RSS

Standard & Poor’s s’attaque à la Sécurité sociale!

12 Déc

Par Agnès Rousseaux (12 décembre 2011)

Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Unedic, Réseau ferré de France, Caisse des dépôts et consignations… De nombreuses structures publiques sont sous la menace d’une dégradation de leur notation financière par l’agence Standard & Poor’s. Comme si tout ce qui relevait de l’intérêt général devait être éradiqué au profit de la spéculation.

 

 

L’agence Standard and Poor’s semble partie en croisade : après avoir placé « sous surveillance avec implication négative » le triple A de la France, en même temps que les notes de 15 pays de la zone euro le 5 décembre, puis sous surveillance négative le Fonds européen de stabilité financière (FESF) le 6 décembre, l’agence de notation a menacé de dégrader la note de régions et de grandes villes françaises.

Le 7 décembre, elle envisageait de baisser les notes de la Ville de Paris et de la région Île-de-France. Ce même jour, elle plaçait « sous surveillance avec implication négative » les notes de plusieurs organismes publics français : la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), l’Agence française de développement, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), la Caisse nationale des autoroutes, l’Unedic, le Réseau ferré de France (RFF)…

L’agence de notation cible ainsi la protection sociale, la santé, les transports publics et la coopération internationale, estimant que ces organismes dépendent de l’État et seraient donc mécaniquement touchés par une dégradation du triple A de la France.

La Caisse des dépôts et consignations (CDC), elle aussi menacée d’une dégradation de son triple A, rappelle dans un communiqué qu’elle dispose d’une « situation de solvabilité très solide, nettement supérieure à celle requise par les normes bancaires, et adaptée à sa mission d’investisseur de long terme et de protection des dépôts réglementés ».

La décision de Standard and Poor’s pourrait pénaliser la CDC dans son rôle de soutien financier à l’économie française (sauvetage de la banque Dexia, financement des collectivités locales…). Alors qu’elle a réalisé en 2010 un bénéfice net 2,1 milliards d’euros, en progression de 8,6 %.

La Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) s’étonne également de cette décision, alors qu’une loi organique protège ses ressources jusqu’en 2025, prévoyant que toute nouvelle dette reçue par la Cades soit accompagnée de ressources nouvelles [1]. La menace de Standard and Poor’s provoquera un enchérissement du crédit pour ces structures publiques, ce qui diminuera leurs ressources et donc, entre autres, alourdira la dette de la Sécurité sociale ou affaiblira leurs capacités d’action. En s’attaquant à des organismes dépendants de l’État mais dont les finances semblent saines, Standard and Poor’s donne un signal clair aux marchés financiers : feu vert à la spéculation sur tous les leviers financiers de l’État !

Agnès Rousseaux

 

Source

http://www.bastamag.net/article1986.html

Notes

[1] Chaque année, le Conseil constitutionnel vérifie que les ressources qui lui sont affectées sont suffisantes pour qu’elle puisse mener ses missions. Le remboursement de la Cades est notamment garanti par le produit de la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et par un prélèvement sur la contribution sociale généralisée (CSG).

 
5 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

5 réponses à “Standard & Poor’s s’attaque à la Sécurité sociale!

  1. zozo

    12 décembre 2011 at 17 h 37 min

    Sv&P, ils ont trop regardé la vidéo du grand économiste chinois ! Va falloir leur expliquer que c’était une blague non ? Real ! courage !

    J'aime

     
  2. Bruno

    12 décembre 2011 at 18 h 23 min

    Punaise ce n’est pas possible. Personne ne réagit face à ces crétins qui sont certainement plus destructeurs que les iraniens. 😦

    J'aime

     
  3. Robinson Michèle

    12 décembre 2011 at 22 h 32 min

    Si tous les fous étaient dans des asiles, il n’y aurait plus un seul humain en dehors

    J'aime

     
  4. Cinok

    12 décembre 2011 at 23 h 20 min

    TRop drôle oui !! … et je m’étonne juste qu’il y en a qui les écoutes encore !!!

    J'aime

     
  5. Nico-là

    13 décembre 2011 at 21 h 54 min

    L’Etat est à désinventer ! Moins d’Etat, toujours moins d’Etat, car il est dit qu’il est l’obstacle à la croissance. Qu’on le dégraisse encore et toujours, qu’on privatise et brade tous ses biens accumulés à la sueur des citoyens… qu’on le somme de se mettre au service de la compétitivité des entreprises. C’est à lui de subventionner notre recherche, nos embauches et nos débauches, d’alléger nos charges, de nous servir sur un plateau ses commandes publiques, de payer notre casse sociale.
    Moins d’Etat, dira-t-on, toujours moins d’Etat. Mais gardons-nous bien de l’abolir, car lorsque nos banques sauteront, lorsque nos usines s’en iront… il lui restera de
    payer l’addition.
    C’est aux contribuables qu’on fera appel. L’Etat est notre éternelle vache à lait ! On peut sucer ses pis jusqu’à la dernière goutte. Mais qui oserait manger la vache !

    Michel Piquemal « Le Prophète du libéralisme »
    a lire et relire depuis 2005.
    mis a disposition par l’auteur: http://www.michelpiquemal.com/IMGS/Prophete%20integral.pdf

    J'aime

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :