RSS

Appel à l’abstention pour le 2ème tour de l’élection présidentielle française

23 avr

Les résultats du premier tour viennent de tomber. Les deux candidats UMP et PS sont désormais les seuls en lice. Le peuple français doit choisir entre deux figurants appelés à occuper la fonction de « grand employé » à l’Elysée.

En fait, soumis au pouvoir des oligarchies de Bruxelles, de Francfort, de la City et de Wall Street, l’employé de l’Elysée devra appliquer les mesures édictées au sein des sphères oligarchiques afin d’accélérer la mise en place du nouvel ordre mondial, c’est-à-dire une dictature fondée sur les intérêts d’une classe financière et apatride au dépens des intérêts nationaux. La souveraineté du peuple français comme l’affirme clairement l’Article III de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 sera bafouée par des mesures prises par l’employé de l’Elysée courroie de transmission des oligarques. Ces mesures iront à l’encontre des droits qui sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression comme le rappelle l’Article II de cette même Déclaration.

En conséquence de quoi, nous appelons le peuple français à s’abstenir de voter au deuxième tour afin d’enlever toute légitimité à l’employé de l’Elysée. Ce dernier dépourvu de toute légitimité démocratique ne pourra plus exercer sa mission de voiture-balais des intérêts oligarchiques. Le peuple français dont le nom hérité des Francs signifie « libre » doit reprendre la main afin de rester maître de son destin. Cela commence en refusant de voter au deuxième tour comme aux élections suivantes afin d’enlever à l’employé de l’Elysée et à ses délégués le droit à prétendre diriger la France. Cette initiative doit être le début d’une révolution libératrice contre le nouvel ordre mondial et ses dirigeants.

 

 

Paris, le dimanche 22 avril 2012

Pierre Hillard, pour et avec Mecanopolis

 

About these ads
 
18 Commentaires

Publié par le 23 avril 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

18 réponses à “Appel à l’abstention pour le 2ème tour de l’élection présidentielle française

  1. julesans-s

    23 avril 2012 at 9 h 18 min

    Comme ânerie on ne fait pas mieux! Le fait de ne pas aller voter ne fait pas avancer les choses je dirais même que cela peut produire l’effet inverse. La légitimité d’un pouvoir est remise en cause lorsque tout le monde s’arrête de travailler, et occupe les bâtiments de l’état.

    On ne va tout de même pas jouer les indignés « pioupious » qui chantent, sautillent, tapent sur des bidons en manifestant?

    Il faut une réaction forte et intelligente, pas ce genre de connerie! C’est pas très Hilarant sont truc…

     
    • Blaise Manu Igor

      23 avril 2012 at 13 h 15 min

      Ne pas voter n’empêche pas d’avoir une « réaction forte et intelligente » en parallèle, c’est sûr qu’on ne peut pas se contenter de ne pas voter pour croire qu’on a fait la révolution, mais c’est déjà un début.

       
  2. realinfos

    23 avril 2012 at 10 h 41 min

    Le vote est une vaste fumisterie,qui donne encore et on le constate une fois de plus,l’illusion d’avoir le choix,le choix entre les 2 faces d’une même pièce qui roule dans le sens de l’oligarchie,il n’y aura aucun échappatoire sur cet état de fait tant que la majorité du peuple ne l’aura pas assimilé,à défaut il restera esclave…. et personnellement,je n’ai jamais vu d’esclave avoir le choix….

     
  3. tatielily

    23 avril 2012 at 11 h 29 min

    bordel vous ne trouvez pas qu’il faille trouver des nouvelles façon de montrer son dessacort et faire en sorte que le futur président n’es fasse pas à sa tête, le peuple qui prend le pouvoir voilà une réponse a faire valoir, effectivement les élections c’est pour légitimer un semblant de démocratie mais comme nous n’avons rien d’autre comme démocratie alors il faut se tourner vers d’autres formes de réactions

     
  4. Chapes

    23 avril 2012 at 11 h 42 min

    Il n’y avait aucune illusion à avoir, de Sarkome à la le Pen en passant par ô Lande et Mélegeons. Mais nom d’une pipe ! Sarkome dehors la CIA ! Dans la foulée, trouvons et mettons en selle, fissa nos propres leaders et organisations politiques. A bas l’horreur du dit Nouvel Ordre Mondial, construisons enfin la société attendue par l’humanité entière. N’en doutons pas. Vive la révolution mondiale ! Elle est seule salutaire et inévitable. Mon mot d’ordre pour le second tour de ces élections de m…., Pas une seule voix pour Sarkome !

     
  5. Credohumanisme

    23 avril 2012 at 13 h 00 min

    Si vous souhaitez voir des présentations des résultats différentes.
    - Avec votes Blancs et nuls
    - Avec abstentions

    On peut par exemple noter que, en 2007, Sarkosy, Royal, Bayrou avaient totalisé 62,44 % des inscrits. En 2012 ils (Hollande à la place de Royal) ne représentent plus que 50,62% des inscrits. Cette baisse de 12 points mériterait tout à fait d’être commentée en tant que telle.

    Blog : http://www.credohumanisme.com

     
  6. realinfos

    23 avril 2012 at 14 h 02 min

    Pour la petite histoire:

    le vote blanc est créé au cours de la période révolutionnaire, (Loi du 18 Ventôse an VI – 1798)

    Sous le premier Empire, le Conseil d’État, aux termes d’un avis rendu le 25 janvier 1807, confère un semblant de statut à ce vote en décidant que les «billets blancs» doivent être retranchés des votes émis .

    C’est pour que Napoléon III soit élu président à vie que le vote blanc a été effacé du scrutin (art. 57 de la loi électorale du 15 mars 1849) et décret impérial du 2 février 1852. L’article 30 du décret impérial, est confirmé dans la loi électorale du 29 juillet 1913, puis par l’article L. 66 de l’actuel Code électoral (1969).

    160 ans que le vote blanc ne peut plus exercer son réel et originel poids, sa véritable mission.

    160 ans que se perpétue la falsification issue d’une dictature impériale.

    160 ans que toutes les oligarchies se succédant au pouvoir n’ont jamais remis en place ce droit essentiel à la démocratie.

    Et après 160 années de mensonges, il est logique que la population ait perdu , oublié, le véritable sens et l’intérêt du vote blanc ……..

    http://www.newsring.fr/politique/226-la-france-invisible-va-t-elle-se-revolter/4361-la-revolte-par-les-urnes-est-impossible

    Je vous laisse imaginer aujourd’hui sont importance en additionnant (abstentionnistes + blancs/nuls + ceux qui votent par défaut…) aucun président ne serait élu…..

     
  7. elisabeth

    23 avril 2012 at 14 h 57 min

    Monsieur Blanc va être notre nouveau président ? un royaliste ?

     
  8. realinfos

    23 avril 2012 at 15 h 09 min

    Non,tout sauf col blanc et sang bleu….

     
  9. piertrf

    23 avril 2012 at 15 h 31 min

    « Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l’Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde. »
    « On devrait regarder du côté de l’Islande. En refusant de se soumettre aux intérêts étrangers, le pays a indiqué clairement que le peuple est souverain.
    Voilà pourquoi cela n’apparaît plus dans les actualités. »

    http://liesidotorg.wordpress.com/2012/04/22/sans-nouvelles-dislande-pourquoi/

    Révolution populaire en Islande

    http://blogs.mediapart.fr/blog/bob-92-zinn/250212/revolution-populaire-en-islande

    La révolution en cours en Islande
    Deena Stryker
    Daily Kos

    Le fait qu’une seule émission de radio italienne (Radio Italia) ait parlé de la révolution en cours en Islande est un témoignage impressionnant du peu que les médias veulent bien nous dire sur le reste du monde. Les nord-américains ont pu se rappeler que, au début de la crise financière de 2008, l’Islande s’était déclarée en faillite. Les raisons n’en ont été abordées que très superficiellement, et depuis, ce membre peu connu de l’Union Européenne(1) est retombé dans l’oubli : L’islande. Du fait que les pays européens s’effondrent les uns après les autres, mettant l’euro en danger, avec des retombées pour tout le monde, la dernière chose que l’oligarchie dominante* souhaite est que le cas de l’Islande se transforme en exemple.

    En voici à présent les raisons :

    Cinq années d’un régime purement néolibéral ont fait de l’Islande (320 mille habitants et pas d’armée) l’un des pays les plus riches du monde. En 2003, toutes les banques du pays ont été privatisées et, dans le but d’attirer les investisseurs étrangers, elles ont offert des lignes de crédit dont les coûts très bas ont permis des taux de rendement relativement élevés. Les comptes appelés « icesave » attirèrent de nombreux petits investisseurs britanniques et hollandais. Mais, au fur et à mesure que les investissements s’accroissaient, la dette des banques étrangères s’accroissait aussi. En 2003 la dette de l’Islande était égale à 200% (cumul dette publique/privée(2)) de son PIB mais en 2008 elle en atteignait les 900% (cumul dette publique/privée(2)). La crise financière de 2008 donna le coup de grâce. Les trois principales banques islandaises – Landbanki, Kapthing et Glitnir – firent alors faillite et furent nationalisées, tandis que la couronne islandaise perdit 85% de sa valeur par rapport à l’euro. A la fin de l’année, l’Islande se déclara en faillite.

    Contrairement à ce à quoi on pouvait s’attendre, la crise offrit aux Islandais l’opportunité de récupérer leurs droits souverains, par un processus de démocratie directe participative, lequel a finalement abouti, grâce à une persévérance inflexible, à une nouvelle Constitution.

    Geir Haarde, le premier ministre du gouvernement de coalition social-démocrate(3) négocia un prêt de 2,1 milliards de dollars, auquel les pays nordiques rajoutèrent 2,5 milliards de plus. Néanmoins, la communauté financière étrangère fit pression sur l’Islande pour imposer des mesures drastiques. Le FMI et l’Union Européenne voulaient prendre le contrôle de sa dette, en arguant qu’il s’agissait du seul moyen pour que le pays s’en aquitte à l’égard des Pays-Bas et de la Grande- Bretagne, lesquels s’étaient engagés à rembourser leurs citoyens.

    Les protestations et les désordres se poursuivirent et, finalement, contraignirent le gouvernement à démissionner. Les élections, anticipées à avril 2009, aboutirent à la victoire d’une coalition de gauche qui condamnait le système économique néolibéral. Mais, dans l’immédiat, cette coalition céda aux pressions exercées sur l’Islande afin qu’elle s’aquittât de ses 3,5 milliards(2) d’euros de dette. Cela impliquait que chaque citoyen islandais payât 100 euros par mois (prèt de 130 dollards) pendant 15 ans, avec un taux d’intérêt de 5,5%, amors que la dette avait été contractée par le secteur privé. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

    Ce qui s’est passé ensuite est extraordinaire. La croyance que les citoyens devaient payer pour les erreurs d’un monopole financier, et que toute une nation devrait se voir imposer le paiement de dettes privées, tomba en morceaux. Ce qui aboutit à une transformation de la relation entre les citoyens et leurs institutions politiques, et conduisit finalement les dirigeants de l’Islande à se ranger du côté de leurs électeurs. Le chef d’Etat, Olafur Ragnar Grimsson, se refusa à ratifier la loi qui rendait les citoyens islandais responsables de la dette bancaire d’Etat, et accepta les appels lancés pour un référendum.

    Evidemment, la Communauté internationale ne fit qu’augmenter la pression sur l’Islande. La Grande- Bretagne et les Pays-Bas la menaçèrent de représailles terribles et d’isoler le pays. Pendant que les Islandais se rendaient aux urnes, les banquiers étrangers menacèrent de bloquer toute aide du FMI. Le gouvernement Britannique manaça de geler les épargnes et les comptes courants islandais. Comme le disait Grimsson, « nous avons dit que si nous nous refusions à accepter les conditions de la Communauté internationale nous deviendrions le Cuba du nord. Mais, si nous avions accepté, nous serions devenus le Haiti du Nord ». Combien de fois ais-je écrit que, quand les Cubains voient l’état lamentable de leurs voisins d’Haiti, ils peuvent se considérer comme chanceux ?

    Lors du référendum de mars 2010, 93% de la population votèrent contre le remboursement de la dette. Le FMI congela immédiatement ses prêts. Mais la révolution (qui n’avait pas encore était retransmise aux USA) ne se laissa pas intimider. Avec l’appui d’une population furieuse, le gouvernement poussa à des enquêtes civiles et criminelles concernant les responsables de la crise financières. Interpol émit un ordre internationnal de mise en détention pour l’ex-president de Kaupthing, Sigurdur Einarsson, ainsi que pour les autres banquiers impliqués qui quittèrent le pays.

    Mais les Islandais n’en restèrent pas là : Il fut décidé de rédiger une nouvelle Constitution pour libérer le pays du pouvoir exagéré de la finance internationale et de l’argent virtuel. Celle qui était en vigueur avait été écrite à l’époque où l’Irlande avait obtenu son indépendance du Danemark, en 1918, l’unique différence avec la constitution danoise étant que le mot « Président » avait été remplacé par celui de « Roi ».

    Pour écrire la nouvelle Constitution, le peuple Islandais élut 25 citoyens parmi 522 adultes qui n’appartenaient à aucun parti politique, mais qui étaient recommandés par au moins trente personnes. Ce document ne fut pas l’oeuvre d’une poignée de politiciens, mais fut rédigé sur internet. Les réunions des électeurs furent diffusées en ligne, et les citoyens purent envoyer leurs commentaires et suggestions, du fait qu’ils étaient les témoins de ce document au fur et à mesure qu’il prenait forme. La Constitution qui émergera de ce processus de démocratie participative sera présentée pour approbation au Parlement, après les prochaines éléctions.

    Certains lecteurs se souviendront de l’effondrement agraire de l’Islande au IX ième siècle, mentionné dans le livre de Jared Diamond. Aujourd’hui, ce pays est en train de se remettre de son effondrement financier mais d’une manière totalement opposée à ce qui était considéré comme inévitable. Comme l’a confirmé hier la nouvelle directrice du FMI, Chistine Lagarde, a Fared Zakrie. Ils dirent au peuple grec que la privatisation de son secteur public était l’unique solution. L’Italie, L’Espagne et le Portugal font face à la même menace.

    On devrait regarder du côté de l’Islande. En refusant de se soumettre aux intérêts etrangers, le pays a indiqué clairement que le peuple est souverain.

    Voilà pourquoi cela n’apparaît plus dans les actualités.

    Traduit du portugais (Brésil) et de l’anglais

    * traduction libre, le mot oligarchie dominante me paraissant plus adapté que « the powers »
    (1) L’Islande n’était pas dans la communauté européenne. Elle a fait acte de candidature qu’en 2010.
    (2) je me suis permis de corriger des erreurs faites par l’auteur, qui ont été rectifiées par les lecteurs de l’article sur le lien et dans les commentaires suivants – http://www.positivenewsus.org/editions/fal11/fal1105.html
    (3) En fait il s’agit d’une coalition entre le premier ministre Geir Haarde de centre droit et les sociaux-démocrates.
    Il n’existe pas, à ma connaissance, une nouvelle version corrigée par l’auteur, Deena Stryker.

    Sources :

    http://www.dailykos.com/story/2011/08/01/1001662/-Iceland-s-On-going-Revolution

    http://www.midiaindependente.org/pt/blue/2012/02/503300.shtml

    http://www.advivo.com.br/blog/luisnassif/a-revolucao-em-curso-na-islandia?page=1&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

    http://www.positivenewsus.org/editions/fal11/fal1105.html

     
  10. realinfos

    23 avril 2012 at 17 h 47 min

    Tommy DOUGLAS – Thomas Clement (Tommy) Douglas, (né le 20 octobre 1904 à Falkirk (Écosse) et décédé le 24 février 1986 au Canada), est un ancien premier ministre de la Saskatchewan (1944-1961). Il a dirigé le premier gouvernement socialiste en Amérique du Nord, et il était le premier chef fédéral du Nouveau Parti démocratique. Toujours d’actualité. Rien de nouveau ne coule sous les ponts !
    A méditer……….

     
  11. bachir bou zouk

    23 avril 2012 at 18 h 42 min

    incroyable le nombre de réaction que le sujet soulève comme si le choix avait été si grand dès le départ ( ceux qui on suivit mes posts, l’aurons compris j’ai voté Cheminade) mais peu importe le fait de voter est un droit durement acquis allant vers plus de république et de démocratie il n’y à donc aucun souci au fait de voté ou non bien que le problème de Mr Blanc reste entier et son histoire est intéressante. Mais comme je l’avais dis lors d’un d’un très vieux poste le seul moyen pour que la démocratie s’exprime au delà du vote est de rester vigilant et de montrer sa vigilance par des courriers à nos chers élus quand on est d’accord ou pas avec ce qu’ils font. C’est une action qui à beaucoup plus de poids que ce que la plupart des gens imaginent. Avec quelques courriers j’ai eu gain de cause contre des sociétés comme Orange ou SFR. Ensuite il faut faire un suivit des statistiques et évaluer et payer nos élus sur cette base. Dans un premier temps le système étant ce qu’il est il ne sera possible que de faire une surveillance en disant a l’élu que la statistique du chômage dans sa région est en augmentation, ou que le nombre de création d’entreprise est en augmentation, enfin toutes statistiques appropriées et à déterminer. Sur cette base je pense que peu de dirigeants dépasseraient le SMIC en encore parce que je suis dans un bon jour.
    Mais ne faire que cette surveillance serait déjà un grand pas. Il serait intéressant d’avoir un site avec tout ces gentils graphiques froids et éloquents ou l’on aurait début de Mitterand, début de chirac, début de Sarkosy marqué sur le graphique du chômage en france par exemple ou sur celui de la balance

     
  12. claudebesnou

    24 avril 2012 at 0 h 46 min

    Mélenchon à réussi à regrouper les « vrais » socialistes, il y a un gouffre entre lui et hollande mais il n’y a pas grand chose qui sépare Hollande de Sarko (1% ha ha ha ).
    Le pen à réussi àregrouper les « vrais » patriotes, et il y a un gouffre entr’elle et Sarko, la politique UMPS n’interesse ni les uns ni les autres, ni ceux qui ont voté pour les petits partis!
    Je propose que pour une fois tous ses gens du côté gauche qui ont de vrais valeurs et ceux du côté droit qui ont aussi de vrais valeurs, pour une fois, se réunissent dans l’adversité!
    Pernons l’air, le jour de la prochaine élection, tous ensemble allons nous oxygéner à la campagne, et boire un coup à la santé des Islandais! et laissons cette mascarade à ces loosers qui vont droit dans le mur!

     
  13. kurgan314

    24 avril 2012 at 19 h 13 min

    En tout cas, étonnant cet appel de Mélenchon à voter pour Sarkozy :
    –>

    Je pense que Mélenchon gagne tant de fric qu’il a finalement peur que Hollande soit élu.

     
  14. realinfos

    24 avril 2012 at 20 h 04 min

    C’est un montage Kurgan….
    Je l’ai entendu X fois aujourd’hui sur BFM…. :)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 632 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :