RSS

Archives du 14 juin 2011

Bactérie eceh: décès d’un bébé de deux ans en Allemagne

Un enfant de deux ans, victime de l’E. coli, est mort mardi dans un hôpital de Hanovre, ce qui porte à 37 le nombre de décès depuis début mai. Bruxelles va par ailleurs débloquer un fonds d’urgence de 210 millions d’euros pour venir en aide aux producteurs de légumes, touchés par un effondrement des ventes.

L’Institut Robert Koch, chargé du contrôle de la situation sanitaire en Allemagne, a toutefois annoncé que le nombre de nouveaux cas semblaient diminuer. Selon les autorités allemandes, des graines germées produites dans une ferme « bio » du Land de Basse-Saxe sont la cause la plus probable de l’épidémie provoquée par la bactérie Escherichia coli, qui a touché plus de 3200 personnes.

La bactérie a également provoqué une chute de la consommation de légumes, en particulier des tomates, salades, concombres, courgettes et poivrons. Ignorant dans un premier temps l’origine de l’épidémie, les autorités allemandes avaient lancé une alerte concernant des lots de concombres espagnols –rapidement levée– et déconseillé aux consommateurs de consommer crus, concombres, tomates et salades.

Producteurs touchés

La mise au ban des légumes pendant deux bonnes semaines aura coûté des centaines de millions d’euros aux producteurs européens. De loin les plus touchés, les producteurs espagnols ont évoqué des pertes de 225 millions d’euros par semaine.

Bruxelles a annoncé donner son feu vert à un fonds de compensation pour venir en aide aux producteurs de légumes. Une proposition en ce sens de la Commission européenne a été entérinée suite à une réunion d’experts des 27 Etats de l’UE, a annoncé la Commission dans un communiqué.

Selon un participant, plusieurs pays s’y sont toutefois opposés, à l’instar de la France et de l’Espagne qui réclamaient plus d’argent. La Pologne et la Slovaquie ont également voté contre. Par ailleurs, huit autres pays se sont abstenus (Grèce, Italie, Autriche, Roumanie, République tchèque et les trois pays baltes), selon cette source.

(ats / 14.06.2011 22h31)

 
4 Commentaires

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Accident nucléaire : une certitude statistique!

Comment mesurer le véritable risque nucléaire ?

Une tribune de Benjamin Dessus, ingénieur et économiste, président de Global Chance, et Bernard Laponche, physicien nucléaire, expert en politiques de l’énergie.

Le risque d’accident majeur dans une centrale nucléaire a été généralement considéré comme la combinaison de la gravité extrême d’un tel accident et de la très faible probabilité de son occurrence. Certes, la multiplication de zéro par l’infini pose quelques problèmes mais les promoteurs du nucléaire, mettant en avant cette très faible probabilité, affirmait qu’il n’y avait aucun danger. Si la gravité des conséquences d’un tel accident a bien été confirmée par Tchernobyl et Fukushima, que peut-on dire aujourd’hui de la probabilité de son occurrence ?

Il y a deux méthodes pour estimer la probabilité d’un accident. La méthode théorique qui consiste à la calculer sur la base de scénarios de simulation d’accidents prenant en compte les systèmes de défense et les risques de dysfonctionnement, et la méthode expérimentale qui consiste à prendre en compte les accidents survenus (ce que l’on fait par exemple pour les accidents de voiture). Les résultats de l’approche théorique, issus des travaux des experts de la sûreté nucléaire, nous indiquent que, pour les centrales actuellement en fonctionnement dans le monde, on distingue deux types d’accidents : « L’accident grave » avec fusion du cœur du réacteur, dont la probabilité serait de moins de 1 pour 100 000 « années-réacteur » (un réacteur fonctionnant pendant un an) et « l’accident majeur », accident grave non maîtrisé et conduisant à d’importants relâchements de radioactivité, dont la probabilité serait de moins de 1 pour 1 million d’années-réacteur.

Le parc actuel de réacteurs des centrales nucléaires étant estimé à 14 000 années-réacteur, ce qui correspond à environ 450 réacteurs fonctionnant pendant 31 ans, la probabilité théorique ainsi calculée conduit à un résultat de 0,014 accident majeur pour l’ensemble du parc et pour cette durée de fonctionnement. Résultat très faible : l’accident majeur serait donc extrêmement improbable, voire impossible. Mais, sur ce parc, cinq réacteurs ont connu un accident grave (un à Three Mile Island, un à Tchernobyl et trois à Fukushima), dont quatre sont des accidents majeurs (Tchernobyl et Fukushima) : l’occurrence réelle est environ 300 fois supérieure à l’occurrence théorique calculée. Cet écart est considérable et conduit à un constat accablant quand on prend conscience de la pleine signification de ces chiffres. La France compte actuellement 58 réacteurs en fonctionnement et l’Union européenne un parc de 143 réacteurs. Sur la base du constat des accidents majeurs survenus ces trente dernières années, la probabilité d’occurrence d’un accident majeur sur ces parcs serait donc de 50 % pour la France et de plus de 100 % pour l’Union européenne.

Autrement dit, on serait statistiquement sûr de connaître un accident majeur dans l’Union européenne au cours de la vie du parc actuel et il y aurait une chance sur deux de la voir se produire en France. On est très loin de l’accident très improbable… Et cela sans prendre en compte les piscines de stockage des combustibles irradiés, les usines de production et d’utilisation du plutonium, les transports et stockages des déchets radioactifs. Plutôt que de continuer à calculer des probabilités surréalistes d’occurrence d’événements qu’on ne sait pas même imaginer (cela a d’ailleurs été le cas pour Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima), n’est-il pas temps de prendre en compte la réalité et d’en tirer les conséquences ? La réalité c’est que le risque d’accident majeur en Europe n’est pas très improbable, mais au contraire statistiquement sûr.

Croyez-vous que si on le disait comme cela aux Français, il s’en trouverait encore beaucoup pour faire l’impasse sur le risque au prétexte du « on ne peut pas faire autrement » ?

politis.fr

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article16939#forum12457

 
1 commentaire

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Une chasse au trésor exceptionnelle sur Google Earth!

Cliquez ici pour agrandir l’image

Le 1er septembre 2011 va s’ouvrir une chasse au trésor inédite, ouverte aux internautes de douze pays : France, Belgique, Grande-Bretagne, Italie, Espagne, Finlande, Portugal, Pays Bas, Finlande, Etats-Unis, Canada et Brésil. Cette chasse sera ouverte durant sept mois, la clôture étant fixée au 31 mars 2012.

Le jeu va consister à résoudre un ensemble de quatorze énigmes dont les solutions forment un puzzle qui devra mener l’internaute à la position géographique précise où se trouve le trésor ! Ces énigmes pourront prendre la forme d’un visuel ou d’un texte à analyser. Chaque réponse sera visible via Google Earth, qu’il s’agisse de monuments, de formes ou de tracés visibles via des images satellites sur les cinq continents.

Les coordonnées Google Earth du trésor seront à enregistrer sur le sur le site officiel du jeu pour participer au grand tirage au sort qui désignera le vainqueur, qui recevra 50.000 euros.

Toutes ces énigmes seront publiées dans un livre qui sortira le 1er septembre prochain aux éditions First pour la France et la Belgique.

Site officiel du jeu (pas encore accessible) : www.jointhetreasurehunt.com

Complément d’actualité

Chasse aux Trésors de Paris : une pré-chasse virtuelle ouvre sur Internet mercredi : Avant le lancement de la quatrième Chasse aux Trésors de Paris, le 4 juillet prochain, les organisateurs ouvrent dès ce mercredi 17 juin, à partir de 20h, une pré-chasse virtuelle sur Internet, Tresorsdeparis.fr. Objectif : retrouver le gramophone subtilisé par le mystérieux « Ph ». Le concours est ouvert à tous les publics, français ou étrangers. A la clé, les gagnants remporteront des dîners dans des grands restaurants et une nuit d’hôtel, à valoir le soir de l’événement. Lire.

http://www.zebulon.fr/actualites/7504-chasse-tresor-exceptionnelle-google-earth.html

 

Grèce: un député socialiste fait défection, opposé à la cure de rigueur

ATHENES – Un député socialiste grec a démissionné mardi de son groupe parlementaire pour protester contre la politique économique, réduisant à 155 sièges sur 300 la majorité gouvernementale en vue du vote crucial, fin juin, sur le plan de redressement dicté par l’UE et le FMI, ont annoncé les médias.

Le député, Georges Lianis, appartenant à la vieille garde du Parti socialiste Pasok, a fait part de sa décision dans une lettre au Premier ministre, Georges Papandréou, a précisé l’agence de presse grecque Ana (semi-publique).

Selon l’Ana, il y précise qu’il gardera son siège au Parlement en tant qu’indépendant, et y invoque des problèmes de conscience au vu de son désaccord avec la politique économique en cours, combinant rigoureuse austérité et privatisations tous azimuts.

Je ne crois plus en cette politique (…) nous avons échoué et devons sans cesse cacher la vérité au peuple (…), nous devons reconnaître notre erreur, présenter nos excuses aux Grecs et changer de politique, écrit notamment le député, selon l’Ana.

Il rejette l’ultimatum que le gouvernement pose actuellement au pays, en présentant son plan comme le seul moyen de le sauver de la faillite. Nous nous baptisons sauveteurs (…), c’est de l’hypocrisie, affirme-t-il.

Le ministère des Finances a annoncé peu avant l’annonce de cette défection que le déficit budgétaire avait dérapé pour les cinq premiers mois de l’année, se creusant sur un an et n’atteignant pas les objectifs de la loi de finances.

M. Lianis, qui fut proche du père et prédécesseur du Premier ministre, Andréas Papandréou, a fait part de sa décision à la veille d’une grève générale à l’appel des syndicats et d’une manifestation citoyenne des indignés grecs contre le nouveau plan de redressement, qui doit commencer à être débattu au Parlement en vue d’un vote prévu le 28 juin.

Le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, a prévenu que la poursuite du soutien financier accordé au pays par l’Union Européenne et le Fonds monétaire international depuis un an, en échange d’une cure d’austérité, était conditionnée par le vote de ce programme, prévoyant 28,4 milliards d’économies d’ici 2015.

La fronde contre cette thérapie de choc a gagné ces dernières semaines les rangs socialistes, sans toutefois jusque là provoquer de dissidence déclarée. Un autre député socialiste a affirmé mardi à la radio Skaï qu’il avait l’intention de voter contre le texte, qui pourrait toutefois recueillir des voix de l’extrême-droite et d’indépendants de droite.

Les partis d’opposition de gauche, communiste et radicale, ont pour leur part annoncé qu’ils ne participeraient pas au débat et au vote parlementaires sur le plan, pour ne lui donner aucune légitimité.

La grogne sociale a également atteint la présidence de la République, au rôle honorifique, dont le site internet a été paralysé mardi soir par une attaque de hackers, qui ont posté un message proclamant nous nous sommes réveillés, un des slogans à succès des indignés grecs.

Nous voulons la Grèce aux Grecs, ajoutait leur message, paraphrasant un autre slogan, historique, de Papandréou père, et affiché alors que les ministres des Finances de la zone euro entamaient mardi soir à Bruxelles une réunion consacré à un nouveau plan de soutien pour la Grèce, le premier, débloqué en mai 2010, ayant échoué à permettre au pays de se refinancer sur les marchés.

(©AFP / 14 juin 2011 18h58)

 
2 Commentaires

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Congo: plus de 900 cas de chikungunya à Brazzaville en moins de 2 semaines.

AP

BRAZZAVILLE – Le directeur général de la Santé congolais a annoncé mardi que les autorités avaient dénombré plus de 900 personnes atteintes par le chikungunya en moins de deux semaines à Brazzaville, la capitale.

A ce jour plus de 900 personnes se sont plaintes des manifestations de cette maladie de chikungunya, transmise par un moustique, a déclaré le directeur général de la Santé, le professeur Alexis Elira Dokekias lors d’une conférence de presse.

Aucun décès n’a été signalé, a-t-il ajouté.

Selon M. Dokekias, les premiers cas ont été enregistrés il y a près de deux semaines dans les quartiers de Bacongo et Makélékélé situés au sud de Brazzaville, une ville abritant environ 1,4 million d’habitants.

L’apparition du chikungunya a été confirmée après analyse des prélèvements au laboratoire de référence sous-régional de Franceville au Gabon.

Transmis par un moustique appelé Aèdes albopictus, le chikungunya, surnommé paludisme robot à Brazzaville, se manifeste par une forte fièvre, de la fatigue, des maux de tête intenses, des douleurs musculaires et au niveau des articulations, la nausée et une éruption cutanée.

Toute personne ayant constaté ces signes doit se rendre au centre médical le plus proche où les médicaments sont disponibles, a conseillé le professeur Elira Dokekias.

Il a invité tous les citoyens à nettoyer leur environnement et à se débarrasser notamment des gîtes de moustiques tels, les récipients usés, les vieux pneus, les boîtes vides.

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima au 14 juin 2011

– 14 juin 2011: Nouvelle contribution d’Arnie Gundersen. Arnie commente les rapports concernant les niveaux de substances radioactives, émanant de Fukushima, piégées par des filtres à air de voitures, à Tokyo et sur la côte ouest des USA durant tout le mois de mars et d’avril à la suite du désastre nucléaire de Fukushima. Une vidéo pour les anglophones. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles.

– 14 juin 2011: Aggravation de la situation sanitaire des employés de TEPCO. La semaine passée, deux employés de TEPCO avaient été diagnostiqués comme ayant dépassé les 600 millisieverts. Aujourd’hui, ce sont 6 autres employés de TEPCO quo dépassent la dose personnelle de 250 millisieverts.

– 13 juin 2011: Radioactivité 1000 fois supérieure à la norme à 80 km de Fukushima. Témoignage d’un journaliste. Une vidéo pour les anglophones. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles.

– 13 juin 2011: Interview du Professeur Robert Jacobs a Hiroshima. Le Professeur Jacobs, du Hiroshima Peace Institute, évoque les nombreux problèmes dans la région de Fukushima et le danger de contamination radioactive de toutes les nappes phréatiques. Pour les anglophones. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles.

 

___________________________________________ 

12 juin 2011: Et quid de Kurion? Kurion est une petite entreprise créée en 2008. Son directeur général est John Raymont, ancien directeur de Nukem, une société spécialisée dans la gestion des déchets radioactifs pendant 25 ans. L’expression « gestion des déchets radioactifs » est juste une façon de parler: aux USA, les déchets radioactifs ne se gèrent pas, ils s’entassent sur les sites des centrales nucléaires, une forme d’autogestion de la misère. Kurion a pour conseiller l’un des fondateurs de la maison Greenpeace, Patrick Moore, qui est devenu l’un des plus ardents promoteurs du nucléaire.Patrick Moore préside également (avec l’ancienne Gouverneur du New-Jersey, Christine Todd Whitman) la Clean and Safe Energy Coalition, une groupe de lobbyistes pour l’énergie nucléaire. Le vice-président de Kurion est Gaetan Bonhomme, un ancien ingénieur de Saint Gobain. Le président est Josh Wolfe, un investisseur capitaliste spécialiste des nanotechnologies. D’autres conseillers incluent James A. Rispoli, ancien assistant du ministre de l’énergie aux USA, nommé par Bush et William Schneider, ancien sous ministre aux USA (Assistance, Science and Technology). Du gratin.

– 12 juin 2011: Le système de décontamination AREVA-Kurion non opérationnel pour l’instant. Il semblerait que la tour d’absorption du césium mis en place par Kurion ne soit pas fonctionnelle. Le flux d’eau dans les 4 sous-systèmes n’est pas correct. De plus les fuites existantes ne sont pas au nombre d’une dizaine mais exactement de 48. TEPCO a repoussé à une date ultérieure en juin le lancement de la procédure de décontamination, devrions-nous dire le lancement de la tentative de procédure de décontamination. Correction: en fait c’est une valve qui ne fonctionne pas dans le système de Kurion et non pas un bouchon quelque part dans l’un des sous-systèmes.

– 12 juin 2011: Une tonne de champignons Bulgares saisis en Angleterre. Les champignons en provenance de Bulgarie contenaient plus de 6000 becquerels de césium 137 par kilo. Cette radioactivité est annoncée émaner de Tchernobyl. Bientôt en Europe du césium 137 Tchernobyl/Fukushima dans les champignons? Cependant, Yordan Voynov, le directeur de l’Agence de Sécurité Alimentaire de Bulgarie a précisé que ces champignons ont été récoltés dans les montagnes de Rhodope près de mines d’uranium désaffectées et que leur contamination ne peut être attribuée à Tchernobyl. Combien de mines d’uranium désaffectées en France: 210 mines d’uranium, cela fait beaucoup de champignons radioactifs sans parler de toutes les centrales nucléaires qui fuient comme des passoires.

http://www.kokopelli-blog.org/

____________________________________________

Ex-SKF

Du strontium radioactif dans de l’eau souterraine pour la première fois

Du strontium radioactif (strontium-89 et -90) a été détecté dans les fosses des canaux d’évacuation dans le bâtiment de la turbine des réacteurs 1 et 2. Les échantillons avaient été prélevés le 18 mai.

C’est la première fois que cela est détecté.
Les fosses des canaux d’évacuation sont situées à l’extérieur des bâtiments des turbines et servent à collecter l’eau du sous-sol afin que les soubassements ne soient pas inondés.
En outre du strontium-89 et -90 ont été détectés dans l’eau de mer à 3 endroits : aux canaux de prise d’eau entre les réacteurs 1 à 4.

La quantité de strontium-90 dans l’eau de mer à l’intérieur de la barrière anti-vase du réacteur 3 était de 240 fois la limite légale permise pour des opérations de centrale nucléaire.

Arnie Gundersen : des particules chaudes allant du Japon à Seattle sont virtuellement indétectables quand elles sont inhalées ou avalées.

La dernière vidéo d’Arnie Gundersen parle des « particules chaudes ». Il mentionne que certaines personnes au Japon et sur la côte ouest (des US) ont fait l’expérience de goût métallique dans la bouche et dit que c’est un signe d’exposition à la radioactivité.

Pour défendre un peu TEPCO, quoique, il dit que ce n’était pas TEPCO qui avait doublé l’estimation des matériaux radioactifs libérés par la centrale de Fukushima, c’était l’agence du gouvernement, la NISA.

Séisme/tsunami au Japon : une autre crise silencieuse menace – des épidémies dans les zones touchées de Tohoku (article invité)

Il y a une autre crise au Japon en cours et peu rapportée, à côté de celle de la centrale nucléaire : la non-remise en état depuis le 11 mars et une crise sanitaire qui s’aggrave à Tohoku (Tohoku est la région nord-est du Japon touchée par le séisme et le tsunami)
Dans de nombreuses cités et villes de la région de Tohoku touchées par le séisme et le tsunami, les services vitaux comme l’eau et le gaz ne sont pas encore disponibles. Dans l’un des abris, les évacués ont eu comme recours de laver leurs vêtements dans la rivière proche, comme si on était encore au 19 ème siècle (dans la préfecture de Miyagi, seulement 1% des services d’eau ont été restaurés).
Le gouvernement japonais semble prendre avantage sur la persévérance stoïque qui a toujours été la vertu du peuple de Tohoku. N’entendant aucune plainte, ils ne font rien.
La plus grande partie du Japon est entrée dans la saison des pluies, et la saison des typhons approche. Il y a près de 90.000 personnes qui vivent dans les abris officiels dans toute la région. Avec les magouilles des politiques, le désespoir semble s’approfondir à Tohoku.

L’article invité de Brown Tabby de Tokyo éclaire, parmi toute chose, le poisson qui pourrit et sa conséquence sanitaire sur les habitants.
Et le peu de logements temporaires est si typiquement et bureaucratiquement japonais. Saviez-vous qu’une fois installé en logement provisoire, vous ne pouvez plus recevoir de nourriture parce que vous n’êtes plus dans un abri officiel ? Et une fois dans le logement temporaire vous devez payer vos services aussi, que vous ayez un boulot ou non ? Rappelez-vous, nombreux sont ceux qui n’ont pas un centime (je devrai dire un yen) sur eux, n’ayant rien avec eux, venant à peine de réchapper d’un tsunami.

Il est très difficile de croire que c’est (ou c’était) la troisième plus grande économie technologiquement avancée du monde.
Article de Brown Tabby :

Crise silencieuse à Tohoku

Avec la saison des pluies et des typhons qui approche, et l’élévation des températures, il y a de sérieuses inquiétudes sur une possible épidémie dans les zones touchées par le séisme et le tsunami.
Sa provenance. Le poisson pourri. Quand les lieux de stockage réfrigérés pour le poisson et les installations de transformation sont détruits par un séisme et un tsunami, le poisson commence à pourrir.

– Les conditions sont déjà mauvaises pour les habitants et les évacués de Tohoku :
– Des quantités de poussière soulevée par les débris et les décombres
– Horrible odeur des tas humides et moisis des débris de bois et des tapis de tatamis
– Horrible odeur de boue
Et nous avons maintenant :
– Horrible odeur de poisson pourri (provenant pour la plupart d’usines de transformation alimentaire dévastées) et odeur des déjections d’oiseaux qui viennent manger ces poissons pourris
– Nuages de grosses mouches (plus de 2 cm de long) attirées par les poissons pourris ; selon un journal, ces mouches deviennent si grosses et grasses qu’elles ne peuvent même plus voler et sont mangées par les mouettes
– Menaces des moustiques à l’approche de l’été, ainsi que des rats et des cafards
On a vaporisé des insecticides et des désodorisants en vain, depuis que de grandes quantités de fruits de mer pourris stagnent sous des tas et des tas de décombres. A moins d’évacuer tous les débris et décombres, les poissons pourris et le reste, il n’y a rien pour stopper les affreuses odeurs et la masse de nuisibles qui peut transmettre des maladies.
Le 12 juin, lors d’un programme nocturne d’informations nommé « Monsieur Dimanche », ils ont montré un court clip d’une équipe de base-ball scolaire qui jouait en portant des masques de protection. C’était une étrange vision. Sans ces masques, a dit le coach, ils seraient malades par les mauvaises odeurs.
Dans ce même programme, j’ai appris ça :
– Plus de 2000 maisons temporaires ont été construites, mais seulement 45% d’entre elles sont occupées, parce qu’une fois les évacués partis vers leurs maisons, tout approvisionnement alimentaire est coupé et ils ont à payer les services même si la majorité d’entre eux est au chômage.
– Dans une ville de la préfecture de Miyagi, le nombre de personnes ivres au volant a doublé, l’alcoolisme s’étant accru par état dépressif.
Le nombre d’ouvriers bénévoles pendant les 3 mois qui ont suivi le séisme n’est que le tiers de celui qui a suivi le séisme de Kobe en 1995 ; les zones touchées sont beaucoup plus étendues cette fois et plus longues et plus difficiles à atteindre venant des grandes villes.
Selon le site du ministère de la défense, environ 69.200 membres des forces d’auto-défense sont en action au 10 juin, sur plus de 100.000. Mais plus le besoin s’en fait sentir, plus on a besoin des efforts du gouvernement pour déplacer ces tas sans fin de décombres.
Autrement, ayant survécu aux séisme et au tsunami, les gens des zones touchées de Tohoku pourraient perdre leur précieuse vie par des épidémies totalement évitables.
C’est une autre crise imminente. J’espère que le monde et la communauté sanitaire internationale prêteront attention à ce problème.

 
 
4 Commentaires

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La saga de la bactérie E-coli

Ce qui se passe actuellement en Europe à propos de la mystérieuse bactérie « tueuse » est une véritable embrouille très intéressante à observer.  Essayons de rapprocher des faits, sans pour autant avoir les éléments nécessaires à une conclusion définitive.

 

 

Premier épisode

 

 

Les concombres espagnols accusés …

 

 

Dans un premier temps, plusieurs décès en Allemagne ont amené – pourquoi encore ? – à mettre en cause les concombres produits en Espagne – ceux de culture bio aussi ! Ce qui fit chuter immédiatement , de manière problématique pour les maraîchers européens (surtout espagnols) les ventes non seulement de concombres mais de légumes frais en général car ils étaient soupçonnés également.

 

 

A remarquer : ironie c’est le mois où se déroule , en Belgique , cœur de l’Europe, la « semaine du bio ».

 

 

Second épisode

 

 

Les concombres mis hors de cause , le vecteur de transmission reste inconnu, le soupçon s’intensifie sur tous les légumes frais.

 

 

Peu après, les concombres sont mis hors de cause, ce qui ne fait pas revenir la confiance du public puisque le vecteur de transmission de la bactérie reste inconnu. (1)

 

 

Certains allemands avouent se nourrir de pâtes, d’autres revenir au « tout saucisse »…

 

 

La mystérieuse bactérie est résistante à plusieurs classes d’antibiotiques et provoque une maladie qui se manifeste par des hémorragies du système digestif, et dans les cas les plus graves, par des troubles rénaux ayant , dans certains cas, entraîné la mort.

 

 

On évoque une bactérie nouvelle et inconnue…

 

 

Il est question d’une nouvelle bactérie, mais liée à une autre souche d’E.coli, l’EAEC 55989, précédemment isolée en Afrique centrale. Encore l’Afrique… (2)

 

 

On assiste au début d’une sorte de guerre commerciale…

 

 

Après l’interdiction en Belgique de l’entrée des concombres Espagnols , la Russie interdit l’importation de légumes en provenance d’Europe .  (3)

 

 

Le responsable de l’organisme de santé publique allemand a déclaré qu’il pourrait falloir des mois avant d’arrêter cette épidémie … (4)

 

 

La question d’une attaque volontaire se pose…

 

 

« La bactérie ECEH a-t-elle été volontairement et attentivement disséminée en des endroits bien définis en Europe sur les fruits et les légumes? La BND, le Service fédéral de renseignement allemand, et les services de renseignement occidentaux sont en alarme. L’UE a été alertée et va probablement brandir la question de la sécurité alimentaire pour tous les pays de l’Union. » (5)

 

 

Les sorciers de la génétique sont mis en cause sur la blogosphère…

 

 

(Sous réserves)  En effet, une histoire semblable aurait déjà eu lieu en Californie où des centaines de personnes auraient été gravement malades après avoir consommé des légumes atteints par des variations de la bactérie E-coli.

 

 

Il semblerait que le « génie génétique » utilise des microbes extrêmement toxiques de la famille E-coli pour modifier certaines caractéristiques de plantes comme la couleur, le goût, la productivité et l’immunité.

 

 

Même des ingénieurs génétiques admettraient que ce processus – nommé transfert horizontal – (de gènes) peut créer de nouvelles espèces de bactéries… (6)

 

 

Le site « Natural News » explique comment une bactérie résistante à autant d’antibiotiques à la fois ne peut être qu’une création de laboratoire. Je n’ai pas suffisamment de connaissances scientifiques pour l’ affirmer, mais leur raisonnement se tient et il est intéressant d’en prendre connaissance. (7)

 

 

Et effectivement – ce qui ne constitue pas une preuve – les débuts de cette « épidémie » tournent autour de Hambourg où se trouve – comme en France à Lyon – un laboratoire dit de « haute sécurité » où, à ma connaissance, on prépare (à tout le moins…) la défense face à la crainte de future guerres bactériologiques et où, donc, on joue à des jeux très dangereux… (8)

 

 

Ailleurs, on explique qu’une modification de l’ADN (acide désoxyribonucléique) de l’ECEH est un jeu d’enfants puisque « depuis une dizaine d’années, des écoliers français font des expériences avec cette bactérie et modifient l’ADN de plasmides, dans des écoles à qui on a vendu des trousses d’outils génétiques ». (9)

 

 

Troisième épisode

 

 

Ce n’est plus la faute des concombres, mais des graines germées et il y aurait déjà une contamination inter-humaine !

 

 

On ne sait toujours pas vraiment comment la bactérie se transmet, mais ce sont à présent les graines germées qui sont en cause … vous savez, ce qui est le plus propre à soutenir la santé et la vie et à servir de provisions en cas de famine…

 

 

« Les graines germées de lentilles, luzerne, soja, trèfle rouge, moutarde, blé, radis, fenouil, riches en vitamines et minéraux, sont réputées pour leurs qualités nutritionnelles. »

 

………

 

 

« Les autorités allemandes ont assuré que les graines germées issues d’une exploitation de Basse-Saxe sont bien à l’origine de l’épidémie déclenchée par la bactérie E.coli. »

 

 

Cette affirmation est lancée dans les grands médias, bien qu’en fait, il n’y ait pas encore vraiment de certitude absolue, seulement une « chaîne d’indices »…

 

 

« Il y a eu des analyses « multiples », dans les champs et dans les produits d’une exploitation du nord de l’Allemagne (…) qui n’ont certes pu prouver la présence irréfutable de la bactérie, mais « la chaîne d’indices est tellement importante » qu’on peut identifier désormais l’origine de la contamination, ont expliqué les responsables des autorités sanitaires. » (10)

 

 

« Reste la principale interrogation: comment cette bactérie pathogène (tenue pour pouvoir être présente dans le tube digestif des bovins) a-t-elle pu proliférer dans des graines destinées à l’alimentation humaine? Les responsables allemands évoquent pour l’heure deux hypothèses: l’entreprise a pu utiliser des semences qui étaient déjà infectées ou un employé de l’exploitation a pu infecter les lieux en raison d’un «manque d’hygiène». Une forme d’euphémisme pour évoquer la possibilité d’un contact entre des fèces bovines et des végétaux destinés à devenir des aliments. »

 

 

Voilà ! La consommation croissante des graines germées excellente pour le maintien de la santé est désormais associée à l’apparition de toxi-infections alimentaires d’un nouveau genre. Et la pression à la panique est mise par les récits à propos de la virulence de la maladie…

 

 

« Dans le cas de certains patients, on peut parler avec eux pendant une minute, puis vaquer à d’autres occupations et, un quart d’heure plus tard, les retrouver en convulsions épileptiques »

 

……..

 

 

« « Le pire, ce n’est pas la bactérie en elle-même, mais les toxines qu’elle produit » (…) Il s’écoule un certain temps avant l’apparition de dégâts vasculaires rénaux, si long parfois qu’un patient peut s’être remis dans l’intervalle de l’infection intestinale »

 

 

…et d’une contamination déjà inter-humaine…

 

 

« Les autorités sanitaires allemandes évoquent ainsi la possibilité d’une contamination interhumaine pour expliquer comment l’épidémie a pu se développer »

 

 

L’Europe n’est plus seule impliquée puisque la bactérie aurait voyagé jusqu’en Thaïlande !

 

 

« Une souche de la bactérie E. coli a été détectée en Thaïlande dans des choux-fleurs européens. Mais est-ce vraiment la même que la souche particulièrement virulente qui a fait plus de trente morts, notamment en Allemagne ? »

 

 

Et l’article de titrer dans une formulation qui inverse totalement la réalité ! :

« Bactérie tueuse : la nouvelle menace venue de Thaïlande » (11)…

 

 

Que pensez vous que va faire le « grand public » ?

 

 

On nous dit également que la bactérie pourrait être présente dans les graines avant la germination, ce qui n’est pas illogique…

 

 

« Les experts de l’OMS notaient que les enquêtes menées à l’occasion de ces flambées épidémiques avaient montré que les agents pathogènes trouvés dans les graines germées venaient «très probablement des graines elles-mêmes». »

 

 

Cette fois, c’est sur l’ensemble des semences qu’est jeté l’opprobre ! (12)

 

 

 

Hum… nous verrons certainement plus clair dans quelques temps, quand nous connaîtrons la suite, mais cela pourrait fort bien déboucher sur une obligation d’irradiation de toutes les semences , du moins dans l’Union Européenne, si pas au niveau mondial , l’irradiation d’un maximum d’aliments (*) étant – comme on le sait – l’une des grandes volontés du Codex Alimentarius !

 

 

Une autre hypothèse cependant…

 

 

Il y a aussi une autre hypothèse – qui fait beaucoup moins de bruit – quant à la cause de cette « épidémie » :

 

 

« (…) le professeur français André Picot, toxicologue de renom et directeur honoraire au CNRS, suggère une autre explication, dont il dit lui-même qu’elle est « folle ».Il se demande si les forages concernant les gaz de schiste qui viennent de commencer en Basse-Saxe n’ont pas quelque chose à voir avec cette épidémie. Il a créé une association (ATC) à la frontière entre toxicologie et chimie et il vient de publier un rapport sur les gaz de schiste, où il explique ce que dégage leur extraction et pourquoi il existe des pluies d’oiseaux morts. » (13)

 

 

Voilà où nous en sommes à cette heure….mais ce qui reste certain – et on ne le répètera jamais assez – c’est qu’à force de vouloir modifier le vivant, que ce soit avec de mauvaises ou de bonnes intentions, nous courrons à la catastrophe !

 

 

(*) Cad la suppression de l’accès des populations à des aliments vivants capables d’entretenir la vie et la mise en circulation à leur place d’aliments morts et radioactifs reconnus comme cancérigènes et mutagènes. (14)

 

 

IRRADIER NOS ALIMENTS ?

 

NON MERCI ! (15)

Françoise

 

 

 

 

 

(1) Bactérie tueuse : l’Allemagne abandonne la piste du concombre espagnol
 
http://www.maxisciences.com/bact%E9rie-tueuse/bacterie-tueuse-l-allemagne-abandonne-la-piste-du-concombre-espagnol_art14965.html
 
 
(2) La souche de la bactérie tueuse est inconnue
 
http://www.20minutes.fr/article/734845/souche-bacterie-tueuse-inconnue
 
 
(3) La bactérie E.coli sème la mort et la zizanie entre les capitales européennes
 
http://www.20minutes.fr/article/734661/bacterie-ecoli-seme-mort-zizanie-entre-capitales-europeennes
 
 
(4) German cucumber E.coli outbreak ‘may last months’
 
http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-13624554
 
 
(5) ECEH: Attaque bactériologique contre l’Allemagne et l’UE?
 
http://www.news-26.com/cosmopolite/601-ehec-attaque-bacteriologique-contre-lallemagne.html
 
 
(6) Source de l’hypothèse
 
http://conservativecritic.wordpress.com/2011/06/03/european-e-coli-outbreak-likely-caused-by-genetic-engineering-run-amok/
 
 
Traduction automatique en français
 
http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fconservativecritic.wordpress.com%2F2011%2F06%2F03%2Feuropean-e-coli-outbreak-likely-caused-by-genetic-engineering-run-amok%2F&sl=en&tl=fr&hl=&ie=UTF-8
 
 
(7) Lire une traduction en français ici
 
http://infoguerilla.fr/?p=10269
 
 
(8) Bactérie Eceh… et si nous étions déjà dans un processus de guerre bactériologique ?
 
https://liesidotorg.wordpress.com/2011/06/06/bacterie-eceh-et-si-nous-etions-deja-dans-la-guerre-bacteriologique/
 
 
(9) L’ECEH: la vérité mutante – expériences secrètes dévoilées
 
http://www.mecanopolis.org/?p=23393
 
 
(10) Bactérie: des graines germées allemandes à l’origine de l’épidémie
 
http://www.rtbf.be/info/societe/detail_bacterie-la-piste-d-une-exploitation-en-bass-saxe-est-brulante?id=6250183
 
 
(11) « Bactérie tueuse : la nouvelle menace venue de Thaïlande »
 
http://lci.tf1.fr/monde/europe/2011-06/bacterie-tueuse-la-nouvelle-menace-venue-de-thailande-6528950.html
 
 
(12) Graines germées: la première crise de l’agriculture biologique
 
http://www.slate.fr/story/39309/bacterie-tueuse-nichee-graines-germees-allemandes
 
…un article qui – on aura tout vu – qualifie l’agriculture biologique de « nouvelle forme d’agriculture ».. !
 
 
(13) http://www.sylviesimonrevelations.com/article-bacterie-tueuse-eceh-76074079.html
 
 
(14) L’AIEA vante les semences irradiées pour lutter contre la famine
 
http://www.liberation.fr/depeches/0101284394-l-aiea-vante-les-semences-irradiees-pour-lutter-contre-la-famine
 
 
(15) Irradier nos aliments ? Non merci !
 
http://www.grappebelgique.be/spip.php?article847

http://noxmail.us/Syl20Jonathan/

 
5 Commentaires

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag. 5.4 et 5.6 dans le Nord de Sumatra

.
Magnitude 5.4/5.6
Date-Time Tuesday, June 14, 2011 at 03:01:29 UTC
Tuesday, June 14, 2011 at 10:01:29 AM at epicenter
Time of Earthquake in other Time Zones

Location 1.830°N, 99.127°E
Depth 22 km (13.7 miles) set by location program
Region NORTHERN SUMATRA, INDONESIA
Distances 42 km (26 miles) ENE of Sibolga, Sumatra, Indonesia
53 km (32 miles) NNW of Padangsidempuan, Sumatra, Indonesia
122 km (75 miles) S of Pematangsiantar, Sumatra, Indonesia
1231 km (764 miles) NW of JAKARTA, Java, Indonesia

Location Uncertainty horizontal +/- 6.8 km (4.2 miles); depth fixed by location program
Parameters NST=138, Nph=138, Dmin=98.2 km, Rmss=1.38 sec, Gp= 47°,
M-type=teleseismic moment magnitude (Mw), Version=8
Source USGS NEIC (WDCS-D)

Event ID usc000476u

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: S&P abaisse la note de dette de trois crans, de B à CCC

PARIS – L’agence de notation Standard & Poors a abaissé lundi de trois crans la note de la dette à long terme de la Grèce, de B à CCC, et l’a assortie d’une perspective négative, considérant que le pays présente un risque encore plus élevé de défaut.

La perspective sur le long terme est négative. La dégradation reflète notre opinion qu’il y a un risque encore plus élevé d’un ou de plusieurs défauts, a souligné l’agence dans un communiqué.

S&P rappelle notamment que la Grèce ne pourra pas aller sur les marchés financiers en 2012 et probablement après, comme il était convenu dans le cadre du plan d’urgence de soutien de l’UE et du FMI pour le pays.

Le 9 mai, l’agence avait déjà dégradé la note de la Grèce de deux crans, à B contre BB-, dans la catégorie des emprunteurs peu fiables.

Dette Grèce: la Commission européenne favorable à la solution allemande

FRANCFORT (Allemagne) – La Commission européenne travaille sur un projet d’accord selon lequel les banques pourront prolonger volontairement leurs crédits à la Grèce, une solution prônée par l’Allemagne, a déclaré le commissaire européen Olli Rehn dans une interview.

Nous ne sommes pas aussi loin d’une solution commune que certains le pensent, a expliqué le commissaire européen aux Affaires économiques dans un entretien accordé au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung paru mardi.

Certains Européens partagent la position allemande, d’autres non, a-t-il indiqué.

Nous préparons un accord sur la base de l’initiative de Vienne, selon laquelle les banques prolongent la durée de leurs prêts et ce de manière volontaire, a précisé M. Rehn.

Plusieurs options sont actuellement débattues en Europe pour permettre à la Grèce d’alléger le fardeau du remboursement de sa dette.

Certains Etats tels que l’Allemagne ont proposé d’allonger la durée de remboursement des obligations grecques. Mais aux yeux de la plupart des observateurs, une telle mesure risquerait d’être interprétée par les agences de notation comme un événement de crédit, c’est-à-dire une situation de défaut de paiement.

Par ailleurs, la participation du secteur privé s’annonce délicate. Le président de la Banque centrale allemande (Bundesbank), Jens Weidmann, s’est à nouveau montré sceptique dans une tribune publiée dans le même journal mardi.

Il est ici question de modifier les relations existantes entre débiteurs et créanciers, écrit-il. S’il n’y a selon lui rien à objecter à un allongement volontaire de la durée de remboursement des obligations grecques, un allongement imposé des crédits présenterait plus de risques que de chances, affirme-t-il, évoquant un +évènement de crédit+.

Autre argument invoqué par le patron de la Bundesbank: l’exposition du secteur privé aux obligations d’Etat grecques, hors banques hellènes, ne seraient plus du tout aussi importante qu’on l’imagine souvent, et donc leur participation effective aux coûts d’une nouvelle aide à Athènes serait fort limitée.

Opposée à la prolongation des délais de remboursement aux créanciers privés de al Grèce, la BCE penche davantage en faveur d’un rollover, un mécanisme qui les verrait souscrire de leur plein gré de nouveaux emprunts, au fur et à mesure de l’arrivée à expiration des anciens.

Les ministres de l’Economie de la zone euro doivent se rencontrer mardi à Bruxelles pour débattre d’un nouveau plan d’aide à la Grèce, dont la note de la dette à long terme a été dégradée lundi de trois crans à CCC par l’agence Standard & Poor’s.

(©AFP / 14 juin 2011 09h40)

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :