RSS

Archives du 3 mai 2010

Le nuage du volcan islandais menace à nouveau l’Europe

Le panache de l’Eyjafjöll a déjà atteint les îles Britanniques. La France évalue les risques. 

Tout le monde est sur le qui-vive. Quinze jours après le début de l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll qui a paralysé le trafic aérien, le nuage de cendres menace à nouveau l’Europe. Une réunion devait avoir lieu sur le sujet ce lundi soir à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avec des cadres de Météo-France. Objectif : évaluer les risques d’un retour du nuage sur la France et préparer les mesures en cas de nouveaux risques pour le ciel européen. Les ministres des Transports de l’Union européenne doivent d’ailleurs se rencontrer ce mardi à Bruxelles pour mieux coordonner les efforts dans l’hypothèse d’une nouvelle crise.

Du côté de l’unité scientifique Safire (Service des avions français instrumentés pour la recherche en environnement), commune au CNRS et à Météo-France, on se disait en stand-by ce lundi après-midi et prêt à décoller pour de nouvelles opérations de mesures au-dessus de la France. Selon un cadre de l’unité, interrogé par «Le Figaro», une nouvelle opération de mesure serait plus efficace que la première «du fait de l’installation de matériel plus approprié aux cendres volcaniques».

La suite ici: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/05/03/01016-20100503ARTFIG00756-le-nuage-du-volcan-islandais-menace-a-nouveau-l-europe-.php

Le nuage de cendre ici: http://mapped.at/volcano/

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

Point de vue du sismo-vulcanologue Raymond Matabosch sur la marée noire qui frappe la Louisiane

Les apprentis sorciers et les catastrophes…

Les pétroliers sont allés au delà du possible avec la plate-forme de prospection pétrolière qui a littéralement coulé, au large de la Louisiane, suite à une accumulation d’explosions sous-marines, une toutes les 9 secondes depuis des semaines, des mois et des années.

Golfe du Mexique
Pour comprendre la marée noire qui frappe la Louisiane, il faut penser aux tremblements de terre, les uns naturels et les autres induits.

Une des zones de prospection pétrolifère
Une des zones de prospection pétrolifère… dans le Golfe du Mexique, au large de la Louisiane, zone truffée de Monts en dôme, plus de 15…

et…

Le dernier séisme induit, en date, ayant provoqué la marée noire dans le golfe du Mexique car, à jouer avec le feu, les pétroliers sont allés au delà du possible avec la plate-forme de prospection pétrolière qui a littéralement coulé, au large de la Louisiane, suite à une accumulation d’explosions sous-marines, une toutes les 9 secondes depuis des semaines, des mois et des années, pour permettre aux scientifiques et aux techniciens d’affiner les résonnances sismiques dans le cadre des études « pétrolifères »… qui se déroulaient dans la Chandeleur Valley, la Redfish Valley et le Gulfport Valley, et les canyons sous-marins du Mississipi, dans l’axe même du rift de New Madrid… une région, au large de la Louisiane, truffée de Monts en Dôme et à forte sismicité…

Volcan de boue dans le Golfe du Mexique
Cerclés de rouge les volcans de boue sous-marins et autres exutoires gazeux… dans une des zones de prospection pétrolifère… dans le Golfe du Mexique

Est-il nécessaire de s’interroger sur les vraies causes qui ont coulé la plateforme de prospection… suite à des arrivées massives de gaz qui déclenchèrent une explosion qui embrasa la plateforme?

source: http://www.ameriquebec.net/actualites/2010/05/02/pour-mieux-comprendre-la-maree-noire-qui-frappe-la-louisiane-et-le-delta-du-mississipi-3579.qc

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Climat et activité solaire : Le soleil nous refroidit !

 

« Les hivers froids en Europe sont-ils associés à une faible activité solaire ? « 

Tel est le titre d’un article récent qui vient de paraître, sous la signature d’auteurs plutôt inattendus, dans Environnemental Research Letters qui est une publication de l’IOP (L’institute of Physics UK) revue par les pairs. Cet article accessible à tous (ce sont les institutions des auteurs qui payent pour publier; à l’inverse de ce qui se pratique habituellement), porte la référence suivante : Environ. Res. Lett. 5, (2010) 024001.

Je ne vous fais pas attendre : La réponse, est « Oui, les hivers froids sont associés à une faible activité solaire », selon les auteurs de cette publication,. En soi, la réponse à cette question n’a rien n’inattendu pour ceux qui ont déjà ouvert des livres d’histoire et qui savent que le minimum d’activité solaire de Maunder ou encore, celui de Dalton, ont été caractérisés par des périodes de grande froidures, au moins dans les pays où l’on trouve des archives détaillées, c’est à dire, essentiellement, en Europe. scafetta33

Pour illustrer cette affirmation, je reproduis le graphe du billet précédent qui donne la superposition des courbes de températures (reconstruction de Moberg prolongée par les mesures de températures récentes) et du forçage solaire, donné par N.Scafetta (voir article précédent). On y distingue très bien les minima de températures observées de 1650 à 1730 (minimum de Maunder, quasi disparition des taches solaires) et dans les années 1800-1830 (Minimum de Dalton : activité solaire très réduite).

Les auteurs de l’article que nous évoquons ici sont :

M Lockwood, R G Harrison, T Woollings and S K Solanki.

Mike Lockwood, Regis G Harrison et T Woollings font partie du Space Environment Physics Group, Department of Meteorology, Université de Reading (Royaume Uni)
Samir Solanki est un chercheur allemand spécialiste du soleil au sein de l’Institut Max Planck en Allemagne.

A l’exception de T Woolings (de Reading) , les lecteurs attentifs reconnaîtront trois chercheurs que nous avons déjà mentionnés dans les pages de ce site. Il s’agit de Mike Lockwood, de Regis Harrison et de Samir Solanki.

Compte tenu du fait que l’article récent que je commente ici, s’inscrit en fait dans la longue bataille qui opposent les solaristes (« c’est le soleil qui est en grande partie responsable des variations de températures ») aux scientifiques mainstream du GIEC (« ce sont les gaz à effets de serre »), je crois qu’il est utile de faire quelques rappels préliminaires pour percevoir les ressorts cachés derrière cet article qui sous une apparence anodine est, en réalité, très révélateur de certaines démarches….

La suite sur Pensée Unique

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :