RSS

Arrêté Algues vertes: contradiction totale entre scientifiques et ministère

21 Déc

RENNES – L’arrêté publié mercredi au Journal Officiel, visant à appuyer les programmes de lutte contre la prolifération des algues vertes, est en contradiction totale avec les préconisations des scientifiques, a affirmé mercredi le Cedapa, une association qui promeut le système herbager.
Non seulement on pénalise les systèmes herbagers mais il y a une contradiction totale entre les préconisations des scientifiques et l’arrêté du ministère, a déclaré Patrick Thomas, président du Cedapa (Centre d’études pour un développement agricole plus autonome).
Cette association regroupe plusieurs centaines d’agriculteurs qui nourrissent leurs vaches à l’herbe dans les prairies (système herbager).
Les scientifiques préconisent un système herbager sur les bassins versants concernés pour favoriser une reconquête de la qualité de l’eau, dans le cadre des plans de lutte contre les algues vertes, a-t-il expliqué.
Au lieu d’encourager ça, l’arrêté gouvernemental va inciter les agriculteurs, pour nourrir leurs bêtes, à cultiver davantage de maïs et à importer du soja, le plus souvent OGM. Alors que tous ceux qui s’intéressent à la question savent que l’herbe est le meilleurs couvert végétal pour piéger les nitrates à l’origine de la prolifération des algues vertes, a-t-il poursuivi.
Avec cet arrêté, on est dans une totale incohérence. On navigue en eaux très troubles (…). Il y a beaucoup de questions sans réponse, beaucoup d’incohérences dans les choix du ministère qui sont tout sauf pertinents, a affirmé M. Thomas.
L’arrêté contesté (DEV1134069A), en date du 19 décembre, est relatif au programme d’actions national à mettre en oeuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d’origine agricole.
Créé il y a plusieurs dizaines d’années, le Cedapa prône une agriculture durable qui s’appuie sur un équilibre entre économie, nature et territoire.
Selon une étude mise en ligne par le ministère de l’Ecologie, quelque 88,7% des nitrates retrouvés dans les milieux aquatiques et marins proviennent de l’agriculture et de l’élevage.

Afp

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :