RSS

Adieu souveraineté Irlandaise…Bonjour tristesse…!

24 Nov

Irlande: vers une nationalisation totale du secteur bancaire et de fait de l’Irlande toute entière!
Dublin (awp/afp) – Les fonds massifs que l’état irlandais s’apprête à injecter dans les banques du pays, grâce au plan d’aide international, devraient conduire à une nationalisation quasi-totale du secteur bancaire de l’ex-« Tigre celtique », selon des informations mercredi de la presse à Dublin.

Sur les 85 milliards d’euros d’aide désormais attendus de l’Union européenne et du Fonds Monétaire international, une part conséquente doit servir à recapitaliser les banques, toujours au bord du naufrage malgré l’argent public qu’elles ont déjà reçu et la garantie apportée par l’état sur leurs dépôts.

La banque irlandaise la plus en difficulté, et une des deux premières par la taille, l’Anglo Irish Bank, a été nationalisée dès le début 2009, touchée de plein fouet par l’éclatement de la bulle immobilière après avoir accordé des prêts à tout-va.

Nécessitant d’être renflouée à hauteur de plus de 30 milliards d’euros (soit presque 20% du PIB de l’Irlande), elle appartient désormais à 100% à l’état.

Celui-ci est également déjà majoritaire dans deux établissements de crédit mutualiste de taille plus modeste, l’Irish Nationwide et l’EBS.

Un autre groupe bancaire majeur du pays, Allied Irish Banks (AIB), est en passe de devenir la propriété de l’Etat à 99% -contre environ 20% actuellement- après une recapitalisation imminente, assurait mercredi l’Irish Times.

AIB a annoncé la semaine dernière avoir enregistré une baisse de 13 milliards d’euros de ses dépôts depuis janvier et n’avoir pas trouvé preneur pour ses activités en Grande-Bretagne, dont la vente lui aurait permis de dégager un peu d’argent frais.

Dans le trio de tête des banques du pays, la Bank of Ireland (BofI) pourrait également passer dans le giron de l’Etat d’ici la fin de la semaine, selon la presse.

Longtemps considérée comme la banque la plus solide, car moins exposée aux prêts immobiliers que ses principales concurrentes, la BofI fait face, elle aussi, à une hémorragie de comptes détenus par les entreprises. Elle est en outre fragilisée par la descente aux enfers de son cours de bourse, qui lui a fait perdre plus de 90% de sa valeur d’avant la crise, soulignait l’Irish Independent.

L’action d’AIB a chuté de son côté de plus de 70% depuis le début de l’année.

Un autre établissement de crédit coté en Bourse, Irish Life and Permanent, participe aux discussions avec les experts de l’UE et du FMI, venus sur place pour mieux cerner l’ampleur des dégâts et des besoins.

Les établissements bancaires concernés n’ont fait aucun commentaire.

Selon les experts, la quasi-nationalisation du secteur bancaire irlandais aurait l’avantage, malgré son coût, de permettre à l’Etat -et par ricochet à la communauté internationale- d’avoir la main pour superviser sa restructuration et la cure d’amaigrissement drastique qui va lui être imposée.

Austérité

Le plan de rigueur constitue un préalable incontournable à l’octroi d’une aide de l’Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI), en cours de mise au point. Elle « sera autour de 85 milliards d’euros », a déclaré mercredi le ministre français du Budget, François Baroin. C’est « 20.000 euros » par Irlandais, a calculé l’Irish Sun.

En contrepartie, l’Irlande doit prouver sa capacité à stopper le dérapage de ses finances. L’adoption du plan de rigueur, et du budget 2011 qui en fait partie, est « essentielle », a averti mardi le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn. « Chaque jour qui passe accroît les incertitudes », a-t-il ajouté, dans une allusion à la déprime persistante des marchés.

L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a d’ailleurs abaissé mardi de deux crans la note de dette à long terme de l’Irlande.

L’aide à l’Irlande est conditionnée à « des mesures à prendre pour que le pays revienne sur le chemin de la stabilisation » de ses finances publiques, a averti mercredi la chancelière allemande Angela Merkel.

L’ampleur de l’austérité est cependant redoutée par les quelque 4,3 millions d’Irlandais qui ont déjà subi trois plans de rigueur depuis le début de la sévère récession qui a frappé l’ancien « tigre celtique » en 2008.

Le nouveau train de mesures prévoit 10 milliards d’économies et cinq de taxations.

Selon les médias, les allocations chômage et familiales seront réduites de 5%. Environ 25.000 postes seront supprimés dans la fonction publique et le salaire minimum sera amputé de 12%. Parallèlement, le plan prévoirait un alourdissement de l’impôt sur les revenus, ainsi que de nouvelles taxes.

« La vie va devenir insupportable », a estimé Eamon Devoy. Des « désordres sociaux » sont à prévoir, assure ce responsable du TEEU, un des principaux syndicats du pays qui appellent à une manifestation massive samedi. Ces organisations comptent sur un mouvement du type de celui qui secoue le Portugal, paralysé mercredi par une grève générale contre des réductions de salaires et des hausses d’impôts.

En Irlande, le vif mécontentement contre la rigueur se double de « l’humiliation » ressentie par la population face à l’appel à l’aide extérieure pour secourir l’île. Mercredi matin, le ministre des Transports, Noel Dempsey, a découvert un immense « Traîtres » barrant en lettres rouges la façade de sa permanence locale.

L’ampleur de l’austérité fait de plus craindre pour l’économie irlandaise. « Le plan va tuer le peu de chances de reprise en Irlande », juge l’économiste David McWilliams dans une tribune publiée par l’Irish Independent.

La crise financière se double d’une crise politique: le Premier ministre Brian Cowen, confronté au risque d’implosion de la coalition qu’il dirige, a été contraint lundi d’annoncer des élections anticipées pour l’année prochaine. Il espére ainsi bénéficier du sursis nécessaire pour permettre le vote du budget de rigueur qui sera présenté au Parlement à partir du 7 décembre. L’opposition continue cependant à appeler à sa démission.

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 novembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :