RSS

La place Tahrir au Caire se transforme en champ de bataille

03 Fév

Après une brève accalmie à la tombée de la nuit mercredi, la tension s’est ranimée vers 04h00 (02h00 GMT) lorsque des supporters de Moubarak ont tiré sur des manifestants qui campaient sur la place, lieu symbolique de leur révolte.

La chaîne de télévision Al Arabia, citant un médecin sur les lieux, a indiqué que quatre personnes ont été tuées et que 13 autres ont été blessées.

« C’est vraiment un champ de bataille », a raconté Mona, une manifestante interrogée par Al Djazira. « Nous ne partirons pas tant que Moubarak ne partira pas », a-t-elle ajouté.

Après une heure de tirs intenses, les chaînes de télévision ont montré les images de deux cadavres qui étaient évacués en étant traînés par les pieds.

Installés sur un pont surplombant la place, des partisans de Moubarak continuaient de lancer régulièrement des cocktails Molotov en direction des manifestants retranchés derrière des barricades de fortune.

Peu avant le lever du soleil, la télévision a montré des images de véhicules militaires qui se déployaient parmi les manifestants sans dissuader les assaillants.

ATMOSPHÈRE EXPLOSIVE

Tout au long de la journée de mercredi, les deux camps s’étaient affrontés à l’aide de pierres, de cocktails Molotov et de bâtons, maintenant une atmosphère explosive dans le centre du Caire.

Le ministre égyptien de la Santé, cité par Al Arabia, avait fait état de trois morts tandis qu’un médecin a dit à Reuters avoir comptabilisé 1.500 blessés environ dans le poste médical d’urgence installé sur la place.

Au moins 150 personnes auraient été tuées depuis le début de la révolte le 25 janviers mais, selon l’Onu, ce bilan serait plutôt de l’ordre de 300 tués et de 3.000 blessés.

Les opposants, dont 2.000 se trouvaient toujours mercredi soir sur la place Tahrir qu’ils occupent depuis 10 jours, ont affirmé que leurs agresseurs étaient des policiers en civil.

Le ministère de l’Intérieur a réfuté ces accusations tandis que le vice-président Omar Souleimane a appelé les manifestants à rentrer chez eux, mettant l’arrêt des manifestations comme condition préalable à l’ouverture d’un dialogue.

Cet appel destiné tant aux opposants qu’aux partisans du gouvernement n’a pas été entendu.

Moubarak, 82 ans, qui a annoncé mardi qu’il ne briguerait pas un sixième mandat lors de la présidentielle de septembre, n’entend pas connaître le sort de son homologue tunisien Zine ben Ali, contraint à une fuite humiliante.

Le président égyptien a indiqué qu’il ne se retirera qu’à l’automne et qu’il emploiera les prochains mois à organiser une transition politique.

« MAINTENANT, C’EST MAINTENANT »

Cette position de refus complique la tâche des Etats-Unis qui ne cessent d’afficher leur fermeté et se sont prononcés pour un départ immédiat du chef de l’Etat égyptien.

Dans une déclaration à la Maison blanche, Barack Obama, avait demandé mardi soir que la transition politique débute « maintenant » en Egypte. « Et maintenant, cela veut dire maintenant », a insisté Robert Gibbs, porte-parole de la présidence, mercredi.

Après plusieurs jours de calme relatif dans la contestation, la révolte égyptienne a repris un tour violent et cette situation volatile inquiète les Américains.

« Quelqu’un loyal à Moubarak a lâché ces types pour tenter d’intimider les manifestants », a analysé au haut responsable de l’administration Obama.

Pour l’instant, l’armée, institution essentielle dans le jeu politique égyptien, ne prend partie pour aucun des deux camps et se contente de jouer un rôle d’observateur.

« Si cette violence est provoquée par le gouvernement (égyptien), elle doit cesser immédiatement », a ajouté Robert Gibbs traduisant une impatience de la part de la Maison blanche.

Figure de proue de l’opposition, Mohamed ElBaradeï a lui aussi appelé l’armée à intervenir afin de calmer la violence. Les forces armées ont demandé aux manifestants de rentrer chez eux affirmant que leurs revendications avaient été entendues.

Ces derniers refusent toutefois de cesser leur mouvement tant que Moubarak n’aura pas quitter le pouvoir. « Nous ne partirons pas. Tout le monde reste sur place », a déclaré Khalil, un sexagénaire armé d’un bâton.

Bureau du Caire; Pierre Sérisier pour le service français
reuters

 
2 Commentaires

Publié par le 3 février 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

2 réponses à “La place Tahrir au Caire se transforme en champ de bataille

  1. NOUREDDINE

    3 février 2011 at 10 h 59 min

    POUR MOI JE VOIS QUE LA CHAINE ARABE AL JAZEERA EST UN INSTRUMENT CREER POUR DESTHABILISER CERTAINS PAYS ARABE …JE CRAINTS LA PRISE DU POUVOIR PAR LES EXTREMISTES ET C’EST JUSTE CELA QUE PLAGNIFIENT CEUX QUI TIRENT LES FICELLE!…. DE QATAR .

    J’aime

     
    • realinfos

      3 février 2011 at 13 h 45 min

      Je ne suis qu’un petit français,pas trés porté sur la religion,sachant ce que cela peut entraîner comme dérives!
      je souhaiterais juste que tous les peuples de toutes confessions virent à coup de pompes dans le cul,toutes les marionnettes que les sionistes et l’oligarchie anglo saxonne ont installés aux pouvoir de beaucoup de pays et ensuite que ces mêmes peuples se prennent en main afin d’instaurer une paix durable,car on sent bien que l’élastique est en rupture et qu’il en faudrait si peu pour que tout cela finisse en boucherie!
      Nous sommes tous des frères et des soeurs qui n’aspirons qu’à une chose,vivre dignement et se respecter les uns les autres,mais pour çà,il faut se débarrasser des monstre apatrides qui veulent notre perte!
      Tu sais,les extrémistes,al quaida et tout ce qui y ressemble,sont les fabrications de ces mêmes monstres,tout est lié,tout part de la même base et c’est çà qu’il faut dénoncer,et non de se battre entre nous,c’est ce qu’ils veulent et nous faisons leur jeu en réagissant de la sorte et ils le savent et en jouent!

      Il faut absolument stopper ce cirque,çà a trop duré,sinon le réveille risque d’être trés,trés difficile….en espérant qu’il ne soit pas déjà trop tard…!

      J’aime

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :