RSS

Archives du 22 avril 2011

Gaz de schiste: des forages suspendus aux Etats-Unis après un accident

PHILADELPHIE (Etats-Unis) – Des équipes de secours sont parvenues vendredi à colmater un puits de gaz de schiste en Pennsylvanie (est des Etats-Unis) où une explosion s’est produite deux jours plus tôt, mais l’opérateur du puits a suspendu ses forages dans la région.

La gravité de l’accident du point de vue écologique n’était pas connue vendredi mais la compagnie Chesapeeke Energy a suspendu toutes ses opérations de forage en Pennsylvanie dans l’attente des résultats d’une enquête.

Des milliers de litres de liquides potentiellement toxiques se sont répandus, mais on ignorait l’ampleur de la fuite. Un porte-parole du département de Protection de l’environnement de Pennsylvanie, Paul Spadoni, a indiqué que des échantillons avaient été prélevés pour déterminer l’étendue et la nature des dégâts.

Le puits est situé près de la ville de Canton, à plus de 200 km au nord de Philadelphie.

Cet accident a déjà fait ressurgir la polémique autour de la fracturation hydraulique, très contestée par les militants écologistes et les riverains qui en dénoncent les dangers.

La fracturation hydraulique consiste à injecter sous très haute pression un mélange d’eau, de sable et de produits chimiques dans des puits pour fissurer la roche, afin d’extraire le gaz piégé dans la matrice rocheuse.

La méthode risque de polluer les puits d’eau douce très utilisés par les agriculteurs de la région.

En dépit de la controverse, ce type de forage est en expansion en Pennsylvanie et le reste des Etats-Unis. Les prix élevés du gaz encouragent la prospection et la fracturation hydraulique permet d’atteindre des gisements très profonds.

Si ces forages procurent du travail dans des régions économiquement dévastées, la liste des produits chimiques contenus dans le liquide injecté, dressée récemment par le département de Protection de l’environnement, est dénoncées par les écologistes. Plusieurs de ces produits sont en effet cancérigènes.

(©AFP / 22 avril 2011 20h45)

 
5 Commentaires

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Plus de 90 millions de personnes à moins de 30 km d’un réacteur nucléaire

PARIS – Plus de 90 millions de personnes vivent à moins de 30 km d’une des 211 centrales nucléaires du globe, la majorité d’entre elles étant entourées d’une population bien plus dense qu’à Fukushima, selon une analyse publiée vendredi par la revue scientifique britannique Nature.

Dans un rayon de 30 km autour des réacteurs endommagés de Fukushima 1 vivaient quelque 172.000 personnes avant l’évacuation ordonnée ou conseillée de cette zone. Pour les deux-tiers des centrales mondiales, la population concernée serait bien plus élevée.

Autour de quelque 21 centrales nucléaires asiatiques, nord-américaines, allemandes, britanniques, belge ou suisse, il y a pour chacune au moins un million de personnes habitant dans un rayon de 30 km. Six de ces centrales sont même entourées de plus de trois millions de personnes.

Près de 16 millions d’Américains, 9,6 millions de Chinois et autant d’Allemands résident à moins de 30 km d’une centrale nucléaire, selon les calculs effectués par Nature en partenariat avec l’université américaine de Columbia.

En France, pays situé en 7e position derrière le Pakistan, l’Inde et Taïwan, près de 5 millions de personnes vivent à moins de 30 km d’une centrale, d’après ces calculs. En Belgique, comme en Suisse ce sont environ 2,2 millions de personnes.

Si l’on prend en compte un rayon de 75 km autour de chaque réacteur, c’est près d’un demi-milliard d’habitants qui seraient potentiellement exposés au risque dans le monde, dont 111 millions aux Etats-Unis, plus de 72 millions en Chine et près de 57 millions en Inde.

En Allemagne, 39 millions de personnes vivent à moins de 75 km d’un réacteur, soit davantage qu’au Japon (32,7 millions) et qu’en France (22,4 millions).

La centrale nucléaire KANNUP à Karachi, dotée d’un unique réacteur de 125 mégawatts, est celle qui est entourée par le plus d’habitants – 8,2 millions- dans un rayon de 30 km. Viennent ensuite deux importantes centrales taïwanaises -Kuosheng et Chin Shan – avec respectivement 5,4 et 4,7 millions de résidents à proximité.

En Europe, ce sont les centrales allemandes de Philippsburg et de Neckarwestheim qui sont entourées de la plus importante population – respectivement 1,7 et 1,6 million d’habitants – dans une zone de 30 km.

Suivent Doel en Belgique et Biblis en Allemagne, avec chacune 1,5 million de résidents à moins de 30 km. En Suisse, les centrales de Beznau et Goesgen sont entourées de respectivement 1 million et 960.000 habitants dans cette possible zone d’exclusion.

Parmi les centrales françaises, celle de Fessenheim est entourée de la plus importante population – 931.000 personnes- dans un rayon de 30 km.

Une carte interactive Google Earth montrant la localisation de chaque centrale nucléaire et le nombre de personnes vivant à proximité est visible sur le site web: http://www.nature.com/news/2011/110421/full/472400a/box/2.html

(©AFP / 22 avril 2011 20h38)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La Maison Blanche prépare les citoyens aux tremblements de terre

Les Ministères de la Sécurité Intérieure et de l’Éducation atteignent des millions de personnes dans les États du centre des États-Unis pour les amener à participer à un exercice de préparation aux séismes.

Dans un évènement appelé « Great Central U.S. Shake Out », la secrétaire de la Sécurité Intérieure, Janet Napolitano et la secrétaire à l’Éducation, Arne Duncan, souhaitent atteindre les populations des zones situées dans le Midwest parce qu’elles pourraient être touchées par un tremblement de terre le long de la faille de New Madrid.

Selon le site web de l’évènement, plus de 2.5 millions de personnes se sont engagées à prendre part à l’exercice militaire du 21 avril où les participants seront informés sur comment réagir dans l’éventualité d’un tremblement de terre.

Les participants reçoivent les instructions de se mettre au sol et de s’habriter sous quelque chose de solide comme un bureau ou une table et de rester en place jusqu’à ce que les secours arrivent. « Il est essentiel que tous les membres de l’équipe nationale de gestion des urgences soit préparée », a déclaré Napolitano.

La Maison Blanche doit rencontrer des écoles d’Alabama, d’Arkansas, Georgie, Illinois, Indiana, Kentucky, Mississippi, Missouri, Oklahoma, Caroline du Sud et du Tennesse.

« Cette opération est un exercice important pour les parents, les élèves, les enseignants et les dirigeants des écoles à travers le pays et j’espère que cela encouragera les écoles à élaborer des plans d’urgence », a déclaré Duncan.

Il y a 200 ans, une série de tremblements de terre se sont produits le long de la faille de New Madrid, provoquant une immense destruction.

Source:
http://thehill.com/homenews/administration/157159-white-house-readies-us-shake-out-to-prepare-citizens-for-earthquakes

http://www.godlikeproductions.com/forum1/message1456386/pg1

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Burkina: l’opposition appelle à une grande mobilisation le 30 avril

OUAGADOUGOU – Au lendemain de la formation d’un nouveau gouvernement, l’opposition burkinabè a appelé vendredi à une grande mobilisation le 30 avril à Ouagadougou contre le régime du président Blaise Compaoré, confronté depuis février à de nombreuses manifestations de colère.

Nous appelons tout le peuple burkinabè à une grande mobilisation le 30 avril à Ouagadougou pour un grand meeting que les 34 partis de l’opposition organisent pour dire au président Compaoré que le peuple est fatigué de lui, a déclaré à l’AFP Benewendé Stanislas Sankara, chef de file de l’opposition.

Nous pensons qu’il est temps de faire comprendre au régime que le peuple a besoin de changement, a ajouté l’opposant, candidat malheureux aux présidentielles de 2005 et 2010 face à M. Compaoré qui a gagné à chaque fois avec plus de 80% des voix.

C’est comme si ce gouvernement va en guerre contre son propre peuple. Je m’attends à un recul démocratique, à un gouvernement de répression, à la négation de la liberté, a accusé M. Sankara.

Dans une déclaration publique, les 34 partis d’opposition affirment que la mobilisation du 30 avril est une nouvelle phase d’expression, car les esprits ne sont plus tranquilles et la peur s’installe de jour en jour avec un système vieillissant qui essaie et réessaie les gouvernements en maintenant toujours la tête.

M. Compaoré, un militaire arrivé au pouvoir en 1987 par un coup d’Etat, a formé jeudi avec son nouveau Premier ministre Luc Adolphe Tiao un gouvernement dans lequel il s’est octroyé le portefeuille de la Défense.

Cette équipe composée de fidèles du président, en dépit des promesses d’ouverture de M. Tiao, va tenter de ramener le calme dans un pays frappé depuis deux mois par de multiples manifestations populaires et des mutineries de soldats, dont ceux de la garde présidentielle.

Outre l’opposition, plusieurs membres de la société civile, interrogés par l’AFP, doutaient que le gouvernement puisse parvenir à ses fins.

Au-delà des hommes, c’est la nature même du système et de la politique qui sont les plus importants. On peut être compétent, mais si le système lui-même est grippé et pourri, on risque de faire des efforts inutiles, estime Luc Marius Ibriga, enseignant de droit public à l’Université de Ouagadougou et président du Forum des citoyennes et citoyens de l’alternance (FOCAL).

J’ai l’impression qu’ils n’ont rien compris aux problèmes du peuple, a pour sa part affirmé, sous couvert de l’anonymat, le responsable d’une ONG de promotion de l’éducation. Cette équipe-là ne répond pas aux attentes des gens. Dans ce pays ce qui fait que ça ne fonctionne pas, c’est que tout tourne et revient toujours au président et à sa famille, a-t-il ajouté.

(©AFP / 22 avril 2011 18h31)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Rapport sur le schiste: Bové parle de caricature, maintient la mobilisation

TOULOUSE – José Bové voit une caricature du discours des industriels de l’énergie dans un rapport provisoire demandé par le gouvernement sur le gaz de schiste, ce qui renforce la détermination des opposants dont il est le chef de file.

Ce rapport a été énormément influencé par l’industrie gazière qui veut se faire du fric, a dit M. Bové vendredi à l’AFP.

Le rouleau compresseur du ministère (…) dit: on a des réserves, on va pouvoir faire plus propre, la recherche va progresser, donc d’ici deux ou trois ans on saura faire autrement. C’est le discours caricatural de l’industrie, a dit M. Bové, dont le fief aveyronnais est concerné au premier chef.

Cela nous maintient dans l’idée qu’il faut rester vigilants et maintenir la pression, a dit le député européen (Europe Ecologie). Cela commence avec le débat que les députés entameront le 10 mai sur une interdiction de l’exploration et de l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste, a-t-il déclaré.

Il a renouvelé son appel à aller manifester devant l’Assemblée nationale ce jour-là.

Il devait participer vendredi soir à Lodève (Hérault) à une réunion de collectifs anti-schiste de l’Aveyron, du Gard, de l’Hérault et de la Lozère, destinée à préparer la manifestation du 10 mai, mais aussi à discuter de l’éventualité d’un grand rassemblement sur le plateau du Larzac cet été.

M. Bové s’est montré relativement confiant dans l’issue du débat parlementaire et, selon lui, le pré-rapport rendu public jeudi ne devrait guère altérer le front du refus à l’Assemblée. Jusque dans la majorité présidentielle, des députés UMP sont vent debout contre les gaz et pétrole de schiste, a-t-il dit.

En pleine fronde contre une éventuelle recherche de gaz et de pétrole de schiste dans le sous-sol français vient d’être publié un rapport d’étape sur les enjeux des gaz et pétrole de schiste. Ce rapport demandé par le gouvernement est favorable à des travaux de recherche et des tests d’exploration, mais sous un contrôle très strict.

M. Bové a noté les réserves émises par les rapporteurs. Mais il a jugé choquant que certains des rédacteurs aient participé à l’instruction des dossiers ayant débouché sur des permis d’exploration délivrés discrètement en 2010 par le gouvernement. C’est la révélation progressive de l’existence de ces permis qui a provoqué une vaste levée de boucliers au cours des derniers mois.

Quand on confie une mission aux gens mêmes qui sont responsables de la levée de boucliers, moi j’attends pas de ces gens-là une véritable indépendance, a dit M. Bové.

(©AFP / 22 avril 2011 17h16)

 
1 commentaire

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Radioactivité à Cayenne: le dysfonctionnement d’une sonde en cause ?!

Le dysfonctionnement d’une sonde est à l’orgine de l’élévation inexpliquée de la radioactivité qui avait été détectée le 11 avril à Cayenne (Guyane), a indiqué vendredi l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), dans un communiqué.

Cette balise, installée récemment sur le toit de la gendarmerie de Cayenne, avait enregistré une élévation anormale du débit de dose ambiant le 11 avril, avec un maximum de 2,5 microSievert par heure, avant un retour à la normale tôt le lendemain.

Des signaux aberrants ont été à nouveau constatés le 21 avril, confirmant l’hypothèse d’un dysfonctionnement de cette sonde, a expliqué vendredi l’IRSN.

Dans un premier communiqué daté du 15 avril, l’IRSN avait estimé qu’un dysfonctionnement de la sonde n’était pas à exclure, tout en expliquant que l’élévation, de durée limitée et détectée par une unique balise, ne pouvait pas avoir pour origine les rejets radioactifs de Fukushima.

Les balises Téléray de Martinique et de Guadeloupe, qui fonctionnent normalement, permettent de vérifier qu’aucun événement d’ampleur n’a eu lieu dans cette région du globe, relève l’IRSN.

(©AFP / 22 avril 2011 17h53)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un tremblement de terre est imminent sur la ligne de faille de Cascadia le long de la Côte nord-ouest des États-Unis selon des scientifiques

* Le gouvernement américain ne pourra pas plaider les « hasards de la nature » puisque les scientifiques sonnent le « wake up call »!
Une menace de méga-tremblements de terre est annoncée par des scientifiques qui craignent que les villes visées soient dévastées le long de la côte nord-ouest de l’Amérique.
Ils prédisent que la ligne de faille de Cascadia, s’étendant sur 680 milles, est « prête » pour un séisme majeur.  Une rupture de la ligne de faille, qui se trouve à seulement 50 milles au large des côtes, pourrait non seulement déclencher un tremblement de terre majeur, mais aussi un tsunami qui inonderait l’Oregon, Vancouver et les zones côtières de Seattle en 15 à 30 minutes.
Les scientifiques estiment qu’il existe une probabilité de 45% qu’un tremblement de terre de magnitude 8 et plus se produise au cours des 50 prochaines années, et 15% de probabilité pour un séisme de magnitude 9 ou plus.
La ligne de faille a été inactive pendant plus de 300 ans, période pendant laquelle la population le long de la côte du Pacifique de l’Amérique du Nord a augmentée de plus de 25 millions.
Les données géologiques le long de la faille datant de 10 000 ans montrent que le temps moyen pour un évènement de magnitude 8 ou plus est de 240 ans.  Le dernier méga-tremblement de terre, estimé à une magnitude 9, a eu lieu il y a 311 années.
Les données sismiques de ces dernières décennies indiquent également que la situation est imminente.  Selon Chris Goldfinger, professeur et directeur dans une université de l’Oregon, dit qu’il ne fait aucun doute qu’un tremblement de terre majeur est à nos portes.
Cascadia est la seule ligne de faille significative située dans le « Ring of Fire », qui encercle le bassin du Pacifique, qui n’a pas connu un séisme majeur au cours des 50 dernières années.  Elle est parallèle à la côte, là où la plaque Juan de Fuca est contrainte sous la plaque nord-américaine.  Le prochain évènement de Cascadia aurait une incidence sur l’Oregon, l’État de Washington et l’île de Vancouver.  Elle serait également susceptible de provoquer un tsunami transocéanique qui pourrait frapper le Japon.
Les États sont maintenant dans la mise en place de programmes coûteux pour protéger les zones à risque contre les tremblements de terre et des tsunamis À VENIR.
La recherche a montré que les grattes-ciel construits à Seattle avant 1994 seraient susceptibles de s’effondrer au cours d’un méga-séisme.  Les grandes villes comme Portland et Seattle seraient protégées contre les inondations, mais les collectivités des basses-terres seraient à risque.
Plus d’un millier d’écoles de l’Oregon ne sont pas prêtes à faire face à de tels évènements. 
Malgré l’historique de la ligne de faille, les scientifiques sont toujours incapables de donner des prévisions précises du moment où un tremblement de terre va se produire.  « Nous ne savons pas comment vous le dire: « Hé, la semaine prochaine, vous savez, sortez de la ville parce qu’il va y avoir un tremblement de terre », a déclaré Tom Jordan, directeur du Centre des tremblements de terre de Californie du Sud.  Il a fait une analyse détaillée sur la probabilité d’un tremblement de terre le long de la faille de Cascadia, qui sera le sujet d’un documentaire du Discovery Channel.
 
 
 
 
%d blogueurs aiment cette page :