RSS

Archives du 12 décembre 2011

Spéculez, dépensez, tout va bien…l’euro est (presque) mort !

 

L’Euro est à l’agonie, et plus rien ne peut le sauver… Ouf il était temps ! Comme dirait Charles Gave, l’Euro est la « peste bubonique » et c’est en l’éradiquant que les nations seront sauvées… Ce « Frankeinstein monétaire » est sur le point de finir sa vie (elle fut courte, moins de 15 ans) et les seuls euros que nous pourrons tenir dans nos mains seront imprimés sur les pages des livres d’histoire. Je vous laisse expliquer à vos enfants comment une seule génération d’individus à vécu avec le franc, puis le nouveau franc, puis l’euro et… le nouveau franc. Quand ils seront grands, ils découvriront pourquoi cette invention était une ânerie que nous voulions à tout prix sauver en ruinant 27 pays… avec la bénédiction des médias…

La VRAIE dette de la France : 341% du PIB !
Oubliez les 88% de dette sur le PIB (calculs de la press-titution et la politique françaises). Ce montant ne prend pas en compte les emprunts des entreprises privées, des banques et des propriétaires immobilier.
En réalité, la totalité des engagements des français envers les trafiquants de dettes (personnes autorisées à réaliser frauduleusement des écritures comptables en hypothéquant vos biens acquis par le travail tout en magouillant leurs bilans) est supérieure à l’Italie et proche de celle de l’Espagne.
Vous comprenez pourquoi S&P veut abaisser la note de la France de 2 crans ! 

L’Express se lâche et décrit que cette grande claque dans la tête du Ministre des Finances « aurait des effets dévastateurs. Dans le scénario du pire, elle plongerait la France dans une spirale de la dette difficilement maîtrisable, à la manière de la Grèce ou de l’Italie, avec un enchaînement de phénomènes « auto-réalisateurs« : déficits publics aggravés, confiance des investisseurs en berne, investissements et consommation en chute libre… Avec au bout du compte, une profonde récession en perspective. »

L’image ci-dessous explique aussi pourquoi Cameron et son Empire Britannique du Surendettement (497% de son PIB national) ne veut pas entendre parler de rigueur budgétaire.
Ce sont les pires d’Europe, et sûrement du monde !
Presse libre ou press-titution, choisissez votre camp !
Un parallèle intéressant entre la press-titution française qui vous « informe » d’événements actuels dont nous avions déjà anticipé la réalisation depuis des mois grâce à la vraie presse libre
En résumé, si vous suivez le blog Gold-up (parmi d’autres), vous savez avant tout le monde ce que les médias vous annonceront fin 2012
Suivez cette vidéo jusqu’à la fin, voici la preuve !
Pour les anglo-saxons, les banques européennes sont (presque) mortes
Dans une parution du Telegraph du 9 décembre, les analystes séniors avertissent leurs clients d’une faillite bancaire imminente du fait de l’échec du sommet européen et qu’un « credit crunch » collatéral (resserrement du crédit) pouvait arriver d’un instant à l’autre.

« D’autres pensent que les banques de la zone euro se dirigent vers une catastrophe et l’inquiétude est grandissante sur le fait qu’une grande banque peut s’effondrer en quelques semaines. » « les banques allemandes montrent la détérioration la plus notable dans leurs ratios de fonds propres de base. » « La crainte est que les autorités européennes n’ont pas la puissance de feu financière pour faire face aux problèmes des banques. »

http://gold-up.blogspot.com/

 
5 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Areva: 1.200 départs non remplacés en France, plus de 1.200 postes supprimés en Allemagne

PARIS – Areva a annoncé le non-remplacement de 1.200 postes en France, malgré des engagements pris par le groupe nucléaire auprès du gouvernement, et la suppression de plus de 1.200 postes en Allemagne, lundi lors d’un comité de groupe, a-t-on appris auprès de la CGT.
Le gel des embauches en 2012, cela signifie que les départs naturels annuels en 2012 ne seront pas remplacés. Notre turn-over chez Areva est de 1.200 postes par an, a assuré à l’AFP Patrick Lescure, délégué central CGT, le premier syndicat d’Areva.
Cette mesure sera appliquée, selon lui, uniquement sur l’année 2012 et non sur l’ensemble de la période du plan (2012-2016) comme le suggérait lundi le journal économique La Tribune. Areva a également annoncé le gel des salaires.
Le groupe a aussi confirmé lors de ce comité la suppression de plus de 1.200 emplois en Allemagne, mais n’a pas mentionné les suppressions de postes aux Etats-Unis ou en Belgique, a indiqué M. Lescure.
Le conseil de surveillance du groupe nucléaire public a approuvé un plan d’action stratégique destiné à adapter l’entreprise aux conditions de marché post-Fukushima et à enrayer ses pertes. Le plan a ensuite été présenté aux organisations syndicales dans l’après-midi lors d’un comité de groupe.
Le volet social du plan du groupe nucléaire avait occupé le devant de la scène le mois dernier lorsque l’AFP avait révélé qu’Areva prévoyait 1.000 à 1.200 réductions d’effectifs en France et 1.300 en Allemagne.
Convoqué par le gouvernement le nouveau président du directoire, Luc Oursel, s’était engagé à ce qu’il n’y ait aucune suppression de postes, aucun plan de départ volontaire et aucun impact sur les sites français, selon le ministre de l’Economie François Baroin.
Pour nous, c’est plus un plan de repli qu’un plan stratégique. Il n’y a pas de réelle vision sur le long terme, a déploré M. Lescure qui indique qu’il n’y a aucun engagement concret sur l’emploi en France et que, dans un plan stratégique, on aurait pu s’attendre à avoir des précisions sur l’ensemble des effectifs de 2011 à 2016.
Les autres syndicats d’Areva n’étaient pas immédiatement joignables, en raison de la durée du comité de groupe.
Areva compte 48.000 salariés dans le monde, dont 28.000 en France.
L’Etat, actionnaire à 87% du groupe, avait demandé dès son arrivée en juin au nouveau président du directoire, Luc Oursel, de redresser les comptes, en constante dégradation, et de s’adapter à la disparition de commandes de combustible d’uranium du Japon et de l’Allemagne après Fukushima.
AREVA

Afp

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Standard & Poor’s s’attaque à la Sécurité sociale!

Par Agnès Rousseaux (12 décembre 2011)

Assistance publique-Hôpitaux de Paris, Unedic, Réseau ferré de France, Caisse des dépôts et consignations… De nombreuses structures publiques sont sous la menace d’une dégradation de leur notation financière par l’agence Standard & Poor’s. Comme si tout ce qui relevait de l’intérêt général devait être éradiqué au profit de la spéculation.

 

 

L’agence Standard and Poor’s semble partie en croisade : après avoir placé « sous surveillance avec implication négative » le triple A de la France, en même temps que les notes de 15 pays de la zone euro le 5 décembre, puis sous surveillance négative le Fonds européen de stabilité financière (FESF) le 6 décembre, l’agence de notation a menacé de dégrader la note de régions et de grandes villes françaises.

Le 7 décembre, elle envisageait de baisser les notes de la Ville de Paris et de la région Île-de-France. Ce même jour, elle plaçait « sous surveillance avec implication négative » les notes de plusieurs organismes publics français : la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), l’Agence française de développement, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), la Caisse nationale des autoroutes, l’Unedic, le Réseau ferré de France (RFF)…

L’agence de notation cible ainsi la protection sociale, la santé, les transports publics et la coopération internationale, estimant que ces organismes dépendent de l’État et seraient donc mécaniquement touchés par une dégradation du triple A de la France.

La Caisse des dépôts et consignations (CDC), elle aussi menacée d’une dégradation de son triple A, rappelle dans un communiqué qu’elle dispose d’une « situation de solvabilité très solide, nettement supérieure à celle requise par les normes bancaires, et adaptée à sa mission d’investisseur de long terme et de protection des dépôts réglementés ».

La décision de Standard and Poor’s pourrait pénaliser la CDC dans son rôle de soutien financier à l’économie française (sauvetage de la banque Dexia, financement des collectivités locales…). Alors qu’elle a réalisé en 2010 un bénéfice net 2,1 milliards d’euros, en progression de 8,6 %.

La Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades) s’étonne également de cette décision, alors qu’une loi organique protège ses ressources jusqu’en 2025, prévoyant que toute nouvelle dette reçue par la Cades soit accompagnée de ressources nouvelles [1]. La menace de Standard and Poor’s provoquera un enchérissement du crédit pour ces structures publiques, ce qui diminuera leurs ressources et donc, entre autres, alourdira la dette de la Sécurité sociale ou affaiblira leurs capacités d’action. En s’attaquant à des organismes dépendants de l’État mais dont les finances semblent saines, Standard and Poor’s donne un signal clair aux marchés financiers : feu vert à la spéculation sur tous les leviers financiers de l’État !

Agnès Rousseaux

 

Source

http://www.bastamag.net/article1986.html

Notes

[1] Chaque année, le Conseil constitutionnel vérifie que les ressources qui lui sont affectées sont suffisantes pour qu’elle puisse mener ses missions. Le remboursement de la Cades est notamment garanti par le produit de la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) et par un prélèvement sur la contribution sociale généralisée (CSG).

 
5 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Lettonie: panique suite aux rumeurs sur des ennuis de la Swedbank!

 

De nombreux Lettons se sont rués lundi sur les distributeurs de billets de la Swedbank à la suite de rumeurs répandues sur Twitter sur les risques de faillite de sa branche lettone. La Swedbank, la plus importante du pays, détient 20% du marché financier en Lettonie.

Près de la moitié des 298 distributeurs de la Swedbank en Lettonie étaient en panne de billets lundi matin. « Dans les agences et sur Internet, des gens posent des questions sur différentes rumeurs qui sont non seulement fausses, mais tout simplement absurdes », a précisé la banque.

L’incertitude qui pèse sur la zone euro, que la Lettonie espère rejoindre en 2014, ainsi que la faillite le mois dernier de la banque locale Krajbanka, a sapé la confiance des gens, a-t-elle estimé.

Ats

 
1 commentaire

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

USA:les camps FEMA officialisés et autorisation de détention par les militaires de citoyens Américains!

Tout de suite après avoir passé la loi « National  Defense Authorization Act » au sénat, KBR, une filiale de Halliburton, fait  appel à des sous-traitants pour procurer des services comme l’énergie, le  lavage, l’eau, la nourriture, les clôture, etc, dans les camps de détention  de la FEMA. Précisons que cette nouvelle loi autorise l’armée de détenir  arbitrairement une personne, pour une durée illimitée, tant que le gouvernement  lui donne l’étiquette de terroriste. Vous êtes présumé coupable d’office. Le  gouvernement vous soupçonne, vous allez dans un camp de détention. Évidemment,  ces camps sont équipés  pour faire travailler les gens, comme dans une prison.
Comme montré  dans la 1ère page du document  de KBR, en cas de crise, les USA seront divisés en cinq secteurs. Chaque  secteur aura son propre gouvernement de crise. Ainsi, ce ne sont plus des élus  qui dirigeront le pays en tant de crise. Vous voyez où ça s’en va… une main  mise sur le pays par les bansters et l’armée. Un pays où la main d’oeuvre sera  moins chère qu’en Chine. Vous pensiez que c’était des lubies de  conspirationnistes en manque de sensations fortes, et bien maintenant c’est  officiel !

infowars
Je vous rappelle que le russe Igor Panarin avait fait une prédiction que les  USA seraient divisés comme dans le document de KBR (voir article Eso  News de 2008). Voici l’image. Admettez que c’est proche de la réalité.

Pour vous informer davantage, écoutez le  documentaire suivant: Police  State 4 (sous-titré en FR)
Jesse Ventura a fait une émission sur ces  camps de concentration (très révélateur, voyez comment tout cela se manifeste en  réalité):

Le Sénat américain a voté jeudi soir en faveur d’un projet de loi de financement de l’armée qui institutionnalise les pratiques criminelles d’État entreprises sous Bush, et poursuivies par Obama, au nom de la « lutte mondiale contre le terrorisme ».  

Il autorise explicitement la détention militaire indéfinie et sans procès des citoyens américains et autorise que tous les non-citoyens accusés de terrorisme, incluant ceux arrêtés en sol américain, soient détenus de manière indéfinie par l’armée plutôt que jugés par un tribunal civil.

La législation fait partie de la National Defense Authorization Act, qui fournit 662 milliards de dollars pour financer la machine de guerre américaine et toutes ses guerres à l’étranger. Le projet de loi a passé le Sénat, contrôlé par le Parti démocrate, par une majorité écrasante de 93 contre 7, soulignant une fois de plus qu’il n’existe pas de représentants sérieux pour la défense des droits démocratiques dans l’une ou l’autre des sections de l’élite dirigeante américaine ou ses deux partis de la grande entreprise.

 

La suite ici:   http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=7755

 

 
3 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La France pourrait ne plus avoir assez d’électricité cet hiver…!!!

19 centrales, 58 réacteurs ….et nous risquons de manquer d’électricité?…..

 

Cette année, les Allemands ont eu l’intelligence politique unanime  (partis politiques de droite + de gauche + écologistes) de programmer  sur 10 ans la fermeture de leurs vieilles centrales nucléaires. Ils  garderont donc leur électricité pour eux cet hiver et arrêteront  probablement de nous exporter 3 fois plus d’électricité que ce que nous  leur vendons, soit pour la France : une dizaine ou une douzaine de  milliards de kWh en moins comme en 2010, 2009, etc. !

Depuis 2005,  la France importe plus d’électricité d’Allemagne qu’elle n’en exporte  vers l’Allemagne (19,2 TWh contre seulement 7,2 TWh d’exportation depuis  la France en 2009). Source : RTE

Le déclin nucléaire : seuls 10 réacteurs encore en activité au Japon sur 54 avant Fukushima

Pourquoi  la France ne pourrait-elle par faire mieux en 5 ans que le Japon en 8  mois ? Ceci correspondrait à stopper 24 % du parc nucléaire français (80  % des 30 % d’électricité nucléaire au Japon) en 5 ans, quand les  japonais l’ont fait en moins de 8 mois…

Quels seront les élus  qui auront l’honnêteté de dire que les centrales nucléaires étaient  prévues pour ne pas dépasser 30 ans ? Avec son béton et son acier ayant  subi déjà 34 ans de radiations intenses, la centrale de Fessenheim  décline inexorablement… et personne ne voudrait s’occuper de sa fin de  vie, alors qu’elle est sur une des plus actives failles sismiques de  France !

Il n’est pas ici question de politique mais de bon sens pour la sécurité des populations.

L’avenir nucléaire : la filière du démantèlement pour maintenir l’emploi durant 40 ans au moins

Cette  année, la France aura importé plus de 70 milliards € de pétrole, de  gaz, de charbon et d’uranium car elle est 100 % dépendante pour ces 4  énergies fossiles. Ce sont l’éolien, le solaire, la biomasse et  l’hydraulique qui nous permettent l’indépendance énergétique ! 100 % non  délocalisable…

Alors, si à terme, les renouvelables remplacent  le nucléaire et autres énergies fossiles, que faire des 100000 emplois  du nucléaire ? Et bien, les immenses chantiers de démantèlement des  vieilles centrales nucléaires françaises pourraient maintenir ces  emplois jusqu’aux départs en retraite des employés.

Quant aux  énergies renouvelables, elles pourraient, comme en Allemagne, ajouter au  moins 300000 emplois dans le secteur de l’énergie. Ce nombre d’emplois  peut même être doublé grâce à l’efficacité énergétique (isolation des  bâtiments, systèmes de chauffage performants, etc.).

 

 

L’explosion  de matières irradiées dans un four de l’usine nucléaire de Marcoule  (26) : les doses dépassaient de 500 fois les autorisations !

Rappelez-vous  le 12 septembre 2011. Les rares journalistes qui sont allés enquêter en  Espagne (pays d’origine de l’ouvrier tué par l’explosion) ont rapporté  que cet ouvrier fut enterré dans un cercueil anti-radiations http://www.20minutes.fr/ledirect/795778/accident-nucleaire-marcoule-fondeur-enterre-cerceuil-antiradioactif Et pour cause ! Les ouvriers fondaient, à leur insu, des matières 500  fois plus radioactives qu’autorisées ! Mais officiellement aucune fuite  (radioactive ou médiatique ?) n’a eu lieu…

Le nucléaire va coûter au moins 258 milliards € de plus aux consommateurs-contribuables français.

J’écrivais déjà en 2007 dans ACTU ENERGIE N° 2 http://www.arkitekto.net/Actu_Energie.htm#AE2 : « le coût du futur démantèlement des 58 réacteurs nucléaires français  atteindra 258 milliards d’euros sans même prendre en compte le coût du  démantèlement des usines géantes de la Hague, Tricastin, Marcoule,  Cadarache et Superphénix, ni celui de la gestion des déchets nucléaires  durant des siècles. […] Quand et comment le gouvernement va-t-il nous  annoncer cela ?  » C’est chose faite ! M Sarkozy prépare les esprits en  annonçant 40 % d’augmentation du prix de l’électricité dans l’avenir…  Et ce ne seront pas les renouvelables qui provoqueront cette hausse mais  bien le déclin du nucléaire qui n’a jamais été anticipé sérieusement !

Les kWh électriques de l’éolien sont 2 fois moins chers que les kWh des réacteurs nucléaires EPR

L’EPR  de Flamanville (50) fournira officiellement 1 kWh à 0,06 € TTC contre  0,03 € TTC/kWh pour l’éolien (4 millions € l’éolienne de 3 MW produisant  2200 h/an pendant 25 ans).

En période de crise, l’Etat serait  suicidaire d’investir dans des EPR plutôt que dans l’éolien qui, sans  subvention en recherche et construction, produit donc des kWh  électriques 2 fois moins chers que le nucléaire. L’écart est encore bien  plus avantageux pour l’éolien et donc pour les  consommateurs-contribuables français puisque, en réalité, l’industrie  nucléaire n’est pas assurée contre les conséquences nationales d’une  catastrophe de type Fukushima (non refroidissement des réacteurs  nucléaires en cas d’inondation ou de sécheresse, explosion des réacteurs  et contamination du pays pour 100000 ans…). Si l’industrie nucléaire  était assurée contre ce type d’accident majeur, personne ne pourrait  acheter cette électricité tellement son coût serait cher…

Auteur : Sylvain HOUPERT

Source : fredericbaylot.blog.free.fr Partagé avec Sos-Planète

http://lesmoutonsenrages.fr/

 
5 Commentaires

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s maintient l’UE sous surveillance,les bourses ouvrent en baisse….

 

Moody’s reverra les notes attribuées aux dettes souveraines des pays de la zone euro et de l’Union européenne au premier trimestre 2012. L’agence d’évaluation financière invoque l’absence de « mesures décisives » prises lors du sommet européen la semaine passée.

Moody’s avait indiqué fin novembre que l’aggravation rapide de la crise de la dette dans la zone euro menaçait les notes de solvabilité de tous les pays européens. Pour l’agence, aucun pays de la zone euro, ni la France ni ceux jugés les plus solides, comme les Pays-Bas, l’Autriche, la Finlande, voire l’Allemagne, ne sont à l’abri d’un abaissement de note.

A propos du sommet européen et des pays de la zone euro vendredi, Moody’s a indiqué que les mesures annoncées par les décideurs européens présentent peu de nouveauté et sont souvent similaires à celles déjà annoncées précédemment.

 

La Bourse de Paris a ouvert en baisse lundi, fragilisée par l’annonce de l’agence Moody’s qui estime que le sommet de Bruxelles n’a pas produit de résultat décisif pour sortir de la crise et envisage donc toujours d’abaisser les notes des dettes souveraines des pays de l’Union européenne.

A 09H03 (08H03 GMT), le CAC 40 cédait 0,91% à 3144,02 points

Afp

 
1 commentaire

Publié par le 12 décembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :