RSS

Archives du 19 juin 2011

Manifestations des  » indignés  » en Espagne et en Gréce.

ESPAGNE:
Les « indignés » ont manifesté dimanche dans toute l’Espagne contre la crise et le chômage. Il s’agissait de la première grande mobilisation de ce mouvement. Selon la police, cinquante mille personnes sont descendues dans la rue à Barcelone. D’autres ont manifesté à Madrid, Valence, Grenade, Malaga ou Bilbao.

Le cortège a traversé dans le calme le centre de Barcelone, de la Plaza de Catalunya à la Plaza de Palau, proche du parlement régional, sous le slogan « la rue est à nous, nous ne paierons pas pour leur crise ». Cette journée marquait la première grande mobilisation du mouvement des « indignés », né le 15 mai à Madrid.

Des manifestations semblables avaient été convoquées dans une centaine de villes espagnoles, dans les capitales régionales mais également dans de nombreuses petites villes du pays où la vague de rébellion sociale s’est propagée depuis maintenant cinq semaines.

Des dizaines de milliers « d’indignés » se sont rassemblés également près du parlement espagnol à Madrid, après avoir convergé en six cortèges depuis tous les quartiers de la capitale et de sa région. Selon le quotidien espagnol « El Mundo », citant la police, entre 35’000 et 40’000 personnes auraient ainsi manifesté à Madrid,

A Valence (est), troisième ville du pays, plusieurs milliers de personnes ont suivi le mouvement, certaines avec un morceau de scotch collé sur la bouche en signe de pacifisme. Cinq mille personnes en moyenne ont défilé à Grenade, Malaga et à Bilbao.

Les manifestants ont pris pour cibles le pacte de stabilité de la zone euro et ses impératifs de rigueur budgétaire. Le chômage en Espagne atteint actuellement le taux record de 21,29%.

Jeunesse remontée

« Je suis venu parce que je suis indigné. Pas seulement pour moi, mais pour mon père, agriculteur, qui a beaucoup de problèmes parce qu’on lui refuse des crédits », a expliqué dimanche Pol Martinez, un étudiant en chimie de 19 ans qui manifestait à Barcelone.

« Je suis très heureuse de voir que cette jeunesse est vivante et manifeste », a ajouté une enseignante de 50 ans venue de Lleida.

Afp

GRECE:
REPORTAGE – Sur le modèle des «Indignés» espagnols, les Athéniens veulent réinventer la démocratie que leurs ancêtres ont créée…
>> De notre envoyé spécial à Athènes

«On partira quand on sera les vainqueurs». Telle est la réponse donnée en chœur par les occupants de la place Syntagma quand on leur demande ce qu’il faudrait pour les faire partir. Depuis le 25 mai, ces Athéniens de tous âges et de toutes professions ont imité le mouvement des «Indignados» de Madrid en campant au cœur de la capitale grecque, juste en face du parlement.

Mais ces indignés-là n’ont pas de nom, ou pas encore. «Dans l’histoire grecque, c’est la première fois depuis l’Antiquité que le peuple se rassemble ainsi, sauf que tout le monde peut participer», explique Mimi dans un excellent français. Cette enseignante au chômage passe plus de 15 heures par jour sur la place où s’affairent 27 «équipes» donnant au mouvement un semblant de communauté.

«C’est notre parlement, le parlement du peuple»

Il y a des équipes thématiques (politique, social, économique, culture, etc.), mais aussi «matérielles» (nettoyage, nourriture, santé,…). «On se sent comme une famille, même si on ne s’était jamais vus avant et on accueille des nouveaux membres tous les jours», souligne «Georges» dont le véritable nom est visiblement trop compliqué.

Et la famille de s’activer jour et nuit pour tenir coûte que coûte à Syntagma, malgré les tentatives de la police de les en déloger. «Avant ce lieu était fait pour les touristes, maintenant, c’est notre parlement, le parlement du peuple», défend Mimi. Les touristes, eux, sont tout de même là, par curiosité, même si le contraste est plus saisissant avec ceux flânant dans les grands palaces ou cafés chics qui bordent la place. «Et vous, combien de temps allez-vous dormir?», interpelle justement une banderole écrite en français. Les anglophones ont également le droit à des messages personnalisés.

Mais Mimi les défend: «Ils sont intéressés, ils viennent nous voir, ce n’est pas comme les médias grecs qui ne sont pas du tout objectifs et ne nous donnent jamais la parole». Georges, journaliste «dans la vraie vie», confirme. «La voix du peuple est censurée dans les médias traditionnels, alors on a créé notre propre média avec une radio pirate et un site Internet , explique-t-il, évoquant des ambitions politiques même si le but du mouvement n’en est pas encore là.

Lassés de l’austérité

«Notre objectif, c’est de ne pas laisser le gouvernement prendre de nouvelles mesures d’austérité», explique Stelios, 19 ans qui pointe particulièrement du doigt l’Union européenne. «C’est elle qui dirige la politique menée par Papandréou, mais on ne veut pas qu’elle décide de ce qu’on doit faire», poursuit l’étudiant en Polytechnique.

«J’ai fait une promesse, je ne partirai pas en vacances tant que le gouvernement n’aura pas changé de politique», conclut le jeune homme avant d’aller se restaurer à la cantine gratuite mise en place par les manifestants. Mary restera elle aussi jusqu’au bout. Cette comédienne de 37 ans a planté sa tente sur la place et ne la quitte plus depuis le début de l’occupation.

Un «rêve de démocratie réelle, tout le monde est égal»

«J’ai été attirée par cette idée, ce rêve de démocratie réelle, tout le monde est égal», raconte-t-elle, «On est tous volontaires, on fait tout ensemble, on s’entraide», ajoute-t-elle, décrivant le système d’assemblée générale qui se réunit tous les soirs à 21h pour décider de la suite du mouvement. Là, tout le monde a le droit de prendre la parole et de donner son opinion.

La prochaine action est prévue mardi. L’objectif: former une chaîne humaine autour du parlement afin d’empêcher l’entrée des députés pour le prochain vote confiance au gouvernement. Les forces de l’ordre devraient à nouveau mettre des bâtons dans les roues des protestataires, mais Mary veut y croire: «Si tu es tout seul, on ne t’entend pas, mais tous ensemble, on n’a pas même à crier, un murmure suffit».

—Envoyé spécial à Athènes, Corentin Chauvel
http://www.20minutes.fr/article/743917/grece-c-premiere-fois-depuis-antiquite-peuple-rassemble-ainsi

 
1 commentaire

Publié par le 19 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nucléaire: Obama ordonne le black-out sur la situation de la centrale de Fort Calhoun!

L’administration Obama a ordonné un « blackout » médiatique total sur la situation à la centrale de Fort Calhoun. Quelle décision irresponsable par le supposément meilleur pays du monde!!!!! Nous obtenons de l’information sur une situation extrêmement délicate en Amérique du Nord via une agence russe! Dans quel monde vivons nous? Vous remarquerez que dans l’extrait ci-bas, on parle d’un « meltdown » à la centrale puisqu’il y a un problème de refroidissement…
A shocking report prepared by Russia’s Federal Atomic Energy Agency (FAAE) on information provided to them by the International Atomic Energy Agency (IAEA) states that the Obama regime has ordered a “total and complete” news blackout relating to any information regarding the near catastrophic meltdown of the Fort Calhoun Nuclear Power Plant [photo top left] located in Nebraska.

According to this report, the Fort Calhoun Nuclear Plant suffered a“catastrophic loss of cooling” to one of its idle spent fuel rod pools on 7 June after this plant was deluged with water caused by the historic flooding of the Missouri River which resulted in a fire causing the Federal Aviation Agency (FAA) to issue a “no-fly ban” over the area.

Source Laplacepublique.com partagé avec panier-de-crabes et noxmail.us

 

EXTRAIT de l’article de cent-papier:

Le mot de la fin, on le doit au maire d’Omaha : « nous ne voyons pas de préoccupation autour de la centrale nucléaire de Fort Calhoun ».

Ce n’est pas tout à fait l’avis de David Lochbaum, directeur d’une association de premier plan « l’Union des scientifiques » qui s’occupe particulièrement de la sécurité nucléaire et ses conclusions sont diamétralement opposées à l’optimisme officiel.

Il a déclaré : « à Fukushima, l’opérateur avait moins d’une heure pour réagir à la catastrophe, et à Fort Calhoun nous avons eu plusieurs semaines pour nous préparer à l’inondation de la centrale ».

Il n’a cessé d’alerter les autorités, avec d’autres spécialistes américains, des graves problèmes de sécurité susceptibles d’impacter la sécurité nucléaire, affirmant que tous les clignotants étaient au rouge, que les responsables le savaient, et qu’ils n’ont rien fait.

Un an auparavant, les inspecteurs de la NRC avaient dénoncé une totale impréparation en cas d’une prévisible crue du Missouri, et que des sacs de sables étaient largement insuffisants comme réponse à une éventuelle inondation.

L’OPPD, gestionnaire de la centrale affirme qu’il attendait début juin, en vain, que l’agence fédérale signe l’autorisation de modernisation contre le risque d’inondation.

Dès le mois de mai 2011 l’ACE (Army Corps of Engineers) avait prévenu les autorités d’un risque imminent d’inondation.

Le 21 mai, des sacs de sable avaient été mis en place pour protéger les bâtiments de la centrale, ce qui n’a pas empêché l’incendie d’une installation électrique, qui a perturbé le refroidissement des barres de combustible usagées, stockées dans la piscine de refroidissement.

Actuellement le problème essentiel serait de maintenir le refroidissement des combustibles nucléaires, et pour cela, des monticules de terre ont été érigés afin de protéger les installations électriques qui permettent l’alimentation de la centrale.

Victor Drick, de la NRC, affirme, calculs à l’appui que la piscine de stockage du combustible pourrait tenir 83 heures avant l’ébullition.

Comme l’écrit le site « cartoradiations » : « les autorités n’ont plus conscience de ce qu’elles disent, elles semblent être dans ce que nous pourrions appeler le « délire nucléaire » qui sous entend que tout est sous contrôle prévoyant avec « précision » la hauteur de la crue en cours, soit 1,60 m à 2,30m au dessus du niveau d’alerte d’inondation ».

On peut raisonnablement douter de l’efficacité des sacs de sable et des digues tubulaires en caoutchouc remplies d’eau, car ce type de protection ne tient pas si le niveau de crue dépasse les 2/3 de leur propre hauteur, et à ce moment, sous la poussée de l’eau, toute l’installation se disloquerait.

La question qui se pose maintenant étant : si la crue en cours dépasse les prévisions, que se passera-t-il, sachant que beaucoup d’installations névralgiques sont au niveau du sol, ou même en sous sol ?

Et question subsidiaire, comment réagiront les containers de stockage, actuellement sous l’eau ?

Pendant ce temps, à Fukushima, on est dans un scénario digne des Danaïdes, en tentant de remplir des vases qui se vident, et en tentant de dépolluer des milliers de tonnes de litres d’eau radioactive avant que tout ne déborde, et ne rejoigne l’océan.

On commence à peine à parler de l’explosion qui s’est passé le 14 juin dans le réacteur n°3, celui qui contient du mox (plutonium et uranium enrichi). vidéo

La Corée du Sud s’inquiète à son tour, puisque d’importants taux de radioactivité, provenant de Fukushima ont été mesurés. lien

Pendant que l’Italie, après une bonne partie de l’Europe, rejoint le clan de la sortie du nucléaire, isolant un peu plus la France dans son obscurantisme entêté, la Chine s’interroge sur le nucléaire, en suspendant la ratification de nouvelles centrales. lien

Bernard Laponche a beau démontrer qu’il y a une forte probabilité d’accident nucléaire majeur en Europe, le petit chef de l’état français, droit dans ses bottes, campe sur ses positions. lien

En Egypte, on a encore très peu de nouvelles sur l’explosion qui a eu lieu le 4 juin dernier, suite à une fuite d’eau radioactive, sur un réacteur, à Inchas. lien

D’autant que de nombreux accidents nucléaires survenus récemment ont été passés sous silence, comme celui du 9 avril à Washington, celui du 11 avril en Corée du Nord, celui du 14 avril en Tchécoslovaquie, celui de Surry aux USA le 19 avril, etc.…lien

Comment tout cela va-t-il finir ?

Pour l’instant personne n’a la réponse, et comme dit parfois mon vieil ami africain :

« le sage s’organise, le fou regrette ».

source :  cent-papier/quand le nucléaire prend l’eau de toute part

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/06/19/nucleaire-obama-ordonne-le-black-out-sur-la-situation-de-la-centrale-de-fort-calhoun/#more-7453

 

Fox News: la mortalité des bébés à augmentée de 48% suite aux radiations trouvées dans l’eau à Philadelphie, selon un expert

* Tout est contaminé, l’eau, la nourriture, l’air que nous respirons et ce, dans de très nombreux pays du monde. Une mort silencieuse qui va décimer une large proportion de la population mondiale. Alarmiste? Écoutez bien ce reportage de Fox News qui, dans les derniers jours, a été étrangement supprimé de la chaîne de nouvelles américaines…

Un résumé: Depuis que de l’iodine 131 (iode radiactif) a été trouvé dans l’eau de Philadelphie, il y a eu une augmentation alarmante de 48% des morts de bébés. Joseph Mangano, directeur exécutif du Projet de Santé Publique et des radiations (Radiation And Public Health Project) de New York, sonne l’alarme. Il croit que les radiations trouvées dans l’eau de Philadelphie, il y a déjà deux mois, sont responsables de ces morts.

Des données du CDC montrent que 5 enfants meurent par semaine après l’indident au Japon. Dix semaines plus tard, ce sont 7.5 enfants qui trouvent la mort…

Voici le lien d’un canal Youtube où le reportage de Fox News a été enregistré avant d’être supprimé:

 
2 Commentaires

Publié par le 19 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :