RSS

Archives du 4 janvier 2011

Coup de froid sur le moral des ménages

Le moral des consommateurs français s’est dégradé en décembre, en raison notamment de la montée des inquiétudes pour le niveau de vie et de la crainte de l’inflation, montre l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages publiée mardi par l’Insee.
L’indicateur résumant l’opinion des ménages sur la situation économique a reculé de trois points à -36, repartant à la baisse après trois mois de hausse et s’éloignant de nouveau de sa moyenne de long terme de -19.

Tombé à -46 en octobre 2008, en pleine crise financière, il était remonté à -30 en janvier de l’an dernier. Sept économistes interrogés par Reuters anticipaient pour décembre un chiffre en hausse à -31.

La baisse inattendue annoncée par l’Insee s’explique entre autres par une détérioration de l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée et future, les composantes correspondantes de l’indicateur perdant respectivement trois et cinq points.

Le solde d’opinion sur le niveau de vie passé abandonne parallèlement cinq points tandis que celui sur les perspectives d’évolution du niveau de vie recule de quatre points.

Même si cette évolution peut s’expliquer en partie par des éléments ponctuels, comme les mouvements sociaux d’octobre-novembre et les intempéries du début décembre, elle traduit « une véritable crise de confiance », estime Alexander Law, chef économiste de Xerfi.

« Le plus inquiétant, c’est que les Français s’inquiètent non seulement de l’état général de la France, mais aussi de leur situation personnelle », ajoute-t-il.

L’INFLATION INQUIÈTE LES FRANÇAIS

Selon un sondage BVA-Gallup international réalisé pour Le Parisien, les Français sont champions du monde du pessimisme quant à leur situation économique en 2011, éclipsant même les habitants de pays en guerre comme l’Irak ou l’Afghanistan.

Ils sont 61% à déclarer que la nouvelle année sera synonyme de difficultés économiques, contre 28% en moyenne dans le monde, 22% en Allemagne, 41% en Italie, 48% en Espagne et 52% au Royaume-Uni. Le pessimisme des Français a augmenté de dix points par rapport à l’an dernier, note BVA.

L’actualité des dernières semaines nourrit ce phénomène : absence de coup de pouce au SMIC en 2011, débat sur le durcissement de la fiscalité du patrimoine et série de hausses de prix, notamment ceux de l’essence à la pompe et ceux des contrats d’assurance.

C’est dans ce climat peu porteur pour la consommation que sont entrées en vigueur le 1er janvier plusieurs mesures fiscales qui se traduiront par une hausse de certaines dépenses des ménages, comme l’augmentation de la TVA sur les forfaits de télécommunications incluant la télévision ou la suppression des exonérations de charges pour l’emploi d’un salarié à domicile.

Le solde des réponses des ménages sur l’inflation augmente ainsi de six points en décembre et leurs anticipations en matière de hausse des prix sont elles aussi en hausse, de deux points.

PRIME À LA CASSE SUPPRIMÉE

Pour Gilles Moëc, économiste de Deutsche Bank, la baisse du moral des ménages en décembre, est « un peu contradictoire avec tous les autres indicateurs français qui traduisent une économie plutôt résiliente ».

« C’est sans doute cohérent avec la tendance que l’on observe actuellement en France selon laquelle la consommation des ménages devrait être le point faible de l’économie en 2011, à cause de l’impact de la hausse des prix à la consommation, d’un chômage toujours très élevé et désormais du début de l’austérité budgétaire. »

L’opinion des Français sur leur capacité future à épargner reste stable tout comme leur jugement sur l’évolution du chômage, dont l’amélioration s’est interrompue à l’automne.

Logiquement, leur opinion sur l’opportunité de faire des achats importants a légèrement baissé le mois dernier. Ce type d’achats pourrait souffrir au cours des mois à venir de la perte du soutien de la prime à la casse automobile, définitivement supprimée le 31 décembre.

« Il est illusoire d’escompter le retour à une croissance forte sans dépenses des ménages dynamiques. Or la consommation représente 60% du PIB de la France », souligne Alexander Law.

L’enquête de l’Insee a été réalisée auprès d’environ 2.000 ménages du 29 novembre au 16 décembre.

Marc Angrand, avec Vicky Buffery, édité par Yves Clarisse

http://fr.news.yahoo.com/4/20110104/tts-france-moral-menages-tp-ca02f96.html

 
2 Commentaires

Publié par le 4 janvier 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le Larzac en lutte contre le gaz de schiste

La contestation prend de l’ampleur contre les permis d’exploration de gaz de schiste, accordés dans le Sud de la France. Mi-décembre, le député européen José Bové a demandé un gel des prospections sous le plateau du Larzac et dans les autres départements concernés. Le 20 décembre, trois cent personnes ont décidé de constituer un « comité de vigilance », lors d’une réunion à Saint-Jean-du-Bruel (Aveyron). Elles ont demandé aux communes impliquées de prendre des arrêtés municipaux – similaires aux arrêtés anti-OGM – pour empêcher les forages. Le 3 janvier, le conseil municipal de Sainte-Eulalie-de-Cernon (Aveyron) a voté à l’unanimité une demande de moratoire.

Les permis d’exploration ont été délivrés – dans l’indifférence quasi-générale – en mars dernier par le ministère de l’Environnement. Le « permis de Nant » (Aveyron), attribué au groupe américain Schuepbach Energy, allié avec GDF-Suez, autorise pour 3 ans des forages sur une zone de 4.400 km² dans la région. Le groupe Total a obtenu un permis de prospection de 5 ans sur une surface équivalente, du sud de Valence au nord de Montpellier, en passant par le Parc national des Cévennes, et le groupe suisse Mouvoil un permis autour d’Alès (Gard). Total a déjà annoncé son intention d’investir 37,8 millions d’euros dans ce projet.

Les opposants demandent un débat public sur ces projets. « La ruée des firmes gazières sur les Cévennes et le Larzac laisse présager un nouveau combat fondamental pour la sauvegarde de nos ressources naturelles », a déclaré José Bové. Les élus de Sainte-Eulalie-de-Cernon estiment que l’exploitation des gaz de schiste constituerait une destruction programmée du territoire. Les gisements convoités sont situés au cœur des ressources d’eau potable du Larzac. Les méthodes d’extraction très polluantes du gaz de schiste, par fragmentation hydraulique, nécessitent de multiples forages, parfois très près des habitations, et de grandes quantités d’eau. Outre le risque d’explosions près des habitations, cette exploitation peut entraîner des déversements toxiques de produits chimiques et une contamination des eaux souterraines.

http://www.bastamag.net/article1363.html

 
2 Commentaires

Publié par le 4 janvier 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

USA: l’obésité, connais pas! :)

Neuf Américains sur 10 estiment que leur alimentation est saine, même si les deux tiers de la population ne consomment pas suffisamment de fruits et de légumes dans ce pays champion du monde de l’obésité, selon un sondage rendu public mardi.

Selon l’enquête du magazine Consumer Reports menée auprès de 1.234 adultes, 52,6% des Américains jugent leur alimentation « plutôt » saine, 31,5% « très » saine et 5,6% « extrêmement » saine.

Mais au royaume du Coca-Cola, 43% des sondés reconnaissent aussi boire au moins un soda ou autre boisson sucrée par jour et seule une personne sur quatre dit limiter son apport de sucres et de graisses, selon ce sondage effectué début novembre.

« Les Américains ont tendance à se donner de bonnes notes pour leur alimentation, mais quand on leur demande quelle est leur consommation de sodas, de graisses et de fruits et légumes, on constate que leur définition d’une alimentation saine est discutable », observe Nancy Metcalf, de Consumer Reports.

Quatre personnes interrogées sur 10 confient manger « à peu près tout » voire « pratiquement tout » ce qui leur fait envie.

Dans un pays où un tiers des adultes sont considérés comme obèses, peu de gens se pèsent ou calculent leur apport quotidien en calories, selon l’enquête. Lorsqu’on leur demande leur poids, trois personnes sur 10 le sous-estiment alors qu’elles sont soit en surpoids, soit obèses.

Seuls trois sondés sur 10 disent par ailleurs absorber le régime recommandé d’au moins cinq fruits ou légumes par jour.

Selon un autre sondage publié en fin d’année dernière, perdre du poids arrive en tête des résolutions que comptent prendre les Américains cette année, juste après arrêter de fumer.

(©AFP / 04 janvier 2011 14h13)

 
2 Commentaires

Publié par le 4 janvier 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Vioxx : Le médoc qui a fait 40 000 morts aux Etats-Unis… et aucun en France ?

Le Vioxx, bourreau des coeurs… Le chiffre vient d’être revu à la hausse. Si aux Etats-Unis, le scandale fait rage, en France, personne ne bronche. L’affaire pourrait pourtant ravaler le Mediator au rang de simple pastille Valda…

Le Mediator a tué entre 500 et 2000 personnes. Scandale ! Que penser, alors, du Vioxx, ce médicament anti-douleur et anti-inflammatoire largement utilisé contre l’arthrite entre 1999 et 2004. Il aurait, selon la FDA (Food and Drug Administration, agence de régulation américaine des médicaments) provoqué 160 000 crises cardiaques et attaques cérébrales et 30 000 décès, rien qu’aux Etats-Unis. Chiffre récemment réévalué à 40 000 par une nouvelle étude. En France, c’est le flou artistique… y a-t-il eu un seul mort ? On ne le saura peut-être jamais…

Coeurs sensibles s’abstenir

En 2007, le géant pharmaceutique Merck (commercialisant le Vioxx) a négocié un règlement à l’amiable concernant 95% des 26.600 plaintes déposées contre lui, pour un montant de 5 milliards de dollars. Mais certains plaignants ont refusé l’arrangement, et les procès qui suivent leur cours dévoilent régulièrement quelques cadavres, bien planqués au fond des placards. Le bimensuel Archives of Internal Medicine a notamment révélé, l’année dernière, que Merck n’avait pas publié les résultats d’études cliniques effectuées après la mise sur le marché du médicament. Un oubli, sans doute. Fâcheux, puisque ces études montraient dès 2001 que le Vioxx augmentait nettement le risque d’attaques cardiaques et cérébrales. Un accroissement estimé à 35% en juin 2001, à 39% en avril 2002 et à 43% en septembre 2004, au moment de son retrait du marché. Malgré ces études, le laboratoire a toujours nié tout risque sanitaire… et pendant ce temps là, il continuait d’accumuler les profits, 2 milliards de dollars tous les ans.

L’Afssaps en double aveugle

Dans cette affaire, les autorités sanitaires, dont l’Agence française de sécurité des produits sanitaires (Afssaps), ont été d’une passivité exemplaire. En novembre 2000, l’étude américaine Vigor prouve que le Vioxx entraine une très nette augmentation du nombre d’infarctus du myocarde, ce qu’admet l’Afssaps dans un communiqué. Mais notre Agence nationale fait valoir qu’à l’origine, cette étude n’avait pas « pour objectif l’étude de la tolérance cardio-vasculaire », elle ne vaudrait donc pas grand chose car « seule une étude spécifique permettrait d’évaluer le risque cardio-vasculaire éventuel » du médicament. Et les patients sont priés de gober la pilule.

En juin 2002, constatant que le Vioxx est devenu un best-seller en quelques mois (Merk a cartonné sur la pub’), le coeur léger, l’Afssaps se décide tout même à recommander aux médecins d’avoir la main un peu plus légère sur les prescriptions, car la molécule engendrerait des effets secondaires notables… sur le système digestif. Quand aux risques cardio-vasculaires, il « est en cours d’évaluation ». En juillet 2004, l’Afssaps rend compte d’une réévaluation du rapport bénéfice/risque avalisée par la Commission européenne quatre mois plus tôt : RAS, tout va bien, « la sécurité d’emploi des coxibs [dont le Vioxx fait partie] n’est pas remise en cause ». Et bonjour chez vous.

C’est alors qu’en septembre 2004, l’Agence tombe des nues. Elle annonce, dans un communiqué, qu’elle « vient d’être informée […] de la décision des laboratoires Merck Sharp & Dohme-Chibret de l’arrêt mondial de la commercialisation de leur spécialité Vioxx ». Il lui faudra 9 mois de plus pour admettre officiellement que le médicament est effectivement dangereux sur le plan cardio-vasculaire. Ce que ne contesteront certainement pas les milliers de malheureux qui ont claqué entre temps…

Ce qu’on appelle un plan (de pharmacovigilance) qui se déroule sans accro(c)… ?

http://www.lesmotsontunsens.com/vioxx-le-medoc-qui-a-fait-40-000-morts-aux-etats-unis-et-aucun-en-france-8786

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 janvier 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :