Wright, de l’université britannique Leeds Metropolitan. Il    y a toujours des inquiétudes en fonction de la sensibilité des gens, notamment au niveau de l’audition, ou même pour les asthmatiques. » L’entreprise Raytheon n’a pas donné plus de    précisions sur ce prototype.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/12/20/apnee-une-nouvelle-arme-antiemeute-pour-gener-la-respiration/

 
8 Commentaires

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Italie: Fitch menace d’abaisser la note de 41 villes, départements et régions

MILAN (Italie) – L’agence d’évaluation financière Fitch a menacé mercredi d’abaisser la notation de 41 villes dont Rome et Milan, départements ou régions italiennes, une décision qui découle directement de la menace pesant depuis vendredi sur la note souveraine de l’Italie.

L’agence a placé les notations de ces collectivités locales, tout comme celles de 11 entités publiques dont la Poste italienne, sous surveillance négative, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Outre Rome et Milan, cette décision concerne les villes de Naples ou de Turin.

Au niveau des régions, le Latium (Rome), la Lombardie (la riche région entourant Milan), le Piémont, la Vénétie, la Calabre ou la Sicile sont notamment touchées par cette action qui reflète celle concernant la note de l’Italie.

L’agence a expliqué en effet dans son communiqué que les notations des collectivités locales ou des entités publiques ne peuvent généralement pas être supérieures à la note souveraine du pays.

Fitch avait annoncé vendredi soir qu’elle envisageait d’abaisser les notes souveraines de six pays de la zone euro dont l’Italie qui est notée actuellement A+.

L’agence avait déjà abaissé d’un cran le 7 octobre la note de l’Italie, qui est sous la pression des marchés en raison de sa dette colossale représentant 120% de son PIB.

Afp

 
3 Commentaires

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Aéroports: les policiers refusent d’être des briseurs de grève

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz844381_a-french-gendarme-stan.jpg

 

Alors que 400 policiers et gendarmes sont prêts à se substituer aux agents grévistes dans les aéroports en cas de demande des          préfets, le syndicat de police majoritaire affirme ne pas vouloir jouer le rôle de « briseur de grève ».

Un sixième jour sous la menace des forces de l’ordre. Alors que la situation s’améliore côté trafic, les revendications salariales des agents de sûreté en grève restent les mêmes. A 10h, une réunion de la dernière chance était        prévue ce mercredi à Roissy, et une décision doit être prise « autour de l’heure du déjeuner » selon Nathalie        Kosciusko-Morizet, la ministre de l’Ecologie et des Transports.

300 policiers et 100 gendarmes sont déjà prêts. Ils peuvent « d’ores        et déjà » se substituer aux agents grévistes chargés de la sûreté aéroportuaire, avait annoncé mardi soir le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet. Mais aucun préfet        n’avait demandé ce mercredi matin l’aide des forces de l’ordre.

Et pour cause, la question fait grand débat, et les syndicats de police peu enclins à être considérés comme des « briseurs de        grève ».

Maintien de l’ordre public et de la sécurité

Mardi, le ministère de l’Intérieur avait annoncé que 300 policiers de la police aux frontières (PAF) et 100 militaires de la        gendarmerie des transports aériens (GTA) étaient « prêts à se substituer aux agents grévistes ». La police peut donc briser une grève?

S’ils devaient être sollicités, ils assureront « les missions de fouilles des passagers et des bagages » et « feront en sorte        qu’aucun passager ne se retrouve bloqué », a indiqué Pierre-Henry Brandet.

Car l’enjeu est là. Les forces de l’ordre ne peuvent se subsituer aux grévistes que pour maintenir l’ordre public. Or, selon la        ministre des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet, « la sécurité est en cause. Il est très difficile dans les conditions actuelles de pouvoir fouiller, vérifier toutes les personnes, tous        les bagages qui passent ».

Incohérence

Nicolas Sarkozy a de son côté sommé le gouvernement, lors du Conseil des ministres, ce mercredi, de prendre « toutes les mesures        nécessaires et opportunes » pour mettre un terme au conflit des agents de sécurité des aéroports qui perturbe le trafic aérien, a rapporté Valérie Pécresse.

Mais les deux principaux syndicats de policiers sont peu enclins à intervenir, se déclarant dès mardi hostiles au recours des        forces de l’ordre en lieu et place des agents de sûreté grévistes. « Les policiers n’ont pas vocation à devenir des briseurs de grève », a déclaré dans un communiqué Nicolas Comte, secrétaire général        d’Unité police SGP-FO (premier syndicat de gardines de la paix) tandis qu’Alliance (second syndicat) a estimé que ce ne sont pas leurs « missions premières ».

Le syndicat FO a également dénoncé mercredi une décision qui « irait clairement à l’encontre du droit de grève dans ce secteur        privé ». De plus, souligne le syndicat, « les policiers n’ont pas vocation ni à devenir des ‘briseurs de grève’ ou des supplétifs à un patronat ayant une attitude irresponsable ».

Ce mercredi, sur RMC, Nicolas Comte a également critiqué l’incohérence de la situation. « Il y a quelques années on a décidé que        la sécurité aéroportuaire serait confiée au système privé, pour économiser de l’argent. Je ne comprendrais pas que lorsque le système privé pose problème, on fasse appel à des fonctionnaires        qui ont un statut particulier et ne peuvent pas faire grève, pour justement briser la grève. »

http://www.lexpress.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Retour de la grippe aviaire à Hongkong

17 000 poulets ont été abattus à Hong Kong, le 21 décembre 2011, à cause de la grippe aviaire.

 

Hongkong a relevé mardi 20 décembre son niveau d’alerte à la grippe aviaire et décrété un embargo provisoire sur les importations de volaille vivante après la mort sur le territoire de trois volatiles porteurs du virus H5N1. Le niveau d’alerte a été relevé à « sérieux », troisième degré sur une échelle qui en compte cinq.

« C’est le cœur lourd que j’annonce qu’un poulet mort a été testé positif au virus H5N1 après un contrôle de routine », a déclaré directeur de la santé de Hongkong, York Chow, lors d’une conférence de presse mardi soir. Les autorités locales ont suspendu pour 21 jours le commerce de poulets vivants, ainsi que leur importation de Chine continentale.

Après la découverte de ce poulet malade, les autorités ont ordonné l’abattage immédiat de 17 000 poulets, abattage qui a débuté dès mercredi 21 décembre dans un marché aux volailles de gros à Hongkong.

DEUX PERSONNES HOSPITALISÉES

Les carcasses d’un Shama dayal – un passereau – et d’une mouette rieuse ont par ailleurs été testées positives au H5N1. La personne qui a ramassé la mouette dans la cour d’une école, ainsi que son fils, ont développé des symptômes grippaux. Ils ont tous deux été brièvement hospitalisés. Selon la télévision publique RTHK, une vingtaine d’élèves d’une école de filles, âgées de six à sept ans, présentent également des symptômes grippaux mais n’ont pas été hospitalisées.

Hongkong avait été le premier pays à connaître une épidémie de grippe aviaire d’importance en 1997, avec la mort de six personnes, provoquée par une mutation à l’époque inconnue du virus. Des millions de volailles avaient été abattues.

La souche H5N1 du virus de la grippe aviaire contamine les oiseaux, mais peut affecter également les humains. Elle est létale à environ 60 % chez l’homme. Les contaminations se sont jusqu’ici déroulées de l’animal vers l’homme mais les scientifiques craignent qu’une mutation permette des contaminations d’homme à homme, déclenchant une pandémie. Les épidémies de maladies infectieuses sont prises très au sérieux à Hongkong depuis l’épidémie de pneumonie atypique (SRAS) en 2003, qui y avait fait 300 victimes.

http://www.lemonde.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch révise à la baisse des banques européennes dont SocGen et Santander

PARIS – L’agence de notation Fitch Ratings a annoncé mardi envisager d’abaisser à plus ou moins long terme la note de plusieurs grandes banques européennes dont la française Société Générale, l’espagnole Santander et l’italienne Intensa Sanpaolo.

Ces modifications s’inscrivent dans le sillage de la décision de Fitch de placer vendredi six pays de la zone euro sous surveillance dont l’Italie, l’Espagne et la Belgique, et du changement de perspective de la note française, abaissée à négative, contre stable auparavant.

Les banques françaises concernées par un abaissement de perspective sont la Société Générale, le Groupe BPCE, Dexia Crédit Local et La Banque Postale.

L’abaissement de la perspective, qui implique un changement de note potentiel à moyen terme, reflète l’engagement de l’Etat français dans ces groupes bancaires. Un abaissement d’un cran de la note de la dette à long terme de la France pourrait conduire à un abaissement à A des notes attribuées à la dette à long terme de la Société Générale, du groupe BPCE et de Dexia, a précisé Fitch.

Quant à La Banque Postale (LBP), elle dépend de la notation de sa maison-mère La Poste, elle-même directement dépendante de celle de l’Etat français.

En Italie, Fitch a décidé de mettre sous surveillance négative les notes de sept banques, qui pourraient donc voir leur note baisser rapidement. Les banques concernées sont: Banca Monte dei Paschi di Siena (MPS), Banca Popolare di Sondrio (BPS), Banco di Desio e della Brianza (BDesio), Banco Popolare, Iccrea Holding, Intesa Sanpaolo et Unione di Banche Italiane – UBI Banca, précise le communiqué.

L’agence de notation a par ailleurs abaissé la note de la banque UniCredit qui passe de A à A-.

En Espagne Fitch a placé sous surveillance huit banques et certaines de leurs filiales dont la première banque européenne la banque Santander. Parmi les autres concernées on trouve BBVA, Caixa Bank, La Caixa, CECA, Bankia, BBK, Unicaja.

En Belgique, l’agence de notation a également placé deux banques sous surveillance négative : KBC Group et Deixa Bank Belgium.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche sur BFM:  » T’as vu ma cravate…oh toi qui crois encore au Pére Noël ! « 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Assurance-vie:Les gros cochons continuent de quitter le navire…!

 

L’assurance-vie vient d’enregistrer son 3ème mois consécutif de baisse des dépôts. C’est du jamais vu. Depuis septembre, les épargnants versent donc moins d’argent qu’ils n’en retirent. Le mouvement pourrait perdurer.

Habituellement, les assureurs ont plutôt tendance à rassurer. Mais là, pour une fois, ils deviennent vraiment pessimistes. Ils s’attendent à ce que la décollecte se poursuive pendant encore au moins quelques mois.

Certains assurent qu’ils assistent impuissants aux arbitrages de leurs gros clients patrimoniaux. A leur grande surprise, ce sont leurs clients les plus fortunés qui retirent leur argent en ce moment. Tantôt pour investir sur de l’or, tantôt dans l’immobilier.

Le mouvement devrait ralentir dans les prochains mois

C’est sur cette clientèle que les assureurs focalisent toute leur attention. Ils se rassurent en se disant que les plus inquiets sont en train d’arbitrer en ce moment, et que ce mouvement devrait donc ralentir dans les mois à venir.

En outre, ils misent sur la fin du dispositif Scellier pour récupérer une partie de ces épargnants. Ce sera en décembre 2012. L’investissement immobilier deviendra moins attractif et les assureurs espèrent bien en profiter.

http://www.bfmbusiness.com/

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch: risque accru de baisse de la note du FESF

Paris (awp/afp) – Fitch a estimé mardi que le risque d’un abaissement de la note du fonds européen de secours (FESF) s’était « accru » après l’abaissement vendredi de la perspective de la note de la France, indique l’agence de notation financière dans un communiqué.

Les notes AAA attribuées aux titres émis par le FESF, les meilleures possibles, « dépendent beaucoup du fait que la France et l’Allemagne », qui sont de gros garants du FESF, « conservent leurs notes AAA », explique Fitch.

Mais c’est surtout la révision de la perspective de la France à « négative » qui « a pour conséquence un risque accru d’abaissement de la note de la dette du FESF », selon l’agence.

Le FESF est un instrument financier qui lève de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro. Il le reverse ensuite à des pays en difficulté au sein de la zone euro comme le Portugal ou l’Irlande, à des taux moindres que ceux qu’ils devraient payer sur les marchés.

Or la France et l’Allemagne sont les pays notés AAA qui fournissent les plus gros montants de garanties au FESF, soit près de 80% du total (369,6 milliards d’euros, sur un total de 451,5 milliards de garanties apportées par les pays notés AAA).

Ces garanties donnent au FESF la capacité d’emprunter jusqu’à 440 milliards d’euros.

En outre la France, qui apporte 158,5 milliards de garanties au FESF, est « le pays le plus exposé » à l’intensification de la crise de la dette en zone euro, souligne l’agence.

L’abaissement de la perspective de la France signifie qu’il y a plus d’une chance sur deux pour que sa note soit abaissée d’ici deux ans. La note des titres émis par le FESF pourrait aussi être abaissée dans ce même délai « à moins que des mécanismes d’amélioration » de ses crédits soient mis en place.

Fitch Ratings a abaissé vendredi à « négative » contre « stable » auparavant la note de la dette à long terme de la France, tout en maintenant la note de « AAA », la meilleure possible.

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Saisie sur salaire : le gouvernement resserre l’étau sur les endettés !

Une nouvelle loi scélérate, qui entre en vigueur le 1er janvier 2012, réduit la fraction insaisissable que le créancier doit laisser au salarié.

 

 

 

C’est la crise, et les gens sont pris à la gorge. Pour preuve, cette année, le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a bondi de 8,1%. Actuellement, selon les derniers chiffres de la Banque de France, près de 950.000 ménages seraient surendettés pour un montant moyen de 35.000 €. Plus de 80% d’entre eux disposent de ressources inférieures ou égales à 2.000 €/mois; 55% disposent de ressources inférieures ou égales au Smic, et 5% de ressources inférieures ou égales au RSA « socle ».
Alors que cette crise entame une nouvelle phase qui promet d’être critique, le gouvernement adopte en catimini des mesures visant à étrangler davantage ses victimes : les personnes contraintes de vivre dans des campings seront traquées, et les salariés endettés dont le revenu est saisi vont tomber sous le joug de règles encore plus restrictives.
En effet, jusqu’à présent, le montant de la saisie sur salaire était déterminé par un barème publié chaque année par décret. Ce barème tenait compte de la rémunération annuelle brute et était corrigé en fonction du nombre de personnes à la charge du salarié.
Lors d’une saisie sur salaire, la loi interdit au créancier de prendre la totalité de la rémunération du débiteur afin que celui-ci continue à percevoir un minimum vital pendant le remboursement de son arriéré : ce « reste à vivre » devait être égal au montant du RSA applicable au foyer du salarié (article L. 3252-3 du Code du travail) et variait en fonction du nombre de personnes le composant.
La loi vient de modifier cette disposition. Désormais, la fraction insaisissable est fixe, peu importe le nombre de personnes composant le foyer du salarié, et correspond au montant du RSA pour une personne seule, soit 466,99 euros pour 2011.
En clair : vous êtes dans la merde, et l’UMP vous y enfonce encore plus !
SH

http://www.actuchomage.org/2011121918412/Social-economie-et-politique/saisie-sur-salaire-le-gouvernement-resserre-letau-sur-les-endettes.html

 
12 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Aprés le fluor,du lithium dans l’eau du robinet contre la morosité!

 

Un psychiatre appelle les autorités irlandaises à mettre des sels de lithium dans l’eau de ville pour tenter de faire baisser le taux de suicides et de dépressions dans    la population. Lors du forum sur “la dépression en Irlande rurale” qui s’est tenu à Ennistymon, le Dr Moosajee Bhamjee [ancien député travailliste] a déclaré que “de plus en plus de travaux scientifiques montrent que l’on peut réduire le nombre de suicides et de dépressions en    ajoutant un peu de lithium à l’eau de ville”. Le lithium est utilisé dans le traitement de la dépression pour stabiliser l’humeur. “Un récent article du British Journal of    Psychiatry a mis en lumière les bénéfices d’un apport de lithium à l’eau de ville de certaines parties du Texas*”, a poursuivi le Dr Bhamjee.    Selon lui, le gouvernement devrait mettre sur pied un projet pilote et tester l’idée dans une ville irlandaise : on mettrait de très petites doses de sels de lithium dans l’eau du robinet et    l’on étudierait les résultats. “Certains pays ajoutent déjà avec profit du fluor à l’eau à des fins sanitaires, indique-t-il. Les habitants ne risquent pas de devenir accros au lithium car les doses seraient très faibles. En Irlande, 200 000 personnes souffrent de dépression :    le gouvernement doit trouver de nouveaux moyens de s’attaquer au problème.”

(The Irish Times)

http://www.wikistrike.com

Effets du lithium sur la fonction thyroïdienne :

Le lithium a des effets puissants sur la glande thyroïde. Il est concentré dans le tissu thyroïdien environ trois fois plus que dans le plasma et peut affecter plusieurs étapes de la fonction thyroïdienne. Le principal effet du lithium est une diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes, mais aussi de leur synthèse, par blocage du couplage des iodotyrosines. Le lithium entraîne l’apparition de goitre (7 à 50 %), d‘hypothyroïdie (8 à 19 %), de maladies auto-immunes et, paradoxalement, de thyrotoxicose. C’est la raison pour laquelle, chez tous les patients traités par le lithium, la fonction thyroidienne doit être régulièrement contrôlée.

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2046763

 

Hypothyroïdie

Chez l’adulte

  • Un manque d’énergie et de la fatigue.
  • Une frilosité.
  • Un gain de poids inexpliqué malgré un faible appétit.
  • Un rythme cardiaque ralenti pouvant causer un essoufflement.
  • Une irritabilité et parfois un état dépressif.
  • Des crampes, des raideurs musculaires et des douleurs aux articulations.
  • De la constipation.
  • Le visage et les yeux enflés.
  • Une peau pâle et sèche.
  • Des cheveux secs, une perte de cheveux.
  • Des ongles cassants.
  • Une voix plus grave et enrouée.
  • Des cycles menstruels irréguliers et des menstruations plus abondantes.
  • Une infertilité.
  • Une confusion, une difficulté à se concentrer et des pertes de mémoire, surtout chez les personnes âgées.
  • Un goitre (parfois), c’est-à-dire un gonflement à la base du cou dû à l’augmentation de volume de la thyroïde.
  • Un taux élevé de cholestérol sanguin.

Chez l’enfant

  • Un ictère ou jaunisse (coloration jaune de la peau).
  • Un retard ou un arrêt de croissance.
  • Un sommeil excessif.
  • De la constipation.
  • Des difficultés d’alimentation et une langue anormalement grosse.
  • Des pleurs enroués chez le nourrisson.

………

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hypothyroidie_pm

 

 

Du Lithium dans l’eau pour vous calmer ! vidéo publiée le 08/08/2010

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La zone euro apportera 150 M€ au FMI ou comment remplir un verre vide avec du vide!

 

Les pays de la zone euro se sont mis d’accord aujourd’hui pour apporter 150 milliards d’euros au Fonds monétaire international afin d’aider indirectement les pays en difficulté de l’union monétaire, a annoncé à l’AFP une source gouvernementale. « Il y a un accord sur un montant de 150 milliards des pays de la zone euro », a déclaré cette source à l’issue d’une réunion téléphonique entre les ministres européens des Finances, se disant confiant dans la capacité de l’Europe dans son ensemble d’arriver à une contribution totale de 200 milliards d’euros.
« Les autres pays (de l’Union européenne) vont se positionner », mais ils l’ont déjà fait « implicitement », selon elle, et « on atteindra les 200 milliards ». « On progresse vers les 200 milliards d’euros, c’est clair », a insisté la source gouvernementale. Les ministres des Finances européens se sont entretenus par téléphone pendant environ trois heures et demi lundi pour décider de la contribution de chacun au renflouement du FMI, afin que l’institution de Washington participe ensuite au renforcement du pare-feu destiné à aider la zone euro à surmonter la crise de la dette.
Un pare-feu à renforcer
Lors du sommet des 8 et 9 décembre, les dirigeants européens s’étaient donnés dix jours, soit jusqu’à ce lundi, pour décider de l’augmentation des ressources du FMI. Concrètement, il s’agissait de fixer la répartition de contributions sous forme de prêts bilatéraux, afin qu’à son tour l’institution de Washington vienne en aide aux pays en difficulté de l’union monétaire. Ils avaient affiché l’objectif de 200 milliards d’euros. Le gouvernement britannique n’a pas souhaité participer à l’effort.
« Nous ne fournirons des ressources supplémentaires au FMI que si la zone euro agit plus pour renforcer son pare-feu, et nous ne contribuerons à rien qui soit destiné uniquement aux pays de la zone euro », a indiqué à l’AFP un responsable du gouvernement de Londres, interrogé un peu plus tôt dans la journée.

http://www.lefigaro.fr/

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne: Standard & Poor’s et Moody’s abaissent la note de la région de Valence

MADRID – Les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s ont abaissé lundi la note de la région espagnole de Valence en raison de ses difficultés croissantes à se financer, alors que le lourd endettement des régions autonomes du pays continue d’inquiéter les marchés.

Standard & Poor’s a abaissé de trois crans, de A- à BBB-, la note de Valence (est de l’Espagne) et envisage de la dégrader davantage dans un délai de 90 jours, en mettant cette région sous surveillance négative.

La note BBB- signifie que la région de Valence est désormais placée au cran le plus bas des émetteurs dont la solvabilité reste satisfaisante.

Moody’s a elle abaissé de deux crans la note de Valence, de Baa2 à Ba1, et envisage elle aussi de l’abaisser davantage. La région passe ainsi dans la catégorie des investissements considérés comme spéculatifs.

Les deux agences fondent leur analyse sur l’assèchement croissant des liquidités de cette région.

S&P rappelle qu’une émission d’obligations ouverte aux petits porteurs du 24 novembre au 16 décembre s’est déroulée plus difficilement qu’attendu. La région de Valence n’a en effet réussi qu’à couvrir 59% de son objectif, qui était de 1,8 milliard d’euros.

La surveillance négative traduit notre manque de visibilité sur les capacités de la région à couvrir ses importants besoins de financement pour 2012, ajoute Standard & Poor’s.

Bien que Moody’s reconnaisse que la solvabilité de la région de Valence reste acceptable malgré une récente détérioration, les problèmes croissants de liquidités de la région se sont accentués au cours des derniers mois en raison d’un manque de confiance de plus en plus aigu des marchés dans la zone euro, écrit cette agence.

Illustration des difficultés financières de Valence, les pharmaciens de cette région ont commencé lundi une grève de trois jours pour protester contre les dettes impayées, illustrant la grogne croissante que suscitent les mauvaises finances régionales à travers l’Espagne.

Responsables du budget de la santé, les gouvernements régionaux remboursent aux pharmacies les médicaments qu’elles ont délivrés sur ordonnance. Selon le Collège des pharmaciens de Valence, la dette de la région de Valence envers cette profession atteint actuellement 550 millions d’euros.

S&P avait menacé le 6 décembre d’abaisser la note à long terme de 15 pays de la zone euro, dont l’Espagne, notée AA- depuis le 13 octobre. Vendredi, cette agence avait fait perdre un cran, de AA- à A+, à la région des îles Canaries.

Scruté par les marchés et les autorités européennes, le gouvernement espagnol s’est engagé à réduire son déficit budgétaire pour atteindre 6% du PIB en 2011, après 9,3% en 2010. Mais le futur chef du gouvernement de droite, Mariano Rajoy, qui prend ses fonctions mercredi, a averti lundi que cet objectif risquait de ne pas être atteint.

La discipline budgétaire voulue par l’Etat espagnol est menacée par le lourd endettement des régions et des villes, hérité de l’éclatement de la bulle immobilière fin 2008, dans un pays très décentralisé.

Au troisième trimestre 2011, la dette cumulée des 17 régions autonomes atteignait 135,151 milliards d’euros, soit 12,6% du PIB du pays (contre 10,6% un an plus tôt), un record historique selon les chiffres de la Banque d’Espagne.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima:14000 décès aux US liés à la catastrophe!

Une étude publiée dans  » l’International Journal of Health Services  » journal médical et réalisée par Joseph Montangano et Janette Sherman  montre que quelques 14000 décès seraient directement liés aux retombées radioactives de Fukushima.

Ces 14000 décès ont été répertoriés 14 semaines après l’accident et sont comparables aux 16500 décès en 17 semaines qui ont suivis l’accident de tchernobyl en 1986.

Plus ici:

http://www.prnewswire.com/news-releases/medical-journal-article–14000-us-deaths-tied-to-fukushima-reactor-disaster-fallout-135859288.html

 

 
4 Commentaires

Publié par le 19 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :