RSS

Italie: S&P abaisse la notation de 11 collectivités locales et d’un cran la note souveraine du Bélarus à B-

26 Sep

Milan (awp/afp) – Standard and Poor’s (S&P) a abaissé la notation de onze collectivités locales italiennes en raison de l’abaissement la semaine dernière de la note souveraine de l’Italie, a annoncé l’agence d’évaluation financière lundi dans un communiqué.

Les collectivités concernées sont les communes de Bologne, Gênes et Milan, les provinces de Mantoue et de Rome et les régions Marches, Sicile, Emilie-Romagne, Frioul-Vénétie julienne, Ligurie et Ombrie.

Comme pour l’Italie, leur notation a été abaissée d’un cran à « A » contre « A+ » auparavant et assortie d’une perspective « négative », ce qui signifie que l’agence envisage encore de la dégrader à moyen terme.

Dans son communiqué, S&P explique que sa méthodologie prévoit l’alignement des notations des collectivités locales sur celle du pays.

La ville de Turin, dont la note était déjà « A », a vu de son côté sa perspective abaissée à « négative ».

S&P a abaissé en début de semaine dernière la note souveraine de l’Italie, en raison de ses faibles perspectives de croissance et de la fragilité du gouvernement de Silvio Berlusconi, attisant les craintes d’une contagion de la crise de la dette à la troisième économie de la zone euro.

Dans le sillage de cette décision, l’agence avait déjà abaissé mercredi la notation de sept banques italiennes, dont Intesa Sanpaolo, Mediobanca et BNL (filiale de BNP Paribas) et abaissé à « négative » la perspective de la note de huit autres banques, dont UniCredit.

MOSCOU – L’agence de notation financière Standard and Poor’s a annoncé lundi avoir abaissé d’un cran, à B- contre B, la note souveraine du Bélarus, s’inquiétant un peu plus des risques de défaut de cette ex-république soviétique confrontée à une grave crise économique.

La notation a été abaissée en raison d’incertitudes sur les capacités de financement du pays, précise SP dans un communiqué, ajoutant que la perspective était négative.

B- est la note attribuée à des émetteurs ne présentant qu’une assez faible sécurité de remboursement sur le long terme.

La note du Bélarus se trouve désormais à un cran du statut d’émetteur de qualité médiocre présentant un vrai risque de non-remboursement, et non loin de celle des émetteurs en défaut de paiement (D).

L’agence se dit inquiète de la dépendance actuelle du Bélarus aux financements extérieurs due aux importants déficits des comptes courants et au niveau très faible des réserves disponibles.

Nous restons très dubitatifs sur la capacité du Bélarus à assurer de tels financements et nous pensons que le gouvernement a fait peu d’efforts pour remédier à cette situation, ajoute-t-elle.

Le Bélarus, qui est dirigé par l’autoritaire président Alexandre Loukachenko, est confronté à un déficit commercial abyssal, à une pénurie de devises et à une inflation galopante.
AFP

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :