RSS

Les cultures de maïs Monsanto avortent massivement en Afrique du Sud

06 Avr

Monsanto : Aucun aliment ne nous appartenant pas ne doit être cultivé

Digital Journal, 29 mars 2010

 

Les agriculteurs d’Afrique du Sud ont subi pour des millions de dollars de perte de revenus. 82.000 hectares de maïs génétiquement manipulé ont à peine produit de grains. Les plants paraissent luxuriants et sains de l’extérieur. Monsanto a proposé un dédommagement.

      Monsanto impute le raté des trois variétés de maïs plantées dans les fermes de trois provinces sud-africaines à un prétendu « problème dans le procédé de fertilisation en laboratoire. » Environ 280 agriculteurs des 1000 qui ont planté les trois variétés de maïs Monsanto cette année, ont signalé des problèmes considérables de maïs sans grains.

Une enquête urgente est demandée

      En tout cas, la militante écologiste Marian Mayet, directrice de la biosécurité d’Africa-centre à Johannesburg, demande une enquête gouvernementale urgente et l’interdiction immédiate de tout aliment génétiquement modifié, en attribuant les mauvaises récoltes à la technologie de génie génétique de Monsanto.

      Willem Pelser, journaliste au journal dominical des Africains, Rapport, écrit de Nelspruit que Monsanto a immédiatement proposé de dédommager les agriculteurs des trois provinces, North West, Free State et Mpumalanga. L’estimation des dommages est assumée actuellement par la coopérative des agriculteurs locaux, Grain-SA. Monsanto affirme que « moins de 25% » des trois différentes variétés de maïs ont été « insuffisamment fertilisées en laboratoire. »

Loupé de 80% des cultures

      Mais Mayet affirme que Monsanto a grossièrement sous-estimé les problèmes. Selon ses propres informations, certaines exploitations ont eu jusqu’à 80% de récoltes ratées. Le centre est fortement opposé aux aliments génétiquement modifiés et à la technique de manipulation biologique en général.

      « Monsanto raconte qu’ils ont juste fait une erreur en laboratoire, mais nous affirmons que la biotechnologie est un désastre. Vous ne pouvez pas faire une « erreur » avec trois variétés différentes de maïs. »

Demande d’enquête gouvernementale d’urgence

      « Nous alertons contre la technologie du génie génétique depuis des années, nous avons prévenu qu’il y aura des problèmes avec Monsanto, » a déclaré Mayet. Elle exige une enquête d’urgence du gouvernement et l’interdiction immédiate de tout aliment génétiquement modifié en Afrique du Sud.

      Selon Rapport, parmi les 1000 agriculteurs d’Afrique du Sud qui ont planté du maïs génétiquement modifié de Monsanto cette année, 280 on subi un revers de culture considérable.

      Magda du Toit, la porte-parole locale de Monsanto, a déclaré que la compagnie « est en train constater l’étendue exacte des dommages pour les fermes. » Elle ne voulait pas conjecturer en ce moment sur l’ampleur des pertes financières subies.

      L’administrateur délégué de Monsanto en Afrique, Kobus Lindeque, a toutefois dit que « moins de 25% des fermes ensemencées avec des graines Monsanto sont concernées par les pertes. » Il a dit qu’il y aura « un examen des méthodes de production des semences des trois variétés à l’origine du désastre, et nous ferons les dédommagements nécessaires. »

      Il a nié que le problème soit provoqué de quelque manière par la biotechnologie. Il y a plutôt eu une « fertilisation insuffisante durant le procédé de production des semences. »

      Et Nico Hawkins de Grain-SA a dit qu’ils appuient toujours la technique de génie génétique ; « nous soutiendrons toute technologie qui permettra d’améliorer la production. » Voir

      Il était aussi « satisfait de la façon dont Monsanto a pris l’affaire en main, » et a dit que Grain-SA était « étroitement impliqué dans la méthodologie des réclamations de dédommagements » entre les agriculteurs et Monsanto.

      Les agriculteurs ont dit à Rapport que Monsanto « s’évertuait à essayer de les satisfaire en résolvant le problème. »

      « C’est un geste très avisé de proposer immédiatement de dédommager les agriculteurs pour les pertes subies, » a dit Kobus van Coller, l’un des fermiers du Free State qui a découvert cette semaine que ses épis de maïs étaient pratiquement sans grains.

      « On ne peut pas voir de l’extérieur que la plante ne monte pas en graine. Il faut dépiauter l’épi pour constater le problème, » a-t-il dit. Les épis sans grains ne montrent aucun signe de maladie ni de quelque sorte de champignon. Ils ont juste très peu de grains, souvent pas du tout.

      Woolworths, la chaîne de supermarchés sud-africaine, a déjà banni les OGM de ses rayons en 2000. Pourtant, les fermiers sud-africains produisent du maïs génétiquement modifié depuis des années : Ils ont été parmi les premiers pays autres que les États-Unis à commencer à utiliser les produits de Monsanto.

      Le gouvernement sud-africain n’exige pas l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés. Le maïs est l’aliment de base principal de 48 millions de gens en Afrique du Sud.

      Rapport écrit que les trois variétés de maïs qui n’ont pas produit de grains ont été conçues avec une résistance incorporée aux herbicides et manipulées pour accroître le rendement à l’hectare.

Original : www.digitaljournal.com/article/270101
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 

Chers agriculteurs de France et de Navarre,voilà,vous êtes prévenu et c’est ce qui risque de vous arriver si vous continuez à faire l’autruche en acceptant tout et n’importe quoi venant de cet empoisonneur et faiseur de famine de Mosanto.

Si vous avez des agriculteurs dans votre entourage,passez l’info,car dites vous bien qu’il en va de l’avenir de leur exploitation et in finé de ce que vous aurez dans l’assiette!

 
4 Commentaires

Publié par le 6 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

4 réponses à “Les cultures de maïs Monsanto avortent massivement en Afrique du Sud

  1. yaours

    6 avril 2010 at 20 h 01 min

    Bonjour,
    Je ne saisis pas bien ce que vous voulez démontrer.

    1) Les agronomes savent qu’il arrive parfois que des variétés ne se comportent pas comme prévu, suite à des problèmes de production de semences (aléas climatiques ou autres). Mais c’est très rare, et quand cela arrive cela concerne aussi bien des variétés non-OGM.
    2) Vous dites vous-même que Monsanto a indemnisé. Donc…
    3) Comment expliquer que les surfaces d’OGM n’arrêtent pas d’augmenter en Afrique du Sud (actuellement 1,5 million d’hectares je crois) depuis plusieurs années. Y compris pour faire du maïs blanc destiné à l’alimentation humaine?
    4) Comment expliquer que les agriculteurs français ayant cultivé des maïs OGM entre 2006 et 2007 souhaitent en refaire? (mais on leur a interdit!).
    Bien à vous

    J'aime

     
    • realinfos

      6 avril 2010 at 21 h 10 min

      Bonsoir Yaours,

      Je n’essaie pas de démontrer quoi que ce soit,dans le cas présent,on ne parle pas d’aléas climatiques mais bien de jouer aux apprentis sorciers et de nuire en tout impunité à la bio diversité en générale et à l’appauvrissement des sols sous l’influence des herbicides,pesticides,fongicides et autres….

      Pour le dédommagement,c’est le minimum que Mosanto puisse faire,à savoir jusqu’à quelle hauteur?!

       » Comment expliquer que les surfaces d’OGM n’arrêtent pas d’augmenter en Afrique du Sud (actuellement 1,5 million d’hectares je crois) depuis plusieurs années. Y compris pour faire du maïs blanc destiné à l’alimentation humaine?  »
      Imaginez que votre sol soit impropre à la culture et qu’un Mosanto vous promet monts et merveilles du jour au lendemain,que faites vous ?
      L’état en question vend ses terres autant qu’il est possible d’en vendre et le tour est joué!

       » Comment expliquer que les agriculteurs français ayant cultivé des maïs OGM entre 2006 et 2007 souhaitent en refaire? (mais on leur a interdit!).  »

      Je ne pense pas qu’ils souhaitent en refaire,ou alors une infime minorité….
      Il faut savoir que La grande majorité des OGM commercialisés est destinée à l’alimentation animale pour le bétail et la viande des pays riches et industrialisés plutôt que pour nourrir les pauvres.En fait,le modèle d’agriculture intensive qu’ils véhiculent contribuent à la disparition des petits paysans et d’une agriculture familiale et ne réduisent en rien la pauvreté.
      De plus, dans plusieurs pays, les paysans qui payaient un supplément pour des semences de coton OGM par exemple,ont fini par dépenser plus en insecticides chimiques que ceux qui cultivaient du coton conventionnel.

      D’où ma question:Où est le bénéfice pour nos agriculteurs?!

      Lisez ceci,qui montre à quel point cette agriculture est néfaste:
      http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=113

      De même que cette vidéo:

      Cordialement.

      J'aime

       
  2. yaours

    8 avril 2010 at 20 h 48 min

    Bonsoir,
    Ici on parle d’OGM, et il ne sert à rien de manipuler des mots pour créer de l’angoisse.

    Je ne vois pas en quoi les OGM en Afrique du Sud nuisent à la biodiversité, au contraire je pense que cela la préserve (et je pourrais expliquer pourquoi).
    Qui sont les « apprentis sorciers »? Vaut-il mieux utiliser un OGM productif et régulier qui permet de nourrir les gens (car le maïs blanc d’Afrique du Sud sert à cela) ou laisser les gens vivre sur une aide humanitaire importée des Amériques?

    « Imaginez que votre sol soit impropre à la culture et qu’un Mosanto vous promet monts et merveilles du jour au lendemain,que faites vous ? L’état en question vend ses terres autant qu’il est possible d’en vendre et le tour est joué! » Je pense que vous ne connaissez pas l’Afrique du Sud, où les terres sont cultivées par des paysans sud africains (des gros et des petits) qui produisent pour leur pays. Et ils achètent des semences à Monsanto ou à d’autres fournisseurs quand cela leur permet de produire plus et mieux.

    Pour les agriculteurs français, vous dites « Je ne pense pas qu’ils souhaitent en refaire,ou alors une infime minorité…. » Leur avez-vous demandé? Moi je l’ai fait et je peux dire que tout ceux qui en ont cultivé souhaitent le refaire pour plusieurs raisons: meilleurs revenus, meilleure qualité nutritionnelle du grain, remplace l’utilisation de produits chimiques etc.

    Concernant le coton, je ne sais pas d’où vient votre remarque car le coton Bt est cultivé sur de grandes surfaces en Inde, en Afrique du sud, au Burkina Faso, en Chine, aux Etats-Unis et les surfaces augmentent encore… et une des principales raison du succès c’est le remplacement des insecticides. Je vous suggère de consulter ce rapport très complet qui donne des informations sur les OGM dans le monde:
    http://www.isaaa.org/resources/publications/briefs/41/executivesummary/default.asp

    Bien à vous

    PS: A mon sens, les propos de Bourguignon sont souvent exacts, mais ils ne sont pas des vérités extrapolables partout.

    J'aime

     
    • realinfos

      9 avril 2010 at 10 h 32 min

      Bonjour Yaours,

      A vous lire j’ai vraiment l’impression que vous croyez ce que vous dites!
      Je ne veux faire peur à qui que ce soit,mais avoir une confiance aveugle en ce procédé me parait trés dangereux.
      Je vous donne raison sur une chose,ce types d’agriculture ne peux être reproduit partout e surtout pas en France par exemple!
      Il faut arrêter de courir après la rentabilité et l’espoir de plus de gains!
      J’espère que vous vous rendez bien comptes que tout cela n’est qu’une histoire de gros sous et qu’au final,ni les agriculteurs,ni les consommateurs n’y trouverons leurs comptes.
      Mr Bourguignon a raison de tirer la sonnette d’alarme et quand il dit que les agriculteurs en général sont mal informés sur l’état de notre sol,il ne se trompe pas.
      J’ai moi-même des agriculteurs dans ma famille et quand je leur parle de cet état de fait la réponse que j’obtiens c’est « c’est vrai qu’en y repensant tu aurais peut-être bien raison »,preuve qu’il y a un vrai malaise.
      Maintenant pour ce qui est de l’ISAAA,saviez-vous qu’il était financé par ces mêmes groupes que sont Mosanto et consort?Pas forcément un gage d’impartialité!mais bon!
      On peut sans trop faire d’amalgame,le rapport entre le réchauffement climatique et le GIEC…..

      http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/ISAAA-2006
      http://www.infogm.org/spip.php?article4364

      Cliquer pour accéder à Agriculture%20biologique%20Economie%20rurale.pdf

      Entre nous,je souhaite que nos agriculteurs puissent toujours continuer à nourrir les hommes,mais pas à n’importe quel prix.Quand je constate les problémes qui sont les leurs aujourd’hui je ne comprend pas qu’il n’y ait pas plus de révoltes.

      Cordialement.

      J'aime

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :