RSS

Expériences scientifiques américaines au Guatemala: 5 survivants identifiés

30 Août

GUATEMALA – Le gouvernement du Guatemala a annoncé avoir identifié cinq survivants des expériences médicales de scientifiques américains qui, selon une commission américaine, ont fait au moins 83 morts dans ce pays dans les années 1940.

Jusqu’à présent, nous avons localisé cinq hommes vivant dans l’ouest du pays qui vont être transférés vers la capitale pour y subir des tests médicaux, a annoncé à des journalistes le vice-président guatémaltèque Rafael Espada, chef d’une commission locale créée à l’initiative du président Alvaro Colom pour enquêter sur ces faits.

Ces hommes -âgés de 84 et 85 ans- et leurs proches seront soumis à des tests car nous voulons savoir s’il y a eu des conséquences sur leur état de santé après les expériences qui ont les ont exposés, parmi 5.500 personnes, à l’inoculation de maladies sexuellement transmissibles, selon une commission mise en place par le président Barack Obama.

Dans ses conclusions préliminaires, la commission a annoncé lundi que des scientifiques américains avaient notamment inoculé à leur insu la syphilis et la blennorragie à près de 1.300 personnes, dont seulement 700 ont bénéficié d’un quelconque traitement.

Ces expériences, qui ont eu lieu entre 1946 et 1948, ont été financées par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) et visaient à déterminer si la pénicilline, dont on commençait à se servir, pouvait prévenir ces maladies.

Le ministre guatémaltèque des Affaires étrangères Haroldo Rodas a tenu à assurer dans la presse mardi que ces faits regrettables n’auraient pas d’impact sur les relations futures entre les deux pays.

Début octobre 2010, la présidence du Guatemala avait annoncé que le président Colom allait diriger une commission spéciale d’enquête sur ces expériences, qu’il avait qualifiées de crimes contre l’humanité.

Les chercheurs avaient choisi comme cobayes des personnes vulnérables, y compris des malades mentaux, et ne les ont informées ni de l’objet de leur recherche, ni de ce qui allait leur arriver. Ils les ont encouragées à transmettre des maladies sexuelles et n’ont pas traité celles qui ont contracté la syphilis.

Selon la présidente de la commission, Amy Gutmann, il s’agit là d’une injustice historique faite aux populations concernées. Elle a assuré que l’enquête en cours cherchait à honorer les victimes et à nous assurer que cela ne se reproduirait plus.

La commission, qui a étudié plus de 125.000 documents liés à ces expériences et qui doit rendre ses conclusions finales en septembre, a été mise en place sur ordre de Barack Obama en novembre de l’année dernière.

Il y a un mois, les Etats-Unis avaient présenté leurs excuses à des centaines de Guatémaltèques infectés délibérément.

(©AFP

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 août 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :