RSS

Archives du 22 mars 2011

Une nouvelle hécatombe de 400 baleines-pilotes signalée aux iles Malouines

Un banc de plus de 400 globicéphales morts échoués a été retrouvé le 12 Mars sur l’ile inhabitée de Speedwell dans les iles Malouines par Christopher May un berger de la région, lorsqu’il y a accosté pour s’enquérir de son troupeau de moutons.

Il a estimé qu’ils étaient morts depuis au moins 10 jours, et les a compté une à une, « ils étaient exactement 400, allant d’une longueur de 1.5 à 7 mètres, échoués là sur la plage »

« Il y a maintenant des milliers de pétrels qui profitent de ce festin inattendu, et l’odeur du charnier est devenu insupportable ».

Une équipe d’experts du conservation des îles Malouines a été envoyé sur l’île pour recueillir de plus amples informations et faire un rapport sur la situation.

L’ile Speedwell a une superficie totale de 51,1 km carrés et fait environ 17,5 km de long du nord au sud et 5 km de large. C’est une ile inhabitée tout en prairies qui est utilisée pour les élevages de moutons depuis plus de cent ans.

Source: MercoPress
http://naturealerte.blogspot.com/

*Les globicéphales ou baleines-pilotes (globicephala « tête globuleuse ») forment un genre de vrai dauphin (famille des Delphinidae) dont le melon frontal est fortement développé. Il est communément appelé « dauphin pilote » car on le voit fréquemment dans le sillage ou à l’étrave des navires (en anglais finned pilot whale). Le globicéphale est un animal social qui se déplace le plus souvent en bandes pouvant aller d’une dizaine à plusieurs centaines d’individus.

 

 

Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis!

La preuve…!!!

 

Hé oui,trop tard…!!!

 
10 Commentaires

Publié par le 22 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le bon et le mauvais arabe…

Michel Collon

Aube de l’Odyssée, le crépuscule des cons

…c’est la bonne vieille histoire de la division illusoire entre les bons et les méchants… Division engendrée par le point de vue ou l’on se place pour déterminer lequel est bon et lequel est méchant. En réalité, il n’y a pas de division. Il n’y a pas de nations. Il n’y a pas de races. Il n’y a pas d’arabes. Il n’y a que des êtres humains. Tous les problèmes naissent de ces misérables identifications. Et ça fait longtemps que ça dure… L’ignorance savamment entretenue est le poison par lequel les élites conservent leur pouvoir.

 L’antidote est la Connaissance de soi .

http://lesdernieresnouvellesdumonde.blogspot.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Japon: situation toujours dangereuse à Fukushima et inquiétudes alimentaires

synthèse (officieuse)

Kitakami (awp/afp) – La crainte d’une contamination radioactive s’est renforcée mardi au Japon, les autorités ne parvenant toujours pas à écarter le danger à la centrale accidentée de Fukushima, dont les rejets menacent désormais les produits de la mer.

Le ministère de la Santé a demandé aux préfectures de Chiba et Ibaraki, à l’est de Tokyo, d’intensifier leurs contrôles sur les poissons et mollusques pêchés le long des côtes.

Des taux d’iode 131 et de césium 134 respectivement 126,7 fois et 24,8 fois plus élevés que les normes fixées par le gouvernement ont été mesurés lundi dans l’eau de mer près de Fukushima, à 250 km au nord de la mégapole de Tokyo et de ses 35 millions d’habitations.

Le taux de césium 137 était également 16,5 fois plus élevé que la normale, a indiqué la firme Tokyo Electric Power (Tepco), assurant que ces niveaux de radioactivité ne constituaient pas une menace pour la santé humaine.

L’Agence des pêches a relevé de son côté que les pêcheurs n’avaient pas pu encore reprendre le travail, onze jours après que les bateaux et les ports ont été dévastés par l’énorme tsunami déclenché par le séisme de magnitude 9.

Cette double catastrophe, la pire épreuve traversée par le Japon depuis la Seconde Guerre mondiale, a fait près de 22’000 morts et disparus, dont 9079 décès confirmés, selon un dernier bilan provisoire.

Dans le but d’éviter de nouveaux rejets radioactifs, les travaux se poursuivaient mardi pour tenter de rétablir les systèmes de refroidissement des réacteurs.

Ces efforts qui s’éternisent depuis les premiers incidents survenus le 12 mars, au péril de la santé des pompiers et des techniciens exposés à de forts rayonnements ionisants, ont été entravés lundi après-midi par le dégagement de fumées inquiétantes s’échappant des réacteurs 2 et 3.

La centrale à l’infrastructure vieillissante de Fukushima Daiichi (N°1) a été gravement endommagée par la secousse tellurique suivie d’une énorme vague de 14 mètres de haut. Tepco estimait jusqu’à présent que le tsunami venu de l’Océan Pacifique était de 10 mètres.

Mais le refroidissement des réacteurs, essentiel pour éviter une fusion du combustible nucléaire, se fait attendre.

Les techniciens ont commencé à utiliser un camion allemand équipé d’une pompe à béton articulée pour verser de l’eau par dessus le toit endommagé du réacteur 4.

Un autre camion doté d’un immense bras articulé était en route mardi de Chine vers le Japon, où il devrait être déployé à Fukushima pour arroser les installations.

Ce véhicule est normalement utilisé pour couler du béton sur des chantiers de bâtiments élevés. Il peut atteindre une hauteur de 62 mètres, selon son constructeur, le groupe chinois Sany, spécialisé dans la machinerie lourde de chantier.

Le réacteur 3, qui a subi les plus lourds dégâts, est celui des six réacteurs qui inquiète le plus les autorités.

Il contient en outre du combustible MOX, mélange d’oxydes de plutonium et d’uranium issu de produits de recyclage, dont les rejets sont considérés comme plus nocifs que ceux provenant d’un combustible à base d’uranium.

Un vice-président de la Tepco a présenté mardi ses excuses à la population forcée d’évacuer les environs du site.

« Je m’excuse sincèrement, notre entreprise a provoqué de l’anxiété et des nuisances aux habitants des environs des centrales, à ceux de la préfecture de Fukushima et du pays dans son ensemble », a déclaré Norio Tsuzumi, en s’inclinant profondément comme la tradition l’exige au Japon.

Les différents organismes publics ont continué à répéter que le niveau de radioactivité décelé dans la pluie, l’eau du robinet, ou dans certains aliments autour des réacteurs endommagés ne menaçait pas la santé.

Malgré les incertitudes continuant de peser sur la centrale de Fukushima, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a bondi mardi en clôture de 4,36%, les investisseurs tablant sur un effet d’aubaine après le plongeon de la semaine dernière.

Mais l’économie restait affectée. Les constructeurs Toyota et Honda ont annoncé mardi qu’ils repoussaient le redémarrage de leurs chaînes d’assemblage au Japon en raison d’une pénurie de pièces détachées.

rp

(AWP/22 mars 2011 12h45)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Radioactivité dans l’eau de mer: appels à des contrôles sur le poisson

OSAKA (Japon) – Les autorités japonaises ont appelé mardi à renforcer les contrôles sur les poissons et fruits de mer après la découverte de niveaux anormalement élevés de substances radioactives dans l’eau de mer près de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima.

Le ministère de la Santé a demandé aux préfectures de Chiba et Ibaraki, à l’est de Tokyo, de renforcer le contrôle et les programmes d’inspection des produits pêchés le long des côtes.

« Habituellement, le Bureau de la santé publique effectue des prélèvements et analyse certains éléments pour garantir la sécurité alimentaire », a indiqué une responsable du ministère.

Des taux d’iode 131 et de césium 134 respectivement 126,7 fois et 24,8 fois plus élevés que les normes fixées par le gouvernement ont été mesurés dans l’eau de mer près de la centrale nucléaire de Fukushima (250 km au nord de Tokyo), a indiqué mardi la firme Tokyo Electric Power (Tepco).

Le taux de césium 137 était également 16,5 fois plus élevé que la normale, tandis qu’en revanche celui de cobalt 58 était inférieur à la norme, a indiqué un responsable de Tepco, Naoki Tsunoda, assurant que ces niveaux de radioactivité ne constituaient pas une menace pour la santé humaine.

Les substances radioactives ont été détectées dans des échantillons d’eau de mer prélevés lundi à environ 100 mètres au sud de la centrale de Fukushima Daiichi (N°1), selon Tepco.

L’Agence des pêches a relevé de son côté que les infrastructures locales avaient été en grande partie détruites sur la côte nord-est par l’énorme tsunami déclenché par le séisme de magnitude 9, et que les pêcheurs n’avaient pas pu encore reprendre le travail.

« L’industrie de la pêche a été dévastée entre Aomori (nord) et Chiba, en particulier dans les préfectures d’Iwate, de Miyagi, de Fukushima et d’Ibaraki. Nous ne sommes donc pas dans une situation où la pêche est pratiquée et des produits expédiés. Nous ne prévoyons pas de mettre en place des mesures pour le moment », a indiqué Hajima Kawamura, responsable à l’agence gouvernementale des pêches.

« Si la pêche reprend, nous demanderons aux municipalités de pratiquer des tests de radioactivité pour garantir la sûreté des produits », a-t-il ajouté.

TOKYO ELECTRIC POWER

(©AFP / 22 mars 2011 09h33)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Marée Noire et catastrophe écologique dans l’Atlantique sud dans l’archipel Tristan da Cunha

Un navire en perdition s’est échoué le 18 Mars sur l’ile Nightingale, qui fait partie de l’archipel Tristan da Cunha, dans l’Atlantique Sud.(Angleterre), et menace du même coup la faune de l’ile qui abrite près de la moitié de la population mondiale de gorfous sauteurs du Nord*.

Plus de 1500 tonnes de pétrole lourd se sont déversées en mer lors du naufrage du MS Olivia , qui transportait du soja entre Rio de Janeiro et Singapour. Selon la RSPB , la nappe qui désormais entoure littéralement l’ile, s’étend sur prés de 15 km en menaçant de plein fouet les manchots en voie de disparition. Des centaine de manchots on déjà été aperçu couvert de pétrole à déclaré l’ONG.

De plus le naufrage pourrait également conduire les rats du bord à coloniser l’île, ce qui présente un risque énorme pour les populations indigènes d’oiseaux de mer

L’archipel et en particulier Nightingale et sa voisine l’île Middle, abritent des millions d’oiseaux marins, et plus de 200.000 gorfous sauteurs du Nord.

Richard Cuthbert chercheur biologiste de la RSPB à déclaré que ce naufrage pourrait devenir potentiellement désastreux pour l’archipel dans son entier, et si en plus les rats s’implantent dans l’ile se sera totalement dévastateur.

Les agents du département du conservatoire de l’ile font tout ce qu’ils peuvent pour limiter les dégâts, et secourir d’urgence les manchots qu’ils repêchent.

l’un d’eux déclare

« La scène est terrible à Nightingale, C’est une catastrophe.  »

site de la RSPB

*gorfous sauteurs Nom scientifique : Eudyptes chrysocome. C’est le plus petit des manchots gorfous, appelés aussi manchots à aigrettes. Pesant entre 2 kg et 4,5 kg, pour une taille de 45-55 cm, il vit jusqu’à 30 ans et passe le plus clair de son temps en mer, pouvant plonger jusqu’à 100 m.
Ne revenant sur terre que pour se reproduire, on rencontre ses colonies sur les nombreuses îles subantarctiques qui parsèment l’océan Austral, et même jusque dans le sud de l’Atlantique. Il ne va jamais au-delà de 58° de latitude Sud, et donc jamais jusqu’à l’Antarctique, comme la plupart des manchots d’ailleurs.

© Images reçues le Dimanche 20 Mars de la « Tristan Conservation Team of Simon Glass »
 

 

http://naturealerte.blogspot.com/2011/03/26032011maree-noire-et-catastrophe.html#comments

 
 
%d blogueurs aiment cette page :