RSS

Archives du 12 octobre 2010

solutions locales pour un désordre global

Caméra au poing, Coline Serreau a parcouru le monde pendant près de trois ans à la rencontre de femmes et d’hommes de terrain, penseurs et économistes, qui expérimentent localement, avec succès, des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée.

Pierre Rabhi, Claude et Lydia Bourguignon, les paysans sans terre du Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets en Ukraine… tour à tour drôles et émouvants, combatifs et inspirés, ils sont ces résistants, ces amoureux de la terre, dont le documentaire de Coline Serreau porte la voix.

Cette série d’entretiens d’une incroyable concordance prouve un autre possible : une réponse concrète aux défis écologiques et plus largement à la crise de civilisation que nous traversons. Oui, des solutions locales et des alternatives concrètes pour un meilleur partage des avoirs et des savoirs existent.

Il manque la partie 3, elle semble avoir été rejeté par dailymotion…encore chanceux d’avoir les 5 autres…sinon vous pouvez toujours le télécharger ici: http://www.megaupload.com/?d=04EYUN4D

Ou voir la playlist ici:  http://www.dailymotion.com/playlist/x1fi8q_tchels0o_solutions-locales-pour-un-desord#videoId=xf57o7

 
5 Commentaires

Publié par le 12 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

L’argent dette par Paul Grignon

Merci à Manulmalin 🙂







 
7 Commentaires

Publié par le 12 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

vampires de Wall street vont se voir distribuer 144 milliards de bonus en 2010

vampire-yeux-sm.jpg image par dazibaoueb

Les institutions financières de Wall Street s’apprêtent à verser un montant record de 144 milliards de dollars de rémunérations variables à leurs dirigeants et employés cette année, selon une étude du Wall Street Journal publiée mardi.

Ce chiffre record, qui porte sur les primes, bonus et autres stock-options des dirigeants et employés de Wall Street, dépasse de 4% celle versée pour l’année 2009, qui s’élevait à 139 milliards de dollars, précise le journal.

L’étude porte sur 35 institutions financières: des banques, des fonds d’investissements, des maisons de courtages et des sociétés de services financiers.

Le chiffre d’affaires de 29 de ces institutions est également en hausse (3%), à 448 milliards de dollars contre 433 l’an dernier, poursuit l’étude.

En revanche, les bénéfices de ces sociétés, estimés à 61,3 milliards de dollars cette année, demeurent de 20% en deçà du record de 82 milliards de dollars établi en 2006, soit l’année précédant le début de la crise.

Au total, Wall Street va verser 32% de son chiffre d’affaires à ses employés, soit le même pourcentage que l’an dernier. Ce chiffre était de 36% en 2007.

Alors que la question de la rémunération des financiers de Wall Street fait polémique depuis la crise financière en raison de leur montant exorbitant, une autre étude publiée mardi montre que les professionnels de la finance s’attendent à une augmentation de leur bonus au titre de l’année 2010.

Aux Etats-Unis, la moitié table sur un bonus plus élevé que celui de l’an passé, tandis que 57% de ceux de la City de Londres ont la même attente, selon cette étude de eFinancialCareers.com.

Les chiffres concernant les places financières asiatiques sont encore plus éloquents, puisque 71% des professionnels à Hongkong, 69% à Singapour et 55% en Australie disent s’attendre à un bonus plus élevé que l’an passé.

Cette enquête a été menée en septembre auprès de 5.671 banquiers et professionnels de la finance à l’échelle mondiale, dont 2.145 professionnels aux USA et 537 au Royaume-Uni.

Les autorités américaines, qui ont injecté des milliards de dollars pour voler au secours de plusieurs grands noms de la finance, ont rendu publique en juin leur directive destinée à guider les banques dans leur politique de primes et de bonus, mais ces nouvelles consignes restent assez générales et ne comportent aucune obligation de limiter la rémunération des employés du secteur bancaire.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ad3e8966-d603-11df-9552-bf32c651740c%7C0

 

Étiquettes : , , , ,

Alerte Loi Martiale : Scénarios d’effondrement bancaire pour l’automne/hiver 2010

(Source : SCMLA, 9/10/10, trad. NewsOfTomorrow.org)

Les Alertes Loi Martiale de SoCal (SCMLA) existent depuis presque 2 ans et c’est notre SECONDE ALERTE LOI MARTIALE.

Comme lors de notre PREMIERE ALERTE LOI MARTIALE, nous avons attendu d’avoir plus d’informations avant de donner notre évaluation de l’effondrement financier en cours. Comme nous nous concentrons sur la loi martiale, nous regardons toujours les évènements actuels en cherchant à évaluer les conditions qui permettraient au président et/ou à l’armée d’appliquer la loi martiale. Et, comme nous essayons toujours d’avoir un coup d’avance afin d’avertir les gens, de telles évaluations sont nécessairement de nature spéculatives. Rien qui soit affirmé ici n’est sûr d’arriver. Le but de ces alertes est de faire réfléchir les gens en dehors du cadre des médias mainstream afin d’être mieux préparé à toute éventualité (ce qui inclue d’être préparé : mentalement, émotionnellement, spirituellement et physiquement — et le fait d’être préparé physiquement inclue d’être préparé financièrement).

LA SITUATION :

Alors que le prix de l’or atteint de nouveaux sommets (plus de $1300 par once) et que l’argent grimpe à plus de $23 par once, la situation financière de l’Amérique est, pour le moins, médiocre. Les taux de chômage toujours croissants, les dépenses du gouvernement ne cessant d’augmenter et l’effondrement du marché de l’immobilier convergent tous vers un effondrement unique parfaitement-mené/parfaitement-conçu, non seulement de notre économie, mais aussi de l’économie mondiale. Tandis que les acteurs financiers principaux tels que Goldman Sachs et JP Morgan continuent à accumuler des profits records, la classe moyenne a disparu du paysage financier américain. Les principaux dirigeants financiers tels que le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, ont ouvertement admis que le système financier de notre pays connait de graves troubles et même en Europe, on voit se multiplier les plans de sauvetage bancaire. Pendant ce temps, les médias américains avertissent sans arrêt de la possibilité d’un risque d’attaque terroriste en Amérique et ailleurs en Europe.

Si survient une attaque terroriste majeure comme un nouveau 11 septembre, le prévisionniste de la tendance Gerald Celente a déclaré que l’évènement conduirait à l’arrêt total du système bancaire, ce qui provoquerait un « Bank Holiday ». Et Celente n’est pas le seul. Depuis plus d’un an, beaucoup craignent un prochain « bank holiday ». Notre économie étant déjà en chute libre, il suffirait d’un évènement terroriste national et/ou mondial pour réduire à néant notre système de monnaie-fiat fondé sur le dollar en très peu de temps. Avec l’effondrement du dollar, des « bank holidays » supplémentaires pourraient être déclarés et des pouvoirs bancaires d’urgence oppressifs pourraient entrer en vigueur (voir : Loi Bancaire d’Urgence de 1933). Cela inclue de fortement limiter les retraits des consommateurs et un rappel des avoirs en or physique. Prenant en compte la Directive de Défense Presidentielle #51 (PDD-51), même un accident majeur des marchés boursiers pourrait déclencher ce scénario. Et une fois la PDD-51 invoquée, la loi martiale pourrait être pleinement mise en œuvre.

Avec les cyber-attaques, il pourrait également y avoir un effondrement du système bancaire conduisant à la loi martiale.

Cette éventualité nous inquiète beaucoup depuis que CNN a, un peu plus tôt cette année, mis en scène (c.a.d. simulé) une attaque fausse « cyber-attaque » terroriste avec de faux rapports écrits par Michael Chertoff et d’autres insiders de Washington. Leur hypothèse est la destruction du réseau électrique américain par des hackers/terroristes via une cyber-attaque. Depuis la diffusion de ces fausses actualités, les agences de presse alternatives comme Infowars et d’autres ont déclaré qu’une telle attaque est impossible à réaliser pour le hacker de base, car le réseau électrique est sur un réseau complètement dissocié d’Internet. Pendant ce temps, des menaces contre notre réseau électrique ont été mises en évidence de plusieurs autres manières (suspectes), comme lorsqu’on a découvert que les russes essayaient de s’introduire dans une centrale électrique de Géorgie.

Tandis que les médias continuent à parler à longueur de temps d’une menace de cyber-attaque terroriste sur notre réseau électrique, d’autres se sont penchés sur la perspective peut-être plus effrayante d’une cyber-attaque sur notre système bancaire, qui dépend fortement des réseaux informatiques ainsi que d’internet. Une telle attaque est déjà survenue à la fois en Amérique (le 4 juillet 2009), et à l’étranger (en Corée du Sud, Estonie, Inde, et Canada). En fait, en février 2010, l’industrie américaine des services financiers ont effectivement participé à un exercice de cyber-attaque pour tester l’état de préparation du système financier, en aucune manière ils ne peuvent nier qu’ils ont effectivement réfléchi à l’éventualité d’une telle attaque. Si une telle attaque survenait, des pans entiers du système bancaire seraient hors ligne (comme beaucoup croient que c’est ce qu’il est arrivé à la Bank of America cette année), ou, pire, d’énormes quantités de données bancaires seraient compromises ou perdues.

La conséquence possible ?

Imaginez ne pas pouvoir accéder à votre compte courant, votre régime d’épargne-retraite, ou, pire, voir votre solde bancaire tomber à zéro et, dans le chaos en résultant, vous retrouver sans pouvoir par aucune manière prouver la somme qui devait être dans votre compte. Après tout, de nos jours, toutes vos données bancaires sensibles sont stockées dans des bases de données informatique et, au milieu d’une « cyber-crise, » de nombreuses (sinon toutes) les transactions récentes pourraient être perdues (ou les banques pourraient l’affirmer). Dans un tel scénario, la seule preuve réelle des fonds serait la quantité d’espèces que le consommateur a sur lui.

De nombreux analystes comme Gerald Celente et Max Kaiser ont mis en garde les risques de laisser son argent à la banque. Alors que la situation financière de l’Amérique ne cesse de se détériorer, une cyber-attaque sous faux pavillon serait une manière rusée de camoufler l’inévitable et rendre responsable de l’effondrement quelque chose d’autre (ou quelqu’un d’autre). Aussi, avec les données financières du pays compromises et/ou manquantes, ce serait une manière commode de remettre à zéro le système bancaire. Avec le chaos des gens cherchant à se débrouiller avec peu ou pas d’argent en espèce, le gouvernement pourrait aisément mettre en place un système de carte de rationnement, très semblable à celui que le Venezuela utilise, et/ou une carte de paiement associée à une carte d’identité comme en Malaisie. De plus, de possibles émeutes pour la nourriture et/ou l’eau seraient la meilleure excuse pour instaurer la loi martiale.

En conclusion : Une cyber-attaque qui mettrait hors service le système bancaire ou le réseau électrique provoquerait sans aucun doute de gros troubles. Une cyber-attaque détruisant les deux serait dévastatrice. L’une ou l’autre ouvriraient la voie à la loi martiale.

NOS RECOMMANDATIONS :

Si vous avez de l’argent à la banque, pensez à le retirer. (Les dollars numériques ne sont ni durables, ni fiables !) Il est toujours sage de mettre de côté suffisamment d’espèces pour la survie, mais pensez à acheter avec tous vos autres avoirs des métaux précieux et/ou les marchandises nécessaires durant la transition vers la nouvelle monnaie (quelle qu’elle soit). Si vous n’avez pas déjà des stocks de nourriture, d’eau et d’armes de défense, c’est le bon moment d’en acheter. Pensez à liquider tous vos actifs papier y compris les comptes d’épargne retraite, actions, bons et fonds communs de placement, puisque, à ce stade, il suffirait de peu pour les faire tous tomber à zéro. Commencez à être plus autonome, si ce n’est pas déjà fait, que ce soit par le jardinage ou le troc avec d’autres individus partageant les mêmes idées, etc. Il est temps de vous présenter à vos voisins avant que l’électricité (et peut-être d’autres services) ne soit coupée. Sachez en qui vous pouvez avoir confiance et en qui vous ne le pouvez pas.

Voir aussi, en anglais : Gerald Celente Says This Is Among His Most Important Trends Ever ainsi que The Road To World War III : The Global Banking Cartel Has One Card Left To Play

 
8 Commentaires

Publié par le 12 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :