RSS

Archives du 4 août 2010

Bilderberg et Cie font dans la charité (rire!!!)

USA: 40 milliardaires s’engagent à se délester de la moitié de leur fortune

NEW YORK – Quarante milliardaires américains et leurs familles se sont engagés mercredi à verser la moitié de leur fortune à des organisations caritatives, dans le cadre d’une initiative lancée par les deux plus riches d’entre eux, Bill Gates et Warren Buffett.

Le fondateur de CNN Ted Turner, le maire de New York Michael Bloomberg, le co-fondateur d’Oracle Larry Ellison ou encore le réalisateur George Lucas font partie des richissimes personnalités qui ont été convaincues par le fondateur de Microsoft et le célèbre financier à la tête de la holding Berkshire Hathaway.

« Nous ne faisons que commencer, mais la réponse est déjà formidable », a commenté M. Buffett, même si selon les organisateurs, les promesses de dons ne sont pas pour l’heure synonymes d’obligation contractuelle.

MM. Gates et Buffett avaient annoncé à la mi-juin cette initiative visant à convaincre leurs pairs millionnaires et milliardaires de faire preuve de générosité. Selon le magazine Forbes, les deux hommes occupent respectivement la deuxième et la troisième place dans le classement des personnes les plus fortunées du monde.

M. Gates dispose d’une fortune évaluée à 53 millions de dollars. Il a récemment perdu le statut d’homme le plus riche du monde au profit du géant des télécommunications mexicain Carlos Slim, doté de 53,5 milliards.

M. Buffett, 79 ans, qui dispose d’une fortune estimée à 47 milliards de dollars, a promis de se défaire de 99% de son capital pour en faire don à des oeuvres philanthropiques de son vivant ou à sa mort.

La plupart des généreux nouveaux donateurs sont des « self-made men » partis de rien, à l’image de M. Bloomberg, et possèdent un milliard de dollars ou plus. Un plus petit nombre d’entre eux sont issus de famille fortunées, comme David Rockefeller.

Les milliardaires américains, en disgrâce auprès de l’opinion depuis la crise financière de 2008, pourraient redorer quelque peu leur blason grâce à cette initiative.

Mais au-delà de cet aspect purement lié à l’image, leurs dons pourraient se traduire par des rentrées de fonds colossales pour les organismes caritatifs.

MM. Gates et Buffett entendent en effet ne pas s’arrêter là et obtenir des promesses de dons auprès de l’ensemble des 400 milliardaires américains répertoriés.

(©AFP / 04 août 2010 18h47)

Sans le vouloir,ce texte vous donne un bref aperçu des noms de ceux qui vous veulent du mal,eh oui!!!

Au fait ,ils n’ont pas dit en quelle année,les dons ?!

Mais dites vous bien que rien n’est gratuit,ils ne feraient pas tout ceci par hasard et sans arrière pensée !!!

 

Étiquettes : , , ,

BP: Magnifique succés! AH bon !!!

Sur l’écran de gauche:

On apperçois trés nettement une fuite sur la droite,dû moins à l’heure où j’écris ces mots!

http://wewhowatch.com/index.html

Un peu plus tôt:

http://i978.photobucket.com/albums/ae268/onefifty/augustfourthRedOverBlue.gif

http://www.youtube.com/watch?v=5yfxtwwXw08

Là,faut vraiment arrêter de nous prendre pour des lapins de 6 semaines!!!

Pour la version officielle:

Marée noire: « la lutte pour arrêter la fuite touche à sa fin », estime Obama

LA NOUVELLE ORLEANS – Plus de cent jours après le début de la marée noire, Barack Obama a estimé mercredi que la « lutte pour arrêter la fuite » de brut arrivait à son terme, après que BP a annoncé la réussite de la première phase du rebouchage du puits de pétrole dans le golfe du Mexique.

Le président Barack Obama a qualifié cette opération de « très bonne nouvelle », saluant également un rapport officiel selon lequel « une grande majorité » du pétrole répandu en mer depuis avril « a été dispersé ou retiré de l’eau ».

Faux,c’est tout le contraire!!!

« La longue lutte pour arrêter la fuite et maîtriser le pétrole est près d’arriver à son terme. Et nous en sommes très contents. Nos opérations de dépollution, toutefois, vont continuer », a remarqué le président.

Un optimisme partagé par l’amiral Thad Allen, chargé de la lutte contre la catastrophe pour le gouvernement américain.

L’administration, a dit M. Allen lors du point de presse quotidien de la Maison Blanche, est « très optimiste sur le fait qu’il n’y aura plus de fuite de pétrole dans la nature ».

Laisses moi rire!!!

L’opération « static kill », consistant à injecter suffisamment de boue de forage pour repousser le pétrole au fond du puits et le condamner, avait commencé dans le golfe du Mexique mardi à 20H00 GMT.

Elle s’est poursuivie pendant huit heures, la durée nécessaire aux ingénieurs du groupe pétrolier britannique pour mesurer la pression dans le puits après les injections de matières et s’assurer du succès de l’opération.

« La pression du puits est à présent contenue par la pression hydrostatique des boues injectées, ce qui était l’objectif souhaité de l’opération static kill », selon le groupe.

Faux,je viens de le prouver!!!

En tout, quelque 4,9 millions de barils (780 millions de litres) se sont échappés du puits – dont 800.000 barils (127 millions de litres) ont été récupérés – mettant en péril le riche écosystème des cinq Etats côtiers du golfe du Mexique et menaçant l’économie locale.

Cette opération met aussi fin à un cauchemar de plus de trois mois pour le géant britannique, à qui la marée noire a déjà coûté plusieurs milliards de dollars et qui a vu sa réputation ternie après les échecs de plusieurs tentatives de colmatage.

Selon BP, les résultats de pression observés dans les heures à venir permettront de décider de procéder ou non à de nouvelles injections de boues, avant de verser au fond du puits du ciment qui jouera le rôle de bouchon définitif.

Le groupe a annoncé qu’il poursuivrait sa collaboration avec les autorités américaines « pour déterminer la prochaine étape, où nous déciderons si nous injectons du ciment dans le puits par la même voie ».

Car, si des fuites sont détectées, le versement de ciment n’aura pas lieu, et les ingénieurs procéderont directement à l’opération « bottom kill » prévue à la mi-août. Le procédé consistera à mettre en service deux puits de secours afin de cimenter définitivement le puits par en-dessous.

Environ trois quarts du brut qui s’est déversé dans le golfe du Mexique ont déjà été éliminés, a déclaré Carol Browner, une responsable de la Maison Blanche pour les questions d’énergie et d’environnement.

« Les scientifiques nous disent qu’environ 25% (du pétrole) n’a pas été récupéré, ne s’est pas évaporé ou n’a pas été pris en charge par Mère nature », a-t-elle dit sur la chaîne ABC.

Malgré l’espoir de tourner enfin la page de la catastrophe, les Américains et l’administration demeurent préoccupés par ses conséquences écologiques à long terme.

Jane Lubchenco, la directrice de l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA), a dit rester inquiète « de l’impact à long terme » de la marée noire sur l’écosystème qui pourrait se faire ressentir « pendant des années et peut-être des décennies ».

Selon un sondage réalisé par le Centre national de préparation aux catastrophes (NDCP) auprès de 1.200 habitants des zones concernées, 40% d’entre eux disent avoir été touchés directement, 20% rapportant des conséquences économiques.

(©AFP / 04 août 2010 21h01)

Allez,encore un petit effort les bouffons,vous y étes presque!!!! PFFFFOUUUUUU!!!!!

 
2 Commentaires

Publié par le 4 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

La tragédie russe des jardins où brûlent les provisions de l’hiver

http://www.mediapart.fr/club/blog/claude-marie-vadrot/030810/la-tragedie-russe-des-jardins-ou-brulent-les-provisions-de-lhiv

03 Août 2010 Par Claude-Marie Vadrot

Il y a les morts, probablement déjà plusieurs centaines contrairement aux informations officielles d’un ministère des Situations d’urgence qui ne fera jamais le compte des victimes, il y a des centaines de milliers d’hectares en feu ou brûlés, il y a plusieurs centaines d’ouvriers forestiers chinois engloutis parce qu’encerclés dans les flammes de la Sibérie non loin de l’Amour, il y a des dizaines de milliers de maisons réduites en cendres, il y a la fumée qui, comme dans les années 70 et dans les années 80, envahit lentement le métro de Moscou et d’autres grandes villes… Mais il y a surtout la catastrophe alimentaire qui s’annonce.

Non pas celle du blé ou autres céréales à cause de la canicule, non pas celles de l’alimentation des Nouveaux Riches de la capitale, mais celle générées par la disparition de dizaines (centaines ?) de milliers de jardins ravagés par le feu. Ces jardins qui, autour de la capitale, dans les campagnes de l’Occident russe comme en Sibérie, permettent à des millions de Russes, notamment les retraités, les paysans, les chômeurs et les fonctionnaires à peine payés, de ne pas mourir de faim pendant l’hiver.

La Russie est couverte de ces jardins de subsistance et de nécessité. Les «sadov», qui sous le régime soviétique constituaient un moyen d’améliorer la vie ordinaire pour les plus chanceux, ceux auxquels l’entreprise ou l’administration attribuaient un petit lopin de terre, font désormais partie de la survie d’une partie majoritaire de la population.

Un seul exemple : 80 % de la consommation des pommes de terre de l’espace rural russe et des périphéries des villes, sont fournies par ces espaces qui permettent aux Russes de ne pas succomber au désespoir et à la malnutrition. Sont parties en fumée, avec leurs cabanes de bric et de broc, des centaines de milliers d’hectares de framboisiers, de patates, des choux, de tomates et de concombres (malossol, une fois dans la saumure). Et tous ces fruits et légumes qui se consomment l’été mais dont on peut faire des provisions pour mieux passer l’hiver. Avec les baies sauvages et les champignons que la canicule et les incendies auront détruit ou empêché de pousser.

De partout, y compris d’amis scientifiques survivant avec leurs jardins dans ce qui reste d’Akademgorodok, la cité des scientifiques installée en Sibérie, me parviennent des appels désespérés m’informant de cette situation catastrophique qui pèsera sur le prochain hiver. Un ami d’Irkoutsk m’expliquait hier que toute sa provision de poissons séchés pour l’hiver (des omouls pêchés illégalement dans le Baïkal) venait d’y passer avec son champ de tomates.

La mauvaise saison sera longue, qu’elle soit rude ou non. Il y aura la situation alimentaire du pays, l’impossibilité de nourrir les animaux dans un pays qui ne sait plus cultiver et où les friches s’accroissent chaque année, mais il y aura aussi la famine ordinaire de ceux qui n’ont que quelques centaines de mètres carrés pour faire face à la crise et à la pauvreté qui dure depuis bientôt 20 ans, tandis que la classe urbaine des « de plus en plus riche » oublie le peuple qui s’appauvrit.

Au point que, malnutrition, santé publique en ruine et vodkas conjuguées, la Russie est la seule nation industrialisée du monde dont la population diminue régulièrement. Au point que les scénarios pessimistes des Nations Unies annoncent 120 à 130 millions de Russes pour les années 50 alors qu’ils étaient 149 millions en 1991. Déjà à peine 140 millions. Un pays qui vend ses richesses brutes sans en faire profiter la population et sans équiper le pays et où les naissances ne compensent plus les décès depuis des années.

Pour comprendre aussi la violence des incendies qui dévore une bonne part de ce pays de 17 millions de kilomètres carrés dans lequel la circulation des denrées est au point mort depuis des années, il faut mesurer la vétusté des équipements de la lutte contre les incendies avec des camions dont les plus récents datent de l’époque soviétique, conduits par des pompiers mal payés ou ne touchant qu’occasionnellement leurs salaires. Des pompiers qui, comme les soldats aussi peu équipés et aussi peu motivés, ne peuvent rien contre la façon dont se propagent les incendies dans les forêts russes : le feu prend dans la tourbe sèche, se propage rapidement sous terre et ressort brusquement jusqu’à plusieurs kilomètres plus loin, embrasant d’autres arbres, encerclant les hommes et les villages.

Certains feux de tourbe passent même sous le lit des cours d’eau, sous les villes ou sous les villages en surgissant entre les maisons, dans les jardins et même sous une école prés de Voronej et sous une usine dans les environs d’Irkoutsk.
Quand les deux de forêts et de steppes se seront apaisés d’eux-mêmes et non pas grâce aux secours impuissants, restera une forme particulière de famine que l’on pourrait croire réservée aux pays du sud.

En réduisant en cendres leurs jardins, les incendies de la Russie condamnent les plus pauvres des habitants de ce pays à un terrible hiver que leur Etat corrompu n’aura ni l’envie ni les moyens d’adoucir, quelles que soient les imprécations du Tsar Poutine.

Quand je vous parlais de crise alimentaire!

Ne sont pas mieux lotis,la Chine et le pakistan et pour nous,flambée des prix et tout le toutime!!!

 
2 Commentaires

Publié par le 4 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Bourse:EDF dopée par la hausse des prix de l’électricité

PARIS – Electricité de France (EDF) réalisait mercredi la plus forte hausse de l’indice boursier parisien CAC 40, après l’annonce d’une hausse des prix de l’électricité qui devrait booster les bénéfices du groupe public selon les analystes.

A 11H24 (09H24 GMT), l’action gagnait 3,80% à 34,57 euros, tandis que le CAC 40 perdait 0,64%.

Le gouvernement a annoncé mardi une hausse de 3% des tarifs de l’électricité pour les particuliers, à laquelle s’ajoutent une réévaluation de 4% pour les artisans et professions libérales, de 4,5% pour les PME-PMI et de 5% pour les grandes entreprises.

Cette augmentation des tarifs réglementés devrait provoquer un bond de 950 millions d’euros du bénéfice brut d’exploitation (Ebitda) d’EDF sur les 12 mois à venir, calcule John Honoré, analyste à la Société Générale dans une note.

« C’est une hausse plus forte qu’attendu, en particulier pour les clients résidentiels », estime pour sa part Arnaud Joan de la banque Santander, qui s’attend lui aussi à un impact positif sur les bénéfices 2010 du groupe d’électricité.

C’est « une énorme surprise positive » et la plus forte hausse de tarifs depuis l’entrée en Bourse d’EDF en 2005, abondent les analystes de Bank of America Merrill Lynch, cités par l’agence Dow Jones Newswires.

« Cela montre que le gouvernement comprend que la conséquence de la loi Nome est une hausse des prix de l’électricité », soulignent-ils.

Le projet de loi Nome (Nouvelle organisation du marché de l’électricité), actuellement en discussion au Parlement, va obliger EDF à céder, à prix coûtant, jusqu’à un quart de la production d’électricité de son parc nucléaire à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Energie, etc.)

Selon des hypothèses de travail de la Commission de régulation de l’Energie (CRE), cette loi pourrait provoquer une hausse des tarifs de 11,4% puis de 3,5% par an, soit jusqu’à 25% d’ici à 2015.

EDF

(©AFP / 04 août 2010 11h31)

Un peu de sang frais pour les vampires tout çà!!!
Comme si cela n’était pas évident!
Aprés les 15% du Gaz,voici les 11% d’electricité.
Au fait,toujours rien du côté des salaires ?!!!!!!!!

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :