RSS

Archives du 13 septembre 2010

Bactérie MDN-1 (suite).

La nouvelle « super-bactérie » venue d’Inde: une bombe à retardement mondiale

BOSTON (Etats-Unis) – L’émergence dans le sous-continent indien d’un pathogène résistant aux antibiotiques et qui s’est déjà propagé à la surface du globe est une bombe à retardement requérant une mobilisation immédiate des autorités sanitaires, insistent des infectiologues.

« Il y a urgence à mettre en place un système de surveillance international dans les prochains mois et à tester tous les patients hospitalisés » dans le plus grand nombre de pays possible, explique lundi le Dr Patrice Nordmann, de l’Hôpital Bicêtre (près de Paris). « Ces mesures ont déjà été décidées en France et sont très sérieusement envisagées au Japon, à Singapour et en Chine », rappelle-t-il, lors d’un entretien avec l’AFP.

Cet infectiologue participe à la 50e conférence annuelle de l’ICAAC (Interscience conference on Antimicrobial Agents and Chemotherapy), le plus grand colloque mondial sur les maladies infectieuses qui réunit du 12 au 14 septembre à Boston (Massachusetts, nord-est) quelque 12.000 spécialistes.

« Pour l’instant, on ne connaît pas encore la rapidité d’expansion du phénomène (…), mais ce qui est certain c’est que ça va se diffuser », prédit le Dr Nordmann, comparant la situation à « une bombe à retardement », vu l’énorme réservoir que représente pour ce pathogène les 1,3 milliard d’habitants du sous-continent indien.

L’origine de ce « super-pathogène », en fait un gène appelé NDM-1 (New Delhi metallo-lactamase-1), remonte à des patients hospitalisés pour la plupart en Inde, au Pakistan et au Bangladesh.

Les premiers cas hors de ces pays ont été observés en Grande-Bretagne dès 2007. Ensuite, le nombre de personnes infectées a commencé à augmenter avec plus de 70 dénombrées au Royaume-Uni et plus de 170 en Inde et au Pakistan.

Cette nouvelle menace infectieuse est venue à l’attention des médias après la publication d’une étude en août dans la revue britannique The Lancet.

Cette recherche expliquait que le NDM a été rapporté en Grande-Bretagne par des « médico-touristes » (patients se faisant opérer à l’étranger) revenant d’Inde.

Depuis la publication de cette étude, des cas d’infection ont été signalés au Canada, aux Etats-Unis, en Belgique, aux Pays-Bas, en Autriche, en France, en Allemagne, au Kenya, en Australie, à Hong Kong et au Japon.

Un Belge hospitalisé au Pakistan à la suite d’un accident est la première personne connue à ce jour à y avoir succombé.

« Beaucoup de ces souches sont résistantes à pas mal d’antibiotiques voire à tous les antibiotiques », explique le Dr Nordmann, qui craint une propagation dans les milieux hospitaliers chez les personnes gravement malades, avec une mortalité élevée.

Contrairement à nombre de pathogènes multirésistants apparus ces vingt dernières années, comme le staphylocoque doré résistant à la méthicilline (SARM), le gène du NDM a été repéré dans d’autres bactéries totalement différentes.

« Ce gène a ainsi sauté dans des espèces bactériennes se trouvant normalement dans le tube digestif humain et qui peuvent provoquer des infections pulmonaires et urinaires », ajoute le médecin.

Le Dr Timothy Walsh, de l’Université de Cardiff (Grande-Bretagne), s’inquiète du fait que plus de 600 millions de personnes n’ont pas accès à des installations sanitaires en Inde, ce qui fait « qu’on ignore l’étendue de la diffusion du NDM ».

De plus, « l’utilisation massive d’antibiotiques dans ces pays ne peut qu’accélerer la résistance microbienne », déclare-t-il à la presse.

Le Dr Nordmann déplore l’absence d’observatoire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour détecter l’émergence de résistance microbienne.

(©AFP / 13 septembre 2010 21h09)

 
6 Commentaires

Publié par le 13 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

La vérité sur la chimio (suite)

Trouvé chez Ferlin 🙂

http://changementclimatique.over-blog.com/

 

lu sur un mur de la salle de garde des internes de villejuif:

« le cancer fait vivre d’avantage de gens qu’il en tue »

« Au bout de 20 ans de recherche, le taux moyen de succès des chimiothérapies tourne autour des 2,2 pour cent.

Un article de trois professeurs australiens est paru récemment dans la revue Clinical Oncology, sous le titre: « The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies ».

Il étudie les données d’études cliniques avec chimiothérapie au cours des 20 dernières années en Australie et aux USA. Le résultat est tout simplement accablant.

En ce qui concerne la survie au bout de 5 ans, et bien qu’en Australie seuls 2,3 % des patients aient apparemment tiré profit d’une chimiothérapie et qu’aux USA, il n’y en ait que 2,1 %, l’on continue, malgré cela, à proposer ces mêmes thérapies aux patients cancéreux!!!

Au total, ce sont les données de 72.964 patients en Australie et de 154.971 aux USA, tous traités par chimiothérapie, qui ont été étudiées. Ici, personne ne peut plus prétendre qu’il ne s’agit que des données de quelques patients et, par conséquent, insignifiantes.

Les auteurs demandent, avec raison, comment il se fait qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, ait dans le même temps un tel succès dans les statistiques des ventes. »

Et cela devient vraiment très dur, lorsque l’on considère une par une les différentes sortes de cancers.

C’est ainsi qu’aux USA, depuis 1985, il y a eu exactement 0 % de progrès dans les cancers suivants:

• Cancer du pancréas
• Sarcome des parties molles
• Mélanome
• Cancer des ovaires
• Prostate
• Cancer des reins
• Cancer de la vessie
• Tumeurs cérébrales
• Myélomes multiples

Pour le cancer de la prostate, par exemple, rien qu’aux USA, 23.000 patients ont été analysés. Mais, au vu des «taux de succès», l’on ne peut que « sourire »: ils n’étaient que de 1,4 % pour le cancer du sein, de 1,0 % pour le cancer de l’intestin, et de 0,7 % pour le cancer de l’estomac…

Et ceci au bout de 20 années de recherches intensives dans le domaine de la chimiothérapie et l’investissement de milliards provenant de fonds pour la recherche et de dons faits aux grandes organisations pour le cancer.

sinon et même si j’espère que personne n’est concerné ici, le desmodium et l’aloè vera sont très efficaces contre les effets secondaires de ce genre de traitement…

 
1 commentaire

Publié par le 13 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Une crèche va équiper les bébés de puces électroniques !!!

Comment surveiller plusieurs dizaines de bambins dans une crèche sans faire appel à une multitude d’auxiliaires de puériculture? Grâce aux puces intelligentes! Pour la première fois en France et en Europe, une crèche parisienne expérimentera, dans le courant du premier semestre 2011, le contrôle électronique sans fil de ses petits pensionnaires.

//

  Chaque enfant accueilli dans l’établissement, vraisemblablement une structure d’accueil associative, privée ou d’entreprise, mais pas municipale, sera équipé d’une puce radio sans fil reliée à un centre de contrôle vidéo.

Réactions indignées

« L’expérimentation, menée pour le compte d’une grande société d’assurances, vise à valider l’efficacité du système du point de vue de la sécurité des enfants, explique Patrick Givanovitch, PDG de l’entreprise Lyberta, conceptrice du projet. Nous installerons des sondes un peu partout dans la crèche pour établir une cartographie complète du lieu. Grâce à la puce portée par chaque enfant (NDLR : insérée dans un vêtement spécialement fourni), il sera possible de savoir instantanément si l’un d’entre eux quitte la crèche. La direction de la crèche sera immédiatement alertée, tout comme les parents, par SMS sur leurs téléphones portables. » Aussi novatrice soit-elle, l’arrivée d’un tel système se heurte déjà à de fortes oppositions.
Pour Dominique Ratia-Armengol, présidente de l’Association nationale des psychologues de la petite enfance, l’idée est « tout simplement effrayante ». « Enfermer les enfants dans une cage virtuelle, c’est créer des conditions de méfiance et d’angoisse inutile face à un danger qui n’existe pas. C’est également déresponsabilisant en coupant les liens avec les adultes à l’écoute et formés pour éduquer et établir une relation de confiance avec eux. »
Même réaction indignée de Maria Da Costa Pereira, auxiliaire de puériculture à Paris et responsable syndicale CGT : « C’est la porte ouverte à des économies énormes de personnel au détriment d’une relation humaine essentielle avec des adultes professionnels. D’autant qu’il n’y a pas besoin de sécuriser électroniquement des crèches qui sont déjà des lieux fermés et absolument sans risque de fugue… » 

http://www.leparisien.fr/societe/une-creche-va-equiper-les-bebes-de-puces-electroniques-09-09-2010-1060393.php
Veaux,vaches,cochons,poulets….Bébés….!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Ce sont les prémices pour un contrôle total sur la population,ne vous leurrez pas!
De plus,pucer votre enfant ne le ramènera pas, ça ne l’empêchera pas d’aller ou il le souhaite et ça n’empêchera pas non plus les accidents. Mais par contre ça rapportera surement un fric énorme a la société qui commercialisera cette merde sans compter les problèmes liées au champs magnétiques dont on connaît maintenant les effets….!!!
Refusons cette merde,nous ne sommes ni des  animaux,ni des esclaves !!!
 

Étiquettes : , , ,

La vérité sur la chimio!

la Santé, parlons-en, saviez-vous que des enquêtes et des questionnaires
montrent que trois docteurs sur quatre (donc 75%) refusent toute chimiothérapie
sur eux-mêmes, en cas de cancer en raison de son inefficacité sur la maladie
et de ses effets dévastateurs sur la totalité de l’organisme humain.

Voici ce que de nombreux docteurs et scientifiques ont à dire à propos de la
chimiothérapie :

“La majorité des patients atteints de cancer dans ce pays meurent à cause
de la chimiothérapie, qui ne soigne ni les cancers du sein, ni ceux du côlon
ou des poumons. Cela été consigné depuis plus de dix ans. Néanmoins les
docteurs continuent à utiliser la chimiothérapie pour combattre ces
tumeurs.”  
(Allen Lewin, MD, UCSF, “The Healing of Cancer”, Marcus Books, 1990)  

“Si je devais contracter le cancer, je ne recourrais jamais à un certain
modèle thérapeutique pour soigner cette maladie. Les patients du cancer qui se
tiennent éloignés de ces centres ont une certaine chance de s’en sortir.”

(Prof. Georges Mathé “Scientific Medecine Stymied”, Médecines Nouvelles,
Paris, 1989)

“Le Dr Hardin Jones, conférencier à l’université de Californie, après
avoir analysé pendant de nombreuses décennies les statistiques de survie au
cancer, est parvenu à cette conclusion : “ … Quand ils ne sont pas
traités, les patients ne vont pas plus mal, ils vont même mieux.” Les
conclusions déstabilisantes du Dr Jones n’ont jamais été réfutées”.
(Walter Last, “The Ecologist”, vol. 28, n°2, Mars-avril 1998.)  

“De nombreux oncologues recommandent la chimiothérapie pour presque tous
les types de cancer, avec une foi qui n’est même pas ébranlée par des
échecs presque constants.”  
(Albert Braverman, MD, “Medical Oncology in the 90s”, Lancet, 1991, vol.
337, p. 901)

“Nos prescriptions les plus efficaces sont très risquées, ont des effets
secondaires et comportent des problèmes pratiques, et après que tous les
patients que nous avons traités ont payé leur dîme, seul un minuscule
pourcentage d’entre eux est remboursé par une période éphémère de
régression tumorale et généralement partielle.” (Edward G. Griffin,
“World Without Cancer”, American Media Publications, 1996)  

“Après tout, et pour une majorité bouleversante de cas, il n’y a aucune
preuve que la chimiothérapie prolonge les attentes de survie. Et c’est le
grand mensonge de cette thérapie, qu’il y a une corrélation entre la
réduction des tumeurs et le prolongement de la vie du patient.”  
(Philip Day, “Cancer : Why we’re still dying to know the truth”,
Credence Publications, 2000)

“Plusieurs scientifiques à plein temps au Centre du Cancer Mac Gill ont
envoyé à 118 docteurs, tous experts du cancer du poumon, un questionnaire pour
déterminer le niveau de confiance qu’ils avaient dans les thérapies qu’ils
appliquaient; on leur a demandé d’imaginer qu’ils avaient eux-mêmes
contracté la maladie et laquelle des six thérapies expérimentales actuelles
ils choisiraient. 79 docteurs ont répondu, 64 d’entre eux ont dit qu’ils ne
consentiraient pas à subir un traitement contenant du cis-platine – un des
médicaments chimiothérapeutiques communs, tandis que 58 sur 79 croient que
toutes les thérapies expérimentales ci-dessus ne sont pas acceptables en
raison de leur inefficacité et du niveau élevé de toxicité de la
chimiothérapie.”  
(Philip Day, “Cancer : Why we’re still dying to know the truth”,
Credence Publications, 2000)

“Le docteur Ulrich Abel, un épidémiologiste allemand de la Clinique des
tumeurs de Heidelberg-Mannheim, a étudié et analysé de manière exhaustive
les principales études et expérimentations cliniques effectuées sur la
chimiothérapie: “ … Abel a découvert que le taux global mondial de
résultats positifs résultant de la chimiothérapie était effrayant, parce
que, simplement, nulle part nous n’avons de preuve scientifique à notre
disposition démontrant que la chimiothérapie est capable de “prolonger
d’une manière appréciable la vie des patients affectés par les types les
plus communs de cancer des organes.” Able met en lumière le fait que rarement
la chimiothérapie améliore la qualité de vie, il la décrit comme désolante
du point de vue scientifique et maintient qu’au moins 80% des chimiothérapies
administrées dans le monde sont sans valeur. Mais, même s’il n’y a pas de
preuve scientifique, quelle qu’elle soit, que la chimiothérapie marche, ni
les docteurs ni les patients ne sont préparés à l’abandonner.”  
(Lancet, Aug. 10, 1991)

“Aucun des principaux media n’a jamais mentionné cette étude exhaustive;
elle a été complètement enterrée.”  
(Tim O’ Shea, “Chemotherapy – An Unproven Procedure”) “Selon les
associations médicales, les effets secondaires notoires et dangereux des
médicaments sont devenus la quatrième cause principale de mortalité après
l’infarctus, le cancer et l’apoplexie.”  
(Journal of The American Medical Association, april 15, 1998)

DJAMELITO

http://djamelitosante.blogspot.com

http://www.alterinfo.net/La-Verite-sur-la-Chimiotherapie_a49774.html?start=20#comments

 
12 Commentaires

Publié par le 13 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :