RSS

Archives du 20 décembre 2011

Fitch révise à la baisse des banques européennes dont SocGen et Santander

PARIS – L’agence de notation Fitch Ratings a annoncé mardi envisager d’abaisser à plus ou moins long terme la note de plusieurs grandes banques européennes dont la française Société Générale, l’espagnole Santander et l’italienne Intensa Sanpaolo.

Ces modifications s’inscrivent dans le sillage de la décision de Fitch de placer vendredi six pays de la zone euro sous surveillance dont l’Italie, l’Espagne et la Belgique, et du changement de perspective de la note française, abaissée à négative, contre stable auparavant.

Les banques françaises concernées par un abaissement de perspective sont la Société Générale, le Groupe BPCE, Dexia Crédit Local et La Banque Postale.

L’abaissement de la perspective, qui implique un changement de note potentiel à moyen terme, reflète l’engagement de l’Etat français dans ces groupes bancaires. Un abaissement d’un cran de la note de la dette à long terme de la France pourrait conduire à un abaissement à A des notes attribuées à la dette à long terme de la Société Générale, du groupe BPCE et de Dexia, a précisé Fitch.

Quant à La Banque Postale (LBP), elle dépend de la notation de sa maison-mère La Poste, elle-même directement dépendante de celle de l’Etat français.

En Italie, Fitch a décidé de mettre sous surveillance négative les notes de sept banques, qui pourraient donc voir leur note baisser rapidement. Les banques concernées sont: Banca Monte dei Paschi di Siena (MPS), Banca Popolare di Sondrio (BPS), Banco di Desio e della Brianza (BDesio), Banco Popolare, Iccrea Holding, Intesa Sanpaolo et Unione di Banche Italiane – UBI Banca, précise le communiqué.

L’agence de notation a par ailleurs abaissé la note de la banque UniCredit qui passe de A à A-.

En Espagne Fitch a placé sous surveillance huit banques et certaines de leurs filiales dont la première banque européenne la banque Santander. Parmi les autres concernées on trouve BBVA, Caixa Bank, La Caixa, CECA, Bankia, BBK, Unicaja.

En Belgique, l’agence de notation a également placé deux banques sous surveillance négative : KBC Group et Deixa Bank Belgium.

Afp

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche sur BFM:  » T’as vu ma cravate…oh toi qui crois encore au Pére Noël ! « 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Assurance-vie:Les gros cochons continuent de quitter le navire…!

 

L’assurance-vie vient d’enregistrer son 3ème mois consécutif de baisse des dépôts. C’est du jamais vu. Depuis septembre, les épargnants versent donc moins d’argent qu’ils n’en retirent. Le mouvement pourrait perdurer.

Habituellement, les assureurs ont plutôt tendance à rassurer. Mais là, pour une fois, ils deviennent vraiment pessimistes. Ils s’attendent à ce que la décollecte se poursuive pendant encore au moins quelques mois.

Certains assurent qu’ils assistent impuissants aux arbitrages de leurs gros clients patrimoniaux. A leur grande surprise, ce sont leurs clients les plus fortunés qui retirent leur argent en ce moment. Tantôt pour investir sur de l’or, tantôt dans l’immobilier.

Le mouvement devrait ralentir dans les prochains mois

C’est sur cette clientèle que les assureurs focalisent toute leur attention. Ils se rassurent en se disant que les plus inquiets sont en train d’arbitrer en ce moment, et que ce mouvement devrait donc ralentir dans les mois à venir.

En outre, ils misent sur la fin du dispositif Scellier pour récupérer une partie de ces épargnants. Ce sera en décembre 2012. L’investissement immobilier deviendra moins attractif et les assureurs espèrent bien en profiter.

http://www.bfmbusiness.com/

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fitch: risque accru de baisse de la note du FESF

Paris (awp/afp) – Fitch a estimé mardi que le risque d’un abaissement de la note du fonds européen de secours (FESF) s’était « accru » après l’abaissement vendredi de la perspective de la note de la France, indique l’agence de notation financière dans un communiqué.

Les notes AAA attribuées aux titres émis par le FESF, les meilleures possibles, « dépendent beaucoup du fait que la France et l’Allemagne », qui sont de gros garants du FESF, « conservent leurs notes AAA », explique Fitch.

Mais c’est surtout la révision de la perspective de la France à « négative » qui « a pour conséquence un risque accru d’abaissement de la note de la dette du FESF », selon l’agence.

Le FESF est un instrument financier qui lève de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro. Il le reverse ensuite à des pays en difficulté au sein de la zone euro comme le Portugal ou l’Irlande, à des taux moindres que ceux qu’ils devraient payer sur les marchés.

Or la France et l’Allemagne sont les pays notés AAA qui fournissent les plus gros montants de garanties au FESF, soit près de 80% du total (369,6 milliards d’euros, sur un total de 451,5 milliards de garanties apportées par les pays notés AAA).

Ces garanties donnent au FESF la capacité d’emprunter jusqu’à 440 milliards d’euros.

En outre la France, qui apporte 158,5 milliards de garanties au FESF, est « le pays le plus exposé » à l’intensification de la crise de la dette en zone euro, souligne l’agence.

L’abaissement de la perspective de la France signifie qu’il y a plus d’une chance sur deux pour que sa note soit abaissée d’ici deux ans. La note des titres émis par le FESF pourrait aussi être abaissée dans ce même délai « à moins que des mécanismes d’amélioration » de ses crédits soient mis en place.

Fitch Ratings a abaissé vendredi à « négative » contre « stable » auparavant la note de la dette à long terme de la France, tout en maintenant la note de « AAA », la meilleure possible.

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Saisie sur salaire : le gouvernement resserre l’étau sur les endettés !

Une nouvelle loi scélérate, qui entre en vigueur le 1er janvier 2012, réduit la fraction insaisissable que le créancier doit laisser au salarié.

 

 

 

C’est la crise, et les gens sont pris à la gorge. Pour preuve, cette année, le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a bondi de 8,1%. Actuellement, selon les derniers chiffres de la Banque de France, près de 950.000 ménages seraient surendettés pour un montant moyen de 35.000 €. Plus de 80% d’entre eux disposent de ressources inférieures ou égales à 2.000 €/mois; 55% disposent de ressources inférieures ou égales au Smic, et 5% de ressources inférieures ou égales au RSA « socle ».
Alors que cette crise entame une nouvelle phase qui promet d’être critique, le gouvernement adopte en catimini des mesures visant à étrangler davantage ses victimes : les personnes contraintes de vivre dans des campings seront traquées, et les salariés endettés dont le revenu est saisi vont tomber sous le joug de règles encore plus restrictives.
En effet, jusqu’à présent, le montant de la saisie sur salaire était déterminé par un barème publié chaque année par décret. Ce barème tenait compte de la rémunération annuelle brute et était corrigé en fonction du nombre de personnes à la charge du salarié.
Lors d’une saisie sur salaire, la loi interdit au créancier de prendre la totalité de la rémunération du débiteur afin que celui-ci continue à percevoir un minimum vital pendant le remboursement de son arriéré : ce « reste à vivre » devait être égal au montant du RSA applicable au foyer du salarié (article L. 3252-3 du Code du travail) et variait en fonction du nombre de personnes le composant.
La loi vient de modifier cette disposition. Désormais, la fraction insaisissable est fixe, peu importe le nombre de personnes composant le foyer du salarié, et correspond au montant du RSA pour une personne seule, soit 466,99 euros pour 2011.
En clair : vous êtes dans la merde, et l’UMP vous y enfonce encore plus !
SH

http://www.actuchomage.org/2011121918412/Social-economie-et-politique/saisie-sur-salaire-le-gouvernement-resserre-letau-sur-les-endettes.html

 
12 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Aprés le fluor,du lithium dans l’eau du robinet contre la morosité!

 

Un psychiatre appelle les autorités irlandaises à mettre des sels de lithium dans l’eau de ville pour tenter de faire baisser le taux de suicides et de dépressions dans    la population. Lors du forum sur “la dépression en Irlande rurale” qui s’est tenu à Ennistymon, le Dr Moosajee Bhamjee [ancien député travailliste] a déclaré que “de plus en plus de travaux scientifiques montrent que l’on peut réduire le nombre de suicides et de dépressions en    ajoutant un peu de lithium à l’eau de ville”. Le lithium est utilisé dans le traitement de la dépression pour stabiliser l’humeur. “Un récent article du British Journal of    Psychiatry a mis en lumière les bénéfices d’un apport de lithium à l’eau de ville de certaines parties du Texas*”, a poursuivi le Dr Bhamjee.    Selon lui, le gouvernement devrait mettre sur pied un projet pilote et tester l’idée dans une ville irlandaise : on mettrait de très petites doses de sels de lithium dans l’eau du robinet et    l’on étudierait les résultats. “Certains pays ajoutent déjà avec profit du fluor à l’eau à des fins sanitaires, indique-t-il. Les habitants ne risquent pas de devenir accros au lithium car les doses seraient très faibles. En Irlande, 200 000 personnes souffrent de dépression :    le gouvernement doit trouver de nouveaux moyens de s’attaquer au problème.”

(The Irish Times)

http://www.wikistrike.com

Effets du lithium sur la fonction thyroïdienne :

Le lithium a des effets puissants sur la glande thyroïde. Il est concentré dans le tissu thyroïdien environ trois fois plus que dans le plasma et peut affecter plusieurs étapes de la fonction thyroïdienne. Le principal effet du lithium est une diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes, mais aussi de leur synthèse, par blocage du couplage des iodotyrosines. Le lithium entraîne l’apparition de goitre (7 à 50 %), d‘hypothyroïdie (8 à 19 %), de maladies auto-immunes et, paradoxalement, de thyrotoxicose. C’est la raison pour laquelle, chez tous les patients traités par le lithium, la fonction thyroidienne doit être régulièrement contrôlée.

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2046763

 

Hypothyroïdie

Chez l’adulte

  • Un manque d’énergie et de la fatigue.
  • Une frilosité.
  • Un gain de poids inexpliqué malgré un faible appétit.
  • Un rythme cardiaque ralenti pouvant causer un essoufflement.
  • Une irritabilité et parfois un état dépressif.
  • Des crampes, des raideurs musculaires et des douleurs aux articulations.
  • De la constipation.
  • Le visage et les yeux enflés.
  • Une peau pâle et sèche.
  • Des cheveux secs, une perte de cheveux.
  • Des ongles cassants.
  • Une voix plus grave et enrouée.
  • Des cycles menstruels irréguliers et des menstruations plus abondantes.
  • Une infertilité.
  • Une confusion, une difficulté à se concentrer et des pertes de mémoire, surtout chez les personnes âgées.
  • Un goitre (parfois), c’est-à-dire un gonflement à la base du cou dû à l’augmentation de volume de la thyroïde.
  • Un taux élevé de cholestérol sanguin.

Chez l’enfant

  • Un ictère ou jaunisse (coloration jaune de la peau).
  • Un retard ou un arrêt de croissance.
  • Un sommeil excessif.
  • De la constipation.
  • Des difficultés d’alimentation et une langue anormalement grosse.
  • Des pleurs enroués chez le nourrisson.

………

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=hypothyroidie_pm

 

 

Du Lithium dans l’eau pour vous calmer ! vidéo publiée le 08/08/2010

 
1 commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La zone euro apportera 150 M€ au FMI ou comment remplir un verre vide avec du vide!

 

Les pays de la zone euro se sont mis d’accord aujourd’hui pour apporter 150 milliards d’euros au Fonds monétaire international afin d’aider indirectement les pays en difficulté de l’union monétaire, a annoncé à l’AFP une source gouvernementale. « Il y a un accord sur un montant de 150 milliards des pays de la zone euro », a déclaré cette source à l’issue d’une réunion téléphonique entre les ministres européens des Finances, se disant confiant dans la capacité de l’Europe dans son ensemble d’arriver à une contribution totale de 200 milliards d’euros.
« Les autres pays (de l’Union européenne) vont se positionner », mais ils l’ont déjà fait « implicitement », selon elle, et « on atteindra les 200 milliards ». « On progresse vers les 200 milliards d’euros, c’est clair », a insisté la source gouvernementale. Les ministres des Finances européens se sont entretenus par téléphone pendant environ trois heures et demi lundi pour décider de la contribution de chacun au renflouement du FMI, afin que l’institution de Washington participe ensuite au renforcement du pare-feu destiné à aider la zone euro à surmonter la crise de la dette.
Un pare-feu à renforcer
Lors du sommet des 8 et 9 décembre, les dirigeants européens s’étaient donnés dix jours, soit jusqu’à ce lundi, pour décider de l’augmentation des ressources du FMI. Concrètement, il s’agissait de fixer la répartition de contributions sous forme de prêts bilatéraux, afin qu’à son tour l’institution de Washington vienne en aide aux pays en difficulté de l’union monétaire. Ils avaient affiché l’objectif de 200 milliards d’euros. Le gouvernement britannique n’a pas souhaité participer à l’effort.
« Nous ne fournirons des ressources supplémentaires au FMI que si la zone euro agit plus pour renforcer son pare-feu, et nous ne contribuerons à rien qui soit destiné uniquement aux pays de la zone euro », a indiqué à l’AFP un responsable du gouvernement de Londres, interrogé un peu plus tôt dans la journée.

http://www.lefigaro.fr/

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :