RSS

Archives du 30 avril 2010

Les VRAIS chiffres du chomage Mars 2010!

Moins 6600 chomeurs disent les médias, ou + 18100 catégorie ABC ? 
 
réalité : resultat net, catégories ABCDE + 35700 demandeurs d’emplois inscrits à l’ANPE entre février et mars :
 
catégorie A – 0,2 %
catégorie B + 1,3 %
catégorie C + 2,6 %
catégorie D + 2,4 %
catégorie E + 3,8 %
 
catérorie A : 2 661 300
catérorie B et C : 1 229 700 
catérorie D et E : 569 900 
catégorie ABCDE mars 2010 : 4 460 900
catégorie ABCDE février 2010 : 4 425 200 
 
TOTAL : + 35700 demandeurs d’emploi, par rapport à février, ou il y avait déjà augmentation de + 24500 (+3000 annoncé dans les médias)
 
+ sorties des listes de pôle emploi pour autres cas que reprise d’activitée ou entrée en stage, ou arrêts maladie, donc les Radiés :
 

  • pour cessations d’inscription pour défaut d’actualisation : 198900 personnes pour ce mois de mars
  • sorties des listes pour radiation administratives 39900 personnes pour ce mois de mars
  • sorties des listes inexpliquées, classées dans « autres cas » 73800 personnes pour ce mois de mars (+ 49,7% SUR UN AN) 

Ne sont donc pas comptés dans ces chiffres de + 35700 : 
 
-Des RSastes qui pour une grosse partie ne sont pas inscrits à l’ANPE, (autre suivi) 
-Des séniors de + de 55 ans, 
-Les dom-tom (Réunion, Guadeloupe, Martinique et Guyane) 
-Des sans droits, car moins de 25 ans, qui ne perçoivent RIEN 
-Des sans droits radiés ou désinscrits, car dépassement du plafond de ressources dans un couple, qui sont donc privés du RSA ou de l’ASS et qui n’ont droit à rien 
-Des retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre 
-Des étudiants boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires
 
estimation 2,5 MILLIONS au bas mot à rajouter aux chiffres « officieux », soit env 7 MILLIONS de demandeurs d’emploi
 
sources : http://www.travail-solidarite.gouv […] RT87bn.pdf

 

Étiquettes : , , , , ,

Etats-Unis: la marée noire atteint les côtes de Louisiane

VENICE (Etats-Unis) – Les premières nappes de pétrole échappées d’une plate-forme dans le golfe du Mexique ont atteint jeudi soir les côtes de Lousiane, laissant présager l’une des pires marées noires de l’Histoire, déclarée « catastrophe nationale » aux Etats-Unis.

Poussée par de forts vents de sud-est, une nappe brillante de pétrole a touché la terre près de l’embouchure du Mississippi, a déclaré à l’AFP le président de Plaquemines Parish, Billy Nungesser, la région où les premières traces de pétrole ont été repérées.

Le président Barack Obama avait jeudi promis de mobiliser « toutes les ressources » du pays, dont l’armée, pour faire face à cette marée noire qui s’annonce, selon les défenseurs de l’environnement, comme une catastrophe écologique majeure.

Un responsable des garde-côtes américains a cependant refusé tard jeudi de confirmer l’arrivée de la marée noire. « Nous avons des équipes de BP sur le terrain qui tentent de confirmer ces informations », a déclaré cet officier, Erik Swanson.

Le gouvernement américain avait déclaré jeudi « catastrophe nationale » la marée noire, qui menace des centaines de kilomètres de régions côtières sur le golfe du Mexique, dans le sud des Etats-Unis, une région à l’écosystème particulièrement fragile.

Environ 800.000 litres de pétrole, soit cinq fois plus qu’estimé initialement, selon les garde-côtes, s’échappent chaque jour de la plate-forme pétrolière qui a sombré le 22 avril dans le golfe du Mexique.

Les marais côtiers de la Louisiane constituent un sanctuaire pour la faune, en particulier les oiseaux aquatiques. Les autres Etats de la région, la Floride, l’Alabama et le Mississippi notamment, craignent eux aussi que la nappe de pétrole ne souille leurs plages et ne pollue les pêcheries, cruciales pour l’économie locale.

La marée noire est « le pire des scénarios imaginables pour les pêcheurs de crevettes, les éleveurs d’huîtres et de crabes, et pour les pêcheurs en général », affirmait jeudi Brent Roy, qui loue des bateaux de pêche à Venice, en Louisiane.

La plate-forme Deepwater Horizon, exploitée par la compagnie britannique BP, a coulé le 22 avril après une explosion et un incendie survenus deux jours plus tôt. Elle contenait 2,6 millions de litres de pétrole et extrayait près de 1,27 million de litres par jour. Onze personnes sont portées disparues.

Alors que le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal déclarait l’état d’urgence, les services de secours étaient engagés jeudi dans une course contre la montre face à l’imminence de l’arrivée de nappes de pétrole brut.

La ministre de la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a annoncé que la marée noire avait été décrétée « catastrophe nationale », mesure permettant l’utilisation de moyens venant de tout le pays.

La zone la plus à risque dans l’immédiat se trouve à l’extrémité sud-est du delta du Mississippi, entrelacs de bras de mer et de marais.

Mme Napolitano a insisté sur le fait que BP était « responsable » de la marée noire et exigé de sa part « la réaction la plus forte possible ».

« Si BP est en fin de compte responsable du coût des opérations d’intervention et de nettoyage, mon gouvernement va continuer à utiliser toutes les ressources à notre disposition, dont, le cas échéant, celles du ministère de la Défense », a souligné de son côté le président Obama.

Une plainte a été déposée par des pêcheurs de Louisiane contre BP.

Les garde-côtes avaient annoncé mercredi la découverte d’une nouvelle fuite, estimant à « plus de 5.000 barils par jour » (800.000 litres) le volume de pétrole se déversant toujours dans la mer.

Des barrages flottants ont été déployés sur 20 milles nautiques pour tenter de contenir le pétrole. Mais, selon le gouverneur Jindal, c’est insuffisant et il faudrait en déployer encore plus.

Pour tenter de contenir sa progression, des équipes d’intervention avaient enflammé mercredi une portion de la nappe. Mais une dégradation des conditions météo menaçait d’annuler les effets de cet essai d’incendie « contrôlé ».

Les ingénieurs se démènent également pour construire un couvercle sous-marin destiné à endiguer la fuite.

En outre, BP a annoncé à l’AFP qu’elle comptait essayer une nouvelle technique qui consiste à injecter des produits dispersants au moyen de tuyaux jusqu’à la fuite pour essayer de réduire la quantité de pétrole qui remonte à la surface.

(©AFP / 30 avril 2010 08h18)

 
2 Commentaires

Publié par le 30 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :