RSS

Archives du 2 mars 2011

ZAGREB:Plusieurs milliers de personnes manifestent contre le gouvernement

ZAGREB – Plusieurs milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont manifesté mercredi soir à Zagreb contre le gouvernement de la Première ministre Jadranka Kosor dont ils réclamaient la démission.

Comme à plusieurs occasions depuis la fin février, cette manifestation a été organisée sur le site de socialisation Facebook.

Les manifestants ont défilé dans les rues du centre de Zagreb sans incidents, quatre jours après une manifestation entachée par des affrontements avec la police qui avaient fait des dizaines de blessés.

Toutefois, à la fin de la protestation, tard dans la soirée de mercredi, des manifestants ont mis le feu à un drapeau de l’Union européenne (UE), ainsi qu’au drapeau du principal parti d’opposition, le Parti social démocrate (SDP), a rapporté la chaîne de télévision Nova. Des manifestants ont, par ailleurs, déchiré un drapeau du HDZ (le parti au pouvoir).

« Nous finirons le travail que nous avons commencé (…) le gouvernement corrompu devra faire face à la réalité », a déclaré l’organisateur de la manifestation, Ivan Pernar, 25 ans, aux manifestants réunis sur la place Cvjetni Trg.

La Commission européenne a invité mercredi Zagreb à redoubler d’efforts, notamment dans le domaine judiciaire et dans la lutte contre la corruption, pour répondre à tous les critères d’adhésion à l’UE.

La Croatie compte boucler les négociations d’adhésion à l’UE d’ici à juin.

Le rapport se garde de faire un pronostic pour dire si Zagreb parviendra ou non à boucler les négociations à cette date.

Comme au cours des manifestations précédentes, les contestataires ont tenté de marcher vers le siège du gouvernement, mais des unités antiémeutes de la police croate les en ont empêché.

Les manifestants ont alors marché jusqu’au siège du HDZ, brandissant notamment des pancartes sur lesquelles il était écrit « les citoyens vous ont engagés, les citoyens vous limogent », « descendez dans les rues ! », « nous voulons des élections ! » ou encore « Jadranka (Kosor) va-t-en ! ».

Par ailleurs, des manifestations contre le gouvernement ont eu lieu mercredi dans trois autres villes de la Croatie. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Rijeka (ouest), Split (sud) et Djakovo (est).

Samedi, 50 personnes, dont 32 policiers, ont été blessées dans les violences qui ont éclaté entre un groupe de plusieurs centaines de manifestants, dont des supporters de football, et la police antiémeutes qui tentait de les empêcher de se rendre devant le siège du gouvernement croate.

Mme Kosor dirige le gouvernement croate depuis 2009. Elle a succédé à Ivo Sanader, arrêté en décembre en Autriche à la demande de la justice de son pays qui le soupçonne de détournement de fonds et de corruption.

(©AFP / 02 mars 2011 23h51

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le « WikiLeaks » des gaz de schiste sur la radioactivité

La gigantesque enquête sur les gaz de schiste publiée par le New York Times est une nouvelle bombe lancée sur cette technique d’extraction contre laquelle la mobilisation grandit en France. Non seulement les preuves d’effets sur la santé se multiplient, mais l’enquête révèle que l’eau rejetée par les puits est radioactive.

Le quotidien américain a consacré de gros moyens au déchiffrage des quelque 30 000 pages de documents confidentiels provenant de l’agence américaine de protection de l’environnement, l’EPA, et de différentes sources internes à l’industrie, qu’il s’est procurés. Une méthode « à la manière de WikiLeaks », mais avec le professionnalisme des équipes du journal, qui ont ajouté aux données brutes :

  • une infographie interactive : une carte recense la radioactivité présente dans 149 des quelque 200 puits installés dans l’Etat de Pennsylvanie et recense 42 puits dont l’eau rejetée dépasse la norme autorisée pour l’eau potable en radium, 4 dans le cas de l’uranium, 41 dans celui du benzène, 128 les dépassent pour le « gross alpha » (des radiations causées par les émissions d’uranium et de radium) ;
  • un reportage vidéo où l’on voit des habitants des montagnes rocheuses (Colorado) obligés de déménager parce que les gaz de schiste les ont « empoisonnés ». Nausées, diarrhées, saignements de nez… ils se disent contaminés par les fuites provenant des extractions autour de chez eux ;
  • et un fichier excel d’analyse de plus de 200 échantillons pris dans les puits : les taux de radium et d’uranium sont mentionnés ainsi que le cancérigène benzène.

La fracturation hydraulique, la technique des mini-séismes

Pour bien comprendre comment l’extraction peut se répercuter sur la santé, il faut avoir en tête tout le processus bien particulier de la fracturation hydraulique, la méthode non conventionnelle qui permet d’aller chercher dans des poches géologiques très profondes le gaz naturel.

Comme l’explique l’infographie, les derricks temporairement installés en surface creusent un puits à plusieurs milliers de mètres sous terre, un puits vertical puis horizontal (en forme de L) à l’endroit où le gaz est présent.

Parfois, le forage traverse des nappes phréatiques. Du ciment sert à étanchéifier le puits, mais il se peut qu’il soit poreux et que les produits chimiques injectés pour faire exploser la roche contaminent les nappes d’eau souterraines (celles qui servent à l’eau potable).

La technique de la fracturation hydraulique provoque une explosion de la roche perméable grâce à l’injection à très haute pression de millions de litres d’eau chargée en produits chimiques, une méthode qui s’assimile à la création d’un mini-tremblement de terre.

Cette eau contenant 500 à 2 000 produits, dont une partie sont des cancérigènes connus, tels le benzène (mais d’autres seraient pires encore) est injectée en profondeur pour maintenir le puits ouvert et permettre l’extraction. Puis une bonne partie (peut-être la moitié) des eaux usées remonte à la surface, l’autre restant sous terre au risque de contaminer les nappes.

L’eau remontée contient parfois des substances radioactives à des taux qui dépassent plus de mille fois les seuils autorisés pour l’eau potable. Elle n’est certes pas bue, mais décante dans des bassins de rétention, susceptibles de fuir, par exemple lors de grosses averses.

Le New York Times a beau avoir enquêté pendant des mois, interviewant toutes les sources qui voulaient bien s’exprimer (riverains, industrie, agence de l’environnement, centres de recherche), il reste prudent sur les conclusions à tirer : il ne dit pas qu’il faut cesser immédiatement d’extraire cette énergie qui crée des emplois et promet au pays une plus grande indépendance énergétique, mais dénonce la complaisance des autorités avec l’industrie.

Les répercussions sur la santé

Comme l’avait montré le documentaire « Gasland », la fracturation hydraulique a rendu l’eau imbuvable dans nombre d’endroits des Etats-Unis. Parfois même, l’eau est tellement chargée de gaz quand elle sort du robinet, qu’elle brûle au contact d’une allumette.

Le quotidien insiste sur le fait que les 493 000 puits en exploitation aux Etats-Unis génèrent des quantités faramineuses d’eaux usées (jusqu’à 4 millions de litres par puits). Ces eaux très chargées en sels corrosifs et en produits cancérigènes et parfois radioactifs (certains naturellement présents dans le sol et remontés avec l’eau comme le radium) décantent dans des stations d’épuration avant de rejoindre les rivières puis les robinets des gens.

L’industrie avoue dans des documents internes ne pas savoir totalement éliminer la radioactivité de ces eaux usées. Problème : les stations de potabilisation situées en aval des bassins de décantation ne testent pas toujours la radioactivité. Par exemple en Pennsylvanie, aucun prélèvement n’a été fait depuis 2006.

L’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) se dit préoccupée par les gaz de schiste, d’autant qu’un certain nombre d’installations « sont probablement hors la loi » en ce qui concerne les normes de pollution.

Si aucun cancer lié au gaz de schiste n’est encore avéré, des constats inquiétants sont relevés. Ainsi, au Texas (93 000 puits de gaz de schiste), un hôpital a recensé 25% d’enfants asthmatiques dans la population des six contés voisins, contre une moyenne de 7% dans l’état.

Les Etats-Unis commenceraient-ils à douter de la fiabilité de cette technique d’extraction qui fait si peur à la France ? « On brûle les meubles pour chauffer la maison », constate John H. Quigley, qui était jusqu’il y a peu secrétaire du département de Conservation des ressources naturelles. Entre le charbon sale et la dangereuse fracturation hydraulique, il semble que ce soit la peste ou le choléra.

Par Sophie Verney-Caillat 

http://www.rue89.com/planete89/2011/03/02/le-wikileaks-des-gaz-de-schiste-la-radioactivite-192960

 
4 Commentaires

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche sur BFM Business 1/03/2011

 

Le journaliste qui lui donne le change m’a l’air d’être un bon gros bouffon,vous me direz,on n’en attend pas moins de BFM….!

 

Guinée équatoriale : un yacht à $380 millions pour le fils Obiang

Le Pelorus, yacht de Roman Abramovich, près de Stockholm en 2008 (Roqqy/Wikimedia Commons).

« Presque trois fois le budget annuel que la Guinée équatoriale consacre à l’éducation et à la santé » : l’ONG Global Witness, qui révèle l’affaire, a le sens de la comparaison. Teodorin Obiang, fils du Président de cette pétro-dictature d’Afrique de l’Ouest Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a commandé à un chantier naval allemand un yacht qui s’annonce comme le deuxième plus cher du monde.

D’après Global Witness, il se serait inspiré de celui du milliardaire russe Roman Abramovich, Pelorus. Aiguillée par une enquête menée par le Département de la justice américain, qui révélait qu’un yacht était en construction, l’ONG a envoyé un enquêteur en Allemagne. Il a obtenu confirmation de la commande, de son montant – 380 millions de dollars –, et de l’identité du commanditaire.

Connu pour garer sa Ferrari jaune devant l’hôtel Le Meurice lors de ses visites à Paris, Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorin, est officiellement ministre de l’Agriculture et de Forêt de Guinée équatoriale. Il est surtout le fils du Président de ce petit pays de 600 000 habitants.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo lors d'une rencontre avec le président brésilien Lula, en 2008 (Rodrigues Pozzebom/ABr/Wikimedia).

En France, ses huit voitures de luxe et la propriété de son père

Réélu depuis 1979 (en baisse lors du dernier scrutin de 2009, avec seulement 96,7% des voix), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo s’est enrichi grâce au pétrole et, très probablement, au trafic de drogue. Selon Forbes, sa fortune s’élève à environ 600 millions de dollars. Les Equato-Guinéens, eux, sont 77% à vivre sous le seuil de pauvreté. Plus de la moitié n’ont pas accès à l’eau potable, et 35% meurent avant 40 ans.
Fin 2010, la justice française a jugé recevables des plaintes déposées par plusieurs ONG dans l’affaire des « biens mal acquis ». Deux juges d’instruction, Roger Le Loire et René Grouman, ont été désignés en décembre pour enquêter sur les avoirs français d’Omar Bongo Ondimba (feu le président gabonais), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang.

On sait que son fils détient en France au moins huit voitures de luxe pour une valeur de 4 213 618 euros ainsi qu’un compte en banque. Le père y possède au moins une propriété.

Petits Calculs:

380 millions de dollars divisé par 600 000 habitants, cela fait 633 dollars par personne… dans un pays ou 76,8 % de la population est pauvre et où, en 2001, les 2/3 vivaient avec moins de 1 dollar par jour.
Source : http://www.oecd.org/dataoecd/4/47/40570479.pdf

Et si on poursuit la logique, le prix du yatch pourrait nourrir 2/3 de la population pendant presque deux ans…!!!

En sortant toutes ces histoires,cela me laisse penser que l’on essaie par tous les moyens de virer tous ces dictateurs et profiteurs afin d’avoir d’avoir définitivement la main mise sur les ressources de ces pays….à suivre!

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Libye: Kadhafi promet la guerre en cas d’intervention étrangère

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a déclaré mardi que ses compatriotes périraient par milliers en cas d’intervention militaire étrangère en Libye. Il s’est dit prêt à discuter de changements constitutionnels et juridiques sans violence.

« Souhaitent-ils faire de nous de nouveaux esclaves comme ce fut le cas du temps des Italiens? », a déclaré le dirigeant libyen dans un discours prononcé à Tripoli en se référant à la colonisation italienne. « Nous ne l’accepterons jamais. Nous entrerons dans une guerre sanglante et des milliers et des milliers de Libyens périront si les Etats-Unis ou l’OTAN intervenaient ».

Il a invité les Nations unies et l’OTAN à enquêter sur les événements dans son pays victime, pour lui, d’un complot visant à le recoloniser et à mettre la main sur ses richesses pétrolières.

Pas plus de 150 morts selon Kadhafi
« Je vous mets au défi de trouver des manifestants pacifiques qui ont été tués. En Amérique, en France et ailleurs, on tire sur ceux qui attaquent des dépôts de munitions et cherchent à s’emparer d’armes », a-t-il dit dans un discours prononcé lors d’une cérémonie marquant le 34e anniversaire de l’établissement du « pouvoir des masses » en Libye.

Il a aussi dit que les combats en Libye n’avaient pas fait plus de 150 morts et a mis en cause des cellules clandestines d’Al Qaïda dans les violences actuelles. Il a également dénoncé la couverture des événements par les médias étrangers, affirmant que ceux-ci diffusaient des fausses nouvelles.

Il a en revanche soutenu que des « manifestations immenses » ont lieu pour le soutenir accusant les télévisions satellitaires de ne pas les montrer. « Les hommes, les femmes, les enfants et les vieillards ont manifesté dans des rassemblements sans précédent (pour me soutenir) mais les chaînes satellitaires arabes ne les ont pas retransmises ».

Affirmant que son pouvoir était seulement celui du peuple, il a déclaré qu’il ne détenait en fait aucune fonction dont il pourrait éventuellement démissionner.

(ats / 02 mars 2011 15:02)

 
9 Commentaires

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Afrique:le Swaziland bientôt dans la rue!

Swaziland: le FMI souhaite des coupes dans les salaires des fonctionnaires
MBABANE – Le Swaziland est à cours de liquidités et devra couper dans les salaires des fonctionnaires s’il veut obtenir le feu vert du Fonds monétaire international (FMI) pour emprunter sur les marchés, a déclaré mercredi à l’AFP un responsable du Fonds.

« Le Swaziland fait face à une crise de liquidités. Il ne faut pas minimiser la gravité de la situation », a expliqué Joannes Mongardini, chef d’une mission d’évaluation du FMI qui a passé deux semaines dans le petit royaume d’Afrique australe.

Les fonctionnaires servent de boucs émissaires alors que le roi Mswati III, dernier monarque absolu d’Afrique, « n’accepte aucune coupe dans son budget », a réagi le chef du syndicat des fonctionnaires du Swaziland, Vincent Dlamini.

Dans le dernier budget, le gouvernement a imposé des coupes de 20% à tous les ministères mais le budget de la famille royale a augmenté de 23% à 21 millions d’euros.

Le mode de vie luxueux du souverain alimente la grogne dans ce pays très pauvre, ravagé par le sida et un chômage de masse. Un appel à manifester le 12 avril contre le monarque circule sur internet, inspiré des révoltes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Selon l’équipe du FMI de M. Mongardini, le déficit budgétaire sera de 13% du Produit intérieur brut (PIB) sur l’année fiscale 2010-2011, notamment à cause d’une perte de revenus dépendant d’un accord douanier régional et d’une augmentation de 4,5% des salaires des fonctionnaires qui représentent plus de la moitié du budget de l’Etat.

Le Swaziland devra engager « un certain nombre d’actions prioritaires » et notamment des coupes dans les salaires des fonctionnaires, s’il veut obtenir le feu vert du FMI en vue d’emprunter près de 70 millions d’euros à la Banque mondiale ou à la Banque africaine de développement, selon M. Mongardini.

(©AFP / 02 mars 2011 14h42)

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Irak-Lybie:bis repetita?!

Donc c’est la même arnaque…Une façon d’éliminer quelqu’un devenue trop gênant, et faire main mise sur le pétrole. Typiquement américain!

Les Etats-Unis tenteront sans doute d’éliminer Mouammar Kadhafi ou de le capturer, a supposé mardi le colonel Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense Nationale.

« Les Etats-Unis réservent de toute évidence à Mouammar Kadhafi le sort de Saddam Hussein.

Le guide de la révolution libyenne serait soit liquidé par une frappe aérienne soit capturé pour être condamné à mort par les nouvelles autorités libyennes avec l’accord tacite de Washington », a déclaré l’expert dans une interview à RIA Novosti.

Selon M.Korotchenko, les Américains peuvent aussi imposer un blocus total de la côte libyenne et utiliser des missiles de croisière Tomahawk pour frapper la résidence de Kadhafi, les postes de commandement et l’état-major des forces armées de Libye, paralysant la direction militaire et l’administration de l’Etat.

« C’est justement pour cela que les Etats-Unis regroupent à présent leurs forces et moyens dans la région et que deux porte-avions américains ont mis le cap sur les côtes libyennes », a-t-il fait remarquer.

Dans le même temps, l’expert a exclu une opération terrestre du Pentagone contre la Libye.

« Au stade actuel, cela est très peu probable », conclut M.Korotchenko.

SOTT.NET

Je commence sérieusement à me demander si les médias ne nous l’on pas démonisé comme ils l’ont fait si bien avec  Saddam hussein, afin que les américains ait l’opinion publique de leur coté pour une intervention. Et dire que certain « experts » disait il y a pas longtemps, que c’était impossible que les États-Unis interviennent dans ce conflit.

Ce n’est pas pcq c’est un « expert », qu’il détient nécessairement la vérité.

Ils vont encore passé pour les sauveurs de la démocratie, alors qu’ils ont sans doute eux-même crée ce conflit avec l’aide de la CIA.

Jo^^

Oui Jo,mais la situation est légérement différente,dans le cas présent,cela risquerait d’embraser la région pour de bon et cette fois l’Iran est dans la cour ce qui n’arrange pas le fait d’intervenir,alors wait and see…!

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 mars 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :