RSS

Archives du 29 avril 2011

Vénezuela :flambée du pétrole Chavez augmente les salaires de 25%

mardi 26 avril 2011 (23h55)

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé une augmentation des salaires de 25% suite à l’augmentation des revenus pétroliers, annoncent les médias occidentaux.

Le prix du pétrole vénézuélien sur les marchés mondiaux a franchi la barre des 107 dollars ces derniers jours, ce qui apporte des revenus supplémentaires au budget. Le président Hugo Chavez a déjà promis de financer plusieurs programmes sociaux.

Ainsi, le 1er mai, les salaires seront augmentés de 15%, une augmentation suivante de 10% étant prévue pour septembre. Le salaire minimum subira une hausse de 360 dollars.

http://fr.rian.ru/world/20110426/189274423.html

https://i2.wp.com/www.kristv.com/images/news/hugo_chavez.jpg

Le Gouvernement National augmentera de 25% le salaire mínimum national en deux parties, à savoir de 15% le premier mai puis de 10% le premier septiembre 2011.

Ce salaire qui est déjà le plus élevé de l’Amérique Latine passe ainsi de 1.224 à 1.548 bolivars nouveaux. A cette augmentation il convient d’ajouter le bénéfice du ticket alimentaire et des diverses allocations sociales. C’est ce qu’a annoncé le président Hugo Chávez, lors du conseil des ministres qui a suivi les vacances de páques. Celui-ci a souligné que dans le secteur privé près d’um million de travailleurs percevront cette augmentation de salaire, obligation légale pour tous les patrons.

Il a expliqué que le salaire mínimum concerne 21,1% de la population économiquement active, tandis que le reste de la population économiquement active au Vénézuéla gagne un salaire supérieur.

Dans le secteur public l’augmentation bénéficie à 345 mille 877 employés, 62 mille 441 ouvriers et à deux millions 52 mille 295 retraités et pensionnés de l’Institut Vénézuélien de Sécurité Sociale (IVSS) pour un total de 2 millions 558 mille 613 persones.

TICKET ALIMENTATI0N POUR TOUS

“A ceci il faut ajouter le ticket alimentation et d’autres droits ou allocations qui forment le salaire intégral” a précisé le président en signant le décret portant modification de la loi qui règle ce droit. Les changements concernent l’élimination du minimum requis de vingt travailleurs par entreprise : le ticket sera un droit de tous les travailleurs indépendamment de la taille de l’entreprise et du nombre d’employés.

La loi oblige les patrons du public comme du privé à payer ce ticket alimentation à tout le personnel. Cette mesure bénéficie également aux travailleurs en congé comme c’est le cas des femmes enceintes ou des vacanciers.

Source : CIUDAD CCS Traduction : Thierry Deronne

http://francesudouest.wordpress.com/2011/04/28/venezuela-flambee-du-petrole-chavez-augmente-les-salaires-de-25/

TF1 n’en aurait pas parlé,bizarre….cela ne leur ressemble pas pourtant,une info aussi importante… Pas bien…!   🙂

 

Burkina: 4 élèves blessés par la police à Manga (sud), commissariat incendié

OUGADOUGOU – Quatre élèves de Manga (sud du Burkina Faso) ont été blessés vendredi par la police, dont trois par balle, lors d’une manifestation au cours de laquelle les jeunes ont ensuite mis le feu au commissariat de la ville, a appris l’AFP auprès de témoins.

Les élèves ont manifesté à proximité du commissariat pour protester contre une mutinerie de policiers qui s’était produite jeudi, au cours de laquelle une de leurs camarades avait été blessée à son domicile par une balle perdue.

Ils ont voulu franchir un barrage érigé par les policiers qui ont d’abord tiré des gaz lacrymogènes pour tenter de les disperser, les jeunes ripostant par des jets de pierres.

Puis, débordés par l’afflux de manifestants, les policiers ont fait usage de leurs armes, selon un habitant interrogé par téléphone.

Les policiers ont ensuite abandonné le commissariat qui a été incendié par les jeunes, selon d’autres témoins.

(©AFP / 29 avril 2011 18h56)

 
1 commentaire

Publié par le 29 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

1.000 tonnes d’antibiotiques dans nos assiettes !

47% des échantillons de viande et volaille vendues aux États-Unis contiennent des staphylocoques dorés. Et 52% de ces bactéries seraient résistantes à au moins trois classes d’antibiotiques. C’est ce que révèle une étude du Translational Genomics Research Institute (TGen), publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases [1]. Les conditions d’élevage industriel et l’ajout d’antibiotiques dans la nourriture du bétail seraient à l’origine de cette contamination bactérienne, et surtout du développement de la résistance croissante aux antibiotiques, chez les animaux et chez l’homme [2].

En France, 1.060 tonnes d’antibiotiques pour animaux d’élevage ont été vendues en 2009, selon le rapport annuel de l’Agence nationale du médicament vétérinaire. Dont 44% à destination des élevages porcins et 22% pour les volailles. Selon l’Institut de veille sanitaire (INVS), 50% des antibiotiques produits dans le monde sont destinés aux animaux. Ce qui favorise le développement de bactéries résistantes, transmises à l’homme par l’alimentation. Celles-ci peuvent « être rejetées dans l’environnement avec les excréments animaux, être présentes dans l’eau, contaminer la viande lors de l’abattage et se retrouver dans nos assiettes si la température de cuisson est insuffisante pour les détruire », détaille l’INVS. Un rapport parlementaire rappelle que la France détient, en Europe, le record du taux de résistance aux antibiotiques : 50% pour la pénicilline et 28% pour la méticilline, qui sont utilisées respectivement contre le pneumocoque et le staphylocoque doré, principales bactéries à l’origine des infections nosocomiales.

L’étude de l’Agence nationale du médicament vétérinaire évalue la présence d’antibiotiques à 67,7 mg par kilo de viande produite. Et rappelle que les « antibiotiques récents sont généralement plus actifs et nécessitent l’administration d’une quantité plus faible d’antibiotiques ». On risque de manger des antibiotiques encore longtemps.

Notes

[1] Recherche a été menée sur 136 échantillons de bœuf, porc, poulet et dinde, de 80 marques différentes.

[2] L’utilisation des antibiotiques comme produits phytosanitaires sur les plantes, et comme médicament chez l’homme, ou l’utilisation de désinfectants proches des antibiotiques, contribuent aussi au développement de l’antibiorésistance

Par Agnès Rousseaux

http://www.bastamag.net/article1530.html

 
2 Commentaires

Publié par le 29 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima au 29 Avril 2011

Explosion nucléaire ?

La découverte de blocs de béton hautement radioactifs dans les débris du réacteur 3 confirme l’hypothèse que, contrairement à ce qui a été annoncé, l’explosion du 14 mars 2011 n’a pas été provoquée par de l’hydrogène mais bien par une réaction nucléraire en chaine. La NHK a publié l’info le 24 avril mais seuls les experts ont compris ce qu’elle signifiait… Parmi les débris du batiment du réacteur n°3 de Fukushima, on a trouvé un morceau de béton hautement radioactif. Le bloc de 30 cm de large du 5 d’epaisseur diffuse des doses de 900000 microsiverts par heure ce qui est le signe qu’il a été en contact avec des radioélément extrement actifs. Les ouvriers de TEPCO, lourdement protégés, l’on retiré du site et mis dans un conteneur spécial.
Des débrits hautement radioactifs – Cette découverte confirme la théorie de certains experts selon laquelle la très puissante explosion qui s’est produite sur le batiment n°3 n’a rien à voir avec l’hydrogène mais serait la conséquence d’une réaction en chaine de combustible nucléaire, autrement dit une explosion atomique. Le spécialiste britanique Christopher Busby a déclaré sur la chaine de TV russe RT (Russia Today) que cette réaction en chaine a pu se produire dans la piscine de stockage de combustible située en haut du batiment et qui contenait d’importantes quantité de combustible MOX (mélange d’ Uratinum et de Plutonium) qui se sont retrouvé àl’air libre après l’arret des pompes alimentant la piscine en eau de refroidissement. L’autre possibilité, qui expliquerait la projection verticale à haute haltitude de débris est que, comme à Tchernobyl, la réaction en chaine se soit produite dans l’enceinte de continement dont le couvercle a sauté comme un bouchon de champagne. Dans les deux cas, cette hypothèse implique la projection dans l’atmosphère et la vaporisation de combustible nucléaire contenant du Plutonium, l’élément le plus toxique connu…
Lire la suite:

_________________________________________________

 

Fukushima: démission d’un conseiller scientifique du Premier ministre

Un conseiller scientifique du Premier ministre japonais Naoto Kan a annoncé sa démission vendredi en raison de désaccords sur la gestion de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est). Toshiso Kosako, professeur à l’université de Tokyo, expert en sécurité nucléaire, a expliqué que le gouvernement n’avait pas été rigoureux dans l’application des lois et réglementations et avait ignoré ses conseils depuis sa nomination en tant que conseiller spécial du Premier ministre le 16 mars. Cela n’a aucun sens que je reste à mon poste, a-t-il déclaré, en larmes, au cours d’une conférence de presse, indiquant avoir remis sa lettre de démission. Je ne peux m’empêcher de penser que (le gouvernement) ne prend que des mesures provisoires (…) et retarde ainsi la résolution de cette crise nucléaire, a-t-il ajouté. Le nord-est du Japon a été frappé le 11 mars par un tremblement de terre de magnitude 9 suivi d’un tsunami qui ont fait près de 26.000 morts et disparus. Le tsunami a provoqué une panne des circuits de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi (N°1), située à environ 250 km au nord-est de Tokyo, entraînant des explosions d’hydrogène et d’importantes fuites radioactives. Depuis, les équipes de l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), tentent de mettre en marche des systèmes fiables de refroidissement. Tepco estime qu’il faudra trois mois pour que le niveau de radiations commence à baisser et encore trois à six mois supplémentaires pour réduire les fuites radioactives à un niveau très bas.

AFP

________________________________________________ 

 

 
Sur le blog de mon « correspondant » japonais aux USA, une rare vidéo tournée au niveau du sol (et non en prise aérienne) le 22 avril lors de la visite d’un membre de la commission de l’agence de sureté nucléaire japonaise.

« M. Aoyama, ancien correspondant de Kyodo News, est allé à la centrale de Fukushima le 22 avril en tant que membre de la commission de sureté nucléaire. Il dit dans une autre vidéo (montrant les ouvriers) qu’il aurait l’autorisation d’aller à l’intérieur de la centrale en tant qu’expert, même si l’entrée était interdite aux journalistes.
M. Aoyama voulait s’arrêter au réacteur 3, mais un employé de Tepco lui a signifié que la radioactivité était trop importante pour qu’il y stationne. 

M. Aoyama est resté sans voix en voyant la dévastation du côté océan. « Je ne peux croire que je suis en train de regarder une centrale nucléaire », a-t-il dit.
A partir de 5 mn de la vidéo, vous verrez un tuyau qui se dirige vers l’installation centrale de traitement des déchets, par lequel l’eau fortement contaminée est acheminée.

Le tuyau repose sur le sol et est recouvert de plaques de plomb pour protéger les ouvriers. On a dit à nouveau à M. Aoyama que la radioactivité était trop forte pour qu’il puisse s’aventurer dehors. » 
Vous verrez sur la vidéo un petit tableau en bas à gauche qui indique la direction de la prise de vue.

LIEN vers la vidéo (extraite de la vidéo dont lien ci-dessus)

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 29 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :