RSS

La vérité sur la chimio (suite)

13 Sep

Trouvé chez Ferlin 🙂

http://changementclimatique.over-blog.com/

 

lu sur un mur de la salle de garde des internes de villejuif:

« le cancer fait vivre d’avantage de gens qu’il en tue »

« Au bout de 20 ans de recherche, le taux moyen de succès des chimiothérapies tourne autour des 2,2 pour cent.

Un article de trois professeurs australiens est paru récemment dans la revue Clinical Oncology, sous le titre: « The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies ».

Il étudie les données d’études cliniques avec chimiothérapie au cours des 20 dernières années en Australie et aux USA. Le résultat est tout simplement accablant.

En ce qui concerne la survie au bout de 5 ans, et bien qu’en Australie seuls 2,3 % des patients aient apparemment tiré profit d’une chimiothérapie et qu’aux USA, il n’y en ait que 2,1 %, l’on continue, malgré cela, à proposer ces mêmes thérapies aux patients cancéreux!!!

Au total, ce sont les données de 72.964 patients en Australie et de 154.971 aux USA, tous traités par chimiothérapie, qui ont été étudiées. Ici, personne ne peut plus prétendre qu’il ne s’agit que des données de quelques patients et, par conséquent, insignifiantes.

Les auteurs demandent, avec raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, ait dans le même temps un tel succès dans les statistiques des ventes. »

Et cela devient vraiment très dur, lorsque l’on considère une par une les différentes sortes de cancers.

C’est ainsi qu’aux USA, depuis 1985, il y a eu exactement 0 % de progrès dans les cancers suivants:

• Cancer du pancréas
• Sarcome des parties molles
• Mélanome
• Cancer des ovaires
• Prostate
• Cancer des reins
• Cancer de la vessie
• Tumeurs cérébrales
• Myélomes multiples

Pour le cancer de la prostate, par exemple, rien qu’aux USA, 23.000 patients ont été analysés. Mais, au vu des «taux de succès», l’on ne peut que « sourire »: ils n’étaient que de 1,4 % pour le cancer du sein, de 1,0 % pour le cancer de l’intestin, et de 0,7 % pour le cancer de l’estomac…

Et ceci au bout de 20 années de recherches intensives dans le domaine de la chimiothérapie et l’investissement de milliards provenant de fonds pour la recherche et de dons faits aux grandes organisations pour le cancer.

sinon et même si j’espère que personne n’est concerné ici, le desmodium et l’aloè vera sont très efficaces contre les effets secondaires de ce genre de traitement…

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 13 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Une réponse à “La vérité sur la chimio (suite)

  1. Jehl Jean Luc

    14 septembre 2010 at 15 h 13 min

    hé-ben! y’a plus qu’à laisser faire la nature ! vu que cela ne sert quasiment à rien ( ce qui m’étonne pas du tout) une chose est sur c’est que ca rapporte encore une fois bien aux labos d’où l’intérêt de l’acharnement thérapeutique!

    J'aime

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :