RSS

Se mettre en « mode survie »

23 Août

*** Ce texte pourrait être envoyé à toute votre liste d’envoi et à vos amis Facebook, question de contraster avec les échanges sans substance que nous recevons à la tonne!

Les enjeux actuels ouvrent les yeux de plusieurs personnes en ce moment.  De nombreuses familles connaissent une situation financière extrêmement difficile et vivent dans une situation de pauvreté où l’inquiétude est leur nourriture quotidienne.  

Malgré que les chiffres (truqués?) affichent une reprise économique et un marché de l’emploi florissant, il n’en reste pas moins que la principale préoccupation d’une majorité de familles est de mettre de la nourriture sur la table.  Ces familles doivent maintenant payer l’épicerie avec les cartes de crédit parce que c’est leur seule option!  Étouffées par un torrent de dettes, elles sont sous la menace constante de perdre ce qu’elles n’ont déjà plus!

Ce n’est pas étonnant que le taux de suicide soit en constante évolution et que les prescriptions d’antidépresseurs suivent le rythme de l’endettement des familles!  Et la situation actuelle ne semble guère présager un avenir meilleur, bien au contraire. 

Des prévisionnistes économiques, comme Gerarld Celente, ont actuellement une opinion tranchante sur l’avenir économique et social de notre monde.  Celente, interrogé régulièrement par les grands médias américains, invite les gens à quitter les grandes villes pour trouver la possibilité de « survivre » à l’effondrement grandiose qui devrait s’opérer dans les prochains mois.  Sa position est claire: d’ici la fin 2010, le quotidien de millions de personnes va être bouleversé! 

Sur un ton amer et urgent, il presse les citoyens à prendre toutes les mesures possibles pour protéger leurs familles à ce qui vient: crise économique majeure, déclaration d’une guerre (nucléaire) mondiale, famines, révolutions civiles, catastrophes climatiques, etc.

Celente croit que nous devons nous mettre en « mode survie » dès maintenant et que nous devons nous préparer physiquement, émotionnellement et spirituellement à faire face à de très grandes épreuves: « seulement les forts vont pouvoir survivre », dit-il.

Ce prévisionniste a rejoint les rangs des « sonneurs de trompettes » et des « réveilleurs de morts »!  

Il faut être vraiment absorbé par la vie mondaine et les pièges du quotidien (les jeux, la télévision, la course à la beauté du corps, la drogue, etc.) pour ne pas entendre les alarmes et les avertissements qui viennent de partout: tant de la communauté scienfique, économique que journalistique.  Même la NASA nous prévient d’une « grande dévastation » d’ici les deux prochaines années…

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=942184

Toute personne dotée de discernement, de lucidité et de courage doit s’offrir en ce moment même une sérieuse réflexion, laquelle devrait aboutir à des changements importants dans le quotidien.   Évidemment, ce discours est ridiculisé et la réalité qu’il comporte est banalisée, mais comme la cigale de la fable, sa moquerie et son insouciance lui coûteront la vie!

Une mise en action inconfortable, hasardeuse et périlleuse, mais combien impérative et salutaire…

Voici quelques suggestions pour tendre vers l’autosuffisance, vers un « mode survie »:

* Quittez les grandes villes puisque l’autosuffisance y est peu envisageable.  Dans l’éventualité d’un chaos social, de révolutions civiles et de l’instauration de la « loi martiale », la survie dans les grands centres représentera un danger quotidien.

1- Réduire vos dettes: 

Si vous devez 6000$ sur une carte de crédit, avec un taux d’intérêt de 20%, et que vous ne payez que le paiement minimum, il vous faudra 54 ans pour vous libérer de votre carte de crédit.   Au cours de ces 54 ans, vous allez avoir payé 26 168$ en frais d’intérêt en plus des 6000$ de capital emprunté.  Ce seul paiement de votre arsenal de crédit pose un sérieux obstacle vers l’autosuffisance. Une bonne côte de crédit est-elle vraiment nécessaire pour vivre « en dehors de la Matrice »?

Les dettes vous lient à un état d’esclavage qui n’est pas du tout souhaitable dans les mois et les années qui viennent…

2- Réduire votre consommation

Il est l’heure de revenir à un mode de vie minimal, à une consommation stricte et intelligente!   Nous avons oublié, et négligé, le savoir ancestral pour troquer avec la « facilité » et « l’immédiat », mais ceci a un coût énorme dans nos vies. 

3- Trouver des sources d’énergie alternatives

L’éventualité annoncée par les scienfiques d’une interruption des services d’électricité et des réseaux de communication, dûe aux tempêtes solaires à venir, devrait nous motiver à trouver des sources alternatives d’énergie.

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=952690

4-  Produire votre propre alimentation et investir dans la préservation des aliments

Avons-nous oublié comment faire de la soupe, du pain, des confitures, des conserves, comment pêcher du poison?

Plusieurs ne savent pas comment faire un jardin, comment faire la transformation des aliments et comment les conserver.   Faire des réserves de nourriture, de semences, de prévoir une autosuffisance alimentaire n’est rien d’autre que la normalité pour nos grands-parents qui savaient envisager un hiver rigoureux!

5- Récupérer tout ce qui vous tombe sous la main

Comme la leçon que l’on tire des films « Le livre d’Élie » et « La route », le monde de demain risque d’être privé de toute l’abondance qui nous entoure aujoud’hui.  Une simple bouteille de shampoing pourrait devenir quelque chose d’extrêmement convoité et donc, une richesse que l’on ne considère pas actuellement.  Récupérez tout ce que vous pensez être utile dans un avenir où tout viendra qu’à manquer.

6- Acquérir le savoir ancestral, apprendre à devenir autonome

Nous avons perdu la plupart des compétences visant à être autonome à tous les niveaux, nous sommes dans un état de dépendance qui pourrait menacer notre survie.  Nous avons tout à réapprendre et internet représente un accès illimité à des connaissances perdues.  Il est donc judicieux de consulter des sites qui enseignent comment faire du pain, comment guérir des maux avec une pharmacie limitée et naturelle, comment préparer la viande sauvage, comment faire un jardin, comment installer des énergies alternatives, etc.

7- Pensez à une économie alternative, pensez échanges et communauté

Nous vivons dans une individualité, un égoïsme généralisé, qui nous a isolée dans une misère solitaire.  Nous devons penser à sortir de cet état d’isolement pour « vivre ensemble », pour mettre en commun nos talents et nos ressources.  Il se peut que d’ici quelques temps, la vie communautaire représente notre seul et unique soutien.  Commencez à tisser des liens avec des gens qui ont cette même préoccupation d’autosuffisance, initiez des cuisines collectives, des réunions fraternelles qui visent à mettre les bases d’un mode de vie coopératif.  Amasser des trucs qui pourront servir à faire du troc, entraînez-vous à échanger vos talents et vos ressources dès maintenant. 

Des monnaies locales et des groupes de troc existent déjà dans plusieurs régions du Québec et ailleurs dans le monde.  Faites une recherche pour trouver ces groupes, avec ces mots-clé: « Jardin d’échange universel », « Système d’échange local », « monnaie alternative ».

Pour accéder à une description plus élaborée d’une démarche vers l’autosuffisance, consultez le document « L’Arche de Noé »:

http://iodepotassium.blog.mongenie.com/

« Agissez ainsi d’autant plus que vous savez en quel temps nous sommes: le moment est venu de vous réveiller de votre sommeil ».

Romains 13:11

Isabelle

www.consciencedupeuple.com

Toujours utile de revenir à l’essentiel en cas d’urgence.

Celente n’a pas la science infuse,mais il a le mérite d’inviter les gens à la réflexion du  » comment faire et agir  » en cas de changement radical du quotidien,ce qui n’est pas rien en soi! A méditer sans modération!

 
6 Commentaires

Publié par le 23 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

6 réponses à “Se mettre en « mode survie »

  1. jean-marie

    24 août 2010 at 5 h 16 min

    salut
    ça fais 9 ans que je vis en semi-autarcie car c’est presque impossible de vivre en autonomie complete, ne serait ce que pour payer internet. je peux dire que cela ne se fait pas du jour au lendemain mais les conditions de vie sont très appréciables en tous cas meilleures que métro,boulot,dodo.
    pour ce qui est du vivre ensemble, je ne suis pas d’accord, les mecs qui te regarde bosser pendant qu’ils sirrotent une biere, j’ai déja donné, non merçi, la solitude on apprend à l’appréciée et je peux vous dire que je l’apprécie dans ce monde débile dans lequel on vit.

    J'aime

     
    • realinfos

      24 août 2010 at 10 h 48 min

      Bonjour Jean-Marie,
      C’est vrai que sortir complètement du système est relativement compliqué et l’oligarchie c’est bien arrangée pour qu’il en soit ainsi!!!
      Pour le reste,si tu as des tuyaux pour ceux qui désirent s’écarter du système,n’hésites pas,ils seront de plus en plus nombreux par la force des choses à y accorder de l’intérêt…. 😉

      J'aime

       
  2. pyrogene

    24 août 2010 at 8 h 42 min

    bonjour,

    Malheureusement, le grondement des évènements s’approche à grands pas…Si nos gouvernants ne prennent pas une direction à 180°, ce qui je pense ne feront pas !
    Il nous sera utile d’être préparé un minimum, un petit lien sur l’émission de la radio ici et maintenant du vendredi 1 mai 2010 qui avait invité Jade Allegre, médecin de son état et qui nous donne pleins de conseils judicieux…

    http://videos.rim952.fr/?cat=6

    J'aime

     
    • realinfos

      24 août 2010 at 10 h 39 min

      Bonjour Pyro,
      La rentrée risque d’être folclo je pense,entre augmentations en tout genres et mauvaises nouvelles!
      Les événements risquent de s’enchaîner vitesse grand V,je le crains!
      Merci pour la vidéo,trés instructif 🙂

      J'aime

       
  3. Ventdunord Rahan

    24 août 2010 at 9 h 00 min

    je suis 100% d’accord avec lui,

    et je cherche moi-même à changer radicalement mon quotidien pour retourner à ce mode survie qui était le mien dans ma jeunesse, de 17 à 27 ans….

    mais hélas…… trouver un coin hors des villes où c’est possible, si on a pas les attaches familiales (et immobilières) en campagne, c’est devenu impossible à moins d’avoir 100 000 euros à claquer.

    les campagnes sont réservées à ceux qui ont des biens immobiliers dans leurs familles ou qui ont les moyens d’acheter comme résidence secondaire…. les autres, ils sont destinés à s’entasser dans les clapiers des cités.

    essayez d’aller en ardèche ou au Larzac ou aux pyrénée vous construire une cabanne en planche……

    vous serez expulsé manu mlilitari, comme des sans logis de Paris, comme des Roms, et sans doute avec l’aide de ceux qui sont déjà là…..
    c’est trop tards pour la plupart d’entre nous. faudra improviser le moment venu.

    Realinfo ??? t’a s pas des tuyaux pour recycler un ancien moutonnier touche à tout qui travaille avec les ONGs en Afrique depuis 21 ans ???

    J'aime

     
    • realinfos

      24 août 2010 at 10 h 31 min

      Bonjour Rahan,
      Pour ma part,seul,je serais parti depuis un moment,le hic,des enfants en bas âge et une famille qui ne se rend pas compte du tout du monde dans lequel ils vivent et ce n’est pas faute de leur expliquer,c’est ainsi…..!!! 😦
      Pour le reste,la Patagonie a l’air sympa,un peu frisquet mais des étendues sauvages à perte de vue et la tranquillité absolue 🙂
      On se retrouvera peut-être là-bas,qui sait ….! lol 🙂

      J'aime

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :