RSS

Archives du 11 juin 2011

DOSSIER ÉCOLE: Apprendre avec le coeur, et non par-coeur.

Le système éducatif est on ne peut plus pourri, car il n’y a rien de pire que d’obliger quelqu’un à ingurgiter parce que c’est précisément le meilleur moyen de lui faire détester ce qu’il avale.

L’école (et s’entend aussi collège et lycée) est une grille de lecture dans laquelle il faut s’insérer. Ses petites cases étroites ne nous apprennent pas, finalement, à réfléchir par nous-même – à l’exception de la philosophie. –

Qu’elle nous apprenne à lire, et compter, c’est bien. mais le reste ? Plus de 90 % est totalement arbitraire, certains se font chier avec des maths qu’ils ne comprennent pas, d’la musique qui casse les couilles, de l’anglais parce que le monde se « mondialise » et que Xavier Darcos l’a voulu, etc.

Au bout d’un moment, le carcan éducatif capitaliste est auto-néfaste pour lui-même.

Je ne dis pas que l’Ecole ne devrait pas exister. Je dis que son approche pédagogique est un désastre. Complet.

Les deux conseillers d’orientation que j’ai eu ne servaient à rien. Et il me semble que je ne suis pas le seul dans ce cas.

A force de s’imposer, l’Ecole finit par devenir le bourreau qu’on attend : finalement, si t’as pas ton bac, tu ne peux pas t’empêcher de te considérer comme une merde, puisqu’il en est devenu une norme. Et quand tu vois tout le monde qui saute de joie de l’avoir, ta tête tombe comme à la guillotine. T’as beau te répéter « ouai ça veut rien dire, d’toute’ façon », ton instinct grégaire en revient toujours à te positionner en bas de l’échelle.

Et l’Histoire ! Parlons-en. « C’est important pour savoir comment on en est arrivé là aujourd’hui »
Non. faux et encore faux. Expliquer « l’aujourd’hui » avec « l’hier » est fallacieux.
Déjà l’Histoire Officielle est toujours à bouffer à la sauce des vainqueurs. Il ne faut pas la nier, mais il faut toujours garder un oeil critique, et même hyper critique.
Entre ceux qui se victimisent (une bonne partie des juifs), ceux qui se prennent pour des super héros (les américains), ceux qui prennent les faits arrangeants pour être élus, je vois très mal comment on pourrait connaître la moindre once de ce qui a pu vraiment avoir lieu dans le passé.

Donc, pour résumer, oui, il y a beaucoup de choses à jeter, à transformer, à prendre avec des pincettes.

Le problème, à mon sens, c’est que l’école ne remplit pas du tout sa mission. Quelques aphorismes :

– Il ne s’agit pas tant d’inculquer que de donner envie d’apprendre.

– On n’apprend jamais mieux que lorsqu’on est passionné.

– Apprendre avec le coeur, et non par-coeur.

– apprendre à apprendre.

Le problème, c’est que 90 % des profs croient que leur taf c’est : tu entres dans la salle, tu balances le cours, tu participes aux rares réunions parent/prof pour la bonne conscience pédago, tu balances des notes pour les habituer à une vision hiérarchique, et basta,

(mais on t-il pensé, une seule seconde, à être intéressant ?
se remettent-il en question, tous les jours ? toutes les semaines ?? tous les ans ???)

et du côté de l’écolier : t’aime ou pas, on s’en fou, tu bouffes et tu te taies, et en plus on te fou une note, pour bien t’afficher. Du coup, ceux qui s’en sortent, ne sont pas les meilleurs, mais ceux qui s’adaptent le mieux.

Et résultat ? et ben quand vient l’heure de l’orientation, le mouton est peaumé, puisqu’il n’a fait qu’apprendre à se déplacer qu’en troupeau. Et du coup, c’est la cata pour un très grand nombre.

En réalité, l’Ecole réalise une énoooorme perte. Des tonnes de talents dont on est passé à côté, de capacité non travaillées, de passions non découvertes, de gens perdus, tout ça à cause de la sclérose du modèle, de la frigidité, de la rigidité.

Heureusement qu’il y a la philo, peut-être la seule matière « normale » qui laboure la terre au lieu de forcer l’implantation.

Le gâchis est gigantesque. Et après, on se demande comment ça se fait que la société est boiteuse, claudiquante ; pas étonnant, on est parti n’importe comment, tout débraillé, on te lance en l’air, et advienne que pourra.

Alors t’en a qui s’en sortent psychologiquement en se disant, que bon, dans la vie on ne peut pas toujours faire ce qu’on veut, d’autres qui se poussent toujours un peu plus vers des voies de garages, qui optent pour ce qu’ils « trouvent »

————— le cas du bac S ——————————————-

Et dans mon cas, quand le conseiller d’éduc s’est révélé plus peaumé que toi, tu te tournes vers le prof principal, qui te balance : « avec un bac S, tu peux tout faire ». Et bam ! La porte se referme, la hiérarchie est dite : les matheux et la logique froide, c’est l’élite. Si je remontais le temps, je lui ficherais une paire de baffe, en lui disant : « ben non, connard, un agrégé de philologie n’a pas besoin de comprendre le cosinus de ton anus, et il en est pas plus bête pour autant »

en fait, pour celles et ceux qui ne s’en sont pas encore aperçus, il y a, au sein du système éducatif français, une espèce de discours sous-jacent et insidieux qui tend à brandir comme le bac S comme un sésame d’avenir et d’élite.

bon heu voilà, j’ai rien à ajouter

Limbes
SOURCE
http://noxmail.us/Syl20Jonathan/

 
4 Commentaires

Publié par le 11 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Bactérie Eceh: la source de l’épidémie confirmée, Berlin et UE soulagées

BERLIN – Plus aucun doute, l’épidémie de diarrhées mortelles en Allemagne est bien due à des graines germées contaminées, a annoncé samedi un institut fédéral après des contre-analyses, au soulagement de Berlin et de l’Union européenne.

Les biologistes de l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques (BfR) ont confirmé les résultats des autorités de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest): la souche bactérienne O104:H4 d’E.coli entérohémorragique (Eceh), qui a fait 33 morts en Europe, a été détectée dans un sachet de graines germées rapporté aux autorités par un père de famille rhénan.

Ce sachet provenait de la ferme biologique Gärtnerhof à Bienenbüttel, en Basse-Saxe dans le nord de l’Allemagne, désormais fermée. Mais selon toutes les connaissances actuelles, la ferme n’a rien fait de mal. Elle a des standards d’hygiène élevés, a dit le ministre régional de l’Agriculture Gert Lindemann, au journal Rhein-Neckar-Zeitung.

La confirmation des analyses par le BfR représente un pas important dans la chaîne de preuves, a commenté le directeur de l’Institut, Andreas Hensel.

Elle met fin à des semaines d’incertitudes qui ont coûté des centaines de millions d’euros aux agriculteurs européens. Car les consommateurs ont tourné le dos aux concombres, tomates et salades qui avaient été présentées par les autorités allemandes comme possibles vecteurs de la contamination. L’alerte n’a été levée que vendredi.

Le ministère fédéral de l’Agriculture a exprimé sa satifaction de voir la cause du mal indubitablement identifiée, tandis que le commissaire européen à la Santé, John Dalli, s’est réjoui de cet événement extrêmement important.

Les consommateurs européens et les partenaires commerciaux (de l’UE) peuvent maintenant avoir toute confiance dans la sûreté des légumes de l’Union européenne, a déclaré le commissaire.

Après l’accord de principe de Moscou vendredi pour lever son embargo sur les importations de légumes de l’UE, M. Dalli a dit espérer que les légumes européens puissent reprendre le plus vite possible le chemin de la Russie.

En suspens, la question du mode de contamination: On est toujours dans le brouillard (…) Est-ce que la bactérie a été véhiculée par des hommes ou des bêtes’, a souligné le ministre de l’Environnement et de la Protection des consommateurs de Rhénanie-du-Nord/Westphalie, Johannes Remmel.

Il a appelé les consommateurs à rapporter toutes graines germées suspectes, comme l’a fait ce père de famille très vigilant près de Bonn: Il a entendu à la radio ou à la télévision l’histoire (des soupçons portés sur) des graines germées. Il s’est souvenu qu’il y avait dans son réfrigérateur un sachet de graines, qui a ensuite été jeté, il l’a récupéré dans la poubelle et l’a apporté aux autorités, a raconté M. Remmel.

Cet homme n’a pas consommé ces graines, contrairement à sa femme et sa fille, tombées malades comme plus de 3.000 personnes.

La ministre de l’Agriculture Ilse Aigner a annoncé un renforcement des contrôles d’hygiène en Allemagne concernant la production de graines germées, dans le Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (FAS) de dimanche. Et M. Dalli, que la crise mènerait à un renforcement de nos systèmes d’alerte européens.

Les graines de lentilles, luzerne, soja, etc, sont élevées dans la chaleur et l’humidité. Des chercheurs y voient des vecteurs de bactéries pathogènes, comme l’Eceh et la salmonelle.

Le président de la Fédération des agriculteurs allemands (DBV), Gert Sonnleitner, a appelé l’UE à augmenter son aide aux producteurs européens touchés, au-delà des 210 millions d’euros promis: Cela ne suffit pas. Le préjudice dans l’ensemble de l’UE s’élève entre 500 et 600 millions d’euros dont 65 millions pour l’Allemagne, a-t-il plaidé.

(©AFP / 11 juin 2011 20h11)

 
1 commentaire

Publié par le 11 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima au 11 Juin 2011

 

– 10 juin 2011: Quel sera le destin des concentrés toxiques générés par le jouet d’AREVA? Soyons positifs et admettons que le système d’AREVA puisse décontaminer à 100 % une eau qui est tellement radioactive qu’il est douteux de pouvoir encore utiliser ce vocable. Admettons qu’AREVA puisse décontaminer plus de 100 000 tonnes d’eau, à ce jour, et une autre bordée de 100 000 tonnes d’ici la fin de l’année 2011 et d’autres bordées subséquentes de 100 000 tonnes et plus, tous les six mois, au fil des années. Que faire du concentré toxique généré par ce processus de « décontamination »? Selon TEPCO, ce concentré toxique contiendrait 100 millions de becquerels de substances radioactives par centimètre cube. TEPCO estime que ce seront 2000 mètres cubes de concentré toxique qui seront générés d’ici la fin de l’année 2011. Or, TEPCO ne dispose que d’une capacité de 1200 mètres cubes sur le site de Fukushima. De plus, AREVA a concédé qu’ils n’ont aucune expérience dans la gestion de concentrés toxiques issues d’eau radioactives et titrant plus de 1000 millisieverts/heure.

– 10 juin 2011: Le jouet d’AREVA est déjà cassé! Pas de chance pour AREVA et pour TEPCO, qui devaient commencer les travaux de décontamination de plus de 100 000 tonnes d’eau contaminée le 15 juin: le système ne fonctionne pas car TEPCO vient de découvrir 10 fuites dans des valves et autres tuyauteries.

– 10 juin 2011: Et voici le ciment radioactif! Le Ministère du Territoire et des Infrastructures vient de donner son accord pour que les centres de traitement des eaux usées continuent de recycler une partie des boues d’épuration dans les ciments à destination de tout le Japon. Ce sont normalement environ 40 % des boues d’épuration qui sont « recyclées » dans du ciment. Nous renvoyons les lecteurs aux différentes brèves qui ont été rédigées, depuis début mai, quant au niveau extrêmement radioactif des boues d’épuration dans la région de Fukushima et même dans la banlieue de Tokyo. L’expression « extrêmement radioactif » va bientôt s’avérer être un euphémisme pour tout le Japon.

– 10 juin 2011: Vidéo du lapin blanc né sans oreille près de Fukushima. Une nouvelle équipe a filmé le petit lapin blanc né le 7 mai dans la région de Fukushima.

– 10 juin 2011: 6400 tonnes d’eau radioactive dans le sous-sol du réacteur 3. Les employés de TEPCO ont bravé la très haute contamination radioactive du réacteur 3 (100 milliseverts/heure) pour explorer le sous-sol du ba^timent dans lequel ils ont confirmé la présence de 6400 tonnes d’eau hautement radioactive. (51 milliseverts/heure en surface du volume d’eau qui fait près de 6 mètres de profondeur).

– 10 juin 2011: Le gouvernement de Shizuoka demande à un grossiste en thé de ne pas publier les résultats des analyses de thé sur son site internet. C’est en fait un grossiste très connu dans la région de Tokyo (Minato-ku), Radish Boya, pour ses produits de qualité et ses produits bios qui a lancé l’alerte. La préfecture lui a demandé de ne pas publier les analyses d’un thé radioactif, sur son site internet, qui contenait 679 becquerels de césium radioactif par kilo de feuilles.

http://www.kokopelli-blog.org/

_________________________________________________

Le bâtiment du réacteur 3 contient plus de 6400 tonnes d’eau contaminée

Quelle surprise.

Les ouvriers ont bravé la forte radioactivité (plus de 100 millisieverts/h) dans le bâtiment du réacteur 3 le 9 juin et ont trouvé de l’eau dans le soubassement. TEPCO dit qu’il s’attendait à trouver de l’eau à cet endroit, mais ne s’est pas embêté pour nous dire jusqu’où l’eau avait été trouvée.

Ai-je déjà vu cela auparavant ? Oui, le réacteur 1.
Pour enfoncer les portes ouvertes, s’il y a de l’eau dans le soubassement du bâtiment du réacteur, cela signifie 1) que le RPV a une brèche ; 2) que l’enceinte de confinement a une brèche.
La seule question est : où est le corium ?

De l’Asahi Shinbun  (10 juin):
TEPCO a annoncé le 10 juin qu’ils confirmaient la présence d’eau dans le soubassement du bâtiment du réacteur 3. TEPCO avait estimé la présence de 6400 tonnes d’eau fin mai, selon la quantité d’eau injectée dans le RPV. Son existence a maintenant été confirmée.

Selon TEPCO, des ouvriers ont pénétré dans le bâtiment et ont descendu les marches entre le 1er niveau et le soubassement et ont vu l’eau. Sa profondeur était de 5,80 mètres depuis le plancher du soubassement et la quantité d’eau semblait légèrement plus élevée que ce que TEPCO estimait. Le niveau de radioactivité près de la surface de l’eau était de 51 millisieverts/h.
Selon TEPCO, il est possible que le RPV ait été endommagé par la fusion du coeur, laissant fuir de l’eau. TEPCO prévoit de tester les matériaux radioactifs de cette eau.
L’examen du 1er niveau a montré les portes déformées du panneau à instruments et une échelle tombée depuis le niveau supérieur. Une partie de l ‘équipement était noircie avec ce qui ressemblait à de la suie. TEPCO pense que cela est du à l’explosion d’hydrogène.

11 juin, manifestations antinucléaires au Japon
Des manifestations antinucléaires « 6/11 » sont prévues au Japon. Il semble que ce soit un mouvement totalement basique qui se poursuit depuis environ 1 mois, prouvé par le fait qu’aucun média japonais n’en ait parlé.

Il pleut dans la partie moyenne du Japon, mais les organisateurs espèrent ramener un million de personnes en tout aux évènements variés de la journée. Plus de 100 évènements sont prévus.
Presque tous ces évènements semblent avoir été coordonnés via internet et Twitter. Des journalistes indépendants les couvrent et il y a plusieurs réseaux de citoyens japonais qui essaient de diffuser en direct sur internet, utilisant des appareils sophistiqués comme des cellulaires et des sites comme USTREAM.
Les japonais atteignent peut-être un point critique où les voix antinucléaires constituent un nombre suffisant pour engendrer un impact sur la majorité des japonais.
Certains évènements sont sur le point de commencer. Vous pouvez les voir sur ce site (en japonais). Cliquez sur la carte du Japon et les évènements prévus pour la région s’animeront.

Http://chukeisimin.info/611/ (plus de 5200 visiteurs à l’heure où je traduis)
Comme par hasard, le gouvernement japonais et les grosses industries japonaises remettent ça à nouveau, essayant d’alarmer les citoyens sur le fait que des pannes de courant seraient obligatoires en l’absence de centrales nucléaires et que les industries du Japon seraient compromises. Peu importe qu’il n’y ait en fait aucune panne de courant.
Mais comme vous le verrez avec ces évènements, de plus en plus de japonais ne semblent se soucier de pannes. Ils ne veulent tout simplement plus de centrales nucléaires dans leur jardin. Avec 54 réacteurs au Japon, presque chacun en a un dans son jardin. La centrale de Fukushima a montré que le « jardin » s’étend de la préfecture de Miyagi à la préfecture de Shizuoka.
Il y a également des évènements prévus en Australie, Nouvelle-Zélande, San-Francisco en Californie, Hawaï, New-York, l’Indonésie, le Canada, l’Allemagne, la France, la Belgique, Taïwan, Hong-Kong et la Corée du sud.

Radioactivité au Japon : Date City à Fukushima va équiper de dosimètres les enfants de la maternelle et de l’école primaire

Ils vont équiper des enfants de 3 ans de dosimètres.

Si la radioactivité est un tel souci, ne devraient-ils pas évacuer d’abord les petits enfants de la ville ? Ou bien planifient-ils quelque chose d’autre ?

Du Nikkei Shinbun, citant Kyodo News (10 juin)

Date City a annoncé le 9 juin qu’il sera distribué des dosimètres portatifs à tous les enfants des écoles maternelles et primaires, et des garderies pour calmer les peurs des parents. Cela fait environ 8000 enfants. Le programme débutera début juillet. Kawamata-machi, toujours dans la préfecture de Fukushima et faisant partie de la zone planifiée d’évacuation, fera de même.

Les détails du programme seront décidés au cours d’un débat avec l’expert que la ville engage comme conseiller en radioactivité. Le coût, incluant l’achat des dosimètres, sera d’environ 30 millions de yens (373.000 dollars US). La ville paiera, mais prévoit d’envoyer la facture à TEPCO.

Je me demande qui est ce conseiller en radioactivité.

 

 
par Hélios

Le bâtiment du réacteur 3 contient plus de 6400 tonnes d’eau contaminée

Quelle surprise.

Les ouvriers ont bravé la forte radioactivité (plus de 100 millisieverts/h) dans le bâtiment du réacteur 3 le 9 juin et ont trouvé de l’eau dans le soubassement. TEPCO dit qu’il s’attendait à trouver de l’eau à cet endroit, mais ne s’est pas embêté pour nous dire jusqu’où l’eau avait été trouvée.

Ai-je déjà vu cela auparavant ? Oui, le réacteur 1.
Pour enfoncer les portes ouvertes, s’il y a de l’eau dans le soubassement du bâtiment du réacteur, cela signifie 1) que le RPV a une brèche ; 2) que l’enceinte de confinement a une brèche.
La seule question est : où est le corium ?

De l’Asahi Shinbun  (10 juin):
TEPCO a annoncé le 10 juin qu’ils confirmaient la présence d’eau dans le soubassement du bâtiment du réacteur 3. TEPCO avait estimé la présence de 6400 tonnes d’eau fin mai, selon la quantité d’eau injectée dans le RPV. Son existence a maintenant été confirmée.

Selon TEPCO, des ouvriers ont pénétré dans le bâtiment et ont descendu les marches entre le 1er niveau et le soubassement et ont vu l’eau. Sa profondeur était de 5,80 mètres depuis le plancher du soubassement et la quantité d’eau semblait légèrement plus élevée que ce que TEPCO estimait. Le niveau de radioactivité près de la surface de l’eau était de 51 millisieverts/h.
Selon TEPCO, il est possible que le RPV ait été endommagé par la fusion du coeur, laissant fuir de l’eau. TEPCO prévoit de tester les matériaux radioactifs de cette eau.
L’examen du 1er niveau a montré les portes déformées du panneau à instruments et une échelle tombée depuis le niveau supérieur. Une partie de l ‘équipement était noircie avec ce qui ressemblait à de la suie. TEPCO pense que cela est du à l’explosion d’hydrogène.

11 juin, manifestations antinucléaires au Japon
Des manifestations antinucléaires « 6/11 » sont prévues au Japon. Il semble que ce soit un mouvement totalement basique qui se poursuit depuis environ 1 mois, prouvé par le fait qu’aucun média japonais n’en ait parlé.

Il pleut dans la partie moyenne du Japon, mais les organisateurs espèrent ramener un million de personnes en tout aux évènements variés de la journée. Plus de 100 évènements sont prévus.
Presque tous ces évènements semblent avoir été coordonnés via internet et Twitter. Des journalistes indépendants les couvrent et il y a plusieurs réseaux de citoyens japonais qui essaient de diffuser en direct sur internet, utilisant des appareils sophistiqués comme des cellulaires et des sites comme USTREAM.
Les japonais atteignent peut-être un point critique où les voix antinucléaires constituent un nombre suffisant pour engendrer un impact sur la majorité des japonais.
Certains évènements sont sur le point de commencer. Vous pouvez les voir sur ce site (en japonais). Cliquez sur la carte du Japon et les évènements prévus pour la région s’animeront.

Http://chukeisimin.info/611/ (plus de 5200 visiteurs à l’heure où je traduis)
Comme par hasard, le gouvernement japonais et les grosses industries japonaises remettent ça à nouveau, essayant d’alarmer les citoyens sur le fait que des pannes de courant seraient obligatoires en l’absence de centrales nucléaires et que les industries du Japon seraient compromises. Peu importe qu’il n’y ait en fait aucune panne de courant.
Mais comme vous le verrez avec ces évènements, de plus en plus de japonais ne semblent se soucier de pannes. Ils ne veulent tout simplement plus de centrales nucléaires dans leur jardin. Avec 54 réacteurs au Japon, presque chacun en a un dans son jardin. La centrale de Fukushima a montré que le « jardin » s’étend de la préfecture de Miyagi à la préfecture de Shizuoka.
Il y a également des évènements prévus en Australie, Nouvelle-Zélande, San-Francisco en Californie, Hawaï, New-York, l’Indonésie, le Canada, l’Allemagne, la France, la Belgique, Taïwan, Hong-Kong et la Corée du sud.

Radioactivité au Japon : Date City à Fukushima va équiper de dosimètres les enfants de la maternelle et de l’école primaire

Ils vont équiper des enfants de 3 ans de dosimètres.

Si la radioactivité est un tel souci, ne devraient-ils pas évacuer d’abord les petits enfants de la ville ? Ou bien planifient-ils quelque chose d’autre ?

Du Nikkei Shinbun, citant Kyodo News (10 juin)

Date City a annoncé le 9 juin qu’il sera distribué des dosimètres portatifs à tous les enfants des écoles maternelles et primaires, et des garderies pour calmer les peurs des parents. Cela fait environ 8000 enfants. Le programme débutera début juillet. Kawamata-machi, toujours dans la préfecture de Fukushima et faisant partie de la zone planifiée d’évacuation, fera de même.

Les détails du programme seront décidés au cours d’un débat avec l’expert que la ville engage comme conseiller en radioactivité. Le coût, incluant l’achat des dosimètres, sera d’environ 30 millions de yens (373.000 dollars US). La ville paiera, mais prévoit d’envoyer la facture à TEPCO.

Je me demande qui est ce conseiller en radioactivité.
 

 

 
1 commentaire

Publié par le 11 juin 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :