RSS

Un projet d’usine d’huile de palme dans l’Aude dénoncé par les écologistes

31 Jan

Un projet d’usine d’huile de palme dans l’Aude dénoncé par les écologistes
PARIS – La culture des palmiers à huile, pour se substituer à l’huile de colza et au tournesol dans l’industrie alimentaire, contribue massivement à la déforestation en Asie, ont accusé lundi les Amis de la Terre opposés au projet d’usine spécialisée à Port-la-Nouvelle dans l’Aude.

Selon l’ONG, le groupe malaisien Sime Darby, numéro un mondial de cette huile et le groupe néerlandais Vopak, acteur-clé du développement des agrocarburants en Europe, discutent avec le Conseil régional du Languedoc-Roussillon pour y implanter la première usine assurant tant l’importation que le stockage et le traitement de l’huile de palme en France.

D’autres usines à Rouen, Dunkerque ou Saint-Nazaire assurent uniquement l’importation de différentes huiles végétales sans les raffiner.

Face à l’argument de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Narbonne que l’huile produite sera certifiée, puisque Sime Darby est membre de la Table ronde pour l’huile de palme durable, l’ONG avertit : « de nombreuses entreprises impliquées dans la déforestation sont membres de cette Table ronde et ont fait pression pour affaiblir les critères ».

Selon Sylvain Angerand, expert pour les forêts des Amis de la Terre, on peut, avec ces nouveaux critères, « raser des forêts si celles-ci ne représentent pas un intérêt majeur pour la conservation ou utiliser dans les plantations un pesticide neurotoxique, le paraquat, interdit en Europe. »

En dix ans, la consommation d’huile végétale a grimpé de 80%, « tirée par l’émergence des agrocarburants représentant aujourd’hui environ 30% de la consommation totale européenne », rappelle-t-il.

L’huile de colza et de tournesol ont été détournées vers la production de carburant et les industriels de l’agroalimentaire se sont rabattus massivement sur l’huile de palme, qui, elle, n’intervient qu’à 5% dans les agrocarburants.

« Jusqu’ici les importations d’huile de palme passaient par Amsterdam et Rotterdam, portes d’entrée historiques, mais avec le développement des agrocarburants, on cherche à optimiser les coûts et à avoir les trajets les plus courts en déplaçant les portes d’entrée sur la façade méditerranéenne », précise-t-il. Des discussions sont également en cours en Espagne et Italie.

Outre les problèmes de santé posés par la consommation d’acides saturés compris dans cette huile, « c’est beaucoup plus un problème de surfaces prises sur des espaces écologiques », met en avant l’expert.

En Afrique, où le groupe Sime Darby va planter prochainement 10.000 ha de palmiers au Libéria, « on reproduit le même problème de monoculture qu’on connaît déjà en Indonésie », assure Sylvain Angerand.

S’y ajoutent de gros conflits fonciers avec « des Etats qui bradent les terres sans que les gens aient les moyens de faire valoir leurs droits dessus. »

La France est le second producteur européen de biodiesel derrière l’Allemagne avec 1,9 million de tonnes en 2006, selon la Fédération européenne de Biodiesel (EBB).

(©AFP / 31 janvier 2011 18h47)

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :