RSS

François Asselineau invité de Nicolas Doze sur BFM

18 Sep

François ASSELINEAU, invité de Nicolas DOZE dans son émission « LES EXPERTS DE L’ÉCONOMIE » sur BFM Business le 16/09/2011.

François ASSELINEAU était confronté à deux autres intervenants :

– Jean-Jacques de BALASY, Président de BARCLAYS CAPITAL FRANCE
– Philippe LENTSCHENER, Fondateur de l’agence de communication VALIOO.

http://conxientia.fr

 
2 Commentaires

Publié par le 18 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

2 réponses à “François Asselineau invité de Nicolas Doze sur BFM

  1. oops

    20 septembre 2011 at 8 h 31 min

    On remarquera que F. Asselineau se fait le chantre de la fonction publique, sans préciser comment il compte continuer à payer les fonctionnaires en cas de sortie de la zone euro qui entraînera inévitablement un défaut sur la dette libellée en euro et donc une suspension du financement des déficits par les banques elles-mêmes en faillite. Une alternative serait de financer l’Etat avec des prêts gratuits de la Banque de France, c’est-à-dire en faisant tourner la blanche à billet à plein régime, ce qui aurait pour effet d’entraîner immédiatement une hyper inflation, dans un contexte où le France serait fortement attaquée, du fait de la remise en question des systèmes de financement internationaux fondés sur une monnaie stable. Considérer la sortie de l’euro sans aborder la question de la sortie du système économique mise en place avec la globalisation est une bévue complète. La libéralisation des biens et des services serait automatiquement suspendue dans l’éventualité d’un retour au Franc, dans la mesure où l’économie française devrait s’extraire des relations économiques et financières avec ses partenaires européens fondé sur le système de financement commun mis en place au sein du marché unique européen, ainsi qu’avec nos principaux partenaires mondiaux. Recréer un système économique fondée sur l’indépendance nationale ne se décrète pas. Il a fallu des décennies pour mettre en place le système globalisé actuel fondé sur les grands ensembles économiques et le financement interbancaire. Pareillement il faudra des décennies pour recréer un tissu économique capable d’alimenter une économie nationale dépendant de ses capacités de production nationale pour alimenter son marché intérieur. Sans doute est-ce pour cela que M. Asselineau vante tellement les mérites du service public à la française. Malheureusement si l’augmentation des effectifs de la fonction publique peut alimenter artificiellement la croissance, il ne faut pas compter sur elle pour reconstruire une économie solide fondée sur des réseaux de PME qui ont été les premières à délocaliser à l’étranger en profitant des facilités bancaires ouvertes par la monnaie unique. Le retour des capacités de production, de la main d’oeuvre et du savoir-faire en France s’avèrera long et difficile. Entre-temps j’aimerais bien savoir comment il compte s’y prendre pour assurer la transition d’un système fondé sur la globalisation des échanges et la mobilité de la main d’oeuvre à un système fondé sur la défense des marchés nationaux qui demanderait le rapatriement de nos actifs industriels et la recréation d’une main d’oeuvre qualifiée au niveau national.

    J’aime

     
  2. Nicolas

    20 septembre 2011 at 9 h 38 min

    C’est bien le drame de la France que la vie politique soit monopolisée par les fonctionnaires, qui seuls disposent de suffisamment de temps libre, ainsi que de la disponibilité d’esprit pour se consacrer au militantisme politique. Personne apparemment n’aura l’idée de se demander comment il se fait qu’un haut fonctionnaire de Bercy puisse trouver le temps nécessaire à la création d’un parti politique. Pourtant il y a eu des précédents comme P. de Mesquen qui s’était dévouée corps et âme à l’émasculation de Radio Courtoisie. Sans doute vaudrait-il mieux que M. Asselineau planche davantage sur son programme politique qui consiste surtout dans des propositions qui ne peuvent que plaire au public en ces périodes de vaches maigres où il fait bon dénigrer le système, mais qui pèchnte par leur simplisme en ce qui concerne les alternatives concrètes qui serait proposer en cas par exemple de sortie de l’euro, dont il se garde bien d’exposer les conséquences pratiques. Il y a un monde entre occuper son temps libre en faisant de la politique et proposer un programme politique crédible s’appuyant sur des analyses sérieuses. Par exemple il est étrange que M. Asselineau fasse si peu référence aux travaux de Maurice Allais à propos de la monnaie unique ainsi que ses propositions pour réformer le système financier mondial. Parce que l’un ne va pas sans l’autre, n’est-il pas vrai?

    J’aime

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :