RSS

Au moins 2.500 personnes défilent contre la fermeture d’un site de Honeywell dans le Calvados

19 Nov

Quelque 2.500 personnes selon les gendarmes, 3.000 selon les organisateurs, ont défilé samedi matin dans les rues de Condé-sur-Noireau (Calvados) contre la fermeture prévue en 2013 de l'usine Honeywell, qui y emploie 325 personnes.

 

AFP – Quelque 2.500 personnes selon les gendarmes, 3.000 selon les organisateurs, ont défilé samedi matin dans les rues de Condé-sur-Noireau (Calvados) contre la fermeture prévue en 2013 de l’usine Honeywell, qui y emploie 325 personnes.

Le cortège, formé notamment de salariés accompagnés de leurs familles, de retraités et d’une centaine d’élus locaux en écharpe, est parti en fin de matinée de la mairie de Condé-sur-Noireau pour se diriger vers l’usine, en défilant dans des rues où les commerçants avaient baissé leur rideau en signe de solidarité.

Les manifestants portaient notamment des pancartes avec les inscriptions « Honeywell = fermeture, pour nous c’est no futur », ou « des dollars pour Honeywell, pôle emploi pour mon papa », ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Il y a une solidarité complète » de toute la population, a affirmé pour sa part à l’AFP le maire UMP de la ville et vice-président du conseil général du Calvados, Pascal Allizard. Il a expliqué que « le dégoût et la colère » l’emportaient face à la décision de l’entreprise américaine de fermer cette usine de plaquettes de freins automobiles en juin 2013.

« C’est une décision construite et préméditée », a-t-il expliqué, en confiant son sentiment que « les deux personnes missionnées par Honeywell pour négocier sont des mercenaires payés pour fermer le site; quand on leur parle d’autre chose ils n’ont pas de réponse ».

La manifestation, dans cette région où la sous-traitance automobile constitue un des piliers économiques, a lieu un mois pile après l’annonce, le 19 octobre dernier, de la fermeture de l’usine.

Le groupe américain avait ensuite repoussé au 28 novembre le lancement de son plan social, à la demande des pouvoirs publics, afin de tenter de trouver une alternative à la fermeture.

Le préfet du Calvados Didier Lallement avait déploré mardi de la part de l’entreprise américaine l’absence d’une « volonté sérieuse d’examen des alternatives », lors d’une réunion avec la direction d’Honeywell et des élus locaux.

 
2 Commentaires

Publié par le 19 novembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

2 réponses à “Au moins 2.500 personnes défilent contre la fermeture d’un site de Honeywell dans le Calvados

  1. Pascal

    19 novembre 2011 at 21 h 16 min

    Ils veulent se barrer pour produire ailleurs : alors il faut leur faire comprendre que les machines resteront à Condé-sur-Noireau. Atteinte à la liberté d’entreprendre ? Absolument M. Honeywell ! T’es pas d’accord ? Eh bien tu te casses et tu vas te racheter des machines ! Les actionaires plein de suffisance font la guerre aux ouvriers et à leur famille qu’ils entendent écraser de leur talon de fer : il est grand temps que les « vrais » producteurs et les citoyens déclarent leur entrée effective en guerre !

    J'aime

     
    • realinfos

      20 novembre 2011 at 0 h 55 min

      Je connais un peu la situation,j’habite tout à côté et connais quelques personnes qui y travaillent,un sale coup pour Condé…! 😦

      J'aime

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :