RSS

Le réacteur nucléaire de Monju bien pire que Fukushima?

14 Avr

Depuis maintenant des semaines nous mettons des nouvelles relatives à Fukushima, les réacteurs étant au centre de toutes les attentions, mais il semblerait que Fukushima ne soit pas le seul souci nucléaire japonais à l’heure actuelle. J’ai reçu un e-mail alarmant aujourd’hui m’invitant à me renseigner sur la centrale de Monju qui semble-t-il serait dans un état particulièrement inquiétant après les récents événements sismiques et « aquatiques » japonais. Voici en partie le contenu de l’e-mail reçu:

« Bonjour à tous
La vie continue au Japon malgré tout ces événements tragiques, ces 3 dernières semaines sont éprouvantes.
Bon je pense que vous ne le savez pas mais il y a une autre centrale très endommagée coté mer du japon dans le Fukui
la centrale MONJU qui est sensée carburer au plutonium, mais voila, ça merde et fuit de tout les cotés! les médias n en parle pas encore.
sauf Michel Collon dans ses colonnes.
Bref c’est pas fini! »
 
 
 
Voici ce qu’en dit l’article disponible sur le site investig’action:
 

Depuis des décennies, le gouvernement japonais a mis de côté des avertissements scientifiques à propos de l’énergie nucléaire.

Le réacteur 1 de Fukushima, gravement endommagé, devait être fermé le mois dernier, mais le producteur d’électricité Tepco fit pression sur le gouvernement japonais pour obtenir une prolongation de 10 ans.

En 2009, les scientifiques avaient exigé du gouvernement japonais qu’il mette un terme à l’utilisation du MOX –combustible résultant du mélange de plutonium et d’uranium – car selon eux, l’usage du MOX est bien plus risqué que celui de l’uranium.

La plupart des pays qui l’utilisaient l’ont abandonné. Pourtant, le Japon compte encore trois centrales fonctionnant avec du MOX. Cette question a donné lieu à de vives protestations, comme lorsqu’en mai 2008, un navire transportant du MOX venant de France fut amarré dans le port d’Omeezaki.

En 2010, on protesta contre la remise en fonctionnement du régénérateur de Monju à Tsuruga, fonctionnant lui aussi avec du plutonium. Le réacteur avait été mis à l’arrêt depuis 1995 après qu’une fuite de liquide de refroidissement à base de sodium n’ait donné lieu à un incendie.
Mais le gouvernement japonais ne jure que par l’énergie nucléaire, et a même fait appel à l’argument du réchauffement nucléaire pour ne pas changer son choix…

Source et article entier: michelcollon.info

 

Les recherches sont don lancées, aucune trace d’une actualité récente au sujet de cette centrale, rien, pas même un petit site d’information, juste un blog qui lâche quelques infos sur le sujet dans un article daté du 29 mars 2011 avec cette avertissement:

« Il s’agit d’une situation grave. Non seulement ce qui se passe dans l’usine de Monju, mais l’attitude du gouvernement et les médias à cette situation est la grave situation, je pense. Aucune presse a rapporté ça. Toutes les informations ne se trouve que sur Internet. Mais s’il vous plaît noter que chaque info est une citation du public, de même que la vérité.
Je le répète, le gouvernement et les médias n’ont pas signalé ce à la nation pour le moment.
Alors voilà ce qui se passe là en ce moment:

Situations dans la centrale pour éleveur haut débit Monju 
 

-Augst Dans 26 2010, le « In-navire de transfert Machine » est tombé dans le réacteur pendant l’opération de levage jusqu’à la barre de combustible. La machine est de 12 mètres (40 pi) de long, et 3,3 tonnes (7.300 livres) lourds.
-Il ya des débris de métal, qui pèse 3,3 tonnes dans le réacteur et impossibles à percevoir.
-Tous les moyens de remplacer la barre de combustible ont été coupé.
-Vous ne pouvez pas suspendre le réacteur, mais ne peut garder refroidir le combustible en mettant à la tige de commande.
-Le combustible est constitué de plutonium très dense, il est beaucoup plus facile d’atteindre le point critique que des réacteurs de Fukushima.
-La quantité de plutonium est plus de 100 fois de la bombe atomique larguée sur Nagasaki.
-L ‘étude récente a rapporté la préfecture de Fukui, qui est situé dans le centre de l’île principale, se trouve directement au-dessus d’une faille active. Ils ont constaté que après l’usine avait été construite.
-En raison de la construction de l’éleveur à haute vitesse, la tuyauterie est très compliquée et mince. c’est très handicapant en cas de séisme.
-Peu importe comment ils réalisent structure antisismique, le mouvement lui-même est fragile et ne pouvait être éludée avec la technologie contemporaine.
-Si le réacteur subit de mauvaises secousses , la structure géante de métal va secouer, ce qui peut éventuellement endommager la tige de carburant.
-La caméra pour regarder à l’intérieur du réacteur a été rompue, nous ne pouvons pas voir ce qu’il fait en ce moment. Et nous ne pouvons pas régler le problème, comme vous censé.
-Le matériel de refroidissement utilisés dans Monju est le sodium liquide, qui va exploser si elle touche l’air ou l’eau.
-Si la situation similaire se produit, presque toutes les opérations de l’usine de Fukushima tentées en ce moment en refrigérant le réacteur ne peuvent pas être utilisé dans Monju, il va plutôt provoquer une explosion sévère.
-Le 21 février 2011, le directeur en chef de la section Monju environnement de carburant lui-même a été tué dans une montagne de la ville de Tsuruga.
-Le gouvernement a jusqu’ici dépensé plus de 2,4 billions de yens (29 milliards de dollars) pour ce réacteur, et ses dépenses annuelles de frais d’entretien ¥ 50000000000 (612 millions de dollars). Et le montant total de l’électricité, il a produit à ce jour est égal à zéro.
-En raison de la quantité à la fois et la qualité de carburant, si le pire des cas se produit, la catastrophe sera bien pire que ce qui s’est passé dans Tchernobyl voire Hiroshima ou Nagasaki. Ce sera certainement le pire des cas que les êtres humains aient jamais connu.


Article source en entier: niproid.com
 
Au vu du nombre de soucis déjà rencontrés dans le passé par ce réacteur, le nombre de questions augmentent de manière exponentielle et restent pour l’instant sans réelles réponses, des vidéos sont disponibles sur internet pour montrer le réacteur de Monju dans certains moments qui ne vont pas faire la meilleure publicité aux lobbys du nucléaire. L’information est donc lancée sur des bases certes fragiles car elles tiennent de l’ordre du témoignage avant tout, mais Fukushima est peut être cette fois un simple arbre qui cache une forêt. Merci à A. pour son e-mail plus que capital.
 
 
 
 
 
4 Commentaires

Publié par le 14 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

4 réponses à “Le réacteur nucléaire de Monju bien pire que Fukushima?

  1. padawan

    14 avril 2011 at 19 h 36 min

    http://mobile.agoravox.fr/actualites/environnem…t-bombarder-92277

    Citation:
    les USA veulent bombarder Fukushima

    Les professeur Christopher Busby du Comité Européen dur le Risque d’Irradiation révèle que les experts nucléaires français et américains se sont affrontés sur les mesures extrêmes à prendre à Fukushima.

    Les USA envisageraient de bombarder la centrale pour la noyer dans l’océan.

    L’expert nucléaire Chris Busby a révélé aujourd’hui dans une interview au Alex Jones Show, que les conseillers nucléaires américains et français se sont affrontés sur les mesures d’urgence à prendre à Fukushima.

    Selon Chris Busby, la situation serait bien plus tragique que ce que les autorités reconnaissent, et justifient amplement le passage de l’accident au niveau 7. En effet, plusieurs réacteurs seraient à l’air libre et leur réaction hors de contrôle, impliquant un rejet permanent de radionucléides notamment du plutonium provenant du coeur n°3 qui était alimenté au MOX.

    Les niveaux de radiation devenant trop élevées pour que des équipes puissent être maintenues sur place les experts se querellent sur le choix de solutions plus radicales.

    Les USA envisageraient de bombarder la centrale pour la noyer dans la mer.

    La France, qui a fourni le MOX, veux croire qu’il est possible de noyer les réacteurs dans du béton.

    La querelle traduit l’impuissance des experts devant l’ampleur du désastre et les proportion titanesques des l’impacts avérés et potentiels qui laissent les autorités désemparées.

    Nous vivons la conséquence du syndrome de dénégation consciente de l’industrie nucléaire. Des catastrophes d’une telle ampleur et aux conséquences tellement dramatiques n’ont tout simplement pas été envisagées car elles ne sont ni maitrisables ni justifiables.

    On a donc décidé de les ignorer purement et simplement et de se bercer d’illusions. L’extrémité des mesures envisagées montre à quel point les autorités sont désemparées.

    La perte de contrôle n’état pas avouable, le blackout médiatique est total et la minimisation criminelles de dispositions de protection en cas de radiation.

    La pollution par radionucléides aux USA a été minimisée par l’élévation des dose admissibles.

    Les zones évacuées par les autorités japonaises seraient, toujours selon Chris Busby, bien trop restreintes et il serait urgent de fournir les habitants d’une zone de 200 km autour de la centrale avec de l’eau et des aliments provenant de zones non contaminées. Or cette zone de 200 km englobe une grosse part de l’agglomération de Tokyo et ses 32 millions d’habitants.

    Les mesures faites par prélèvements au sol montrent que les « taches » de contamination au sol dans la zone interdite de Fukushima pourraient être plus radioactives, plus toxiques et plus étendues qu’à Tchernobyl en dépit de la situation en bord de mer de la centrale qui réduit presque de moitié la zone de retombées potentielle.

    Le plus préoccupant demeure l’incapacité des autorités à mettre un terme à la contamination de l’environnement, que se soit l’air, le sol ou la mer dans laquelle des tonnes d’eau radioactive sont constamment déversées. Ces pollutions sont largement dispersés par les courants comme par les vents et cela à l’échelle de la planète.

    Le Comité Européen sur le Risque d’Irradiation publie une brochure de recommandations à destination du public (malheureusement en anglais) : http://www.euradcom.org/2011/ecrr2010.pdf

    J’aime

     
    • realinfos

      14 avril 2011 at 20 h 16 min

      Merci Padawan,
      J’avais hésité à le publier,maintenant c’est fait 🙂

      J’aime

       
  2. Chasouris

    14 avril 2011 at 20 h 21 min

    Selon certains « oiseaux de mauvais augure », ou « fins analystes économico-financiers », un autre genre de tsunami se préparerait pour Juillet…
    On vérifiera fin Juin la pertinence de cette prédiction.

    VIDEO: Japon : Un tsunami économique

    « Communication from Japan : Rice Farmer, who has been living in Japan for many years, and his first-hand reporting on conditions since the earthquake and tsunami have helped us to see clearly the actual
    conditions on the ground as he comments from approximately 200 km from Fukushima. His point is clear: “Nuclear’s final bill is going to be astronomical, and we won’t be able to pay it.” »
    TRADUCTION : Un communiqué du Japon : Rice Farmer, vit au Japon à environ 200 km de Fukushima, depuis de nombreuses années. Il a fait un reportage de première main sur le séisme et le tsunami, qui nous a aidés à voir plus clairement les conditions actuelles sur place. Ce qu’il indique est clair : « La facture finale de l’accident nucléaire devient si astronomique, que nous ne serons pas capables de la payer ».
    source : http://www.collapsenet.com/

    « 8 April 2011 : We Have Until July at Latest–Even a Caveman Can See It »
    TRADUCTION : Nous avons jusqu’à Juillet au plus tard – même un homme des cavernes peut le prévoir. Michael C. Ruppert. source : http://www.collapsenet.com/

    VIDEO : http://www.collapsenet.com/worldnewsdesk/video-reports/item/773-we-have-until-july-at-latest-even-a-caveman-can-see-it
    Michael Ruppert explique dans cette video en anglais pourquoi les événements du Japon (le tremblement de terre, le tsunami, et l’accident nucléaire) seront l’un des éléments qui précipiteront l’effondrement de l’économie américaine qui – selon lui – aura lieu d’ici Juillet au plus tard, et que bien évidemment cela devrait retentir sévèrement sur toute l’économie mondiale.

    A NOTER QUE : Le Japon est le second plus gros détenteur de Bons du Trésor américains, juste après la Chine.

    FMI: l’état des banques européennes menace la stabilité financière du monde
    (AFP) – 13 avril 2011
    « Beaucoup d’institutions financières, en particulier les banques européennes les plus faibles, sont prises dans un tourbillon de pressions liées les unes aux autres qui intensifient les risques pour le système dans son ensemble », a-t-il constaté. Avec la crise financière, « les banques ont cherché à élever à la fois la qualité et la quantité de leurs fonds propres, mais les progrès ont été inégaux, les banques européennes étant généralement en retard sur les américaines », a rappelé le Fonds. Et « les faiblesses et vulnérabilités structurelles subsistant dans la zone euro constituent toujours des risques importants s’ils ne sont pas résolus de manière globale », a-t-il poursuivi. Selon lui, « dans les quelques mois à venir, le défi le plus urgent est le financement des banques et des Etats, en particulier dans certains pays vulnérables de la zone euro ». « Ces faibles niveaux de fonds propres rendent certaines banques allemandes, ainsi que les caisses d’épargne italiennes, portugaises et espagnoles en difficulté, vulnérables à de nouveaux chocs », a-t-il détaillé.
    L’Europe n’échappera pas, d’après les experts du FMI, à une restructuration des banques non viables, et une recapitalisation de celles qui le sont. Or « il est probable qu’il faudra qu’une partie de ce capital vienne de sources publiques », ont-ils avancé. (…)
    A un niveau mondial, « les banques sont face à un mur de dette qui parvient à maturité, avec 3.600 milliards de dollars à rembourser dans les deux prochaines années. Les exigences de refinancement de la dette bancaire sont les plus prononcées pour les banques irlandaises et allemandes », ont calculé les auteurs. (…)
    source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gNQRbwsOdSOXuWH3t4vxXbCyk3-g?docId=CNG.49a8da95d601f624ecca63228672c4a2.c1

    J’aime

     
    • realinfos

      14 avril 2011 at 20 h 45 min

      Merci Chasouris,
      J’ai lu aussi que les bons Grecs étaient à la limite de la rupture et qu’une restructuration de la dette pourrait être inévitable!
      L’été s’ra chaud,l’été s’ra chaud…!

      J’aime

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :