RSS

Marée noire:Désinformation ou comment démonter une étude privée!

24 Août

WASHINGTON – Des espèces microbiennes récemment découvertes dévorent plus rapidement qu’attendu, par plus de 1.000 mètres de fond, le pétrole de la marée noire du golfe du Mexique, selon une recherche américaine publiée mardi.

Ce processus accélère la biodégradation du pétrole sans affecter notablement le niveau d’oxygène dans l’eau, selon les chercheurs.

« Cette découverte, qui fournit les premières données scientifiques de l’activité microbienne sur la dispersion d’un panache de pétrole dans les fonds marins, indique qu’il existe un grand potentiel de biodégradation naturelle d’hydrocarbures dans les grandes profondeurs océanes », explique Terry Hazen, écologiste microbien au Laboratoire national Lawrence Berkeley (Californie), principal auteur de cette étude.

« Cette recherche montre aussi que ces populations microbiennes psychrophiles –capables de vivre dans les profondeurs marines par des températures de -5 degrés Celsius– et les autres micro-organismes proches, jouent un rôle important dans le sort ultime et les conséquences environnementales des panaches de pétrole sous-marins dans le golfe du Mexique », ajoute-t-il.

Cet écologiste et une équipe d’une trentaine de chercheurs ont effectué leur recherche fin mai sur l’habitat microbien dans les eaux profondes du golfe du Mexique jusqu’alors relativement inexplorées, et caractérisées par des températures très basses (-5 degrés), une énorme pression et peu de carbone à l’état naturel.

Ils ont expliqué la grande rapidité avec laquelle ces microbes biodégradent ce pétrole, malgré la température, par le fait qu’il s’agit d’un hydrocarbure léger et donc volatil.

Ils notent également que l’utilisation massive de dispersants chimiques par BP à la source de la fuite par 1.500 mètres de fond pourrait avoir aussi accéléré cette biodégradation en fractionnant le pétrole en petites particules, ce qui a affaibli les concentrations d’hydrocarbure dans le panache.

De plus, les suintements naturels de pétrole, fréquents dans les fonds du golfe du Mexique, pourraient avoir provoqué au cours du temps l’adaption de la faune microbienne des eaux profondes de cette zone et l’avoir habituée à procéder à une biodégradation rapide du brut.

Enfin, contrairement aux craintes des océanographes, cette biodégradation grâce aux microbes n’a pas entraîné de forte baisse du niveau d’oxygène dans le panache de pétrole, ce qui créerait des « zones mortes » où la vie ne peut être maintenue.

Cette étude, qui paraît dans la version en ligne de la revue américaine Science, semble contredire les conclusions d’une recherche publiée le 20 août dans cette même publication menée par l’institut privé Woods Hole Oceanographic Institution, selon laquelle cette biodégradation pourrait être plus lente qu’escompté en raison de températures très froides.

Elle semble en revanche conforter des évaluations optimistes du gouvernement américain publiées début août et selon lesquelles 74% du brut déversé depuis le début de la fuite a été éliminé par évaporation, biodégradation, récupération et autres moyens.

Des océanographes de l’Université de Géorgie (sud) avaient la semaine passé contesté cette estimation, calculant que près de 80% du pétrole serait encore dans l’océan. Ils faisaient valoir que contrairement aux estimations du gouvernement, le pétrole se trouvant sous la surface paraissait se biodégrader beaucoup plus lentement, présentant des risques accrus pour l’écosystème.

(©AFP / 24 août 2010 21h55)

Ce qu’il en est:

Plusieurs études indépendantes dont une sur un prélèvement des eaux d’Alabama:

Ce prélèvement indique une concentration de 13,3 parties/millions de corexit 9527A dont un dangereux pesticide neurotoxique,le Butoxyéthanol,son ingrédient principal qui le compose  entre 30 et 60% de son volume.

Le chimiste qui a rendu ces résultats s’est vu menacer par BP lors d’un appel téléphonique!

http://blog.alexanderhiggins.com/2010/08/24/bp-thugs-threating-independent-scientists-corexit-oil-bp-gulf-oil-spill-waters-3479/

De plus amples informations sur ce site:

http://blog.alexanderhiggins.com/

 
3 Commentaires

Publié par le 24 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

3 réponses à “Marée noire:Désinformation ou comment démonter une étude privée!

  1. Jehl Jean Luc

    25 août 2010 at 5 h 39 min

    Je pense qu’on se fout de nous!

    J’aime

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :